AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.[Ellie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.[Ellie] Mar 27 Juil - 12:12


© CANDIESWORLD & MIMZ

Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.

« La petite nouvelle de la famille! »
« Tu en es sûr ? »
« Absolument ! »
Voilà à présent cinq bonnes minutes qu'Aaron écoutait la discussion qu'avait le propriétaire du café dans lequel il se trouvait avec un homme d'une cinquantaine d'années, probablement habitué de l'endroit étant donné la familiarité qu'il se permettait d'avoir à l'égard du vieux barbus. Expressément venu pour boire tranquillement son café comme il le faisait chaque matin avant de s'en aller à la faculté où, encore une fois il viendrait à passer six longues et interminables heures assit sur des bancs ô combien inconfortable, ce matin là, il semblerait que son habitude vienne à être complètement changée. En effet, alors qu'il entamait la page des sports sur le journal quotidien de la ville tout en faisant une légère grimace lorsque le café brûlant vint à passer à l'intérieur de sa gorge il ne put s'empêcher de tendre l'oreille lorsque le nom de famille « Coben » vint à résonner dans la salle. Abandonnant ainsi la lecture, il laissa cependant la page ouverte, Aaron tendit attentivement son oreille essayant alors d'écouter chaque mot de la conversation. « Puisque je te dis que la police est arrivé ce matin dans la ruelle derrière chez Régina! » Murmurait alors l'homme derrière le comptoir de façon à ce que personne n'entende exceptée celle avec qui il partageait la discussion. « C'est les Ainsworth qui doivent se mordre les doigts, depuis qu'elle est arrivée ils n'ont que des problèmes avec elle! » Cracha alors le vieil homme sur son tabouret tout en avalant une profonde gorgée de chocolat chaud avant de reprendre « Déjà qu'elle n'est pas régulièrement au lycée, Lance doit constamment lui trouver des excuses. Et Sidney, quand on pense qu'elle désirait un enfant, la voilà avec une adolescente en pleine crise entre les mains! » Sur ces mots, Aaron se leva brusquement de sa chaise, ne manquant pas de se faire remarquer dans ce petit café qu'il aimait pourtant énormément, il s'empressa de prendre son portable entre ses mains, déposa un billet sur sa table et s'approcha d'un pas déterminé jusqu'aux deux hommes qui ne manquèrent pas d'afficher une mine des plus gênées sur leurs visages.

« Si je peux me permettre un petit conseil, lorsque vous décidez de parler ragots entre vous, faites en sorte que je ne sois pas dans les parages. » Lâcha alors violemment le jeune homme avant d'afficher sur son visage un sourire qui visiblement n'avait en rien une quelconque sympathie à leurs égards. « Enfin, maintenant que la conversation semble avoir débuté, de quoi parliez vous? » S'intéressant faussement à ce qu'ils allaient lui répondre, ce que désirait Aaron par dessus tout c'était de savoir pourquoi s'étaient-ils mit à parler de la jeune femme de cette façon. Les deux hommes se regardèrent dans les yeux, sans vraiment savoir s'ils devaient ou non lui répondre. En ville, tout le monde connaissait la proximité qui unissait Aaron à Ellie, toujours fourrés ensemble, il n'était absolument pas étonnant qu'il vienne la chercher à la sortie du lycée, quand encore elle y allait, ou même, qu'ils se baladent dans les rues de New Heaven afin que chaque habitant les voit ensemble. D'ailleurs, au fur et à mesure du temps, les ragots avaient commencé à battre dans la petite ville, les assimilant à un couple, certains n'hésitaient pas à inventer leur première nuit d'amour ensemble, disant ainsi qu'Ellie n'était qu'une passade de plus dans la vie d'Aaron déjà bien connu pour ses multiples conquêtes dans la ville. « Elle a été arrêté tout à l'heure. » Ecarquillant les yeux, Aaron ne prit même pas le temps d'écouter la fin du récit qu'il quittait déjà le café pour se rendre à sa voiture, dernier petit bolide que lui avait acheté son père après qu'il ait fuit un mois durant à New-York là où vivait sa mère depuis le prononcé du divorce.

« Aaron, tu le sais, il nous faut l'autorisation d'un de ses parents. Ou du moins de Lance. » Répéta pour la énième fois l'homme en tenu de travail qui faisait face à un jeune Standford dans tout ses états. « Tu me le dois bien! » S'emporta-t-il tout en serrant machinalement son poing. Voilà une bonne dizaine de minutes que le jeune Aaron était au commissariat, alors que d'ordinaire il faille vingt bonnes minutes pour se rendre à cet endroit, lui n'en avait mit que dix tellement son pied s'était empressé d'écraser la pédale d'accélération de son bijoux – pour une fois que celui-ci pouvait servir à quelque chose - « Je vais voir ce que je peux faire. » Tenta de dire alors le pauvre policier tout en faisant signe à son ami de se calmer légèrement étant donné tous les regards posés sur eux à cet instant. Hochant la tête, le jeune homme passa une main dans sa crinière qu'il n'avait même pas prit la peine de coiffer comme à son habitude avant de finir par la passer sur son visage comme pour tenter de faire retomber la colère qui ne cessait de croître à l'intérieur de son corps. Son coeur s'emballait, ses mains devenaient presque moites, sa respiration était de plus en plus forte alors qu'il faisait les 100 pas dans une salle blanche remplie de dizaine de policiers qui ne cessaient de le regarder. Aaron était connu au poste, non pas qu'il eut fait un séjour dans celle-ci, lui préférait de loin celles des grandes villes, mais souvent Aaron était confronté à ce genre de situation, non pas avec Ellie mais avec bon nombre de ses « amis » qu'il était venu chercher ici après avoir été arrêté pour conduite en état d'ivresse, et comme souvent, ces histoires se terminaient avec une bonne liasse de billets lâchée sur le bureau d'un des policiers, comme quoi à New Heaven tout n'était qu'une question d'argent.
Les secondes défilaient lentement alors qu'Aaron venait de trouver place sur une chaise en fer. Ses pieds tapant à un rythme régulier sur le sol, ses mains posées sur son visage il n'était pas rare de l'entendre pousser de profonds soupirs, essayant ainsi de se calmer, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de l'imaginer se faire arrêter par la police, qu'avait-elle donc fait pour finir ici de si bon matin? Bien que cela fasse de nombreux jours qu'ils ne s'étaient pas vu étant donné les emplois du temps ô combien différents l'un de l'autre, était-ce une raison pour elle de se faire remarquer pour lui dire combien elle était énervée de ne pas l'avoir vu ? Certes ils se connaissaient depuis de nombreux mois à présent mais entre eux, une zone d'ombre concernant leurs vies respectives était toujours présente, aussi bien l'un que l'autre semblaient avoir des secrets que l'on pourrait qualifier d'inavouables mais était-ce si lourd pour la jeune femme au point qu'elle finisse par avoir une garde à vue ?

Tant de questions défilaient dans la tête d'Aaron qu'il ne remarqua même pas la venue de son ami le policier qui du poser une main sur son épaule pour le faire ainsi sortir de ses pensées. Relevant son regard à hauteur de son ami, Aaron bondit d'un seul coup sur ses deux jambes avant de le regarder droit dans les yeux
« Alors? »Demanda-t-il tout en passant de nouveau l'une de ses mains dans sa chevelure. « Alors elle ne va pas tarder à arriver. » Soudain, un immense soulagement prit place à l'intérieur du corps de l'étudiant, son coeur commençait même à se calmer, un sourire certes infime mais sourire quand même s'afficha sur ses lèvres alors que son ami continuait de lui parler « Mais tu sais que ça ne se fait pas sans rien! »
« Tu sais très bien que je te suis redevable pour ce que tu viens de faire! » Finit-il par soupirer.
« C'est drôle Aaron, je ne t'ai jamais vu te mettre dans un tel état pour quelqu'un, et encore moins pour une fille, elle t'a mit le grappin dessus c'est ça? » Comme-ci c'était une première! Roulant ses yeux en direction du plafond, Aaron fit mine de ne pas entendre faisant ainsi comprendre à son ami qu'il n'avait plus rien à faire avec lui mais qu'il devait à présent aller chercher Ellie, ce qu'il fit bien vite étant donné qu'il ne répondait même pas à sa question, mais il est vrai que jamais Aaron ne s'était impliqué autant dans une amitié, il avait changé, il était prêt à aider son prochain ou du moins ici, sa prochaine. Depuis qu'il avait fait la connaissance de la jeune femme, Aaron était différent, aussi bien avec ses amis qu'avec ses proches, presque plus calme qu'avant, il en avait quasiment terminé avec ses frasques en tout genre, préférant les laisser à son frère cadet, il semblerait qu'il ait trouvé une raison de devenir bon... Et si c'était elle ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
New Heaven ? Pff c'est comme si j'y étais né à présent !

★ NOM DE L'AVATAR : Kristen Stewart
★ MESSAGES : 376
★ ARRIVE DEPUIS LE : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.[Ellie] Mar 27 Juil - 22:16


Grise. Froide. Etroite. Dans sa cellule de garde à vue, Ellie faisait les cents pas. On venait de l'y enfermer, confisquant le peu de came qu'elle avait sur elle au moment de son arrestation. Ce satané flic, qui l'avait pris pour une conne pendant plus d'une semaine. Elle le savait. Elle aurait dû être plus méfiante, se renseigner avant d'exposer à cet inconnu son petit commerce. C'était une faute de débutante, une faute stupide. Faire confiance ne faisait plus partie de ses habitudes pourtant, surtout depuis qu'un tragique « accident » l'avait poussé à venir ici en plus de la perte de sa maman et de son placement en foyer. S'arrêtant devant les barreaux, elle donna un grand coup de pieds dans la grille, de rage et de colère. « Merde ! » -jura-t-elle, se maudissant silencieusement d'avoir fait une pareille erreur. Elle finit par s'y appuyer tout contre, sentant le métal froid tout contre sa peau... Sa joue, son front... Elle ferma doucement les yeux et poussa un long soupir.

Flash Back

« Vous êtes en état d'arrestation mademoiselle... Coben. » -annonça l'homme, menottant le poignet de l'adolescente au sien dans un mouvement rapide et inattendu. Ellie n'eut pas le réflexe de la retirer, surprise d'une telle révélation. Elle tira un bon coup dessus, cherchant à s'en débarrasser en vain. L'homme la tenait, et elle avait beau fournir tous les efforts du monde pour se libérer, se débattre comme une vraie tigresse, elle ne pouvait pas s'en aller.
« Lâchez-moi ! Bordel !
- On se calme jeune fille...
- Aaaah ! »
Elle hurlait de colère, et il fallut bien du courage au policier pour l'immobiliser, lui serrant le poignet encore libre. Si elle continuait à tirer sur les menottes de cette manière elle allait lui lacérer la peau. Il la bloqua et la fixa, plongeant son regard dans le sien.
« Tout de suite... » Le poignet légèrement tordu, immobile, elle lui jeta un regard assassin, et finit par lui cracher au visage. Ca ne fit qu'énerver davantage le policier, qui l'embarqua avec brutalité jusqu'à ses collègues, à l'angle de la rue, pour la faire grimper à l'arrière d'un de leur véhicule, direction le poste. Ellie avait fixé ses poignets, baissant la tête, fuyant à tout pris son reflet dans la simple vitre de sa portière.
Fin Flash Back

Elle ne s'en faisait même pas pour Lance et l'attitude du reste de la famille à son égard suite à cette arrestation, encore moins pour les reproches que Sidney ne manquerait pas lui faire, faisant allusion à ses problèmes, à la réputation qu'elle leur faisait et aux soucis qu'elle ramenait sous leur toit. Elle entendait déjà le couple discuter, si ce n'est même se prendre la tête à son sujet.

« Je veux passer un coup de fil... » répétait-elle pour la énième fois. Et à nouveau, on lui répondit qu'elle devait prendre son mal en patience et que si elle avait bien voulu leur livrer le nom de son fournisseur, elle aurait eu droit à tous les appels possibles et imaginables pour contacter un avocat. Elle laissa échapper un de ces nombreux flots d'insultes, décrochant toute l'indifférence du gardien, alors que dans sa cellule une femme la fixait.
« Doucement ma minette... » Ellie lui lança un regard froid et blasé, avant d'aller s'asseoir dans un des quatre coins de la toute petite pièce.

Flash Back

« Son nom...? -Il la fixait, de son air sévère. Et elle le soutenait sans le moindre problème. Elle jouait même à l'idiote, comme si les imiter était un vrai bonheur.
- A qui ?
- Arrête de nous prendre pour des crétins ! Qui te fournit ?
-Elle haussa les épaules, prenant un air des plus innocent. A tel point qu'on lui aurait donné le bon dieu sans confession.
- Personne.
- Mais bien sûr ! Je répète : son nom...?
- Alice...
- Alice comment ?
- Je ne sais pas, elle envoie toujours son petit lapin blanc me livrer. »
Ellie gardait tout son sérieux, alors qu'elle les prenait pour des cons en leur parlant d'Alice aux pays des merveilles. Les inspecteurs pétèrent littéralement un câble, à la limite de s'arracher les cheveux.
« Mais c'est pas possible ?! Renvoie-la en cellule, ça la calmera... »
Son second l'attrapa par le bras, et la ramena dans sa cellule. Ellie affichait un de ces nombreux sourire provoquant à souhait. Quitte à être enfermée, autant leur mener la vie dure. Elle était comme ça. Elle cherchait toujours à enfoncer encore plus son adversaire, même si elle-même était déjà à terre et bien touchée.
Fin Flash Back

Ellie n'aurait pas su dire combien de temps elle avait passé dans cette cellule. Pas de montre à son poignet, son portable confisqué, et l'horloge qu'elle pouvait apercevoir à l'autre bout du couloir ne fonctionnait plus. Sans doute un moment... Ca semblait interminable. Quand se décideraient-ils à appeler le truc qui lui servait de figure parentale, de père ? En entendant son nom, elle en conclut que c'était chose faite.

« Allez Coben, tu sors... On a payé ta caution... » Bah heureusement que Lance avait sorti son chéquier pour la sortir de ce trou à rats ! Elle soupira, passa vers un vestiaire pour récupérer ses affaires, et poussa un lourde porte donnant sur le hall du commissariat, la tête baissée. « Allons nous faire engueuler gaiement ! » -lança-t-elle entre ses dents, avant de relever le regard et de voir... « Aaron ? » Alors là... Elle était comme qui dirait sur le cul ! Lui ? Ici ? Mais où était Lance ? C'était lui qui avait payé pour sa sortie ? Non ?! Elle se sentit tout à coup plutôt mal... Elle détourna le regard quelques instants, se mordant légèrement la lèvre inférieure, et récupéra la veste qu'on lui tendait. Elle finit par s'avancer vers lui, sans un mot, et se laissa guider vers la sortie. Ce n'est qu'une fois dehors qu'Aaron se décida à briser le silence, ne l'épargnant pas pour autant de ce regard sévère avec lequel il la détaillait depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.[Ellie] Dim 8 Aoû - 11:14



© HOLLYROLLER™ & MIMZ

Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.

Les minutes passantes à l'intérieur du commisariat paraissaient se transformer en d'interminables heures pour le jeune homme. Certes il savait qu'Ellie allait plus ou moins bien, que ses jours n'étaient absolument pas comptés et pourtant, comme pour l'attente de son jugement dernier, Aaron ne pouvait s'empêcher de s'imaginer tout un tas de scénarios à l'intérieur de sa tête impliquant ainsi Ellie dans diverses histoires plus ou moins sombres, il la connaissait, ou du moins, pensait-il la connaître, il faut dire que jamais les deux jeunes gens ne parlaient de leurs passés respectifs ou plutôt des points sombres de ceux-ci, finalement, la connaissait-il vraiment ? Aaron savait très bien qu'Ellie n'était pas l'une de ses jeunes femmes communes qu'il côtoyait sans cesse, que se soit à la faculté – où finalement il ne mettait que très peu les pieds – ou dans la ville – qu'il connaissait comme le fond de sa poche – elle était bien différente, d'une part dans sa façon de penser, beaucoup moins utopiste que celles des filles pourries gâtées qu'il avait déjà entendu et surtout, il lisait en elle une souffrance telle qu'elle serait marquée à vie et qu'elle aurait pour toujours cette pointe de tristesse dans le regard ce qui, finalement ne la rendait que plus fragile à ses yeux. Mais qu'avait-elle donc bien pu faire pour se retrouver ici ? Meurtre ? Impossible, l'unique personne qu'elle rêvait de tuer n'était autre que son père, et encore, avait-elle bien trop de respect d'elle-même pour arriver à faire une chose aussi basse, vivre avec un homme qu'elle n'aimait finalement pas, Aaron connaissait bien cette situation, vivant exactement la même en compagnie d'un géniteur qui, pour conserver la présence de son fils à l'intérieur de la demeure familiale l'achetait, son dernier cadeau ? Le petit bolide noir garé en double file à l'extérieur du commissariat, très certainement l'avait-il payé une certaine fortune mais cela, Aaron s'en contre-fichait puisque finalement, l'unique raison pour laquelle il restait à New Heaven était sa propre mère, cette femme qui ne cessait de lui ordonner de rester là où il pourrait avoir ce qu'il désire en abondance, et il faut dire qu'elle n'avait pas vraiment tord, des filles ? Aaron en avait simplement à l'aide d'un claquement de doigt. De l'argent ? Son compte en banque dépassait déjà les 5 chiffres. Quoi qu'il en soit, il n'était absolument pas question d'un meurtre. Proxénétisme ? Encore moins, bien que ne connaissant pas le passé de la jeune femme, il semblerait qu'elle ne soit absolument pas le genre de personne à vendre son corps pour obtenir ce qu'elle désirait, Ellie n'était pas ce style de femme, de celles qui se laissaient influencer à vendre leurs attributs à des hommes tous aussi écoeurants les uns que les autres, Aaron le savait, il en avait côtoyé et en côtoyait encore aujourd'hui! Mais qu'avait-elle donc bien pu faire pour en arriver là ?

C'est finalement sur un
« Aaron ? » que le jeune homme sortit enfin de ses pensées, son regard se posant sur cette voix quasiment tremblante, il ne fallut pas longtemps pour que son coeur ne vienne à s'emballer comme jamais il ne le fit auparavant. Ses yeux brillaient de mille éclats mais son visage lui restait complètement neutre, son ventre se nouait et ses mains commençaient même à trembler d'où la raison pour laquelle il vint à les refermer en deux poings, allant même jusqu'à enfoncer ses ongles à l'intérieur de sa chair. « C'est votre jour de chance! » Lâcha alors le policier en charge de libérer la jeune femme. « Ce n'est pas tout les jours qu'Aaron sert du poing pour faire sortir quelqu'un de prison, et encore moins une... femme. » S'était-il permis de reprendre dans un sourire qui s'avérait bien plus pervers que moqueur, ce à quoi Aaron répondit par un simple haussement de sourcil et un regard qui en disait long quant aux nombres incalculables d'insultes qu'il rêvait de lui dire s'il n'avait pas en lui cette colère et cette joie de voir qu'elle allait plutôt bien. « Je repasserai dans la journée. » Grogna alors le jeune fils prodige de la famille Standford sur le ton le plus froid du monde avant de lancer un regard aussi noir que possible à la principale intéressée à savoir, Ellie.
Le silence s'installant alors entre les trois, le policier ne tarda pas à quitter les lieux les laissant alors seuls, pensait-il avoir le droit à une dispute de couple? Il n'en fut absolument rien, alors qu'Aaron passait une main dans sa crinière sauvage à peine coiffée, il prit une profonde inspiration essayant alors de calmer les battements de son coeur qui allaient jusqu'à raisonner sur ses tympans. Son regard plongeant de nouveau dans celui de celle qu'il avait toujours considéré comme étant sa protégée, il ne tarda pas à venir lui couper la parole afin de lui cracher un
« On sort. » aussi sec qu'un père de famille lorsque son enfant vient à le décevoir. Déçut ? A vrai dire, même lui l'ignorait, un trop plein d'émotions se mélangeaient dans sa tête qu'il ne pouvait en décrypter un seul et unique. Heureux de la voir, heureux de savoir qu'elle allait bien, il ne restait pas moins en colère contre elle, pensant même qu'elle avait réussi à calmer ses vieux démons, visiblement, il s'était trompé sur son compte...

Sans bien même attendre qu'elle n'arrive à son niveau Aaron emboita le pas jusqu'en direction de l'extérieur du commissariat dans le plus grand silence, ne fixant que l'immense porte en verre qu'il espérait bien toucher et ouvrir, sa démarche se faisait rapide et furieuse, ne manquant pas de se faire remarquer des autres policiers qui n'hésitaient pas à cet instant à chuchoter des
« Elle aurait peut-être mieux fait d'appeler son père! » Avant de partir en d'immenses ricanements que le jeune homme ne prit même pas la peine de calculer tellement il était animé par cette envie de sortir d'ici le plus rapidement possible.

Une fois chose faite, Aaron se stoppa juste avant la descente des marches qui les mèneraient à sa voiture très mal garée et sur laquelle on venait même à mettre une contravention, tant pis, il arriverait même à la faire sauter lorsqu'il reviendrait plus tard dans la journée afin de régler la somme conséquente pour la mise en liberté de la jeune femme alors qu'il n'était même pas son tuteur légal, et finalement, il n'était peut-être rien de légal pour elle, après tout, rien n'annonçait qu'un « ami » pouvait faire sortir une mineur de prison, enfin, le côté légal de la chose, il s'en contrefichait royalement, pour l'instant, l'unique chose qui l'intéressait fut la cigarette qu'il ne manqua pas de sortir de son paquet se situant dans la poche arrière de son jean. L'amenant à sa bouche, il ne tarda pas à la coincer entre ses lèvres avant de finir par approcher le briquet du bord de celle-ci afin de l'allumer. Prenant une profonde bouffée de cette chose qui finirait un jour par le tuer, Aaron cracha la fumée par ses narines avant de tendre le paquet à sa partenaire comme pour lui en proposer une avant de replacer le paquet dans sa poche arrière.
Le silence installé entre eux devenait des plus pesants même s'il était principalement instauré par le jeune homme, celui-ci ne regardait pour ainsi dire jamais celle qu'il venait tout juste de faire sortir de prison et envers qui il essaierait de tout faire pour qu'elle n'ait aucune répercussion sur un futur casier judiciaire ou je ne sais quoi dans un journal de la ville, et bien quoi ? Il avait beau avoir une certaine colère à son égard ce n'est pas pour autant qu'il ne ferait pas tout son possible pour lui éviter le plus d'ennuis et Dieu sait combien elle risquait d'en avoir.
« Si c'est un moyen pour te faire remarquer tu as bien réussi ton coup. » Dit-il enfin pour briser le silence sur un ton des plus glacials au monde. Attendait-il des explications de la part de la jeune femme ? Lui-même l'ignorait en réalité, pour l'instant, ce que le jeune homme attendait c'était que sa colère vienne rapidement à se calmer, une chose est sûre, la jeune femme n'allait pas s'en tirer si facilement, même auprès d'Aaron qui, bien que lui ayant promit de ne jamais se permettre à la juger ne pouvait s'empêcher de le faire à cet instant, alors que son regard se posait sur sa cigarette posée entre son index et son majeur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.[Ellie]

Revenir en haut Aller en bas

Il faut apprendre à aimer ce qui nous fait du bien.[Ellie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Meansborough :: Commissariat-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit