AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Mar 17 Aoû - 11:59


    «Some people fight,
    some people fall »

      the heart never lies - mcfly

    icons © yumita
Shannen E. Townsend & Timothy L. Goodwin
Living's easy with eyes closed

.


    « Mec vraiment j’suis désolé » Il n’avait même pas besoin de le dire, l’expression sur son visage parlait pour lui. « Y’a pas de quoi j’t’assure, c’est pas ta faute c’est moi qui étais pas concentré, t’as vraiment pas à t’excuser … Et puis c’est juste une bosse, pas de quoi en faire une maladie » Néanmoins il s’empressa de remettre sur sa pommette droite la poche de glace qu’il avait quelques instant retiré de son visage pour parler.

Sûr que son pote ne l’avait pas raté, comme en témoignait la marque violacée sur son visage. Et dire que demain il célébrait un mariage, il allait avoir l’air fin avec un cocard pareil. Enfin, comme il venait de le dire il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, on n’avait pas idée de perdre sa concentration au beau milieu d’un round, même pendant un entrainement … Non, hors de question que Timothy se laisse à nouveau avoir de cette façon, la première chose que l’on apprenait en montant sur un ring c’était de laisser ses problèmes au vestiaire, et si cette fois-ci il l’avait momentanément oublier il veillerait à ce que cela ne se reproduise plus à l’avenir.

{ … }
Une heure plus tard notre Tim poussait la porte de sortie du gymnase et gagnait le trottoir d’en face, dans l’optique de rejoindre le centre ville. Comme à son habitude il n’avait pas pris sa voiture et était venu à pieds, cela faisait d’ailleurs bien une semaine qu’il n’avait pas démarré sa voiture … A quoi bon se torturer l’esprit quand il lui suffisait de marcher, ce n’était pas comme si New Heaven était une ville immense de toute manière. Ayant quitté son pantalon de jogging blanc ainsi que son tee-shirt rouge, le pasteur avait balancé en boule ses affaires de boxe au fond de son sac de sport et après avoir pris une douche brûlante dans les vestiaires du gymnase il avait retrouvé tee-shirt noir, chemise noire également et jean usé jusqu’à la corde ; Ses habits de tous les jours en somme. Maintenant qu’il était dehors, sac sur l’épaule, il se tortillait tant bien que mal pour récupérer son iPod dans la poche de son jean, après quoi les écouteurs sur les oreilles il avait laissé passé plusieurs chansons avant de s’arrêter sur « Something Stupid » de Franck et Nancy Sinatra. Il n’y avait pas une chanson de Sinatra que Tim n’eut pas déjà écouté, il faut dire qu’il trouvait à ce type une classe certaine qu’on ne retrouvait pas chez un chanteur commercial de l’époque actuel. Un peu vieux jeu le Tim ? Sur certains points oui, et il l’avouait sans aucuns complexes, il n’était plus à un âge où on essayait de se fondre dans la masse et à aimer la même chose que les autres pour faire comme tout le monde.
Jetant un coup d’œil à sa montre, il pressa le pas en réalisant qu’il était déjà vingt et une heure passée. Il avait trainé dans les vestiaires plus de temps qu’il ne l’aurait pensé, mais sans doute le fait qu’il soit un peu sonné l’avait rendu aussi momentanément un peu plus long à la détente. Au sortir de la douche le cocard qui lui barrait le dessous de l’œil droit lui semblait avoir pris une teinte aubergine qui n’avait rien de très ragoûtant, mais déjà la chose se faisait moins douloureuse que tout à l’heure. Le moins que l’on puisse dire c’était que son adversaire avait un sacré coup droit.

Arrivé sur Ackroyd Lock, il ralentit à nouveau le pas, arrivant aux abords du Trick or Treat, bar où il avait l’habitude de s’arrêter après ses entrainements de boxe pour boire un café. Débarquant ici toujours à la même heure trois fois par semaine, il n’avait même plus besoin de s’exprimer, le barman savait automatiquement quoi lui servir, bien qu’il se soit au début étonné de se voir commander un café à une heure aussi tardive. Mais pour Timothy cela ne constituait pas un problème, étant insomniaque chronique il se foutait bien que la caféine l’empêche de dormir, même sans il ne dormirait de toute façon pas plus de trois heures durant la nuit. Et puis que pouvait-il commander dans un bar à part du café, étant donné qu’il ne buvait pas d’alcool ? Les sodas ça allait un temps, mais on finissait par s’en lasser … et puis il ne fallait jamais abuser des bonnes choses. Pour ce qui était du café en revanche Tim avait conscience d’abuser totalement, il était accro à la caféine presque autant qu’à la boxe, et s’il buvait dix tasses de café dans la journée sachez que c’était un minimum.
Attendant qu’on lui prépare son café, il était allé prendre place à l’une des tables située près de la fenêtre. Il faisait trop frais ce soir pour aller se mettre en terrasse et les seuls qui s’y risquaient étaient les fumeurs bannis de l’intérieur du bar … Fumeurs que Timothy ne tarderait sans aucun doute pas à rejoindre, fumant lui-même comme un vrai pompier. La clope et la caféine, voilà quels étaient les deux principaux vices du pasteur de cette ville, du moins maintenant, mais Dieu seul savait qu’il n’en avait pas toujours été ainsi … Et ce n’était pas February Bouwmeester qui dirait le contraire. Mais là n’était pas la question, encore une fois.

Son café arrivé, Tim s’était laissé aller à la détente quelques instants, appréciant la chaleur de sa tasse de café entre ses doigts, et fermant les yeux quelques instants il tenta par la même occasion d’effacer de son esprit l’impression que sa pommette avait doublé de volume. Ce qui n’était qu’une impression, même si elle restait enflée et un tant soi peu douloureuse. Ouvrant à nouveau les yeux il remarqua tout de suite la silhouette qui ne se trouvait pas dans son champ de vision quelques instants plus tôt, avant qu’il ne ferme les yeux. Même de dos il n’avait eut aucun mal à la reconnaitre, avec sa chevelure blonde et sa façon de bouger bien à elle, il l’aurait sans doute reconnu même si la pièce avait été bondée d’inconnues blondes. Tournant la tête de son côté, la jeune femme l’avait à son tour remarqué, et quittant quelques instants sa place et son café Timothy s’était levé pour aller la saluer.

    « Mademoiselle Townsend, en voilà une agréable apparition » La compagnie de Shannen avait tendance à le rendre un peu moins maussade, en règle générale, aussi espérait-il bien pouvoir profiter de sa compagnie quelques instants. « Depuis le temps que je dis que je vous dois un café, ce soir je vais peut-être enfin pouvoir vous l’offrir ce café … où n’importe quoi d’autre d’ailleurs » Oui, il se rattrapa au beau milieu de sa phrase en se faisant la réflexion que tout le monde n’était pas aussi étrange que lui, consommant du café à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit sans jamais se lasser.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Mer 22 Sep - 23:53


Timothy L.Goodwin & Shannen E.Townsend
« Living's easy with eyes closed »

La journée à la mairie avait été des plus banales. Le travail que j’effectuais était devenu totalement automatique. C’était l’inconvénient de faire un métier dans la fonction publique. Les journées se suivent et … se ressemblent. Dans la majeure partie du temps, ça ne me dérangeait pas, mais en ce moment, j’étais un peu lasse. C’était un sentiment général, pas seulement dans mon boulot. Je me posais plusieurs questions sur moi-même, sur la vie que j’avais vécue jusqu’à maintenant. J’avais besoin d’air, de m’aérer l’esprit, de rencontrer de nouvelle personne. Je remettais en questions mes choix, même si à la base, je ne regrettais rien. J’étais sûrement à l’aube de la crise de la quarantaine, enfin, avec quelques années d’avance. On pouvait qualifier ça d’une « pré-crise ».

J’étais seule chez moi, et je ne savais pas quoi faire. Callan mangeait chez des amis à lui, et je me sentais de plus en plus seule. C’était le gros inconvénient d’être une mère-célibataire avec un unique enfant. Une fois que celui-ci est en âge de sortir, vous vous retrouvez seule au monde. Je m’étais donc mit en tête de me trouver d’autre occupation. D’habitude, je restais seule toute la soirée, avant d’aller me coucher. Je regardais des séries, films, ou reportage à la télévision jusqu’à m’endormir devant. Une vie presque pathétique en soi. J’étais quand même une belle femme, enfin j’avais quelques atouts qu’on m’avait déjà complimenté. J’avais du caractère, et je pouvais si je le voulais, séduire quelqu’un. Quand j’étais plus jeune, j’avais déjà eu des aventures avec des hommes, des trucs sans lendemain sans grand intérêt. Puis, à l’aube de la trentaine, j’ai cherché à trouver quelqu’un pour me mettre plus sérieux, pour construire quelque chose, faire un bout de chemin ensemble. Mais je tombais toujours sur des connards. Le genre de mec qui vous promette mont et merveille et une fois qu’ils savent que vous avez un enfant, que vous vivez dans un appartement pas top et que vous bossez comme serveuse au bar du coin, ils vous laissent tomber comme une merde, vos projets dans une valise à coté de vous. Enfin la valise, c’était pour les plus « galants ». C’est ainsi qu’à trente-sept ans, j’ai perdu toute confiance envers les hommes. Je restais très méfiante quand un d’eux s’approche de moi. Mais je reste tout de même accessible, n’allait pas croire que je suis du genre à les remballer pour un rien. Seulement, je me laisse moins faire, je suis moins cœur d’artichaut. Maintenant, je ne cherchais plus l’amour avec un grand « A », je n’y croyais plus, surtout à mon âge. Je cherche juste quelqu’un avec qui passer du bon temps, être heureuse tout simplement. Si l’affection et la tendresse y sont, c’est l’essentiel. Mais je ne suis plus à la recherche du prince charmant. J’ai versé trop de larme, et mon cœur s’est brisé trop de fois, je ne voulais plus revivre ça.

Ne voulant absolument pas passer une autre soirée à la maison en regardant une énième rediffusion d’un téléfilm, je décidai de sortir un peu. J’allais dans ma chambre pour m’habiller et refaire mon maquillage, un coup de brosse dans mes cheveux et j’étais partie. Je m’installai dans ma voiture direction le Trick or Treat. Je savais que dans ce bar il y avait souvent de l’ambiance le soir, et ça allait me faire du bien de voir du monde. Je mis la radio, et il y avait une chanson que j’appréciai beaucoup qui était « Billie Jean » de notre cher Michaël Jackson. Je chantai à tue-tête, ça me rappeler ma jeunesse. Je me mis aussi à danser bizarrement quand il y avait des feux rouges, je m’amusai enfaite, qu’importe ce qu’on pouvait penser.

Arrivée devant le bar, je garai ma voiture. Il y avait déjà pas mal de personne que ce soit dedans ou dehors. Je saluai quelques personnes que je connaissais avant d’entrée dans le bar. Une fois à l’intérieur, je regardai s’il y avait quelqu’un que je connaissais et que j’aurai pu aller embêter en passant la soirée avec lui. La j’aperçus Timothy Goodwin, le pasteur de la ville. J’avais pas mal sympathisé avec lui. J’aimais bien être en sa compagnie et l’apercevoir me fis sourire. J’étais d’autant plus contente quand il m’interpella.

TIMOTHY - Mademoiselle Townsend, en voilà une agréable apparition… Depuis le temps que je dis que je vous dois un café, ce soir je vais peut-être enfin pouvoir vous l’offrir ce café … où n’importe quoi d’autre d’ailleurs
SHANNEN – Timothy !
– m’exclamai-je avec un grand sourire. – En effet, je crois que ce soir, c’est la bonne. J’accepte volontiers votre invitation. Café ou autre, ça m’est égale enfaite…

Timothy était une personne que j’aimais beaucoup. J’avais eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises et à chaque fois, j’avais apprécié les moments passer en sa compagnie. Je ne le connaissais pas vraiment, enfin on avait discuté mais jamais en profondeur. Je sentais bien que c’était un homme blessé, et qu’il avait une carapace impénétrable. Bien que j’avais envie d’en apprendre plus sur lui, je n’allais pas le forcer à me parler s’il n’en avait pas envie. Je préférai attendre, et voir par la suite comment évoluer notre relation. Durant nos conversations passées, j’avais appris certains trucs sur lui, et ça avait confirmé ma première pensée : c’était un homme blessé par la vie. De plus, j’avais entendu des rumeurs à son sujet mais je n’avais jamais osé lui en parler. Comme je vous l’ai dit, je ne forcerai personne à me parler si elle ne le veut pas.

J’avais remarqué qu’il avait un cocard, qui semblait d’ailleurs très frais. Je le regardai d’un air surpris, voir choqué.

SHANNEN – Votre œil ?! Que vous est-il arrivé ? Vous avez fait une mauvaise rencontre… ? Un mari jaloux peut-être ? Lui dis-je en souriant.

J’avais dit ça pour rigoler, mais faut bien avouer que pour un pasteur, il était plutôt pas mal. En général, on a l’habitude de voir un vieux chauve qui s’occupe de la chapelle d’une petite ville comme New-Heaven. Là, on avait droit à un bel homme, bien bâti qui nous faisait la messe. C’était assez drôle en soi ce contraste.

Entre temps, un serveur arriva pour savoir ce que je voulais prendre, après quelques secondes d’hésitation, je décidai de suivre Timothy et de prendre à mon tour un café.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Lun 27 Sep - 12:28

Finir ses soirées au Trick or Treat c’était devenu une habitude pour Timothy, qui s’y arrêtait en règle générale trois fois par semaine après ses entrainements de boxe. Mais en revanche y croiser Shannen n’était pas quelque chose de toute aussi habituel, puisqu’à vrai dire depuis le temps qu’il s’échouait ici pour boire un café il ne se souvenait pas de l’y avoir déjà vu … Enfin, il faut dire qu’il ne cherchait pas non plus particulièrement à croisé qui que ce soit ici, en fait c’était même tout le contraire, il s’arrêtait au Trick or Treat pour profiter encore quelques instants du fait de pouvoir être tranquille avant de rentrer chez lui et de devoir à nouveau faire face aux galères du quotidien, qui ne manquaient décidément pas à la maison. D’autant plus que ces derniers temps, l’ambiance chez les Goodwin se faisait on ne peut plus pesante, la faute à la tournure que prenait la relation entre Timothy et Dana, la plus jeune de ses deux sœurs … Bref, de ce fait là Timothy appréciait de pouvoir se poser un peu et profiter du calme de ses propres pensées en buvant un café ici ; Certes à la chapelle la journée il avait on ne peut plus le temps de penser mais cela n’avait pas le même effet. A la chapelle l’étiquette de pasteur lui collait à la peau tandis qu’au Trick or Treat il pouvait se fondre un peu plus dans la masse … Même si cela n’empêchait pas le fait qu’être pasteur était un job à plein temps.
Mais bon, quoi qu’il en soit la présence de Shannen était tout sauf un problème pour Timothy, c’était même tout le contraire. Discuter avec Shannen était toujours un plaisir parce que justement elle ne s’arrêtait pas à l’étiquette de pasteur ; Certes elle trainait à la chapelle ces derniers temps mais Timothy n’était pas non plus stupide, elle croyait en Dieu certainement autant que lui croyait aux extra-terrestres. Mais peu importe, elle était de bonne compagnie et c’était tout ce qui comptait pour notre pasteur, d’autant plus que les personnes sympathiques semblaient être une espèce en voie de disparition. Il ne fréquentait pas Shannen depuis très longtemps, quelques semaines tout au plus, mais il espérait bien que cela continuerait un moment … Il ne pouvait quand même pas jouer les ermites solitaire toute sa vie non ? Cela ne pourrait lui faire que du bien de fréquenter quelqu’un qui ne soit ni une de ses sœurs ni une des vieilles commères qui constituaient les plus fidèles membres de la paroisse. Surtout quand ce quelqu’un se trouvait être une jeune femme aussi jolie qu’agréable.

    « Timothy ! » Elle lui avait adressé un sourire, qu’il s’était empressé de lui rendre. « En effet, je crois que ce soir, c’est la bonne. J’accepte volontiers votre invitation. Café ou autre, ça m’est égal en fait … » Bon et bien il s’avérait donc qu’il ne boirait pas son café aussi seul qu’il l’aurait pensé. « Dans ce cas alors … » Ils étaient retournés jusqu’à la table où il s’était lui-même installé quelques instants auparavant. « Mais à une condition … J’pense qu’on se connait depuis assez longtemps maintenant pour pouvoir se tutoyer. Si ce n’est pas un problème bien sûr … » Nouveau sourire, après quoi il avait enlevé de la deuxième chaise son sac de sport, pour laisser la place à Shannen.

Il est vrai que les deux jeunes gens se côtoyaient régulièrement depuis ces dernières semaines. Dire qu’ils vivaient tous les deux dans la même ville depuis des années et qu’ils ne s’étaient pour ainsi dire jamais vraiment croisés avant … C’était quand même un comble. Mais bon, sans doute qu’ils n’avaient jamais eut les mêmes centres d’intérêts, ni les mêmes occupations. C’était même certains d’ailleurs, lorsqu’il avait emménagé à New Heaven Timothy avait beau être tout jeune pasteur cela n’empêchait pas le fait qu’il fréquentait surtout le Station Pub déjà connu pour sa réputation assez louche, et qu’il s’envoyait en l’air sans vergogne avec la fille Bouwmeester … Bah, on faisait tous des erreurs non ? Et puis après ça il avait rencontré Sara, et aussi cliché que cela puisse paraitre dès qu’il avait rencontré la jeune femme Timothy s’était un peu conduit comme si la totalité des autres femmes de cette ville et d’ailleurs étaient totalement transparentes. Sauf qu’en fin de compte, la chose ne s’était pas estompée après le décès de Sara, bien au contraire, Timothy était resté – et restait toujours – imperméable aux autres femmes pour la simple et bonne raison qu’elles n’étaient celle qu’il avait aimée et épousée. Avant de mourir pourtant, Sara lui avait fait promettre de ne pas passer son temps à regretter le passé et d’aller de l’avant une fois qu’elle serait partie … De toute évidence c’était une promesse qu’il n’avait pas été capable de tenir. C’était bien sa seule d’ailleurs, mais cela lui paraissait tellement au dessus de ses forces par rapport au reste …
Par réflexe, il avait tiré sur la manche de sa chemise pour tenter – sans grand succès – de camoufler l’alliance qui n’avait jamais quitté son annuaire depuis le jour où Sara la lui avait passée. Non pas qu’il espère encore que Shannen ne l’ai jamais remarqué, depuis le temps qu’ils se voyaient elle aurait eut du mal à ne jamais le voir, à vrai dire c’était plutôt pour lui-même qu’il faisait ça, pour essayer de se redonner un peu de bon sens en arrêtant pour le moment de ressasser ses souvenirs concernant Sara. Il le faisait déjà assez souvent comme ça, inutile que cela vienne en plus gâcher la soirée qui s’amorçait en compagnie de Shannen.

Il avait pendant quelques instants oublié la douleur qui lui parcourait la moitié de la joue droite, mais retomba bientôt à la réalité lorsque la jeune femme y prêta à son tour attention. Ce n’était pas la première fois qu’il sortait de la boxe avec un cocard, quand on exerçait ce genre de sport c’était quelque chose qu’il valait mieux ne pas craindre parce que cela arrivait relativement souvent … Mais en général sa sœur Nancy avait assez pitié de lui pour l’aider à camoufler ça avant de partir travailler le matin, avec l’aide d’un peu de fond de teint ou d’anticernes. D’ailleurs, c’était certainement ce qui se passerait encore demain matin, histoire que Timothy ne célèbre pas de mariage en ayant l’air de s’être battu avec le garçon d’honneur un peu avant … Restait à espérer que Nancy serait à la maison demain matin, ce qui n’était pas non plus toujours certain.

    « Votre œil ?! Qu’est-ce qui vous est arrivé ? Vous avez fait une mauvaise rencontre … ? Un mari jaloux peut-être ? » Sa question provoqua chez lui un léger rire, amusé. « Y’a un moment déjà que je ne suis plus une potentielle menace pour quelque mari que ce soit … » Faut dire qu’il ne cherchait pas beaucoup non plus, et ce n’était pas à la chapelle qu’il risquait de se compromettre avec une femme mariée. « Mais une mauvaise rencontre, en quelque sorte. Si on considère qu’un gant de boxe mal calculé en soit une. » Un peu masochiste le Tim ? Pas vraiment, son goût pour la boxe ne consistait pas à aimer se faire taper dessus, il y avait beaucoup plus derrière ce sport qu’on considérait trop souvent à tort comme un sport de brutes. « Mais c’est pas grand-chose, juste le métier qui rentre. » ajouta-il en souriant à nouveau.

Sans rire, Timothy pratiquait ce sport depuis pratiquement autant de temps qu’il était pasteur. En prison il s’était cantonné au basket, parce que comme on peut s’en douter les sports de combat n’étaient pas autorisés dans un environnement où les hommes ne s’embarrassaient en général pas de gants de cuir pour se frapper les uns sur les autres. Mais en sortant il avait eut ce besoin de trouver une occupation qui lui permettrait de canaliser cette impulsivité que cinq années derrière les barreaux n’avaient pas forcément arrangé. Et depuis il n’avait jamais raccroché les gants, une chance pour lui donc que New Heaven compte un club de boxe, et ce depuis bien avant qu’il n’emménage en ville il y avait de cela dix ans maintenant.
Ils avaient été momentanément interrompus par l’arrivée d’un des serveurs, venant prendre la commande de Shannen après l’avoir remarqué s’installant à la table de Timothy. Contre toute attente elle s’était elle aussi décidée à prendre un café.

    « Un café à cette heure-ci ? Moi qui pensais être une exception. » Dit-il d’un air amusé. Il faut dire qu’au Trick or Treat tout comme dans la plupart des autres bars, c’était surtout de l’alcool, des cocktails et autres sodas que l’on avait l’habitude de croiser une fois la nuit tombée. « Mais enfin, au moins pour une fois je ne serais pas tout seul. » ajouta-t-il.

Et celui qui réussirait à convaincre Timothy de se laisser tenter par une bière ou quoi que ce soir d’alcoolisé, pour arrêter de jouer les rabat-joie, n’était pas encore né et ne le serait probablement jamais. C’était un principe sur lequel Tim n’avait aucunement l’intention de revenir, n’ayant que trop de souvenirs douloureux liés à la dernière fois qu’il avait bu quelque chose d’alcoolisé sans se douter alors de la bêtise qu’il était en train de faire. Pour sûr, le réveillon de sa dix-huitième année il s’en souviendrait … Et pas pour de bonnes raisons.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Dim 3 Oct - 5:26

Trainée dans un bar de New-Heaven le soir, ne faisait pas partie de mes habitudes. En général, j’étais plutôt devant ma télé à manger de la glace. Mais j’en avais marre de cette routine, et je voulais changer d’air. Ce soir était donc une des premières soirées que je passais hors de mon domicile sans raison particulière. Je n’avais pas dans l’optique d’aller draguer un pauvre mec accoudé à un bar, non, ce n’était pas le but, je voulais simplement voir du monde. Voir Timothy me confirma que j’avais eu raison de sortir ce soir. C’était une agréable surprise de le rencontrer ici. Ce que j’aimais chez Timothy, c’est qu’il était aux antipodes des pasteurs traditionnels, ce qui lui donnait d’autant plus de charme. Et un exemple flagrant de sa différence était qu’il était dans un bar au lieu d’être dans sa paroisse. Enfin, heureusement pour moi d’ailleurs, sinon je n’aurai pas pu le voir ce soir.

TIMOTHY - Dans ce cas alors - Je le suivis en direction de sa table, et il me rétorqua dans la foulée. - Mais à une condition … J’pense qu’on se connait depuis assez longtemps maintenant pour pouvoir se tutoyer. Si ce n’est pas un problème bien sûr … - Je lui souris, amusé de la situation car j’allais lui proposer la même chose.
SHANNEN – Condition acceptée, j’allais vou..te proposer la même chose. – Je déposais mes affaires sur la chaise d’à coté. – Non aucun problème, je dois t’avouer que je n’aime pas tellement le vouvoiement, ça me donne le sentiment d'être une vieille peau...

A cette remarque, je restai statique quelques secondes. Je n’aimais pas tellement parler de mon âge…Bien qu’en soit ce ne soit pas un problème, mais j’avais le sentiment de vieillir et de stagner. L’horreur totale. Ce qui me fait prendre conscience de mon ‘vieillissement’ est le fait que mon fils, Callan, approche la vingtaine, qu’il sort le soir –voir ne rentre pas à la maison, qu’il me présente ses petite-amie. Petites-amies que bizarrement je n’aimais pas trop, elles me ‘volaient’ mon bébé, la seule personne qui m’est plus qu’importante pour vivre. Mais je devais le laisser partir, c’était dans l’ordre des choses et qui j’étais pour empêcher ça ? Personne. J’avais accomplie – et accomplissait toujours, mon rôle de maman du mieux que je pouvais, et voir mon fils ainsi, j’en étais que plus fière. Je n’avais pas sacrifié mon adolescence pour rien au final… enfin maintenant il fallait que je prenne du temps pour moi, pour voir du monde, et pourquoi pas rencontrer quelqu’un. Et ça commencer ce soir, au Trick or Treat en compagnie de Timothy Goodwin.

J’avais remarqué – en même temps fallait être aveugle pour pas le voir… - qu’il avait un cocard assez important à l’œil droit. Je lui demandai alors ce qu’il lui était alors arrivé pour avoir une telle marque sur son visage.

TIMOTHY - Y’a un moment déjà que je ne suis plus une potentielle menace pour quelque mari que ce soit … - Je souris à sa remarque. Il ne pensait peut-être pas être une menace, mais certain mari devait frissonner quand il voyait arriver le Pasteur Goodwin. Il continua - Mais une mauvaise rencontre, en quelque sorte. Si on considère qu’un gant de boxe mal calculé en soit une…Mais c’est pas grand-chose, juste le métier qui rentre.

Je souris à nouveau, faire la rencontre d’un gant de boxe était assez anodin pour une femme comme moi. Je ne m’étais jamais réellement intéressée au sport et surtout à celui là. J’avais fait étant plus jeune, un peu de self défense, histoire d’avoir les bases pour savoir me défendre. J’avais pris ses cours car j’habitais seule dans une ville que je ne connaissais pas encore et que j’étais une jeune mère célibataire, vivant avec son enfant en bas âge. En soit, ça nous faisait un point commun avec Timothy. En ce qui le concerne, j’avais eu vent qu’il faisait de la boxe, mais on n’en avait jamais réellement parlé lui et moi. Ce qui est bien dans une ville comme New-Heaven, c’est que quoi que vous fassiez, quoi que vous disiez, ça sera rapporter, voir amplifier. Tout le monde connait la vie de tout le monde. Je n’aimais pas tellement ce type de commérage, mais je dois avouer, que j’en avais un peu abusé pour connaitre un peu plus le pasteur.

SHANNEN – La boxe ? Je ne savais pas que tu pratiquais ce sport… - La menteuse… - Oui, le métier rentre, mais on est jamais habitué à ce genre de situation. – Je lui souris. – ça nous fait un point commun, enfin pas à la même échelle, j’ai moi aussi pratiqué un sport de combat il y a quelques années… Je trouve que c’est un bon moyen pour extérioriser ce qu’on ressent, à défaut de le faire sur quelqu’un…

Je pensais soudainement au père de Callan, cet homme qui nous avait abandonné sans aucun remord, ni regret. Je lui vouais une sorte de haine que les cours de self contrôle, même s’ils n’étaient pas fait pour ça, m’ont permis de canaliser.

J’avais commandé un café, ce qui fit sourire Timothy. J’avais pas pour habitude d’en boire à cette heure-ci, mais comme j’ai dit, cette soirée allait –et devait- me permettre de faire des choses nouvelles, donc autant casser les habitudes, bien ancrées, de mon quotidien.

TIMOTHY - Un café à cette heure-ci ? Moi qui pensais être une exception…Mais enfin, au moins pour une fois je ne serais pas tout seul.
SHANNEN – Mais tu es une exception, sauf ce soir, je t’accompagne avec une bonne tasse de caféine. Puis, je ne vois pas quoi boire d’autre, je sais que tu ne bois pas d’alcool, et il n’y a rien de pire que d’être une femme et de boire seule… - Je lui souris, et repris. – Et je ne veux pas trop dire de bêtises, l’alcool et moi ça fait deux. Et tu aurais eu le grand privilège de connaitre, soi la Shannen qui rit pour un rien, soi celle qui déprime. Je ne pense pas que tu veuilles voir ces facettes de moi, et je n’ai pas forcément envie de te les montre. J’aime garder le contrôle de moi-même.

Sur ces mots, je rigolai, je venais de débiter un gros n’importe quoi. Mais c’était dans ma nature, de parler, parler, parler, sans m’arrêter et surtout en disant des inepties pareilles. Mais ça faisait partie de moi, ce petit coté léger –sans être simplette bien sûr.
Mon café était arrivé, et ça avait été plutôt rapide. Je m’empressai de mettre une dosette de sucre avant de le touiller avec la cuillère. Je pris la tasse par la anse et l’amena à mes lèvres, là je sentis que le café était encore très chaud. Pour le refroidir, je décidai de souffler légèrement dessus. Je regardai Tim, et d’un air amusé je lui lançai...

SHANNEN – Étant donné qu’on ne boit pas d’alcool, nous avons qu’à trinquer avec nos cafés, certes ce n’est pas la tradition, mais les traditions sont faites pour ne pas être respectées non ? – Je portai ma tasse en l’air, attendant qu’il fasse de même et repris. – A nous Mr Goodwin !


Dernière édition par Shannen E.Townsend le Lun 4 Oct - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Lun 4 Oct - 0:44

Si Timothy avait cru au hasard il aurait pensé que pour le coup celui-ci faisait parfois vraiment bien les choses en intégrant soudainement Shannen au tableau de sa soirée. Mais le fait était que Timothy ne croyait pas au hasard, d’ailleurs il était rarissime qu’un homme de foi y croit, puisque le principe même de la foi consistait à penser que quelqu’un au dessus des simples mortels que nous étions tous régissait un peu tout ce beau monde, de façon plus ou moins directe suivant les croyances de chacun. Bref, si Shannen se trouvait là ce soir c’était qu’il y avait une raison, qu’il y soit lié ou non d’ailleurs, et plutôt que de chercher quelle pouvait bien être la raison en question le pasteur préférait pour l’heure profiter de la compagnie de la jeune femme. Agréable compagnie cela va sans dire.

    « Condition acceptée, j’allais vou…te proposer la même chose. » S’installant en face de lui, elle avait ajouté ensuite « Non aucun problème, je dois t’avouer que je n’aime pas tellement le vouvoiement, ça me donne le sentiment d’être une vieille peau … » S’appuyant contre le dossier de sa chaise sans quitter la jeune femme du regard, il avait seulement répondu dans un sourire « Sentiment non partagé … Et je n’ai pas non plus envie de me sentir prendre un coup de vieux, pas encore. »

Quoi que c’était déjà un peu le cas, quand il voyait l’âge de Nancy et Dana, à savoir respectivement vingt-huit et dix-neuf ans, il ne pouvait que sentir le poids des années qui passaient. A bien y réfléchir Dana avait quasiment l’âge d’être sa fille et non pas sa sœur, et le fait qu’elle approchait déjà à grand pas de sa vingtième année faisait regretter parfois à Timothy l’époque où elle n’était encore une petite fille, qui souffrait déjà de la mort de ses parents mais qui au moins avait encore le sentiment que son frère était un membre de sa famille en qui elle pouvait avoir une totale confiance. Cette confiance s’était perdue en route depuis, ni l’un ni l’autre ne savait réellement où précisément, mais les faits étaient là, et c’était lorsqu’il repensait au fait que cela n’avait pas toujours été le cas que Timothy ressentait le plus le poids des années. Mais quoi qu’il en soit pour ce qui était de prendre de l’âge, ce n’était pas en soi-même quelque chose que craignait Timothy, à quoi bon d’ailleurs ? Qu’on le craigne ou pas on vieillissait quand même de toute façon, alors autant le prendre du bon côté … Et puis il n’avait même pas encore fêté ses trente-six ans, il était encore un peu trop jeune pour s’inquiéter de l’accumulation des années sur sa personne. Du moins c’était comme cela qu’il voyait les choses, et pour en revenir à Shannen il avait beau ne pas savoir l’âge qu’elle avait (et ce n’était pas une question à poser à une femme pas vrai ?) pour lui le jour où elle rentrerait dans la catégorie « vieilles peaux » n’était pas encore arrivé et n’était pas prêt de l’être.

Cette question réglée, difficile de ne pas remarquer la teinte aubergine qu’avait pris le contour d’un de ses deux yeux, et il ne fut donc pas spécialement étonné que la jeune femme s’en étonne et s’en questionne par la même occasion. Il faut dire que même en pratiquant un sport de combat, somme tout assez violent, Timothy n’en était pas pour autant le genre de personne que l’on classait dans la catégorie des grosses brutes, bien au contraire. Cela n’avait jamais été son genre, plus jeune impulsif peut-être un peu trop, mais jamais brute épaisse sans jugeote, et lorsqu’il lui était arrivé de se servir de ses poings c’était soit en guise de défense uniquement, soit parce que la cause lui semblait en valoir la peine et qu’on l’avait poussé à bout … Et c’était rare, extrêmement rare. Pour la simple et bonne raison que Timothy était quelqu’un qui détestait la violence autant qu’il avait besoin d’extérioriser la sienne. Paradoxal ? Sans aucun doute, mais Timothy était une personne remplie de paradoxes et de contradiction, celle-ci n’était qu’un exemple parmi tant d’autres.
Quoi qu’il en soit il eut bien vite éclairé la lanterne de Shannen quant à l’état dans lequel se trouvait sa figure de pasteur torturé, rien de bien méchant et surtout rien qui valait le coup qu’on s’y attarde.

    « La boxe ? Je ne savais pas que tu pratiquais ce sport. » Elle avait marqué une très courte pause avant de reprendre « Oui, le métier rentre, mais on est jamais habitué à ce genre de situation. » Ouais, lui avait l’impression d’avoir finit par s’y habituer. Attention hein il n’était pas masochiste au point de ne plus broncher en se faisant taper dessus, mais désormais ressortir d’un entrainement de boxe avec un œil au beurre noir était devenu quelque chose qui avait finit par tomber dans le banal en ce qui le concernait. Un peu de pommade, quelques jours et on en parlait plus jusqu’à la prochaine fois. Cela dit il garda ses conclusions pour lui et la laissa poursuivre. « Ça nous fait un point commun, enfin pas à la même échelle, j’ai moi aussi pratiqué un sport de combat y’a quelques années … Je trouve que c’est un bon moyen pour extérioriser ce que l’on ressent, à défaut de le faire sur quelqu’un … » Il avait acquiescé en signe d’approbation, tout en portant sa tasse de café à ses lèvres pour en boire une gorgée. Puis avait enfin repris la parole et répondu d’un air amusé « C’est vrai … Et à en juger par le coup qu’il m’a mis mon binôme devait avoir beaucoup à extérioriser ce soir » avant de reposer sa tasse sur la table. « Mais j’avoue que j’suis étonné, c’est pas dans ce genre de sports que je t’imaginais … Enfin comme quoi l’habit ne fait définitivement pas le moine. Pourquoi tu as arrêté ? »

Ils avaient momentanément été interrompus par le retour du serveur qui s’en était retourné aussitôt à ses autres clients et commandes après avoir déposé une tasse de café fumant devant Shannen. Par chance le bar était rempli ce soir, mais pas non plus plein à craquer comme cela pouvait être le cas parfois. Ces soirs là Timothy n’aimait pas trop s’attarder dans et après un café vite avalé et une clope ou deux de grillées à l’entrée il rentrait chez lui ; Le côté assourdissant et boite à sardine des soirées bondées ce n’était pas trop son truc, il n’aimait pas trop la foule. Quoi qu’avec la compensation de la compagnie de Shannen il aurait bien pu supporter un peu trop de monde quand même …

    « Mais tu es une exception, sauf ce soir, je t’accompagne avec une bonne tasse de caféine. Puis je ne vois pas quoi boire d’autre, je sais que tu ne bois pas d’alcool, et il n’y a rien de pire que d’être une femme et de boire seule. » Ajoutant à cela un sourire, elle avait marqué une courte pause avant de reprendre, ne laissant pas à Timothy le temps de répondre pour le moment « Et je ne veux pas dire trop de bêtises, l’alcool et moi ça fait deux. Et tu aurais eut le privilège de connaitre soi la Shannen qui rit pour un rien, soi celle qui déprime. Je ne pense pas que tu veuilles voir ces facettes de moi, et je n’ai pas forcément envie de te les montrer. J’aime garder le contrôle de moi-même. » Faisant un mouvement de la tête Timothy avait machinalement dégagé de son front une mèche rebelle qui n’en faisait toujours qu’à sa tête, avant de répondre « Si ces deux facettes là sont à bannir alors j’espère que y’en a d’autres en réserve que j’aurai le privilège de finir par connaitre. » Regard entendu et léger sourire, après quoi il ajouta d’un ton plus sérieux « Mais qu’on soit clairs … c’est pas parce que je ne bois pas d’alcool que tu dois te sentir obligée d’en faire de même quand tu es avec moi, j’veux vraiment pas que tu prennes ça comme une obligation vis-à-vis de moi … »

Ne plus boire d’alcool c’était un choix délibéré de la part de Timothy, bien qu’on lui ait d’abord forcé la main. En effet parmi les chefs d’accusation qui l’avaient conduit en prison il y avait la conduite en état d’ivresse, et de ce fait sa libération conditionnelle au bout de cinq ans (sur les dix auxquels il avait été initialement condamné) n’avait été possible qu’à la condition qu’il s’engage à fréquenter un cercle d’alcooliques anonymes pendant une période de six mois. Chose stupide selon Timothy d’ailleurs, puisqu’en réalité il n’avait jamais été un gros buveur et avait eut la malchance de provoquer un accident la seule et unique fois de sa vie où il avait pris le volant en ayant bu. Mais bref, au final même après avoir quitté les alcooliques anonymes et malgré le fait qu’il n’ait jamais eut un problème d’alcool véritable il avait décidé de lui-même de ne plus boire du tout. La dernière fois qu’il l’avait fait il avait tué ses deux parents, c’était une raison amplement suffisante non ? Quoi qu'il en soit ce n'était pas parce que lui ne buvait pas qu'il devait en être de même pour son entourage, et d'ailleurs dans son frigo il était rare qu'on ne trouve pas au moins quelques bières destinées à Nancy et Dana (d'accord elle n'avait pas vingt-et-un ans, mais allez quoi un petit écart de temps en temps ce n'était pas la mer à boire).

    « Étant donné qu’on ne boit pas d’alcool, nous n’avons qu’à trinquer avec nos cafés, certes ce n’est pas la tradition, mais les traditions sont faites pour ne pas être respectées non ? » Acquiesçant d’un signe de tête, Timothy avait du même coup répondu « Dans une certaine mesure, c’est vrai oui. » Cela dit il ne pouvait pas non plus dire qu’il ne respectait jamais les traditions … Il était pasteur, ne l’oublions pas, et cela constituait tout un tas de traditions auxquelles sil n’échappait pas. « A nous monsieur Goodwin ! » Trinquant donc tous les deux au café, ce qui pouvait paraitre étrange mais ne l’était en fait pas plus que le fait de boire un café à cette heure-ci, il ajouta « Dans ce cas à nous, Mademoiselle Townsend. »

Son propre café ayant déjà commencé à refroidir il n’eut pas besoin d’y aller à reculons pour boire et reposa sa tasse sur la table après une ou deux gorgées. Shannen y avait rajouté du sucre mais lui avait laissé le sien nature ; Et puis vu la quantité de café qu’il buvait par jour si il se mettait à mettre du sucre dedans il allait lui en falloir des heures de boxes pour brûler toutes ces calories.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Lun 4 Oct - 14:07

Si ma journée à la mairie avait été des plus banales, la soirée quant à elle, était totalement inédite. J’étais sortie de chez moi, ne sachant que faire et ou aller, et j’étais tombée sur Timothy. Puis, je me dis, que je devais sortir de chez moi plus souvent. Pas nécessairement pour tomber sur Tim - bien que ça ne me gênerai pas... - , mais pour rencontrer de nouvelle tête tout simplement… Je me rendais compte que je connaissais New-Heaven que de jour, et que je n’avais aucunes idées de ce qui s’y passait le soir venu. Ça devait certainement bouger vu que Callan était souvent à des soirées ou autres. Mais bon, les activités d’un jeune comme lui, ne vont pas forcément avec ma tranche d’âge. Il est vrai que j’ai plus besoin de calme, je ne me vois pas aller en boite de nuit par exemple, mais être dans un bar avec un ami, comme maintenant, c'était plus dans mes cordes.

TIMOTHY - Sentiment non partagé … - J’esquissai un léger sourire, sûrement heureuse au fond de moi qu’il ne me voit pas comme une vieille fille. - Et je n’ai pas non plus envie de me sentir prendre un coup de vieux, pas encore.
SHANNEN – Notre cher pasteur aurait-il peur de vieillir ? – lui lançai-je avec un ton amusé. – Timothy, nous avons encore pas mal d’année devant nous… Enfin j’espère ! – J’avais sorti la fin de ma phrase avec moins d’enthousiasme que pour le début.

Pour être franche, le fait de vieillir ne me fait pas vraiment peur. Je commençai à m’habituer à mes premières rides, qui étaient plus des rides d’expression que de vieillissement en soi, mais des rides quand même. Ce que je redoutai le plus, c’était simplement la solitude. Ce sentiment de ne plus être importante pour quelqu’un, de ne plus être utile, de ne plus avoir de raison de vivre. Être seule me pétrifiais littéralement. Et faut dire aussi que j’avais été seule toute ma vie. Mais au départ, j’avais choisi cette solitude, je l’ai même provoqué. J’étais partie volontairement de chez moi, en coupant tous liens avec les membres de ma famille. Je voulais un nouveau départ, une nouvelle vie. Au final, je n’ai pas forcément eu la vie que je voulais, mais elle me convenait plus ou moins. J’avais un fils en bonne santé, et faisait des études, il me semblait équilibré. Je dis sembler car je ne connais pas le détail complet de sa vie, de ses petits secrets. Bien qu’on soit très complice, je suis certaine qu’il omet de me dire certains détails pour ne pas m’affoler. Ensuite, mon boulot à la mairie est très bien, répétitif, mais convenable. Après, il ne me manquait qu’un homme, et je parle d’une relation stable, pas d'une petite amourette que peut avoir une gamine de quinze ans. J’en avais rencontré des hommes, mais aucuns n’étaient dignes de confiance. Enfin, c’est assez paradoxal, car avant les hommes ne restaient pas car j’avais un enfant, donc pour eux, c’était trop de responsabilité, pourtant je ne leurs demandai pas d’élever mon gosse, juste d’être là pour moi, pour nous. Maintenant que Callan est grand et en âge de s’assumer tout seul, je ne rencontre pas tellement d’homme car je suis trop ‘vieille’. Pas que trente-sept ans soit vieux, mais les hommes préfèrent juste les petites jeunes, ils ont là encore, moins de responsabilité, et peuvent, ne pas s’impliquer dans cette relation. Ils savent que les jeunes filles n’ont pas les mêmes attendant que les femmes un peu plus mûres comme moi... Enfin, on a beau dire que les femmes sont compliquées, les hommes ne sont guère mieux !

La conversation avec Tim se poursuivait, j’avais remarqué son œil violacé et je m’étais empressée de lui demander ce qui avait bien pu lui arriver. La réponse était toute simple : La boxe. C’était logique, on ne ressort jamais d’un ring indemne. L’adversaire de Timothy y était quand même allé fort, enfin, ce n’était certainement pas volontaire, mais le cocard était le témoin de la force du coup. Pauvre pasteur. J’avais légèrement abordé le fait que j’avais aussi pratiqué un sport de combat. Mais ce n’était pas tellement dans l’optique de me défouler, mais plus pour apprendre à me défendre.

TIMOTHY - C’est vrai … Et à en juger par le coup qu’il m’a mis mon binôme devait avoir beaucoup à extérioriser ce soir… - Je souris - Mais j’avoue que j’suis étonné, c’est pas dans ce genre de sports que je t’imaginais … Enfin comme quoi l’habit ne fait définitivement pas le moine. Pourquoi tu as arrêté ?
SHANNEN – J’espère au moins que tu lui as rendu la monnaie de sa pièce. – Un petit rire sortit de ma bouche. – Tu me voyais plus dans l’univers de la gym ou de la danse ? J’en ai fait quand j’étais adolescente, mais après j’ai arrêté ce genre de sport. – Je m’arrêtai quelques secondes, avant de reprendre. – Pourquoi j’ai arrêté…simplement parce que c’était des cours en dix séances... – Je dis ça sur un ton assez gêné, comme si j’étais démasquée, et je souris avant de lui expliquer mes dires. - Je m’explique, je n’ai pas vraiment fait de la boxe, mais j’ai pris des cours de self-défense pendant quelques semaines. Je voulais apprendre les bases pour savoir me défendre, histoire de ne pas être victime. – Je ne voulais pas spécialement m’épancher sur ma vie, je lui retournai alors la question. – Et toi alors, pourquoi la boxe ? Car je dois dire que c’est en totale contradiction avec ce que tu fais, donc je réitère « L’habit ne fait pas le moine. »

Qui aurait cru que le pasteur Goodwin était un boxeur ? Et bien pas moi, si on ne me l’avait pas dit, et si je n’en avais pas eu la confirmation ce soir, je n’aurai jamais pensé qu’il exerçait ce sport. L’ambiance du bar était vraiment bien. Je regardai un peu autour de moi, histoire de mémoriser un peu les lieux, et de voir si je ne reconnaissais pas quelques têtes. Mais rien. Ce n’était pas plus mal, Timothy était vraiment de bonne compagnie, et je savais qu’avec lui, qu’importe l’endroit et ce qu’il y a autour, j’allais passer un bon moment.

J’avais fait un petit monologue à Timothy sur l’alcool et moi. En y repensant, ce petit discours était – soyons honnête- ridicule. Mais il devait être habitué à ces petits speech avec moi, j’en étais la reine!

TIMOTHY - Si ces deux facettes là sont à bannir alors j’espère que y’en a d’autres en réserve que j’aurai le privilège de finir par connaitre. – Je souris, s’il savait… il y avait la Shannen mère-poule, la Shannen inquiète, celle qui est levé du mauvais pied, celle de bonne humeur, celle qui est en pré- menstruation – elle vaut le détour elle. – ou la rancunière…enfin pleins d’autres, il y en avait à l’appel. - Mais qu’on soit clairs … c’est pas parce que je ne bois pas d’alcool que tu dois te sentir obligée d’en faire de même quand tu es avec moi, j’veux vraiment pas que tu prennes ça comme une obligation vis-à-vis de moi …
SHANNEN – Privilège… je ne dirai pas ça comme ça, mais oui, il y en a bien d’autres, t’inquiète pas pour ça. – Je suis gentille, je lui évite la liste faite précédemment… La seconde partie de sa phrase semblait comme une mise au point. Il me fit bien comprendre que ne pas boire d’alcool était SON choix, et qu’à aucun moment, je ne devais m’interdire d’en boire si j’en avais envie. – Oui oui, je l’avais bien compris. Mais tu dois savoir que je ne suis pas une buveuse et que le café me convient amplement. Donc ce n’est en rien une obligation. – J’avais insisté sur le « rien », et je repris sur un ton plus léger. – A part si tu veux me voir danser sur les tables du 'Trick Or Treat', alors peut-être que là, pour toi, je ferai un effort de boire excessivement pour être capable de monter sur les tables sans en avoir honte.

L’alcool n’avait jamais été un problème pour moi. Je buvais quelques verres de vin en compagnie de Sidney le plus souvent, ouvrais une bouteille de champagne pour les réveillons et anniversaires, et je buvais aussi des cocktails suivant mes sorties et mes envies. Mais au delà, rien de bien méchant. Je pouvais largement me contenter d’un café, et comme je lui ai dit, je trouve qu’il n’y a rien de plus laid qu’une femme qui boit seule. Oui, je suis assez stéréotypée, mais que voulez-vous, c’est comme ça. J’avais proposé à Timothy de trinquer, histoire qu’on ne soit pas trop en décalage avec le reste du bar.

TIMOTHY - Dans une certaine mesure, c’est vrai oui. – Intérieurement j’émis un « oueps », l’espace de quelques secondes j’avais zappé que Tim était pasteur. Quand je vous dis que ma spontanéité me perdra… - Dans ce cas à nous, Mademoiselle Townsend.

Je lui fis un clin d’œil quand nos tasses s’entrechoquèrent. Ce n’était pas le clin d’œil d’une aguicheuse, juste celui qui dit « Yeah merci de m’avoir suivit dans mon moment de rébellion contre les traditions ». Ensuite, je bus une légère gorgée de café, il était encore bien chaud, je le reposai sur la table. Je regardai ensuite Timothy, et mes yeux étaient attirés par son œil. La couleur avait légèrement changé, ce n’était pas terrible…

SHANNEN – Ton œil…c’est vraiment moche ! Il ne t’a pas raté ton adversaire. – J’avais été un peu cash j’avoue, mais bon, ce n’était pas beau à voir. - J’espère que tu n’as pas de cérémonie de mariage ou autres dans les jours à venir, car ce n’est vraiment pas terrible pour un pasteur d’être amoché. – Je lui souris, bien sûr tout cela était pour rire, je ne voulais vraiment pas le vexer. Puis je continuai mon discours tout en jouant avec une dosette de sucre. – Mais je dois avouer que si on ne se connaissait pas, je n’aurai jamais deviné que tu étais pasteur. Tu es l’exact opposé des pasteurs que j’ai pu rencontré – Forcément, ils étaient largement moins beaux et intéressants que lui. – Enfin, n’y voit pas quelques choses de péjoratif ou autres, c’est juste une constatation. Et je me demande bien pourquoi tu as choisi cette voie, si je peux dire ça comme ça…

Ça c’était toute ma complexité, au lieu de dire les choses clairement, je tourne autour du pot pendant cent ans. Mais, je ne savais pas si ça se demandait comme ça. Ce n’était pas comme s’il était pompier ou cuisinier, ou là l’amour de la cuisine et sauver des vies sont les arguments types quand on pose la question. Là, ca reposait forcément sur des croyances religieuses, des faits passés ou autres. Et donc, c’est selon moi, plus difficile à aborder… D’où mon hésitation à lui demander clairement « pourquoi pasteur ? ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Jeu 7 Oct - 6:39

    « Notre cher pasteur aurait-il peur de vieillir ? Timothy, nous avons encore pas mal d’années devant nous … Enfin j’espère ! » Si le début de sa réponse trahissait une pointe d’amusement, la fin en revanche semblait moins enthousiaste, comme si à provoquer la chance comme ça il y avait un risque d’attirer le mauvais œil. Et niveau poisse, Timothy était un véritable expert. « De vieillir pas vraiment … D’être pris de court peut-être oui. Comme beaucoup de monde je pense. » Être pris de cours encore une fois aurait-il même pu dire, parce qu’avec la mort de Sara, arrivée comme un coup de massue quand ils ne s’y attendaient pas, il avait vraiment ce que voulait dire être pris de court. « Mais changeons de sujet va, sinon c’est la déprime qu’on va noyer dans notre café ! » Ajouta-t-il dans un sourire

Comment s’imaginer qu’au fond sa crainte était exactement celle de Shannen, celle de se retrouver seul ? Timothy était quelqu’un de vraiment contradictoire en fin de compte, car si lui aussi redoutait la solitude pour autant cela ne l’empêchait pas d’être quelqu’un d’assez secret et qui avait beaucoup de mal à lier une relation de confiance avec qui que ce soit. Bien sûr il était aimable avec tout le monde en règle générale, aussi bien parce que cela rentrait dans sa fonction de pasteur que d’inspirer confiance, que parce qu’il n’était pas un grincheux de service, mais cela dit dès que l’on grattait un peu sous la surface on découvrait un homme qui n’avait que très peu de véritables amis, des personnes en qui il pouvait avoir confiance. Et pourtant, à côté de ça l’idée de se retrouver seul pour de bon lorsque Dana aurait quitté la maison (ce qui ne tarderait malheureusement pas, vu la tournure que prenaient les choses) et que Nancy aurait retrouvé le courage de vivre à nouveau seule elle aussi le terrifiait. Sa maison lui paraissait tellement vide depuis la mort de Sara, comme si en mourant elle avait emmené avec elle cette joie de vivre que Timothy avait l’impression de côtoyer depuis qu’il vivait avec elle. Lorsqu’il essayait de s’imaginer à quoi pourrait bien ressembler son quotidien lorsque ses deux sœurs seraient parties, c’était toujours à peu près le même topo : Pasteur paumé qui le jour ferait comme si tout roulait, parce que le rôle du pasteur c’était d’écouter les problèmes des autres et non pas de s’appesantir sur les siens, et qui le soir déambulerait comme une âme en peine dans sa baraque aussi grande que vide, allant du piano à sa table à dessin en oubliant régulièrement de se nourrir, et qui ne dormirait qu’à coup de somnifères (comme si ça, ce n’était pas déjà le cas en ce moment) … Pathétique. Et pourtant même en se concentrant il ne voyait pas les choses évoluer d’une autre manière que celle-ci. On pouvait vraiment se demander ce que deviendrait alors Timothy sans son métier … Quoi que non, il ne valait mieux pas se l’imaginer tout compte fait.

Dire que Timothy avait prévu à la base de ne pas trop s’attarder au Trik or Treat ce soir. Il avait suffit que Shannen entre dans son champ de vision et s’installe à sa table pour qu’il en oublie totalement sa résolution précédente. Il faut dire que boire un café devenait tout de suite beaucoup plus attrayant lorsqu’il était partagé en bonne compagnie. Et la compagnie de Shannen justement, était loin d’être désagréable à Timothy. Bon, pour le moment il était avec elle comme avec un peu tout le monde, il s’efforçait de garder cette image lisse de pasteur sans trop de mauvais côtés ; Au fond il mentait aux autres autant qu’à lui-même en agissant ainsi, mais il n’était tout simplement pas question pour lui de laisser transparaitre à quiconque qu’il n’était pas aussi confiant et calme qu’il voulait le faire croire. Il n’y avait qu’à ses deux sœurs qu’il ne réussissait pas à mentir, elles le connaissaient sans doute trop bien, et puis même sans ça il jouait déjà la comédie toute la journée et il était normal qu’une fois passé la porte de sa maison il enlève ce masque de pasteur souriant pour souffler un peu. Même si cela voulait dire, comme le soulignait si gentiment Dana « tirer une gueule d’enterrement » dès qu’il rentrait … La faute à qui ? On ne pouvait pas vraiment dire qu’elle l’aidait non plus.
Enfin, quoi qu’il en soit pour le moment les tracas de son quotidien lui semblaient passer en second plan, il passait un bon moment et c’était tout ce qui comptait. C’était précieux même, ces derniers temps les soirées où Tim pouvait apprécier de discuter de tout et de rien sans avoir mille choses à se soucier devenaient rares, trop rares sans doute puisqu’il était clair que note homme avait le moral en bandoulière un peu trop souvent.

    « J’espère au moins que tu lui as rendu la monnaie de sa pièce. » Hum … Pas vraiment non. A vrai dire Tim avait été plutôt sonné, et il avait préféré arrêté là les frais pour ce soir. Mais ça il se garda bien de le dire à Shannen cela dit. « Tu me voyais plutôt dans l’univers de la gym ou de la danse ? J’en ai fait quand j’étais adolescente, mais après j’ai arrêté ce genre de sports. » Bon, la gym ou la danse c’était un peu réducteur, mais il est vrai que Shannen lui semblait être quelqu’un d’assez doux, et il avait un peu de mal à l’imaginer sur un ring. « Non pas nécessairement mais … Le prend pas mal hein, mais j’avoue que j’ai un peu de mal à t’imaginer faisant du mal à une mouche. » Il l’avait fixé quelques instants, sans savoir si cette phrase serait bien prise ou non ; D’ici qu’il la vexe, il aurait l’air malin ensuite. « Pourquoi j’ai arrêté … Simplement parce que c’était des cours en dix séances. Je m’explique je n’ai pas vraiment fait de la boxe, mais j’ai pris des cours de self-défense pendant quelques semaines. Je voulais apprendre les bases pour savoir me défendre, histoire de pas être victime. » Elle le laissa songeur quelques instants. Quoi que, à New Heaven peut-être pas mais dans les grandes villes c’était devenu chose assez courante … Il faut dire qu’avec tout ce qu’on voyait à la télévision, il y avait de quoi craindre un peu pour sa sécurité. Quoi qu’il en soit elle enchaina ensuite pour retourner la chose à son propos. « Et toi alors, pourquoi la boxe ? Car je dois dire que c’est en totale contradiction avec ce que tu fais, donc je réitère, l’habit ne fait pas le moine. » Et il ne faisait pas le pasteur non plus de toute évidence. Trêve de plaisanterie, réfléchissant un court instant à la réponse qu’il allait fournir il reprit enfin « J’avais un trop plein d’énergie à canaliser, et c’était un sport courant là où je vivais. » C’était même plus que ça, dans la base militaire où vivaient les Goodwin tous les ans c’était la guerre pour savoir qui des boxeurs ou des footballeurs américains auraient recrutés le plus de nouveaux. « Au final j’ai attrapé le virus, et voilà où j’en suis douze ans plus tard, j’ai jamais raccroché les gants. » Nouveau sourire, après quoi il bu une nouvelle gorgée de café.

Le plus surprenant dans tout cela était qu’on ne pouvait pas rencontrer plus non-violent que Timothy … Sans rire, même si dans son adolescence il avait trainé un côté un peu grande gueule qu’il avait ensuite canalisé en prison histoire de ne pas servir de punching-ball de service, il n’aurait jamais levé la main sur quelqu’un ou même menacer de le faire. Mais après cinq ans d’enfermement les choses avaient changé, cinq ans de privation et de retenue sur tout pour ne pas se faire remarquer et risquer de mettre en péril sa libération conditionnelle. Malgré toute la non-violence dont il faisait preuve il avait eut besoin de trouver quelque chose pour faire redescendre la pression, et le stress lié au fait de se retrouver à nouveau dehors après cinq années entre quatre murs. On ne s’imaginait pas comme ça, mais se refaire à la liberté c’était presque aussi difficile que de se faire à l’enfermement.

Ouais, passer de l’adolescence à l’âge adulte derrière les barreaux d’un pénitencier ça laissait obligatoirement des traces. Voilà pourquoi en sortant il s’était interdit tout excès, ne sachant plus trop comment il pourrait réagir maintenant que tout avait changé autour de lui ; Arrêter l’alcool cela pouvait sembler un peu abusif pour certains, mais pour Timothy cela avait été un moyen comme un autre de reprendre doucement possession de sa vie et de ses actes. C’était ce que Dana appelait « être hypocrite en faisant croire que tu es parfait » mais bon, inutile d’essayer d’expliquer à sa sœur le pourquoi du comment à ce propos, ce n’était pas comme si les paroles de son frère l’avaient déjà amené à changer d’avis par le passé.

    « Privilège … je ne dirais pas ça comme ça, mais oui, il y en a bien d’autres, t’inquiètes pas pour ça. » Pour seule réponse Timothy se contenta d’un léger haussement d’épaule accompagné d’un sourire qui aurait presque signifié « pour moi, si » … Mais encire aurait-il fallut savoir décrypter le Tim, et le bonhomme était un peu dur à suivre. « Oui oui je l’avais bien compris. Mais tu dois savoir que je ne suis pas une buveuse et que le café me convient amplement. Donc ce n’est en rien une obligation. A part si tu veux me voir danser sur les tables du Trick or Treat, alors peut-être que là, pour toi, je ferai un effort de boire excessivement pour être capable de monter sur les tables sans en avoir honte. » Cette fois-ci Timothy ne pu retenir un léger rire, avant de répondre d’un ton amusé « Ne me tentes pas va ! … Quoi que, non, sinon je me sentirais obligé de te rejoindre parce que c’est bien connu à deux, c’est mieux … Mais là je pense que je peux aller rendre mon tablier de pasteur dès le lendemain. »

Osez me dire que vous ne vous êtes pas imaginé la scène au moins quelques secondes. Tim & Shannen debout sur les table du bar, ça vous a forcément traversé l’esprit quelques instants après ce que l’un et l’autre venaient de dire … Mais ne rêvez pas, ou plutôt si rêvez, parce qu’il n’y a que dans vos rêves que cela avait une réelle chance de se produire.

Sa tasse de café était déjà à moitié vide – faut dire qu’avec Timothy une tasse de caféine ne faisait jamais long feu – mais comme dans la plupart des bars et autres cafés de ce pays il n’y avait pas besoin de plus pour qu’un serveur vous remplisse à nouveau votre tasse lorsqu’il passait à proximité. Sans rire, béni soit le Dieu de la caféine et des cafetières. D’accord, d’accord, il n’y avait qu’un seul et unique Dieu pour Tim, mais franchement s’il s’avérait qu’il y en avait aussi un qui s’occupait seulement du rayon café notre pasteur n’allait pas lui cracher dessus, loin de là.
Pendant ce court intermède le regard de la jeune femme n’avait pas quitté les yeux le visage de Tim. Il n’avait pas gardé un œil sur elle en permanence mais sentait son regard posé sur lui. S’éclaircissant la gorge il remercia distraitement le serveur repartant avec sa cafetière à la main, avant de regarder à nouveau dans la direction de Shannen.

    « Ton œil … C’est vraiment moche ! Il ne t’a pas raté ton adversaire. » C’était donc ça. Il n’osait même pas imaginer à quoi cela ressemblait maintenant, tout ce qu’il savait c’était que l’effet anesthésiant de ma glace qu’il avait mis dessus plus tôt s’était estompé depuis longtemps, et que la sensation qui lui restait maintenant n’était pas des plus agréables. « J’espère que tu n’as pas de cérémonie de mariage ou autre dans les jours à venir, car ce n’est pas vraiment terrible pour un pasteur d’être amoché. » Penchant légèrement la tête sur le côté il répondit ensuite « En fait si, je célèbre un mariage demain après-midi … Mais ma sœur m’aidera sans doute à camoufler ça, si j’lui demande gentiment. » en ajoutant un léger sourire. « C’est pas la première fois que ça arrive, elle commence à avoir l’habitude. » En même temps quand on jouait à se taper dessus à coup de gants pour passer le temps, il fallait accepter ce genre de dommage collatéral.

Cela dit il lui était déjà arrivé de filer quelques coquards lui aussi, pas volontairement bien entendu, mais parfois il suffisait que l’autre manque de sa réactivité habituelle et paf, il était trop tard. Bref, chacun son tour donc, ce n’était ni le premier ni le dernier coquard qu’aurait Tim et de toute façon ce n’était pas grand-chose de plus qu’un bleu, il n’était juste pas placé à un endroit vraiment stratégique. Une chose était sûre en tout cas, ce n’était pas ce genre de petit bobo qui persuaderait Timothy d’y aller molo et de raccrocher les gants. Pour le moment il avait même de la chance, il réussissait encore à tenir le rythme tout en continuant à fumer en à côté … Et si un jour il devait choisir, et bien peut-être trouverait-il enfin là une raison valable d’arrêter de fumer. C’est Nancy qui serait contente.

    « Mais je dois avouer que si on ne se connaissait pas, je n’aurai jamais deviné que tu était pasteur. Tu es l’exact opposé des pasteurs que j’ai pu rencontrer … Enfin, n’y voit pas quelque chose de péjoratif ou autre, c’est juste une constatation. Et je me demande bien pourquoi tu as choisi cette voie, si je peux dire ça comme ça … » Il n’était pas surpris outre mesure par la question de la jeune femme, puisque c’était ça, elle voulait savoir comment il en était arrivé à être pasteur. « J’commence à m’habituer à ce qu’on me fasse cette réflexion j’dois t’avouer … »

Il finirait par le savoir qu’il n’avait pas la tête de l’emploi, à force qu’on le lui répète. Cela dit même si maintenant il prenait le parti d’en rire lorsqu’il était arrivé à New Heaven et qu’il avait eut droit à un accueil franchement mitigé il rigolait beaucoup moins. Quoi qu’il l’avait un peu cherché aussi, quelle idée d’essayer de se faire bien voir tout en passant son temps au Station’s Pub, à trainer avec la fille Bouwmeester … Ah tu m’étonnes que Timothy ait eut du mal à regagner une certaine crédibilité après ça, mais enfin est-ce qu’il était censé savoir qu’elle n’avait que dix-sept ans aussi ? Elle en faisait facilement trois ou quatre de plus à l’époque, et en plus elle lui avait menti sur son âge. Mais bon, pas étonnant donc que certains – beaucoup – soient restés dubitatifs un long moment après l’arrivée de ce nouveau pasteur, qui par ailleurs n’avait profité longtemps du fait que son petit secret ne soit révélé. Pour ça les petites villes c’était véritablement une plaie, trois petites semaines et pouf, la moitié de la ville savait déjà que vous sortiez de prison et spéculait dans votre dos pour en découvrir la raison. Merveilleux.

    « Mais être pasteur ça veut pas dire passer ses journées enfermé tout seul à lire la Bible hein … Crois-moi y’aurai beaucoup moins de pasteurs sinon. » ajouta-t-il d’un air amusé. Tim avait bien compris la vision clichée qu’on se faisait d’un pasteur en règle générale : plus tout jeune, passant sa vie enfermé dans sa chapelle (bon d’accord là-dessus Tim était mal placé pour dire quoi que ce soit), ayant la Bible pour seul et unique livre de chevet, voyant des signaux divin partout même dans la tâche de café qu’il faisait sur sa chemise en déjeunant le matin, et ne pouvant pas s’empêcher de tout ramener à Dieu en permanence. « J’suis pas comme certains qui savait quel métier faire depuis leur enfance, quand j’étais gosse je me disais pas « plus tard je serais pasteur », c’est même un truc qui m’avait jamais traversé l’esprit … Quand j’ai découvert le pastorat j’étais déjà quelqu’un, si on peut dire, j’me suis pas construit dans le but de devenir pasteur. Mais je me voyais pas essayer de devenir quelqu’un d’autre ensuite pour coller à l’image qu’on se fait du pasteur modèle, ça aurait été stupide, et complètement inutile … »

Inutile parce que sa foi ne dépendait pas de l’impression qu’il donnait aux autres sur ce qu’il était. Ce n’était pas parce qu’il avait eut une vie un peu décousue avant, parce qu’il avait fait quelques excès dans sa vie, ou qu’il avait un goût prononcé pour les tatouages qu’il était pour autant un pasteur plus mauvais. C’était ce qu’il avait du prouver après son installation à New Heaven, il avait du faire ses preuves sur le fait que peut-être qu’il n’avait pas le même style ou la même façon de voir les choses que le pasteur précédent, mais pour autant il n’en était pas moins dévoué à son métier et à ses croyances. Aussi aujourd’hui il ressentait une certaine fierté en voyant que pour la plupart des gens qui fréquentaient régulièrement la chapelle, il remplissait son rôle de pasteur aussi bien qu’un autre.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Jeu 14 Oct - 1:19

TIMOTHY - De vieillir pas vraiment … D’être pris de court peut-être oui. Comme beaucoup de monde je pense. – Il avait totalement raison. La vie est faite d’imprévue et malheureusement on en était ses pantins. - Mais changeons de sujet va, sinon c’est la déprime qu’on va noyer dans notre café ! – Il sourit en me disant cette phrase, et je ne pus m’empêcher de le lui rendre.
SHANNEN – Tu as raison, il vaut mieux qu’on change. Je suis sortie ce soir pour m’aérer l’esprit, pour m’amuser, pas pour déprimer, ça je peux très bien le faire chez moi. – lui dis-je avec un sourire.

La conversation se poursuivit, et on en vint à aborder le sujet ou son cocard en était le principal intéressé. Je dois avouer, que je n’avais vraiment pas pensé à ce qu’il pratique un tel sport. Mais quand on le regarde de plus près, ça lui allait plutôt bien. Timothy avait un petit coté « sauvage » qu’il cachait derrière sa profession de pasteur. Assez paradoxal, mais c’est ce qu’il faisait qu’il était lui. Pour moi Timothy reste un homme très mystérieux, et bien que j’entendais pas mal de rumeur à son sujet, il était hors de question que j’en tienne compte. Je voulais apprendre à le connaitre lui, par ses dires, ses gestes, ses expressions, et non à travers les habitants de New-Heaven. J’écoutais ce que chacun me disaient, mais n’en tenait pas vraiment compte. Je sais que les rumeurs peuvent briser une personne si elles prennent trop d’importance, et je n’étais pas de celle qui les colportées et encore moins qui les créées. Mais revenons à notre conversation. Je lui avais dit que j’avais pratiqué le self-défense pendant quelques semaines, et il en fut quelque peu surpris. D’ailleurs, il n’hésita pas à m’en faire la remarque.

TIMOTHY - Non pas nécessairement mais … Le prend pas mal hein, mais j’avoue que j’ai un peu de mal à t’imaginer faisant du mal à une mouche. – J’eus de nouveau un sourire, à croire que c’était de mise quand je me retrouvais en face de Tim.
SHANNEN – Mais je ne le prends pas mal..Ne t’inquiète pas pour ça. Et tu as raison, je suis assez pacifiste, mais les évènements ont voulu que..que j’apprenne à me défendre, et je voulais impérativement en être capable, d’où le fait d’avoir pris ces cours.

J’ai du assez tôt me prendre en charge. A 18ans, j’étais déjà partie de chez moi avec la vive intention de devenir quelqu’un. Mais ça ne s’est pas vraiment déroulé comme je l’aurais voulu. Dans la foulée, j’étais tombée enceinte de Callan, et son géniteur avait prit la fuite. Je me retrouvais donc enceinte, sans boulot, sans compagnon, vivant dans un petit studio modeste, vraiment seule. Et depuis ce jour, je me suis promise de ne plus rien attendre de personne. Les cours m’avaient permit d’apprendre à me défendre, et c’est ce que j’avais de mieux à faire étant une jeune-fille mère célibataire vivant dans un quartier pas forcément bien fréquenté. Mais c’était sans compter sur mon coté fleur bleue, qui m’a joué de sacré tour. Plusieurs fois, je me suis laissée convaincre par la gente masculine, et autant de fois j’en ai été dessus. Dure dure quand on y repense, mais qu’importe, ça m’avait permit de me construire, et je ne serais pas la femme que je suis aujourd’hui sans ses épreuves. Et bien sûr, je n’avais pas fini de « grandir ».

J’écoutais donc attentivement Timothy parler, et quand je lui avais retourné sa question pour la raison de la pratique de la boxe, il mit quelque seconde avant de me répondre.

TIMOTHY - J’avais un trop plein d’énergie à canaliser, et c’était un sport courant là où je vivais. – Ou il vivait ? Je savais qu’il n’était pas natif d’ici, tout comme moi, mais ou avait-il vécut pour que la boxe soit un sport courant ? Pour moi les sports courant sont ceux qu’on voit à la télévision comme le basket, le baseball, mais la boxe n’en faisait pas tellement partie. Avant même que je ne puisse répondre, il reprit. - Au final j’ai attrapé le virus, et voilà où j’en suis douze ans plus tard, j’ai jamais raccroché les gants.
SHANNEN – Un sport courant…Mais ou vivais-tu exactement ? – J’étais curieuse de connaitre la réponse. Je le fixais un petit moment avant de reprendre. – Tant que tu tiens le coup, tu peux continuer encore longtemps. C’est bien de faire du sport que ce soit de la boxe ou autre. C’est déjà mieux que de rester devant sa télé à regarder une énième rediffusion de Dirty Dancing… – Et non, je ne fais pas référence à moi ou pas totalement, mais qu’importe, le sport c’est bien pour le mental, et la boxe encore mieux, ça permet de garder le contrôle, d’être réactif et d’apprendre à décrypter le langage corporelle de son adversaire pour anticiper ses coups. Et accessoirement, ça permet aussi de griller quelques calories…

Timothy voulait être clair avec moi, il voulait vraiment que je reste moi-même dans mes choix de boisson, il ne voulait pas que je fasse comme lui en prenant un simple café alors qu’on était dans un bar, et que la grande majorité –pour pas dire la totalité- buvait de l’alcool. Mais je n’en avais pas vraiment envie. J’avais prit un café car j’en avais envie, le reste ne me tentait pas…pour le moment. J’étais bien sûr pas à l’abri de prendre un petit verre de vodka/pomme ou une liqueur de cassis. Mais pour l’instant, le café m’allait parfaitement… J’avais d’ailleurs répondu une phrase assez drôle, pour lui montrer que ce n’était pas une obligation pour moi de boire un café, mais bien une envie sur le moment.

TIMOTHY - Ne me tentes pas va ! … Quoi que, non, sinon je me sentirais obligé de te rejoindre parce que c’est bien connu à deux, c’est mieux … Mais là je pense que je peux aller rendre mon tablier de pasteur dès le lendemain. – Un rire s’échappa de ma bouche, et je ne pus le retenir, je nous imaginais déjà dansant sur le bar, en chantant à pleins poumon. Je riais encore plus après cette image de nous deux.
SHANNEN – Tim, tu nous imagines dansant sur le bar, toi et moi ? Le pasteur et la secrétaire du maire, je crois que dès le lendemain, nous serions convoqués dans son bureau pour nous faire sermonner comme des gosses. J’imagine déjà la tête à Sidney, complètement scandalisée par ce qu’elle apprend. – J’eus une pensée pour ma Sid’, ça faisait un petit moment qu’on n’était pas sortie toute les deux, il fallait que j’y remédie d’ici les jours à venir.

Après avoir bien ri en nous imaginant ainsi, je reportais mon regard sur son œil qui avait changé de couleur depuis le début de notre conversation. Je sais que ce n’est pas bien de fixer les gens, mais là, c’était tellement…impressionnant que je n’arrivais pas à regarder autre chose. Et je ne pus aussi le lui faire remarquer. Mais il resta assez zen, comme si avoir ce genre de marque était devenu une habitude avec le temps, et que même s’il le voulait, il ne pouvait rien y faire. Le cocard était bien là, et pour quelques jours encore, donc autant ne pas y prêter plus attention.

TIMOTHY - En fait si, je célèbre un mariage demain après-midi … Mais ma sœur m’aidera sans doute à camoufler ça, si j’lui demande gentiment. – Je fis une moue genre « arf merde, pas cool », je pris une gorgée de mon café, et je la laissais quelques dixième de seconde en bouche pour que le café s’imprégnait bien, j’aimais bien sentir le café. C’est bête, mais c’était une de mes petites habitudes… - C’est pas la première fois que ça arrive, elle commence à avoir l’habitude.
SHANNEN – Arf, c’est malin ça, un pasteur tout cabossé pour un mariage…ce n’est pas vraiment ce dont rêve une mariée. – Je lui souris, bien sûr, c’était à prendre sur le ton de la rigolade. Quand il me dit que ça sœur lui camouflera son œil le lendemain matin, j’eus un léger sourire en guise de réponse. Ensuite, il me dit que ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait, et je m’en doutais un peu. – C’est sur qu’en pratiquant la boxe, on sait à quoi on s’expose… - C’était vrai, il prenait des risques en fessant ce sport, et après, il devait en assumer les conséquences, et là son cocard en était une belle.

Ça faisait maintenant quelques semaines que je connaissais Timothy, et bien qu’on ne se tutoie que maintenant, on avait pas mal discuté lui et moi. Sur différents sujets –d’actualité ou non-, et ils nous arrivaient des fois, d’en dire plus sur nous. Mais jusqu’à maintenant, je ne savais toujours pas pourquoi il avait choisi le « métier » de pasteur. Je n’avais, jusqu’à ce soir, osé lui en parler, mais la question me brulait les lèvres, et je décidais donc de le lui demander. Je ne voulais pas le vexer, loin de là, mais je voulais juste savoir comment on arrive un jour à ce dire qu’on est fait pour le pastorat..

TIMOTHY - J’commence à m’habituer à ce qu’on me fasse cette réflexion j’dois t’avouer … - Je sentis une pointe de lassitude derrière cette phrase.. - Mais être pasteur ça veut pas dire passer ses journées enfermé tout seul à lire la Bible hein … Crois-moi y’aurai beaucoup moins de pasteurs sinon. – Je lui souris, amusé par ce qu’il venait de dire.
SHANNEN – Oh Timothy, ne le prends pas mal, c’est loin d’être une réflexion, je suis juste curieuse de savoir ce qui t’as mené à ce métier… - La par contre, c’était vrai, ma réflexion était loin d’en être une, je voulais juste comprendre. S’il me demande pourquoi je suis secrétaire, je lui répondrais certainement que ce job était une opportunité et que même si ça parait chiant de ranger de la paperasse, j’aimais bien. Puis, il reprit.
TIMOTHY - J’suis pas comme certains qui savait quel métier faire depuis leur enfance, quand j’étais gosse je me disais pas « plus tard je serais pasteur », c’est même un truc qui m’avait jamais traversé l’esprit … Quand j’ai découvert le pastorat j’étais déjà quelqu’un, si on peut dire, j’me suis pas construit dans le but de devenir pasteur. Mais je me voyais pas essayer de devenir quelqu’un d’autre ensuite pour coller à l’image qu’on se fait du pasteur modèle, ça aurait été stupide, et complètement inutile …

Je l’écoutais attentivement. Il n’avait pas tord, on ne nait pas en se disant qu’on va faire tel ou tel métier, c’est absurde. C’est plutôt le cheminement d’une vie qui nous mène à un métier. J’étais d’accord avec lui, inutile de vouloir rentrer dans un moule si celui-ci n’est pas fait pour vous. Autant être soi même et se faire apprécier ainsi, plutôt que perdre son temps à paraitre une personne qu’on est pas.

SHANNEN – Je suis d’accord avec toi, il ne faut pas se voiler la face. Autant être soi même dès le départ. J’aime bien ta façon de penser, c’est..Très réfléchie. – Ce n’était en rien péjoratif, mais ça montrer juste que c’était un homme qui savait qui il était, ce qu’il voulait. – Et sans être indiscrète, le pastorat, tu l’as découvert ou ? Où plutôt comment ?

Il était évidemment libre de répondre ou non à cette question, mais il avait éveillé ma curiosité avec ses phrases pleines de sous-entendus. Je sentais qu’il n’osait pas spécialement en parler. Mais c’était prévisible. Timothy Goodwin était un homme avec une carapace –assez grande même. – Et j’étais bien décidée à l’en faire sortir. Peut-être pas ce soir, mais avec un peu de temps, j’allais sûrement y arriver...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM Lun 18 Oct - 13:20

    « Tu as raison, il vaut mieux qu’on change. Je suis sortie ce soir pour m’aérer l’esprit, pour m’amuser, pas pour déprimer, ça je peux très bien le faire chez moi. » Timothy se contenta d’un sourire en guise de réponse. Sur que tout comme elle il n’avait pas besoin de trainer au Trick or Treat ou même ailleurs si son but était simplement de sombrer dans la déprime … A vrai dire s’il était là c’était même plutôt pour la raison contraire, il souhaitait prolonger encore un peu son temps loin de chez lui.

L’ambiance à la maison lui devenait plus pesante qu’il ne réussissait à le supporter, et dans ses moments de pessimisme profond il se surprenait à craindre que les choses ne changent plus jamais. Timothy était pourtant quelqu’un d’un naturel optimiste, et ce n’était pas uniquement parce qu’il faisait confiance au tout-puissant, mais en ce qui concernait une possible amélioration de ses relations avec Dana il avait passé tellement de temps à espérer en vain qu’il commençait simplement à douter que les choses puissent un jour être autrement. Pourtant il donnerait bien n’importe quoi pour que sa petite sœur le regarde à nouveau avec les yeux de ses six ans, ces yeux qu’elle avait à l’époque où elle avait compris qu’enfin elle allait pouvoir voir son frère ailleurs que dans une salle bondée et surveillée, ou à travers une vitre. Cette pensé lui arracha un bref soupir, mais il se reprit bien vite et chassa ces tracas de son esprit, comme venait de le dire Shannen ils n’étaient pas là pour ruminer.
D’ailleurs la conversation avait dérivé sur un sujet totalement différent, un sujet beaucoup plus « futile » mais pas pour autant moins intéressant. Il faut dire que malgré qu’ils se côtoient maintenant depuis quelques semaines Timothy et Shannen ne savaient pas grand-chose l’un de l’autre. C’était sans doute voulu, tout du moins c’était le cas en ce qui concernait le pasteur qui n’était pas du genre à s’étaler sur sa vie privée, mais il était logique qu’au fil du temps ils finissent par en apprendre progressivement l’un sur l’autre. Et la boxe justement, c’était le sujet de conversation du moment, quoi que Shannen soit aussi surprise que Tim la pratique que lui-même était surpris qu’elle l’ai pratiqué un temps ; Comme quoi ils étaient encore loin de se connaitre assez pour se deviner mutuellement.

    « Mais je ne le prends pas mal … Ne t’inquiètes pas pour ça. Et tu as raison je suis assez pacifiste, mais les évènements ont voulu que..que j’apprenne à me défendre, et je voulais impérativement en être capable, d’où le fait d’avoir pris ces cours. » La phrase en elle-même intriguait un peu Timothy il fallait bien l’avouer, mais puisque la jeune femme évitait le sujet et qu’il n’était pas du genre à se mêler des affaires des autres … bref, vous avez compris. Que ce soit en tant que pasteur ou en temps que simple personne Timothy n’était en tout cas pas quelqu’un qui forçait la discussion, seulement quelqu’un qui écoutait. « C’est une raison suffisante c’est vrai … et puis du moment que tu as eut le sentiment que ça t’ai été utile, c’est ce qui compte. »

La différence en fin de compte résidait surtout dans le fait que Timothy ne pratiquait pas la boxe dans le même but que celui recherché par Shannen lorsqu’elle avait décidé de prendre des cours de self-defense. Pour Timothy il n’avait en effet jamais été question de se défendre, tout comme il n’avait jamais été bien entendu question non plus d’apprendre à attaquer. Tout était vraiment uniquement histoire de pression à faire redescendre … Et puis cela pouvait paraitre bizarre à certains mais pour Timothy il y avait quelque chose de fascinant dans la boxe, quelque chose de majestueux. Il ne s’agissait pas simplement de deux types qui se tapaient dessus jusqu’à ce que l’un des deux finisse KO, il y avait une véritable histoire de respect de l’adversaire et d’humilité derrière cette façade de brutes épaisses. Bien sûr il y avait toujours de la provocation, parce que cela faisait partie du jeu, mais un boxeur n’était pas forcément une grosse brute et Timothy en était la preuve parfaite, lui qui était le plus pacifiste des pacifistes.
Mais à force de dériver sur ce sport il fallait bien que la discussion finisse par dériver sur Tim, un peu mais tout de même assez pour qu’il ait quelques secondes le sentiment d’en dire trop. Assez pour susciter la curiosité en tout cas, ce qu’il évitait de faire à tout prix en général. Il y avait une différence entre ne pas nier son passé et en parler ouvertement, et cette nuance justement résidait dans sa capacité à placer dans une conversation quelque chose en rapport avec sa vie avant New Heaven ; Cette vie qu’en dehors de Nancy et Dana personne ne connaissait vraiment. A l’exception de Sara bien sûr, mais pour sa femme Timothy n’avait jamais eut de secrets, tout comme elle n’en avait jamais eut pour lui non plus.

    « Un sport courant … Mais où vivais-tu exactement ? » Un ange passe. Cependant Timothy garda un sourire de façade tout en trempant à nouveau ses lèvres dans son café, après quoi reposant sa tasse sur la table il répondit « Bah, les Marines sont mordus de boxe, beaucoup d’entre eux du moins … Et j’habitais sur une base militaire, donc voilà. » Oui enfin, ce qu’il ne disait pas non plus c’est que malgré que son père l’ai poussé à la boxe quand il était plus jeune, et que cela lui ait plut tout de suite, Timothy avait cru malin d’arrêter du jour au lendemain lorsqu’il avait quinze ans, tout ça pour tenir tête au paternel. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour emmerder son père, quand on s’appelle Timothy Goodwin. « Mais bon, à force d’être à New Heaven j’ai presque l’impression que ma vie a commencé ici » ajouta-t-il d’un air un peu amusé, et cherchant peut-être aussi à éluder la question précédente. « A croire que dix ans c’est presque une éternité. »

D’un autre côté, son arrivé à New Heaven avait été pour lui un moyen de repartir sur de nouvelles bases, presque de recommencer une nouvelle vie, défait pour de bon de tout le mauvais qui le rattachait encore à sa Virginie natale. Alors dire que sa vie avait commencé ici au fond c’était une jolie métaphore pour dire qu’il avait fait table rase du passé (du moins autant que possible en ayant sur la conscience d’avoir privé ses deux sœurs de parents) en s’installant ici. Quoi qu’il en soit, même si pour n’en parler jamais il n’était pas très à l’aise avec le sujet, Timothy voyait bien au visage de Shannen que sa réponse suscitait plus de questions qu’autre chose … Il faut dire que vivre dans une base militaire, ce n’était pas quelque chose de courant. A moins d’avoir un parent membre du corps militaire, ce qui était justement le cas de Timothy à son grand désespoir.

    « Tant que tu tiens le coup tu peux continuer encore longtemps. C’est bien de faire du sport que ce soit de la boxe ou autre. C’est déjà mieux que de rester devant sa télé à regarder une énième diffusion de Dirty Dancing … » Bah, on avait tous nos pêchés mignons, d’ailleurs qu’est-ce que Timothy n’aurait pas fait pour faire plaisir à sa femme, regarder Dirty Dancing avec elle en faisait partie. Bon une fois ça lui avait suffit par contre … Ouais, une fois c’était de la charité, deux fois c’était de la gourmandise. « Personnellement je pensais plutôt à une énième rediffusion du Parrain, mais je vois où tu veux en venir. » répondit-il en ajoutant un clin d’œil à ses dires.

La conversation alternait les discussions au demeurant sérieuses et les épisodes plus bon enfant, comme l’était celui de l’un et l’autre s’imaginant un instant se donner en spectacle sur les tables du Trick or Treat. Chose aussi amusante qu’impensable cela dit, mais c’était justement ce qui rendait la scène aussi cocasse à imaginer. Et puis on pouvait s’en douter à le voir dans sa façon d’être au quotidien, vieil ours rabougri et grognon qui ne s’ouvrait un peu qu’entre les murs de sa chapelle, Timothy n’était pas une personne très expansive en règle générale … Pour ça il avait hérité de sa mère, véritable modèle de calme et de sérénité en toutes circonstances, du moins en apparence. C’était ce qui le différenciait principalement de sa sœur Dana, qui elle avait sans conteste hérité du sang chaud de leur père, et de sa tendance parfois un peu trop poussée à l’autorité.

    « Tim, tu nous imagines dansant sur le bar, toi et moi ? Le pasteur et la secrétaire du maire, je crois que dès le lendemain, nous serions convoqués dans son bureau pour nous faire sermonner comme des gosses. J’imagine déjà la tête de Sidney, complètement scandalisée par ce qu’elle apprend. » La scène semblait à Timothy tout aussi cocasse que celle d’avant en fin de compte. D’autant plus qu’il ne connaissait pas personnellement Sidney Ainsworth, enfin il la connaissait en tant que maire quoi (si ses souvenirs ne lui jouaient pas de tours il lui semblait même se rappeler qu’il avait voté pour elle aux dernières élections), mais cela s’arrêtait là. « J’ai déjà pas affaire à elle souvent, alors évitons de lui donner de quoi penser que le pasteur de New Heaven ait besoin d’être remplacé de toute urgence. » D’autant plus que la dernière fois que Sidney avait eut affaire à Tim en personne, c’était le jour de son mariage et quand on savait l’issue tragique qu’avait eut la cérémonie …

Et en parlant de mariage justement, celui de Sidney avait peut-être terminé en tragédie sanglante, tandis que celui de Timothy avait en quelque sorte mené à la mort lui aussi, cela n’empêchait pas les autres de continuer à se marier, comme cela allait être le cas le lendemain lorsqu’il prononcerait ses paroles solennelles … avec un œil poché. Camouflé derrière de l’anticerne et la dextérité de Nancy, mais tout de même. Pas du meilleur goût, comme allait le souligner Shannen

    « Arf c’est malin ça, un pasteur tout cabossé pour un mariage … ce n’est pas vraiment ce dont rêve une mariée. C’est sûr qu’en pratiquant la boxe on sait à quoi on s’expose » Répondant au sourire que la jeune femme avait ajouté à sa phrase, Timothy avait répondu sur le ton de la plaisanterie « Et on apprend à avoir la tête dure, aussi. Mais crois-moi va, la mariée en question n’a déjà qu’yeux que pour son Roméo, coquard ou pas elle ne verra sans doute même pas la différence. » Ce n’était qu’une vanne à prendre au second degré bien sûr, d’autant plus qu’il aurait été mal placé pour parler là-dessus quand on savait à quel point il était capable de dévorer Sara du regard sans se lasser un instant.

A nouveau la conversation avait dérivé vers un sujet un peu plus sérieux, du moins il s’agissait de quelque chose que Timothy prenait au sérieux : son métier. Métier qui d’ailleurs était beaucoup plus une vocation d’un simple gagne-pain … c’était quelque chose de totalement essentiel. On ne devenait pas pasteur pour payer ses factures, il ne s’agissait pas de « jouer au pasteur » mais de l’être pour de bon et pour cela il fallait en plus d’une foi certaine un sens du dévouement inébranlable. Rôle que tenait à merveilles Timothy en tant qu’altruiste pur et dur … C’était de la naïveté que d’être altruiste ? Peut-être, dans ce cas là Timothy était un grand naïf, mais il ne pouvait s’empêcher de penser que l’homme ne naissait jamais mauvais, que personne n’était incurable et que si on prenait un mauvais chemin la fatalité n’était jamais là pour nous empêcher de redevenir meilleur. C’était en contradiction avec la notion de destin avec laquelle il croyait, du moins un peu, mais dans son esprit la chose était pourtant claire comme de l’eau de roche. Il croyait en l’homme dur comme fer, autant qu’il croyait en Dieu, et c’était à son sens ce qui faisait sa force là où d’autres seraient tentés de lui voir une faiblesse.
C’était plus ou moins ce qu’il avait tenté de résumer en une phrase pour Shannen vis-à-vis de ce qu’il n’aurait pas été prêt à faire pour devenir pasteur : vendre son âme, et s’obliger à renoncer à ses convictions. Timothy était un homme de foi de par ses convictions et ce n’était pas quelque chose qu’il était prêt à changer pour coller à l’idée que l’on pouvait se faire de lui ou de son métier.

    « Je suis d’accord avec toi, il ne faut pas se voiler la face. Autant être soi-même dès le départ. J’aime ta façon de penser c’est très … réfléchie. » Réfléchi ? Disons que ce n’était pas quelque chose qu’il prenait à la légère même si la tirade qu’il venait de lui sortir était tout ce qu’il y avait de plus spontané. « J’ai le sentiment que t’as beaucoup moins de préjugés que la plupart des gens … C’est rare, et c’est tout à ton honneur. » Nouveau léger sourire, un sourire pensif, après quoi il ajouta « Pour certain il aura fallut dix ans pour accepter que j’étais pas arrivé comme un imposteur pour prendre la place de l’ancien pasteur … »

Pour certains cela n’était peut-être même toujours pas une certitude. Timothy avait dit cela d’un ton qui trahissait un peu d’amertume, mais d’un autre côté il arrivait à comprendre cela, surtout de la part de personnes qui vivaient à New Heaven depuis des décennies et n’avaient connu qu’un seul et même pasteur avant Timothy … Un type qui semblait presque aussi vieux que sa chapelle et qui aurait sans aucun mal eut l’âge d’être le grand-père de Tim. Un pasteur qui avait prit une retraite bien méritée après toute une vie de loyaux services envers le Seigneur, mais qui avait laissé un vide que ses fidèles avaient eut du mal à combler en se contentant d’un pasteur fraichement débarqué et qui se trouvait être un parfait inconnu aux yeux de la ville.

    « Et sans être indiscrète, le pastorat, tu l’as découvert où ? Ou plutôt comment ? » Le moins que l’on puisse dire c’était que Timothy venait d’être pris au dépourvu. D’ailleurs cela se voyait certainement un peu sur son visage, il avait beau ne pas être un grand démonstratif il n’était pas pour autant un bloc de glace. « Je … c’est … une longue histoire … » Longue, et pas des plus joyeuses par-dessus le marché. « Disons que … y’a eut une période où j’avais plus grand-chose vers quoi me tourner et … »

Il ne l’aurait pas cru, mais finalement les choses étaient beaucoup plus difficiles à dire que ce qu’il s’imaginait. Il avait beau avoir toujours eut en tête cette idée selon laquelle bien qu’il ne s’étalerait jamais sur son passé il ne mentirait jamais si on lui posait une question, il devait bien avouer que la vérité avait un poids beaucoup plus lourds qu’il ne l’aurait pensé … En particulier face à Shannen. Pourquoi ? Il n’en savait trop rien, que ce soit elle qui veuille en savoir plus le mettait mal à l’aise, comme si il avait peur de son jugement à elle plus que du jugement d’un autre … C’était totalement irrationnel, il n’y avait pas d’autre explication.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM

Revenir en haut Aller en bas

Living's easy with eyes closed ♣ SHANNEN & TIM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Ackroyd Lock :: Le 'Trick Or Treat'-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit