AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

TOPIC LIBRE • Bad Day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Taylor Momsen
★ MESSAGES : 3258
★ ARRIVE DEPUIS LE : 12/06/2010
★ AGE : 21

MessageSujet: TOPIC LIBRE • Bad Day Sam 19 Fév - 12:42


« Toi mon poulet, on va pas être copain ! »
« BORDEL ! Tu vas la bouger ta putain de caisse ? Tu crois que j’ai que ça à foutre d’attendre que tu gares ta poubelle ? Magne-toi ! » Pestais-je rageusement en passant ma tête par la vitre de ma belle voiture, attendant que l’homme qui bloquait tout le passage réussisse son créneau. Je n’étais pas vraiment de bonne humeur cette après-midi frais mais ensoleillé. Mon lave-linge m’avait lâché à mon plus grand regret et j’avais été contrainte malgré moi de me rendre à la laverie sans quoi je ne pourrais laver ma tonne de linge sale. Bien évidemment, j’aurais pû appeler un réparateur mais … sur le coup, je n’y avais pas pensé. « C’est pas trop tôt ! » grommelais-je en poursuivant ma route, cherchant une place de parking. A mon grand étonnement, je constatais que ce dernier était étonnement bondé. Combien de personne ne possédaient pas de quoi laver leur linge ? Je haussais les sourcils tout en soupirant. Cette journée était sans doute la pire de ma vie, tout allait mal. Déjà, mon lave-linge en panne, maintenant le temps fou que je prenais pour trouver une misérable place de parking, et j’avais le sentiment que ça ne faisait que commencer. « RAAAAAAAAH ! » criais-je dans ma voiture, rageuse à l’idée de ne pas trouver de quoi me garer. Je tournais en rond, guettant le départ d’une éventuelle voiture, à l’affut, tel un loup qui guettait son mouton, prête à foncer, tout en continuant de tourner en rond. {…} « HEY ! C’ETAIT MA PLACE ! JE L’AI VUE EN PREMIERE ! BOUGE DE LA ! » 10 minutes, dix minutes qui m’avaient semblée être une éternité, dix minutes à attendre qu’une de ses maudites places se libèrent. Pendant une seconde, j’y ai cru, mais non, dix minutes qui allaient venir se rajouter au temps que j’allais encore devoir attendre avant qu’une nouvelle place se libère. « Toi mon poulet, on va pas être copain ! » dis-je en serrant les dents sans savoir de qui il s’agissait, de toutes manières, je ne voulais pas savoir de qui il s’agissait, tout ce que j’avais besoin de savoir, c’est qu’il m’avait volé ma place de parking, sans aucuns scrupules. J’avais juste eu le temps de mémoriser son visage, avec un peu de chance, je risquais de le recroiser à l’intérieur. Oui, avec un peu de chance … {…] « Quinze minutes pour me garer QUINZE MINUTES ! Vous y croyez ? » Dis-je pour moi même en claquant la portière de ma voiture. Après cinq nouvelles minutes d’attente, j’avais réussi à me garer. Ouvrant mon coffre, je récupérais mes deux paniers qui contenaient tout mon linge à laver. Je manquais de lâcher quelques larmes devant cette immensité de fringues. J’allais sans doute passer des heures dans cette laverie, avec tout ce que j’avais à laver, et une machine n’allait pas me suffire, et vu le nombre de voitures qui se trouvaient sur le parking, je n’étais pas sortie de l’auberge, que dis-je, de la laverie.

Mes compétences dans tout ce qui était « entretient et cie. » étaient minime, c’était le cas de le dire, heureusement que je savais comment trier mon linge et utiliser une machine à laver, c’était déjà mieux que rien, puis, il ne me fallait rien de plus pour utiliser les machines de la laverie. Mes deux paniers sous les bras, je rentrais à l’intérieur. Et là, le gros choc. Toutes les machines prises, et une file d’attente que je jugeais beaucoup trop longue à mon goût. « Sérieusement ? » m’exclamais-je en pointant du doigt la foule, comme horrifiée. J’avais la sensation d’exploser, trop de pression. Je le savais que cette journée de malheurs ne faisait que commencer. Les catastrophes s’enchainaient les unes après les autres. « Pourquoi ? Pourquoi ? » Me lamentais-je en claquant ma main contre mon front. Réussirais-je à mener à bien ma mission de lavage ? Je serrais les dents, essayant de garder mon sang-froid, me retenant de crier, de céder à la rage qui m’envahissait petit à petit. Restons calme, pensais-je en reprenant une respiration normale. Fermant les yeux, je me concentrais sur cette dernière, celle-ci se faisait de plus en plus lente et contrôlée, j’inspirais de l’air, et j’expirais mes soucis, tâchant de penser à autre chose qu’a cette foutu laverie.

{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}{…}

Je savais comment faire fonctionner une machine à laver. Une normale, je veux dire. Seulement, les machines de cette laverie étaient bien différentes de celle que j’avais à la maison, je ne comprenais rien. Comment on ouvrait ? Comment ça se mettait en route ? Je plissais les yeux de colère, la malchance me poursuivait et je me sentais impuissante face à ça. Reprenant mon calme, je fis un tour sur moi-même, essayant de trouver une personne qui m’inspirait confiance à qui je pourrais demander de l’aide. Je réussis à trouver une personne qui me semblait bien, à la silhouette qui m’était familière. « Excusez-moi ? » l’abordais-je en lui tapotant gentiment l’épaule. Quand il se retourna, je le reconnus. C’était lui qui m’avait volé ma place de parking quelques minutes plus tôt. Sans se faire prier, mon visage changea rapidement d’expression pour laisser place à quelque chose de sombre. « VOUS ! » m’exclamais-je en posant mon index sur son torse d’une façon agressive. « Vous m’avez volé ma place de parking ! » Ce n’était pas grand-chose, mais il ne fallait pas m’énerver lorsque j’étais de mauvaise humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: TOPIC LIBRE • Bad Day Mar 15 Mar - 10:37

Je peux ? ^ ^


Trois coups. Toc Toc Toc. Je me retourna dans mon lit, tournant le dos à la porte, fronçant les sourcils dans l'espoir que les rêves qui avaient disparus quelques secondes au par-avant, remontent à la surface, me permettant de m'éloigner de la réalité. Trois coups. Toc Toc Toc. Attrapant un de mes trois oreillers, car oui, j'aime dormis avec trois oreillers, je l'abatis sur ma tête dans le seul but de ne plus rien entendre. Trois coups, plus fort cette fois-ci. TOC TOC TOC. Cette fois je balança mon oreiller à travers la pièce :

- QUOI ?

S'était définitif, ma mâtiné commençait très mal. Je lança un coup d'œil vers l'entrebâillement de la porte. Une ombre se dessinait derrière la porte. Une ombre timide. Je connaissais peu ma tante, mais j'en savais suffisamment sur elle pour savoir que sa timidité et son manque d'autorité lui causeraient du tort. Je l'entendis murmurer :

- Je me demandais si tout allait bien

Je ronchonna dans mon lit, sans rien répondre à cette phrase aussi stupide qu'inutile. Elle hésita quelques secondes encore devant la porte et descendit les escaliers qui menaient à la cuisine. Ronchonnant de nouveau je tenta un rapide coup d'œil à mon réveil posé sur une table de chevet neuve. A bien y réfléchir, tout était neuf dans cette chambre. Le lit, la commode, la lampe... Un dressing avait même été construite pour l'occasion. Quelle occasion me direz-vous ? Et bien mon arrivé. Bin oui je vais très vite devenir une star locale, ils vont m'aduler. Je me retourna sur le dos et fixa le plafond ainsi que le lampion japonais bleu turquoise accroché en hauteur.
Mon avion avait fraichement atterrit sur la piste un peu moins de vingt-quatre heures au par-avant. A mon grand étonnement, ma première nuit dans cette ville ne fut troublée. Bien au contraire, pour la première fois depuis des années, mon sommeil ne fut pas agité.
Je démarrais une nouvelle vie, et je devais bien m'y faire à l'idée. Mais après tout, n'était-ce pas la meilleure solution ? Dylan n'avait-il pas eu raison de m'envoyer chez Hannah avant que tout ne dégénère. Mais ma vie était en Australie, même si j'y avais des souvenirs que je préférais effacer à jamais. Bien entendu, on me donnait une nouvelle chance, pourquoi ne savais-je pas en profiter ? Je me retourna une nouvelle fois dans mon lit. Tant de réponses et pourtant aucunes réponses ne se présentaient à moi.

Il me fallut encore quelques minutes avant de me décider à sortir du lit, prendre une douche et descendre déjeuner en compagnie d'Hannah. Elle était là, assise à sa table, un bol de café dans une main, le journal dans l'autre. Elle releva la tête et me sourit.

- Léonie, te voilà enfin. Tu as faim ? Regarde j'ai tout préparé pour ton petit déjeuner. Je ne savais pas ce que tu prenais, car oui nous n'avons pas eu le temps de tellement parlé hier, tu semblais si fatigué. En même temps, c'est normal, je ne te reproche rien tu sais, le décalage horaire, ce n'est jamais facile. Donc j'ai fais du café, et j'ai aussi fait chauffé du chocolat. J'ai acheté du pain, et des céréales, ainsi que des biscottes. Tu les veux grillé peut être ? A et oui je ne savais pas quelle confiture tu aurais choisis, alors j'ai pris différentes sortes....

Oui vous aussi vous trouvez qu'une bonne claque sur sa joue vous ferrez plus de bien à vous qu'à elle. Et attendez, ce n'est pas terminé. Je dois vous avouer que dès le matin, j'ai un peu de mal avec ce genre de comportement aussi enjoué.
Je ne me contenta ni d'un hochement de tête, ni d'une réponse. Je resta de marbre et m'avança vers la table. Mon regard se posa alors sur une boite de céréales. Celles là même que je mangeais quand je prenais encore mon petit déjeuner en Australie. Je saisissais ladite boite pour l'observer de plus près. Le petit écureuil qui grignotait sa noisette m'observait attentivement...

- Sinon, tu as bien dormis ? Tu sais, si jamais tu as un soucis, tu peux m'en parler, je suis là et...

Je lui coupa la parole avant qu'elle ne recommence son monologue interminable et qui vous barbe autant que moi...

- Tu sais où je pourrais trouver une laverie automatique ?

Je n'avais pas nécessairement besoin de laver du linge mais il fallait d'urgence que je sorte d'ici. Vous savez comme les personnes enfermés dans un ascenseur qui ressentent le besoin immédiat de sortir de ce dernier avant de se manger entre eux. Non pas que j'éprouvais un quelconque besoin de cannibalisme à cet instant précis.

- Je peux te le laver tu sais.

Je me surpris à employé un ton froid et sec. Dans l'ensemble, je n'étais pas du genre à répondre, j'étais une jeune fille agréable, douce et agréable. Mais je ressentais en ce moment le besoin de montrer à ma tante que, malgré sa gentillesse, je n'étais pas prête à jouer amie amie avec elle. Et encore moins lui dévoiler mes petits secrets à la Gossip Girl.

- Non merci, je me suis toujours débrouillée seule, ce n'est pas maintenant que j'ai besoin d'une mère

Sur ces mots, je pris mon sac dans l'entrée et claqua la porte d'entrée. Dès que mes pieds touchèrent le palier extérieur, les remords m'envahirent. Je savais très précisément que mon comportement envers elle était intolérable et la seule chose que je désirais à présent était d'aller m'excuser. Mais mon humeur n'était pas encore assez bonne pour cela.
Mon ventre grogna et je me promis de passer acheter quelque chose à grignoter en chemin.

X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X.X

Après m'être arrêté au super marché du coin pour acheter des gâteaux qui me serviraient de petit-déjeuner, mes pieds me dirigèrent vers la laverie que j'avais repéré la veille. A l'intérieur, il n'y avait que peu de monde. Je m'installa à une table car à vrai dire je n'avais rien à laver. Mais Dieu seul sait pourquoi, je sentais le besoin de rester ici. Quoi que le mot besoin est un peu fort. Il s'agissait seulement d'une envie. Après quelques secondes, une jeune blonde enta dans la laverie. D'un oeil je l'observais. Son visage montrait clairement qu'elle ne semblait pas d'humeur ce qui, intérieurement, me fit sourire. Je n'étais donc pas la seule dans cette ville à avoir eu un réveil douloureux ? Après quelques instants, elle s'approcha d'un jeune homme et se mit à pester contre lui. Je ne prêta pas attention à leur conversation, mais la blondinette semblait remonté contre l'inconnu. Ce dernier ne semblait d'ailleurs pas relevé la parole. Il semblait d'ailleurs prendre la jeune fille de haut. Une fois qu'elle eu terminé, il tourna les talons et se concentra de nouveau sur son linge. Ce « Je m'en foutissme » me fit sourire et sans que je n'eusse contrôler quoi que se soit, un rire sortir de ma bouche. La blonde se retourna vers moi me fusillant du regard. Je ravala mon sourire. Oups. Je venais tout juste d'arrivé et ce n'était pas tellement le moment de ce mettre des personnes à dos. Ravalant ma fierté et je peignis un immense sourire sur mon visage.

- Dure journée ?











Revenir en haut Aller en bas
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Taylor Momsen
★ MESSAGES : 3258
★ ARRIVE DEPUIS LE : 12/06/2010
★ AGE : 21

MessageSujet: Re: TOPIC LIBRE • Bad Day Sam 26 Mar - 6:31


« I felt I no longer have any friends »

Et où tout ça m’avait mené ? A l’humiliation, la honte ! L’homme qui m’avait piqué ma place m’avait fait taire en me regardant de haut et en se fichant complètement de ce que j’étais en train de dire. Le résultat ? Je m’étais affiché devant toute la laverie, et les paires d’yeux se dirigeaient tous vers une seule direction qu’était la mienne. Je tournais sur moi-même, réalisant à quel point je m’étais rendue ridicule. Après tout, ce n’était qu’une place de parking. En ce moment, tout allait mal, c’était un fait, et ça avait le don de m’énerver. En colère, ça je l’étais, haineuse comme jamais, je fusillais du regard tout ceux qui me regardaient avant de lancer agressive : « Qu’est que vous regardez ? » Les gens ne semblaient ne plus s’intéresser à moi, ils tournèrent le regard tandis que je rejoignais mes deux paquets de linge à laver. Ils le tournèrent tous, sauf une personne. Même le bruit de mes talons contre le sol n’avait pas réussis à masquer son petit rire moqueur. Furieuse, je tournais la tête vers la sa provenance et je pû découvrir une jeune femme blonde, assise sur une table, en train de me fixer tout en souriant. Je la fusillais du regard avant de lui lancer sur le même ton avec lequelle je m’étais adressé à la foule quelques secondes auparavant : « Jpeux savoir ce qui te fait rire ? » Je n’aimais pas qu’on se fiche de moi, et surtout pas une inconnue. Après l’avoir bien regardée, j’étais certaine de ne jamais l’avoir vu à New Heaven, qui était t’elle ? Ce n’était plus comme si je ne sortais pas de chez moi, je connaissais au moins de vues toutes les personnes présentes dans cette laverie, sauf elle, tant mieux, puisque je ne la connaissais pas, je n’avais pas à lui montrer le moindre signe de respect. Je lui lançais un dernier regard noir avant de tourner les talons et de retourner m’intéresser à cette foutue machine. Je me penchais vers cette dernière tout en me posant les mêmes questions. Bon sang, comment fonctionnait ce vieux tas de ferraille ? Au hasard, j’introduis une pièce dans une fente, espérant un résultat. Je l’avais eu mon résultat, la machine se mit en route, le truc se mit à tourner … mais sans le linge. Je regardais la machine avec de grands yeux ronds et avec la bouche entre-ouverte … J’allais devoir supporter cet endroit plus longtemps que prévus. Une moue désespérée s’en suivit d’une grimace dégoutée, décidemment, tout allait de travers.

« Dure journée ? » Dure n’était pas le mot que j’aurais employé, j’aurais plutôt dit « mauvaise » mais soit, il était clair qu’elle ne s’était pas passée comme je l’aurais voulue. Certes, je n’avais rien prévue de spécial mais je ne m’attendais pas à me retrouver dans une laverie à attendre qu’une machine vide s’arrête de tourner. Les boulettes s’enchainaient, ainsi que les malheurs, que voulez-vous, il y a des jours avec, et des jours sans, mais en ce moment, j’avais l’impression de collectionner les mauvaises journées. Je m’assis sur ma machine, posant mes coudes sur mes cuisses et mon menton sur mes paumes accueillantes, et j’attendais tout en soupirant de temps en temps. Je ne savais pas à quoi penser, il ne se passait rien de bien excitant dans ma vie en ce moment, c’était un petit train-train quotidien alimenté en malchance. Ce n’était plus comme avant, rien ne serait plus comme avant. Mes yeux se perdaient dans le tourbillon de mousse et d’eau de la machine en face de moi, transportée, j’en oubliais même que quelqu’un m’avait parlé, quelques instants plus tôt. Réalisant ceci, je sortais de mes pensées vides avant de me tourner vers cette voix qui m’avait adressée la parole. C’était cette femme qui avait rit de mon humiliation quelques minutes auparavant. Pour être tout à fait franche, je n’avais aucune envie de lui parler mais … tant qu’a faire, passons le temps. Je n’avais rien à faire de toute façon. Je n’envoyais plus de sms, malgré mon répertoire bien rempli, j’avais la sensation de ne plus avoir d’amis, je me sentais terriblement seule, je n’avais pas d’occupations sous la main, refuser la dialogue aurait été stupide. « Surtout mauvaise … » répondis-je sans grand enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: TOPIC LIBRE • Bad Day

Revenir en haut Aller en bas

TOPIC LIBRE • Bad Day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Meansborough :: Clean Heaven-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit