AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez|

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Karen E. Anderson
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Taylor Momsen
★ MESSAGES : 3258
★ ARRIVE DEPUIS LE : 12/06/2010
★ AGE : 23

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyMer 13 Avr - 7:21

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Tumblr_litzr8Dv0J1qhau2eo1_500
« From a drag »

Il y avait parfois des matins où tu n’avais qu’une seule envie : rester dans ton lit, à regarder la pluie tomber par la fenêtre ouverte, accusant les malheurs de ta vie. Eh bien ce mardi matin, c’était exactement cette scène qui se déroulait dans ma chambre mal rangée. Assise sur mon lit, pas maquillée, pas habillée, j’observais les gouttes de pluie tomber à l’extérieur. Je n’avais pas le courage de me lever pour me rendre au lycée. Je préférais me morfondre sur mon doux matelas, en fumant des cigarettes et en écoutant des chansons triste histoire de m’achever. Clope au bec, j’inspirais la fumée avant de l’avaler. Mes parents m’avaient interdits de fumer à l’intérieur, enfin, ils m’avaient interdit de fumer tout court pour être tout à fait honnête, mais je considérais la plupart de leur exigences comme des paroles en l’air, de toutes manières, ils ne le sauront jamais, ils n’étaient jamais là, et en conséquences, ils ne savaient pas ce que faisait leur fille de ses journées, puis, ils s’en fichaient pas mal.

Je n’avais pas pû m’empêcher de remarquer un fait plus ou moins étranges. Depuis que le scandale avait éclaté dans New Heaven à propos de la sextape, mes géniteurs allongeaient leur période d’absence. Bon, enfaite, ça ne m’étonnait pas tant que ça. Nous étions riche, enfin, ils étaient riche, en vrai, je ne faisais que profiter de cette richesse qu’ils possédaient. Bref, pour en revenir à ces derniers, depuis la diffusion de cette vidéo, j’avais l’impression qu’il évitait la ville, qu’ils évitaient les gens, qu’ils évitaient tous ceux qui pouvaient juger, mais pas qu’eux, ils s’étaient même mis à m’éviter moi, leur fille. Non, ça ne m’étonnait pas, ils avaient peur de leur réputation désormais, et c’était de ma faute. Les gens comme mes parents se fichaient pas mal de quoi, où et comment, ce que je veux dire, ils ne cherchent pas midi à quatorze heure, ils ne cherchent même pas à savoir ce qu’il s’est réellement passé, ils s’en contrefichent, ce qui leur importe, c’était la réputation qu’ils avaient au sein de la communauté, comment je le savais ? Lorsque que je suis devenue la risée de New Heaven, ils ne m’ont même pas demandé d’explications, ils se sont juste contentés de m’accuser, ils n’ont rien fait pour m’aider, et je venais à peine de m’en rendre compte, assise là, sur ce lit, la cigarette dans la bouche. Prise d’une colère soudaine, je pris le premier objet qui me passait sous la main afin de le lancer rageusement vers mon miroir. Le briquet traversa donc toute la chambre pour au final, fissurer mon beau reflet. Je me levais pour m’avancer doucement vers cette personne qui s’avançait elle-aussi, la seule différence était ce joli visage qui se trouva divisé en plusieurs parties à cause de cette fissure. On disait que les miroirs reflétaient ce qu’on était vraiment, au fond. Outre la fissure, je ne voyais rien d’autre qu’une jeune femme complètement paumée qui ne savait pas quoi faire et donc, qui ne faisait rien. En effet, je me posais pleins de questions, et malgré tout les efforts que je faisais, je ne trouvais pas de réponses. Un jour, je décide de reprendre ma vie en main, l’autre, je retombais dans le doute. Devais-je redevenir ce que j’étais avant ? Ou devais-je prendre ce qui m’était arrivé comme un signe du destin, en d’autre termes, devais-je changer ? N’importe quoi, je ne croyais même pas eu destin, je ne pouvais pas utiliser cette excuse, j’avais toujours cru que nous étions propre maitre de notre vie, c’était donc à moi de décider ce que je deviendrais, je ne pouvais pas rester là, assise, à fumer cigarette sur cigarette en attendant que les choses se passent.

C’est comme ça que je me retrouvais dans la rue, devant la marchant de journaux, maquillée et habillée convenablement, à essayer de trouver l’argent dont le vendeur avait besoin pour le magasine people que je venais d’acheter. La pluie avait cessée de tomber mais les nuages continuaient de monopoliser le ciel. Je me sentais mieux. Des choix s’imposaient, et je devais affronter le monde extérieur afin de justement, faire ces choix. Je remerciais le marchand de journaux d’un sourire avant de quitter les lieux. Je marchais à une allure qui me permettait de suivre les potins de star correctement. A un coin de rue, je levais le nez de cet ouvrage pour regarder où aller. Seulement, une personne attira mon attention, un garçon qui me semblait familier, en effet, je le connaissais, et je ne mis pas longtemps à le reconnaître : Aaron ! Cet homme qui autrefois se trainait à mes pieds pour que je sois son amie avait bien retourné sa veste, depuis que cette sextape à envahi la toile, il me traitait comme une moins que rien. Cet imbécile m’avait trahie, et je comptais bien me venger. La dernière fois que je l’avais vu, c’était au lycée, où il ne s’était pas retenu de m’insulter de trainée. Je regardais autour de moi avant de m’avancer d’un pas menaçant vers lui. Une fois arrivé à sa hauteur, je me plantais devant lui, lui coupant la route, l’obligeant à me regarder. Sans réfléchir, je le giflais, peut être pas assez fort pour qu’il est mal, mais assez puissant pour qu’une marque se creusa sur cette joue sur laquelle elle s’était abattue. « De la part d’une trainée » pestais-je sans bouger d’un poil, le défiant du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité


KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyMer 13 Avr - 11:18

    « De la part d'une traînée ! » et la gifle avait suivit, lui arrachant des yeux ronds sous la surprise du coup. Par réflexe il s'était caressé la joue. Pas qu'il avait mal, non, mais l'air de rien sa pommette se mit à chauffer.

    Et dire que la journée avait bien commencé. Qu'il s'était réveillé tôt après une bonne nuit de sommeil, que son café bien chaud l'avait attendu sagement dans la cafetière pour l'exciter pendant un laps de temps assez long pour lui donner le courage de prendre une douce, de s'habiller et de faire acte de présence aux premiers cours de la matinée. Il avait même participé à son cours d'histoire en prenant la parole pour étaler sa culture, parce que même si il donnait l'impression de n'être qu'un idiot qui prenait plaisir à bousiller son avenir, Aaron n'était pas stupide. Et puis fallait dire aussi que la guerre d'indépendance des Etats-Unis était un sujet qui l'intéressait assez pour lui donner envie de se faire entendre autrement qu'en critiquant tout et n'importe quoi ou se moquer des élèves de sa classe qui l'insupportait. Comme le premier de la classe qui avait réponse à tout, qui avait toujours besoin d'étaler sa science sous le nez des autres. D'ordinaire Aaron n'était méchant que si on lui en donnait les raisons, mais avec ce type c'était gratuit – encore heureux, manquait plus qu'il se mette à faire payer ses injures.
    Cette fois en revanche, il devait admettre avoir un peu dépassé les bornes, même si pour le professeur ça avait été assez pour le faire sortir de cours. Si cela l'avait chagriné ? Que dalle ! Mr Grant en avait profité pour retourner chez lui, avec le bus, pour se taper un petit gueuleton de roi devant la télé à fumer sa dernière cigarette. Non pas dernière dans le sens où il arrêtait après – pas fou l'autre – mais dernière dans le sens où le paquet était vide.

    Du eminem dans les oreilles, attrapant sa veste, il avait attendu la réouverture des commerces pour quitter la maison et rejoindre son tabac favoris. De toute façon, dans une ville pareille on avait vite fait de se faire remarquer et de devenir un habitué. Si ça le dérangeait ? Franchement pas, parce que ses parents étaient au courant qu'il fumer même si ils jouaient très bien les autruches et de toute façon que pouvaient ils y faire ? Ils arrivaient déjà pas à tenir Aaron dans le droit chemin concernant sa scolarité, alors concernant sa santé..

    Quittant ses écouteurs pour saluer le marchand d'un ton enjoué, tranchant avec son air neutre presque froid qu'il adoptait au lycée, il attrapa un paquet de chips – pour le dessert oui – et son paquet de cigarettes pour payer le tout et lézarder dans les rues en se goinfrant. Le point bénéfique quand on était un adolescent en pleine croissance, u n mec de surcroît, c'était qu'on pouvait bien se gaver on prenait pas un poil de gras.. Du moins pendant le temps que duré la croissance mais Aaron n'avait pas franchement de soucis à se faire. Vu la taille de son père, il avait pas fini de pousser encore.

    Et donc il avait continué sa promenade, avant de jeter le paquet vide dans une poubelle pour ensuite ouvrir son paquet et l'entamer. En prenant une, au hasard, il l'a mit à l'envers dans le paquet par réflexe.. Un vieux truc qu'un ami chez ses grands-parents lui avaient montré. Comme quoi ça portait chance. Mon œil.
    En prenant une seconde, qu'il porta à ses lèvres cette fois, il l'alluma et tira une bouffé en la savourant. On pouvait dire ce qu'on voulait du tabac, que ça tuer, que ça rendait stérile et tout le bastringue, mais ça avait le don de détendre ou de donner l'illusion de détente. Tout ce dont il avait besoin. Surtout en sachant ce qui allait pas tarder à lui tomber sur la gueule.

    D'ailleurs.. Il l'avait vu arriver, du coin de l'oeil mais comme toujours il s'était mit en tête qu'elle se contenterait de lui passer devant avec le nez en l'air, droite, en se montrant fière quoi. Sauf que non. Apparemment, Karen avait décidé que c'était son jour. En la voyant approcher, d'ailleurs, Aaron s'était souvenu pourquoi il lui cirait les pompes à l'époque. Pas seulement parce qu'elle était riche et qu'elle avait une tonne d'amis, bien que ça jouait énormément, mais aussi parce qu'elle respirait la bourgeoisie désenchantée par excellence. Sauf que si ça lui avait bien plu, désormais non. Il laissait les gens penser que ça avait un étroit rapport avec sa sextape, en jouait même pour l'insulter en conséquence, mais en fait c'était simplement qu'il avait ouvert les yeux. Sauf que les événements c'étaient suivis au point de lui donner de bonnes excuses pour lui mener la vie dure. Injuste ? Possible. Salaud ? Certainement
    .

    Enfin.. La gifle avait sifflé et il la dévisageait donc avec perplexité avant de reprendre contenance. « Besoin de se faire remarquer ? C'est vrai qu'on a pas parlé de toi depuis longtemps, c'est une marmotte de la région qui t'as volé la première page des journaux je crois ? » avant d'aspirer le tabac pour ensuite souffler la fumée sur le visage de Karen. « Malheureusement, me faire une scène en publique c'est pas forcément ça qui va faire à nouveau parler de toi et .. Désolé de te l'apprendre mais je suis pas non plus tenté pour une sextape.  la jaugeant il ajouta. Même si t'es charmante quand tu te fâches. » le ton était moqueur, la mine hautaine. Non, décidément Aaron n'avait pas froids aux yeux, même si la vengeance d'une fille pouvait parfois être bien plus terrible qu'on pouvait le croire. Parce qu'à la différence des garçons, les filles avaient bien plus d'imagination en matière de vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Karen E. Anderson
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Taylor Momsen
★ MESSAGES : 3258
★ ARRIVE DEPUIS LE : 12/06/2010
★ AGE : 23

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyMer 13 Avr - 21:32

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Tumblr_litzr8Dv0J1qhau2eo1_500
« Ladies and gentlemen, boys and girls, get ready, the war has just begun, and I would not hesitate to take »

Une gifle, c’était tout ce que j’avais eu à lui donner pour l’instant, enfin, qu’est que j’aurais pû faire d’autre ? Une bonne vengeance doit se préparer à l’avance, tout doit être contrôlé de A à Z, ce que je voulais dire, c’est que je ne pouvais pas en improviser une sur le champ, il fallait que je cogite. Disons que cette gifle n’avait qu’une fonction de prévention. C’était comme si je venais d’informer Aaron de l’enfer qu’il allait vivre. Et croyez-moi sur parole, ce petit, il va morfler, je ne sais pas encore comment mais, il va morfler. Je continuais de le regarder avec des yeux noirs de rage. Je connaissais bien les gars comme Aaron, je connaissais bien leur procédé, je m’attendais à une réponse blessante, ou un truc de style. Comme d’habitude, j’allais devoir lutter contre quelqu’un qui était en position de force. En effet, je n’avais rien à dire pour blesser Aaron, car je ne connaissais rien de lui et, à ma connaissance, il n’avait rien fait de scandaleux sur lequel je pouvais jouer pour lui faire du mal, alors que lui, il pouvait utiliser la sextape comme argument. Je ne dis pas que ça me blesserait, je m’étais faite à l’idée, mais il partait quand même avec un avantage. Regardez-le, là, sa clope au bec, me prenant de haut. « Besoin de se faire remarquer ? C'est vrai qu'on a pas parlé de toi depuis longtemps, c'est une marmotte de la région qui t'as volé la première page des journaux je crois ? » Puis la fumée de sa cigarette arriva sur mon visage, j’inhalais cette-ci pour me donner confiance. J’aimais cette odeur, elle avait le don pour me détendre et pour me donner confiance. « Evidemment ! Tu ne crois pas que si j’avais voulu me faire remarquer, j’aurais choisis un endroit un peu plus peuplé ? » Parce qu’on ne pouvait pas dire que cette rue grouillait de passants, ou du moins, pas assez à ma convenance, je valais quand même un meilleur public que ça, puis, les gens se fichaient pas mal de ce que je pouvais faire subir à Aaron, d’ailleurs, j’étais sure que les rares qui ont vu la scène qui venait de se produire ont poursuivis leur route sans s’attarder. « Malheureusement, me faire une scène en publique c'est pas forcément ça qui va faire à nouveau parler de toi et .. Désolé de te l'apprendre mais je suis pas non plus tenté pour une sextape. Même si t'es charmante quand tu te fâches. » Et voilà qu’on partait sur le sujet qui fâchait, bof, ça ne me faisait presque plus rien, et ça ne m’étonnait même plus, j’allais devoir me faire à l’idée que tout le monde utiliserait cet argument pour me rabaisser, malheureusement pour Aaron, je n’étais plus aussi faible que je ne l’étais au début, non, je ne baisserais pas la tête, non, je ne tournerais pas les talons pour rentrer chez moi, je garderais la tête haute coute que coute ! Je continuais de le défier d’un regard noir et haineux. Je pris un air plus détendu avant de regarder autour de nous, histoire de juger exactement le nombre de passant qui passaient par là puis je haussais les épaules. « Tant pis, je me contenterais de ça. » Puis mes pensées se concentrèrent sur la deuxième partie de sa phrase, celle qui traitait de ma sextape. Là, je ne pû m’empêcher d’avoir un petit rire. « Pourquoi ? Je ne t’ai pas convaincue dans la vidéo ? Tu doutes de mes capacités peut-être ? » Détrompez-vous, je n’étais pas en train de lui faire du charme, je lui tenais tête sur le terrain qu’il avait choisi, terrain pas très original soit-dit en passant. Un sourire illumina mon doux visage pendant que mes yeux descendaient et remontaient sa silhouette. Je ne pouvais pas m’empêcher de repenser à ce qu’il m’avait fait, sa trahison, son hypocrisie. J’avais envie de l’achever ici et maintenant, mais je devais garder mon sang-froid, déjà, parce que j’étais juste bonne à griffer et à tirer les cheveux (je ne m’étais jamais battue contre un garçon, c’était perdu d’avance), parce que je m’en voudrais de blesser son joli visage, et parce que je n’étais pas habillée pour. Mesdames et messieurs, garçons et filles, préparez-vous, la guerre vient de commencer, et je n’hésiterais pas à tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité


KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyJeu 14 Avr - 3:36

    Oui, Aaron était hypocrite et changé très facilement de camp, en apparence. Si désormais c'était lui qui passait pour le méchant de leur histoire, enfin histoire était un grand mot, il ne l'avait pas toujours été. Mais il n'avait jamais non plus été un de ses amis et si elle osait dire le contraire, il lui prouverait par cent fois à quel point elle aussi elle avait profité de lui. Il fallait regarder les choses en face, au fond Aaron lui faisait subir ce qu'elle avait légèrement tenté de lui faire subir du temps où il se pâmait à ses pieds pour un regard, pour une invitation à l'une de ses superbes soirées si chic, si bourgeoise. Certes elle n'avait pas été aussi loin, c'était simplement contentée d'apprécier qu'un garçon comme lui fasse tous les efforts possibles pour faire partie de son cercle mais malheureusement il avait finit par ouvrir les yeux et par comprendre ; jour les toutous dociles ce n'était pas pour lui.
    Grant était un électron libre, un pur sang sauvage qu'on ne pouvait pas dompter et si il y en avait un qui pouvait pas dire le contraire c'était bien Dwayne marshall à qui l'adolescent s'amusait à en faire voir de toutes les couleurs, même si il gardait une petite notion de respect du au rang du monsieur.
    Et puis Aaron n'était pas le seul à avoir tourné le dos à Karen quand la vidéo avait été diffusé alors pourquoi était-ce particulièrement à lui qu'elle en voulait ? Après tout, il ne l'avait pas forcé à faire ça et ne l'avait pas posté. Il était juste le mec qui lui en faisait baver comme la plupart, sauf que lui avait la délicatesse de le faire ne face à face, les autres se contentant de baver sur son dos. Oui, Aaron n'était qu'un petit merdeux sans cœur mais au moins en agressant Karen de la sorte il lui offrait la possibilité de se défendre, alors que tous ces hypocrites profitaient de son absence pour la dénigrer. Au fond, c'était un bon samaritain non ? Non ? Bon d'accord.

    En revanche, il était nettement moins violent que certains propos qu'il lui avait été donné d'entendre de-ci de-là. Si seulement Karen entendait le quart de ce qui se disait sur son dos.. Humm.. Aaron en souriait d'avance en imaginant ses jolis traits fins se déformaient en dégoût ou colère selon la teneur des propos. De toute façon, la blonde faisait parti de ces filles nettement plus agréable à regarder quand elle se fâchait que quand elle contenait sa colère, pas qu'il craquait sur elle – la bonne blague /sbaf/ - même si à une époque il n'aurait pas dit non mais il n'était pas aveugle même si il jouait très bien l'autruche.

    Se caressant la joue, sur laquelle la main de Karen s'était abattue, il la dévisagea un moment avant d'aspirer à nouveau du tabac et de lui tendre une cigarette retirée de son paquet. « Quitte à me tenir si charmante compagnie, autant te détendre un peu.. » fit-il sur le ton de la moquerie, avant de lever les yeux au ciel en l'entendant répondre. « Endroit plus peuplé, pourquoi pas, mais si c'est un endroit où je ne suis pas où est l'intérêt ? Franchement ? » haussant les épaules d'un air désinvolte pour passer le bout de sa langue sur l'intérieur de sa joue, peu habitué à recevoir un cadeau aussi empoisonné tel qu'une gifle.

    L'air de rien, peu stupide, Aaron se doutait bien que ce geste n'était que l'épilogue d'un long roman basé sur la vengeance de Karen et si la plupart des garçons auraient eu peur des retombés lui, il était impatient de voir ce qu'elle avait dans le ventre. Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait fièrement hurler sur les toits qu'on avait Karen Anderson sur le dos simplement parce qu'on lui faisait remarquer ce qu'elle était et ce qu'elle avait prouvé qu'elle était sur une vidéo. Au fond ce n'était pas tant la sextape qui l'avait choqué, c'était le manque de respect que Karen avait envers elle-même pour être assez stupide et coucher avec un abruti qui s'était foutu d'elle. Et ça, le respect, c'était une notion qu'Aaron chérissait plus que tout même si avec elle il oubliait un peu celle-ci.

    « Pourquoi ? Je ne t'ai pas convaincu dans la vidéo ? » arrachant un sourire énigmatique au jeune homme qui avala à nouveau du tabac. « Oh si si, même si je ne suis pas amateur de ce genre de petit film maison. Très convaincante. » pour hausser un sourcil et la fixer alors qu'elle renchérissait. « Tu doutes de mes capacités peut être ? » réflexion qui fut accompagnée d'un soupir de la part du jeune homme qui recula légèrement pour s'appuyer contre un poteau. « Karen, si il y a bien une chose sur laquelle je ne doute pas chez toi c'est ta capacité.. Capacité à se faire remarquer, capacité à se faire passer pour une victime, capacité à me pourrir ma journée je continue ? … » pour sourire avant d'ajouter. « Et si à une époque ça m'aurait pas gêné de vérifier ce dont tu es capable, j'ai malheureusement quelque chose qui s'appelle un amour-propre, je sais pas si tu connais vu que t'en as l'air dépourvu, qui fait que j'évite toute intimité avec des filles qui ont si peu d'estime pour elles-mêmes qu'elles … » il secoua la main de haut en gauche pour la désigner « se retrouvent sur des vidéos pornos à la vue de tous. » qu'elle se venge, au fond il attendait que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Karen E. Anderson
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Taylor Momsen
★ MESSAGES : 3258
★ ARRIVE DEPUIS LE : 12/06/2010
★ AGE : 23

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyJeu 14 Avr - 21:46

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Tumblr_litzr8Dv0J1qhau2eo1_500
« Think again, I also have the self-esteem. »

Je me doutais bien qu’Aaron ne serait pas tendre avec moi, mais il était clair que je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si brutal. De tout ce qu’on avait pû me dire jusqu'à maintenant, c’était sans doute ses paroles qui étaient les plus douloureuses à entendre. Blessée, je me sentais blessée, je me sentais en colère aussi, et honteuse. Qu’est que je pouvais répondre à ça ? « Karen, si il y a bien une chose sur laquelle je ne doute pas chez toi c'est ta capacité.. Capacité à se faire remarquer, capacité à se faire passer pour une victime, capacité à me pourrir ma journée je continue ? … Et si à une époque ça m'aurait pas gêné de vérifier ce dont tu es capable, j'ai malheureusement quelque chose qui s'appelle un amour-propre, je sais pas si tu connais vu que t'en as l'air dépourvu, qui fait que j'évite toute intimité avec des filles qui ont si peu d'estime pour elles-mêmes qu'elles se retrouvent sur des vidéos pornos à la vue de tous. » La couleur de mon visage avait tourné au rouge vif. Ma fierté venait de prendre un sacré coup. Je ne me rendais pas compte de ce que j’étais à l’extérieur, je croyais paraître fière, mais étais-ce vraiment ce que les autres voyaient ? Avant, je contrôlais mon image comme il le fallait, c’était d’ailleurs ce qui faisait ma popularité, mais depuis, je ne contrôlais plus rien, et ça me faisait mal de le reconnaître. Une rage soudaine m’envahit et c’est avec colère que j’abattis mes poings sur le torse musclé de mon interlocuteur qui s’était adossé contre un poteau. « Comment oses-tu ? Comment oses-tu ? Moi, me faire passer pour une victime ? MAIS JE SUIS LA VICTIME !! C’EST MOI QUI AI ETE PIEGE, MOI, TU M’ENTENDS ? MOOOOOOOOI !!!! » Pourquoi tout cet acharnement ? Pourquoi personne ne voulait me soutenir ? C’était vrai, c’était moi la victime dans l’histoire, et pourtant, tout le monde s’en prenait à moi, et personne ne reprochait rien à ce Preston, ça me dépassait, et ca m'enrageait par-dessus tout. Je fis un effort incroyable pour me retenir de taper plus sur le pauvre torse d’Aaron, et pour ne pas fondre devant lui. Je me reculais d’un pas avant de ravaler ma colère et ma honte. Je devais surpasser ça, sinon, ça voudrait dire qu’Aaron aurait gagné. J’avais envie de tout lui dire, de lui expliquer comment je me sentais, mais je ne voulais pas passer pour la fille qui se plaignait sans arrêt, ca pouvait se retourner contre moi. En ce moment, j’avais l’impression que tout ce que je disais ne faisait qu’encourager les autres à me mépriser encore plus qu’ils ne le faisaient déjà. « Détrompe-toi, moi aussi j’ai de l’amour-propre. » Ca, j’en étais convaincue. « Puis d’abord ? T’es qui pour me dire ça toi ? » Poursuivais-je agressivement. « Tu ne sais pas ce que je vis tous les jours, tu ne sais pas ce que ça fait de tomber en bas de l’échelle sociale du jour au lendemain, un jour, ils t’aiment, le lendemain ils te traitent comme une moins que rien. Mais le plus dur, c’est de me dire que pendant que je subis ça, cet enfoiré de Preston se la coule douce !! C’EST INJUSTE ! Je ne méritais pas ça ! » Je n’arrivais pas à reprendre mon calme, il fallait que ça sorte. Même si Aaron s’en fichait pas mal, je ne pouvais plus me retenir. Je le regardais dans les yeux, je le fusillais du regard. « Puis toi, t’as bien retourné ta veste hein ? T’es content maintenant ? Et dire qu’il y a quelques temps, tu te trainais presque à mes pieds pour que je t’invite à mes fêtes. Tu n’es qu’un bel hypocrite. »

Je n’étais plus triste, je n’étais plus désespérée, je n’étais plus honteuse, je n’étais plus dans le même état d'esprit qu'au début. Depuis quelques temps, je ne me cachais plus. Maintenant, j’étais en colère contre le monde entier. Parce que, quand je repensais à cette histoire, je ne me voyais pas fautive. Même si j’avais dis le contraire à Dana, je n’arrivais pas à me faire à cette idée que tout était de ma faute. Ok, j’avais été naïve, ok, on m’avait prévenu que Preston n’était qu’un salop, mais je ne méritais pas ça bordel ! Non, je ne méritais pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité


KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyVen 15 Avr - 2:09

    Les mots avaient dit avec froideur, et peut être méchanceté, pour la faire réagir. Pour la faire sortir de ses gonds ce qui, au fond, n'était pas très dur quand on s'appelait Aaron et qu'on savait utiliser les mots avec autant de force qu'une arme blanche pour faire mal à l'autre. Et sa réflexion avait eu l'effet escompté puisqu'il fut aux premières loges pour admirer le brutal changement de couleur de son visage, assez pour deviner qu'elle allait réagir tant physiquement que verbalement. Il finissait par comprendre le système de fonctionnement de Karen, à force d'observer et de chercher la petite bête. Certains, ceux qui partageaient la rage de la jeune fille pour lui, auraient simplement dit qu'il méritait le coup .. Si elle l'avait touché. Plus par chance que par réflexe, il lui attrapa le poignet avant que le coup ne s'abatte dans son ventre. D'une pichenette, il jeta son mégot au loin et se redressa, tenant toujours le poignet de la blondinette dans sa main.

    « C'EST MOI QUI AI ETE PIEGE, MOI, TU M ENTENDS ? MOOOOII! » arrachant un sourire à Aaron qui soupira. « Je na parlais pas de victime par rapport à ta vidéo, pauvre tâche. Mais tu t'étonnes vraiment de voir ces gens te tourner le dos dès que Mlle Anderson n'a plus l'image qu'elle se donnait ? » relâchant son bras, il la laissa reculer, gardant un air neutre. « Ca t'étonne même pas la facilité avec laquelle ceux que tu croyaient tes supers amis t'ont lâché ? C'est ce qui nous différencie, je ne m'attache pas à des gens qui, je le sais pertinemment, ne seront pas là au premier coup dur. »

    Alors qu'elle continuait de parler, il l'écoutait. Peu surprenant au fond, Aaron avait beau mener la vie dure aux gens, avec ou sans raisons, quand on lui parlait il écouté. Les mauvaises langues auraient dit que c'était pour avoir quelque chose de croustillants à raconter.. Ceux qui le connaissaient auraient admis que c'était simplement naturel chez lui. Se frottant la lèvre inférieure de son index gauche, il glissa sa main droite dans sa poche et la dévisagea. Tiens, elle aurait presque eu l'air sincère, se surprit-il à penser. Sauf qu'il se méfiait de Karen et de ses façons d'agir, un peu comme il se méfiait de tous ces gosses de riches qui se croyaient au-dessus de tout le monde et qui s'étonnait de ne plus avoir personne à leur côté au premier coup dur.
    Paradoxalement, karen déversait de sa frustration devant le seul qu'elle semblait juger coupable de sa nouvelle réputation. Si elle le fusillait du regard, lui la dévisageait de son regard électrique partagé entre la plaindre pour se moquer et la secouer pour la réveiller..

    « Les aléas du succès Karen. T'es comme une rockstar tu vois, du moins pour eux parce que pour moi mais passons .. Hier t'étais là, il leva la main au-dessus de sa tête, le lendemain ils ont trouvé une meilleure attraction tu t'es retrouvée là.. il baissa la main au niveau de sa cuisse. Moi je suis juste assez lucide pour savoir que t'es juste une fille comme une autre, et que maintenant que t'as perdu tes strass et tes domestiques va falloir réapprendre à vivre comme une banale ado'. »

    La suite de sa réflexion sur le fait qu'elle ne méritait pas ça força Aaron à se raidir et contracter ses muscles. Y avait pas à dire, Karen avait le don de le faire sortir de ses gonds, par chance il se retint de lui mettre une bonne claque pour la réveiller. En revanche comme elle semblait avoir besoin de bonnes leçons, il se permit de toussoter pour répondre d'un ton un peu agacé.

    « Je vais te dire ce qui est injuste moi.. L'injustice c'est des parents qui enterrent leurs enfants parce qu'un barge les a flingué. Putain mais Karen arrête de pleurer sur ton sort. » Il se passa les mains sur le visage en reprenant sa respiration. « Mais regarde toi franchement ! Pourquoi tu m'emmerdes avec tes histoires de princesse ratée ? T'as un toit T'as de quoi te nourrir ? De quoi payer tes études ? T'as de l'avenir, d'ici un mois tout ça sera oublié et tu pourras reprendre cette vie bourrée d'hypocrisie dans laquelle tu te complais alors arrête de chialer merde ! Ce que tu m'agaces ! » histoire de pas avoir l'air de s'intéresser à son avenir et à elle.

    Quittant son poteau, Aaron s'approcha de Karen, la fixa un moment avant d'hausser les épaules. Certes il ne connaissait pas tous les problèmes que cette vidéo avaient engendré dans sa vie, au fond il s'en moquait un peu, mais il ne comprenait pas cette façon de baisser la tête et de recevoir les coups sans rien faire. C'était ce qui l'énervait le plus. Ça aurait été lui que depuis longtemps il aurait relevé le menton pour se nourrir des réflexions et des moqueries. Mais c'était ce qui faisait la différence entre lui et Karen ; lui il avait la volonté de survivre aux moindres pépins.

    « Tu n’es qu’un bel hypocrite. » lui répliqua Karen, arrachant un rire cristallin à Aaron qui la dévisagea un moment. « Attends, t'es sérieuse là ? » sourire aux lèvres, il glissa sa main dans ses cheveux avant de lâcher, sans cacher un fou rire contenu « Je suis pas plus hypocrite qu'un autre. Sur toutes les personnes qui t'ont tourné le dos, dis moi, pourquoi c'est à moi que tu viens casser les pieds .. Pour rester poli. » se penchant légèrement en avant, pour approcher son visage de celui de Karen, prêt à entendre sa prochaine réponse naïve.
Revenir en haut Aller en bas
Karen E. Anderson
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Taylor Momsen
★ MESSAGES : 3258
★ ARRIVE DEPUIS LE : 12/06/2010
★ AGE : 23

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde EmptyVen 15 Avr - 3:44

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Tumblr_litzr8Dv0J1qhau2eo1_500
« I am a strong woman myself »

Se lâcher un peu, ça faisait du bien. Ca faisait longtemps que je ne m’étais pas exprimé ainsi. Bon, il était clair que j’aurais voulu me « confier » en quelques sortes à quelqu’un d’autre plutôt qu’a Aaron, j’aurais voulu dire tout ça à un ami, mais je n’en avais plus tellement, pour ne pas dire plus du tout. J’avais repris mon calme et j’eu la surprise de me découvrir détendue. Bien sûr, ce qui suivait mes cris était nettement moins drôle. Voilà que ce très cher Aaron se mit à me donner des leçons, à me faire la morale. Il me sortit tout un speech qui parlait d’injustice, de popularité, d’amitié, d’hypocrisie, de rockstar, de haut et de bas etc. Discours que j’écoutais à peine et qui me fit sourire. Il n’avait pas à me donner de leçons, je savais très bien que la vie était injuste, je savais très bien que j’avais de quoi me payer tout ce que je voulais. Mais ça voudrait dire que je n’avais pas le droit d’avoir des problèmes ? Je fixais Aaron, un sourire moqueur sur le visage. « Tu as tout à fait raison Aaron. Alors, je n’ai plus d’amis, ils m’ont tous lâché, mes parents se fichent totalement de moi, j’ai presque toute la ville à dos, les gens me regardent bizarrement, les vieilles chuchotent quand je passe devant elles, presque personne ne veut plus me parler, j’ai failli crever dans un accident de voiture mais tu as raison, j’ai tout pour être heureuse, non, je n’ai vraiment pas à me plaindre. » Répondis-je avec sarcasme. Je savais déjà la prochaine réponse qu’il allait me sortir. J’étais quasi-certaine qu’il allait me sortir le discours banal classique : Mais on a tous nos problèmes, et on ne vient pas chialer nous ! Je la sentais venir à des kilomètres à la ronde. C’est là que je compris que ça ne servirait à rien de tenter de me défendre, c’était un combat perdu d’avance, j’avais l’impression que le monde était contre moi. Je n’avais pas la force de tous les affronter un par un. Puis de toutes façons, même si un jour, je redevenais l’adolescente populaire, les gens continuerais de me juger et se souviendront toujours de ce que j’ai fais. Autant s’avouer vaincus, car là, je ne pouvais pas lutter. Un sourire illumina mon visage. Je le prenais bien. Puis, Il avait raison, dans quelques temps, les gens trouveront un autre souffre-douleur et m’oublieront, jusqu'à là, je n’avais plus qu’a vivre normalement. Aaron n’avait pas tort, j’avais perdu tout mes strass et toutes mes paillettes. Ce n’était pas mon genre de m’avouer vaincue, mais je savais anticiper les choses, et je savais que là, j’étais trop faible, je n’y arriverais pas sans soutient. Mais personne ne pourra dire que je ne me suis pas battue. Je me retirais fière de cette course à la popularité que je ne pourrais remporter.

Non, en réalité, j’avais une idée derrière la tête. Non mais, pour qui vous me prenez ? Vous pensiez-vraiment que je me retirerais comme ça ? Non, ce n’est pas du tout mon genre voyons. Je suis une femme forte moi. Je me mis à applaudir Aaron, toujours ce même sourire sur le visage. Je m’approchais de lui afin de lui saisir les épaules. « Tu as raison Aaron, je ne suis pas en mesure de me plaindre. C’est vrai, il y a des gens qui ont plus de problèmes que moi, quand j’y pense, c’est vrai que ce n’est pas si grave que ça. Je vais arrêter de m’apitoyer sur mon sort. Je ne t’en veux plus, je n’en veux plus à personne. La vie continue, il est temps que je reprenne tout à zéro. On va manger un truc ? Je t’invite ! » Je pris un air un peu enthousiaste. Je savais que j’étais bonne actrice, j’avais passé ma vie à jouer un rôle, puis, je savais ce que je faisais. Même si je doutais qu’Aaron croit à ce changement si soudain. Je savais qu’il se méfiait de moi. « Puis, pour répondre à ta question … Pourquoi toi ? Parce que tu es le premier que j’ai vu pardi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty
MessageSujet: Re: KAREN&AARON • Revenge of a Blonde KAREN&AARON • Revenge of a Blonde Empty

Revenir en haut Aller en bas

KAREN&AARON • Revenge of a Blonde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Madelaine Street-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit