AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Dim 6 Juin - 21:55


    « What if what I want
    makes you sad at me »

      what if - safetysuit

    icons © yumita
Olivia M. Knighton & Dwayne S. Marshall
... it's a Perfect Denial

.


    « Pour la dernière fois donc … d’où sort ce fric ? » Dwayne savait s’avancer sur une cause perdue, des crapules comme ça il en avait croisé un paquet et toutes tenaient à peu près le même genre de discours « Mais c’est le mien ! C’est mes économies ! J’ai pas confiance dans les banques … » Gagné, Dwayne aurait même pu parier la réponse, pour la simple raison que la non confiance dans les banques était l’excuse la plus fréquemment utilisée … Celle là et aussi le fameux « C’est pas le mien je sais pas ce qu’il faisait sous mon pieu ».

Soupirant à nouveau devant le manque de coopération de l’individu qui lui faisait face, Dwayne s’était levé de la table contre laquelle il s’était assis, cette même table où son interlocuteur était attablé lui aussi, un poignet solidement attaché à sa chaise par une paire de menottes. Allant s’adosser contre le mur il croise les bras avant de poser à nouveau son regard sur son « hôte », ajoutant un « Tu sais j’ai tout mon temps … » au tableau. Et effectivement il avait tout son temps, bien que nous soyons en fin d’après-midi, il avait tout son temps … Normal, puisqu’il était de permanence cette nuit. A vrai dire ces temps-ci il les enchainait, parce qu’il préférait ça à rester enfermer seul dans son appartement des soirées entières, et aussi parce que ses fréquents déplacement à New-York le faisait assez remarquer pour qu’il cherche à se rattraper comme il pouvait ensuite. Cela dit bien qu’il ai à priori toute la nuit devant lui, la perspective de la passer à chercher vainement à faire parler quelqu’un qui ne l’ouvrirai pas pour autre chose que faire le mariole et sortir des blagues qui auraient pu être drôles à Dwayne si seulement elles ne lui faisaient pas perdre son temps ne l’enchantaient pas plus que ça … Parce que de nos jours cacher quinze mille dollars sous son matelas n’était pas une preuve suffisante, même pas lorsqu’elle était combinée à la présence dans une armoire à pharmacie de tout ce qui était nécessaire à un bon shoot. Non, parce que si du temps de Daniel (flic de la vieille époque et véritable mentor de Dwayne) on coinçait les dealers à leur propre jeu avec des méthodes pas très orthodoxes mais qui avaient l’avantage d’être drôlement efficaces, de nos jours on considérait les dealers comme des pauvres victimes de la société. Et ça, ça avait le don de faire bouillir Dwayne, parce qu’il faisait des dealers une affaire personnelle sans doute, mais également parce qu’il trouvait tout bonnement que la loi était franchement mal foutue … Et dans ces moments là il se félicitait d’avoir choisi psycho plutôt que droit à l’université.
Enfin, en attendant que la loi change (ou pas), Dwayne et des dizaines de milliers d’autres flics devraient faire avec les types dans le genre de celui qu’il avait en face de lui. Et ce n’était pas la perspective la plus réjouissante qui soit, même si au fond même lorsqu’il râlait un peu pour le principe Dwayne savait pertinemment qu’il ne changerait de métier pour rien au monde. Être flic c’était devenu une vocation un peu sur le tard, d’autant plus qu’il avait étant ado une véritable aversion pour les représentants de l’ordre, mais maintenant il savait qu’aucun autre métier ne lui aurait plu autant. Sauf la médecine, bien entendu … Mais il s’agissait du rêve inaccessible de carrière que chacun se devait d’avoir, le métier que l’on aurait rêvé d’exercer mais que l’on avait pas eut la possibilité d’atteindre malgré tous nos efforts.

Les deux coups frappés à la porte de la salle sortirent Dwayne de sa contemplation silencieuse de l’interrogé. Trop content de pouvoir sortir quelques instants de la salle et d’avoir droit à autre chose que le regard niais du dealer qui se savait tout sauf en mauvaise posture pour l’instant, le jeune homme était donc sortit dans le couloir où un autre officier, pas de permanence lui et visiblement pressé de pouvoir enfin rentrer chez lui.

    « C’est toi qui t’es occupé du rapport sur Benfield ? » Il en avait de ces questions lui, comme si Dwayne retenait le nom de tous les dossiers qui passaient entre ses mains à un moment ou un autre. Marquant donc un court silence il essaye de se remémorer rapidement de quoi il était question, avant de finalement répondre « Non, enfin j’ai fait le gratte-papier pendant l’interrogatoire mais c’est pas moi qui me chargeais du reste … Pourquoi ? » D’ailleurs s’il y avait bien un truc que Dwayne n’aimait pas c’était faire la paperasse, sans doute parce qu’il avait fait une overdose de rédaction de rapport lorsqu’il était bleu. « J’sais pas, un problème au secrétariat ou j’sais pas quoi … » Ouais, là Dwayne était vachement renseigné, c’était ce qu’on appelle de la précision … relative. Cela dit il avait une excuse pour laisser mariner son ami dealer dans son jus quelques instants, et ça c’était une occasion inespérée. « J’vais aller voir, rentre chez toi va … Oh mais si j’me souviens bien c’est une soirée intéressante pour toi non ? (a) » C’est fou comme maintenant qu’il n’était plus en face d’un interlocuteur qui le prenait pour un crétin Dwayne se sentait de moins mauvaise humeur « Intéressante, intéressante … J’verrai ça, mais j’ai un bon pressentiment (a) » Et après un clin d’œil en guise d’au revoir, Dwayne se retrouva à nouveau seul dans le couloir.

Au moins un qui passerait une soirée intéressante, et en bonne compagnie. Dwayne lui devrait se contenter d’un thermos de café, d’un bouquin, et de la compagnie des gardés à vue en attendant d’être rejoint par un collègue après minuit. Soirée super palpitante en perspective donc … Le genre de soirée boulot où il regrettait encore Chicago, parce que dans cette ville là les nuits dans les commissariats étaient rarement calmes et qu’on avait pas le temps de s’y ennuyer. Alors qu’à New Heaven, il y avait autant de chance qu’il se passe quelque chose de dingue cette nuit que de chances qu’il gagne au loto … Quoi que le service s’était bien retrouvé avec un macchabé sur les bras le soir de Noël, mais on n’assassinait pas de sénateurs tous les jours à New Heaven, fort heureusement.
Laissant en plan et sans le moindre remord son dealer, qui attaché à sa chaise n’irait de toute façon pas bien loin, surtout avec une porte verrouillée et une caméra de surveillance. Traversant donc le couloir, passant par le hall d’entrée et dépassant plusieurs bureaux dont le sien, Dwayne arrive enfin à celui qui se trouvait être sa destination et s’y engouffre après avoir reçu une réponse favorable lorsqu’il avait frappé à la porte.

{ … }
Lorsqu’il était ressortit, dix bonnes minutes plus tard, la pluie qui tombait dehors résonnait contre les vitres de façon assez assourdissante. Il pleuvait depuis le début de la journée déjà, mais là c’était véritablement une averse … Pas de quoi vous donner un regain de motivation, et pour le coup Dwayne était content de ne pas avoir à sortir, d’autant plus qu’il était venu à pieds ce matin, avant que la pluie ne s’installe définitivement. De la paperasse à la main, Dwayne longea à nouveau en sens inverse le couloir par lequel il était arrivé, sans grand enthousiasme à l’idée de retourner jusqu’à la salle d’interrogatoire. Il s’accordait encore une demi-heure, si passé ce délai il n’y avait toujours rien il ramènerait monsieur j’ai-pas-confiance-dans-les-banques dans sa cellule où il le laisserait prendre le frais jusqu’au lendemain matin. Et là quelqu’un d’autre prendrait le relai, parce que Dwayne lui rentrerait se coucher pour ne pas ressortir de son lit avant l’après-midi … Non non, ce n’était pas du tout ce qu’on appelait vivre en décalage.
Il avait atteint le bout du couloir, qui donnait sur le hall d’entrée où l’officier qui s’occupait de l’accueil alternait fréquemment entre les périodes de débordement et celles où le cimetière de la ville semblait plus animé. A peine Dwayne avait-il fait un pas qu’il stoppa net son chemin, pétrifié par ce qui se tenait devant l’accueil, à trois mètres de lui à peine …

    « Sullivan, Dwayne Sullivan … on m’a confirmé qu’il travaillait ici » Passé la stupeur, l’évocation de son nom eut sur Dwayne comme l’effet d’une décharge électrique ; Parce qu’il n’avait pas entendu quelqu’un prononcer ce nom depuis un moment maintenant, et parce que l’identité de la personne qui venait de le prononcer faisait que notre jeune policier avait peine à croire qu’il ne s’agisse pas d’une hallucination. « Et je vous répète qu’on a aucun agent Sullivan ici, vous faites erreur » lui avait répondu son collègue, qui perdait visiblement patience devant l’insistance de la jeune femme.

Prestement, Dwayne avait fait deux pas en arrière pour se dissimuler derrière le mur du couloir. La panique qui venait de s’emparer de lui faisait raisonner les battements de son cœur à tel point qu’il avait l’impression de ne plus pouvoir s’entendre penser. Comment était-ce possible ? Comment l’avait-elle retrouvé et surtout, comment connaissait-elle son véritable nom ? C’était ce qui inquiétait le plus le jeune homme, si elle le connaissait alors elle l’avait obtenu de quelqu’un, et ça c’était mauvais, très mauvais pour les affaires de Dwayne. Mais la faille majeure dans son problème d’identité n’était pas la seule chose qui lui mettait l’esprit sans dessus-dessous … Non, sa présence à elle, elle qu’il pensait ne plus jamais revoir et à qui il avait écrit cette lettre comme un adieu ferme et définitif, c’était ce qui le troublait vraiment. C’était comme se blesser à nouveau sur une plaie à peine cicatrisée, c’était douloureux, encore plus même que la première fois.
Adossé contre le mur qui le dissimulait encore, il ferma quelques instants les yeux dans l’espoir de retrouver ses esprits, les doigts crispés contre le dossier qu’il tenait toujours à la main. Attendre là qu’elle s’en aille après avoir compris qu’il n’y avait – du moins c’est ce qu’ils croyaient – aucun Dwayne Sullivan ici ? C’était une solution, c’était d’ailleurs la seule et unique qui soit envisageable pour Dwayne. Seulement c’était sans compte LA tuile, celle qui se profilait à l’horizon, encore invisible à Dwayne mais qui était la preuve que le karma, le hasard où les divinités Inuits de Dwayne avaient décidés de s’amuser un peu, aux dépends de notre ami flic.

    « Eh Dwayne ! Tu pourrais me … » Passant devant l’accueil pour rejoindre le couloir qui y attenait, Calvin venait de débarquer dans le champ de vision de Dwayne et se stoppa net dans sa phrase devant les signaux muets et incompréhensibles du jeune homme qui sous-entendaient « Boucle là espèce de fou, tu veux ma mort ? » … Mais il était trop tard, ayant entendu la jeune femme avait fait deux pas dans la direction des deux policiers et Dwayne n’avait pas eut d’autre choix que de se montrer. « Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ? »

Mais Dwayne n’avait même pas entendu la dernière réflexion de Calvin, trop occupé à fixer sans plus pouvoir bouger le visage de celle qu’il avait trahi presque trois ans plus tôt. Il aurait aimé pouvoir dire quelque chose d’intelligent, ou tout du moins dire quelque chose, mais les mots semblaient rester coincés au fond de sa gorge et tout juste arrivait-il à là regarder dans les yeux.

    « Olivia … » Son prénom, il ne l’avait pas prononcé une seule fois depuis le jour où il avait quitté Miami. Il avait enterré ça dans un coin de sa mémoire en espérant sans doute que cela finirait par disparaitre, mais cela n’avait jamais été le cas. Et aujourd’hui, passé la stupeur qui les avaient quelques instants figés tous les deux, il allait payer son comportement passé … Et parce qu’il connaissait le caractère de la jeune femme il savait qu’il allait payer cher.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Jeu 17 Juin - 10:14



Dwayne & Olivia
... it's a Perfect Denial


.



Il aurait bien fallu tout un orchestre pour réussir à réveiller Olivia ce matin là, surtout sachant qu'il n'y avait pas le soleil habituel de sa Miami natale pour l'obliger à se sortir du lit, une des nombreuses choses que reprochait Olie à la petite ville de la Nouvelle Angleterre, en à peine deux jours, la jeune femme avait autant vu le soleil que si elle avait été dans un sous-sol à Miami. Mais heureusement pour cette fois ci on pouvait oublier l'orchestre, le simple réveil -Enfin simple, le réveil en question était quand même une chanson des Breaking Benjamin alors pour un réveil en douceur on repassera - qu'elle avait programmé la veille avait suffit à la faire sortir de ses rêves. Des rêves dont la jeune femme ne se souvenait d'ailleurs jamais et tant mieux en fait, elle ne voyait pas l'intérêt de se souvenir de quelque chose qu'elle qualifiait d'inutile et juste bon à encombrer notre mémoire et dieu seul sait à quel point les souvenirs que pouvait gardait la jeune femme dans sa mémoire lui était précieux, après tout c'était la seule chose qui lui restait de ceux qui étaient sa famille... La seule chose qui l'a rattachait à un pont de sa vie ou elle ne ressentait pas autant de détresse et de solitude et sans cela on ne donnerait pas chers de la vie d'Olie. Après un long moment à trainer dans son lit, Olivia se décida enfin à en sortir, la jeune femme n'avait jamais été une personne qui se levait facilement et elle ne comptait plus les fois ou elle était arrivée en retard en cours à cause de ce problème, pourtant elle n'était jamais arrivée à y remédier, la plupart du temps elle se contentait de mettre son réveil au moins un bon quart d'heure en avance pour préparer d'éventuel "panne" ou bien elle comptait sur une âme charitable qui viendrait la réveiller comme le faisait son frère ou bien sa meilleure amie lorsqu'elle dormait chez elle. Heureusement pour Olivia maintenant, le métier qu'elle exerçait ne l'obligeait pas à se lever tôt, un avantage qu'avait tout de suite prit en considération la jeune femme dans le choix de son travail car il faut bien l'avouer, qui ne rêverait pas d'avoir un job ou l'on choisirait soi-même les horaires et qui en plus était bien payer, il aurait fallu être fou pour refuser une occasion pareil !

Lorsque la jeune femme sortie de son lit, elle se dirigea directement vers la salle de bain pour prendre une douche, sans même prendre la peine de se regarder dans un miroir, en même temps elle n'aurait rien vu de plus que le reflet d'une jeune femme encore ensommeillée et qui ne respirait pas vraiment le repos qu'aurait dû avoir sur elle une bonne nuit de sommeil, ce qu'elle n'avait pas eu d'ailleurs, Olivia n'avait pas eu de nuit paisible depuis un bon moment maintenant et rien n'y avait fait pour arranger cela, pas même les somnifères qu'elle s'était procurée mais qu'elle gardait quand même toujours avec elle , se disant qu'un jour elle en aurait peut être besoin.
Sous l'eau brulante, Olie récapitulait dans sa tête ce qu'elle avait à faire pour la journée, c'était devenue une habitude pour elle de toujours récapituler ce qu'elle devait faire durant la journée pendant qu'elle prenait sa douche, l'eau chaude 'aidait a se détendre et il lui devenait beaucoup plus facile de penser aux choses qu'elle devait accomplir tout au long de sa journée, sous le bruit de l'eau qui coulait sur sa tête elle pouvait se vider la tête et se sentir l'espace d'un court instant, sereine et sans pression, sensation qu'elle ne ressentait presque jamais...

Douche et habillage terminée, Olivia se prépara à sortir, aujourd'hui était un jour important pour la jeune femme, elle allait enfin rencontrer son fameux agent Sullivan en qui elle avait placé tant d'espoirs, mais un problème se posait, il était à peine onze heures du matin et elle n'était pas sûr que Sullivan soit de garde à cet instant, celui dont elle avait eu le nom de l’agent de police l'avait prévenu sur la sérieuse tendance de l'homme à prendre les gardes de nuit et même si cela ne dérangeait pas Olie de devoir faire le pied de grue au commissariat à onze heures du soir, elle se voyait mal restait dans le local de police jusqu'à ce que son agent se pointe ni faire des aller-retour incessant entre son hôtel et le commissariat. Alors la meilleure option qui lui restait était d'y aller en fin de journée, au moment où les changements de garde s'effectuaient, comme ça elle était sûr de coincer celui qu'elle cherchait sans avoir à attendre plus longtemps que les quelques heures qui lui restait à attendre aujourd'hui. Mais maintenant le problème qui se posait à Olivia était de savoir comment allait-elle tuer le temps en attendant la fin de la journée. Il faut dire aussi qu'il n'y avait pas beaucoup d'options qui s'offrait à la jeune femme dans une ville comme New Heaven le terme "Mourir d'ennuis" prenait tout son sens et elle n'aurait pas été étonner d'apprendre qu'en effet il y avait eu des cas de "mort" recenser à cause de l'ennuie que pouvait susciter l'ambiance de la ville, mais Olie n'avait pas le choix, il fallait bien qu'elle s'occupe en attendant et ce n'était en énumérant toutes les choses qui clochait à New Heaven que le temps allait plus vite passer bien au contraire, cela n’aurait eu pour effet que de le ralentir ! En tout les cas, la meilleure idée qui était à la disposition de la jeune femme était d’aller déjeuner car mine de rien, Olie n’avait pas mangé quoique ce soit depuis la veille et son ventre commençait à crier famine. Olivia prit donc ses affaires et sortit de sa chambre d’hôtel, en passant par le hall elle eu encore droit aux œillades plutôt déplacés du réceptionniste de la veille, une autre chose à mettre dans sa liste : « remettre définitivement le réceptionniste à sa place » Mais pour l’instant, la jeune femme avait des choses plus importantes à faire, comme remplir son estomac. Il ne fallut pas longtemps avant qu’Olivia ne trouve un restaurant où manger, en fait elle s’était arrêtée au premier resto qu’elle avait vu et qui ne lui semblait pas trop mal, après tout elle ne comptait pas s’offrir un repas de fête, un simple burger frites lui suffirait et c’est ce qu’elle commanda à la serveuse aussitôt rentrée à l’intérieur de l’établissement. Pendant qu’elle attendait la serveuse, Olivia essayait de remettre de l’ordre dans ses pensées, elle ressassait sans cesse le nom de Sullivan, elle essayait d'imaginer à quoi il pouvait bien avoir l’air, était-il jeune ou bien vieux ? Avait-il la moindre idée de qui elle était et si il le savait, est-ce qu’il refuserait de lui venir en aide ? Après tout Olivia avait dû faire face à beaucoup de refus de la part de policiers à Miami, tous s’accordait à dire que l’affaire était classé et qu’il n’y avait pas lieu de la ré-ouvrir, et certain le disait avec plus de tact que d’autres… Mais que ferait Olie si jamais l’agent Sullivan refusait de l’aider, la jeune femme y avait songé pendant un court instant mais avait finit par chasser cette idée de sa tête craignant que son coté trop pessimiste ne prenne le dessus et qu’elle se retrouve à déprimer dans son coin alors qu’elle n’avait même pas encore essayé quoique ce soit et elle il était complètement hors de question qu’elle ne tente rien, il valait mieux avoir tentée et échouer que de ne rien faire et vivre avec des regrets le restant de ses jours… Olivia continua de tergiverser alors que la serveuse lui avait enfin ramené son plat, elle repensait à son frère et a Leslie… Elle n’avait plus repensé à ce prénom depuis un bon moment, même en pensée elle se forçait à taire son prénom, pour elle, il ne méritait même pas qu’elle prononce son prénom, pas même en pensée, pas après ce qu’il lui avait fait subir, qui oserait larguer sa petite amie avec qui il était sorti pendant plus d’un an par lettre ? Du point de vu de la jeune femme, il n’était rien de plus qu’un lâche, pas assez courageux pour prendre ses responsabilités, ce n’était quand même pas énorme ce qu’Olie demandait, elle pouvait accepter le fait qu’ils se séparent – enfin ca c’est une autre paire de manche- mais qu’il ai assez de cran pour le faire en personne et non pas avec une lettre d’à peine une page. Non, définitivement Olie ne pouvait pas lui pardonner la manière dont il l’avait quitté et lorsqu’elle le retrouverait elle avait la ferme intention de s’expliquer avec lui, après en avoir résolu l’histoire de son frère.

Après avoir déjeuné, Olivia entreprit de visiter un peu plus la ville, même si son jugement n’allait sûrement pas changer, pour elle New Heaven était assurément une ville où elle ne pourrait jamais vivre, l’ambiance de sa Miami natale lui manquerait beaucoup trop, mais Olie devait bien se l’avouer elle appréciait l’allure des quartiers, toutes les maisons parfaitement alignés avec leurs petits jardins devant et les boites aux lettres types, on se serait vraiment cru dans une série TV ! … Olivia passa une bonne partie de l’après midi à errer dans les rues de la ville et lorsque l’heure fût presque arrivée, repassa rapidement à son hôtel, elle voulait récupérer des documents qu’elle espérait pouvoir montrer à l’agent de police pour le convaincre de l’aider.
Arrivée devant le commissariat, une boule commençait à se former au niveau du ventre d’Olivia, elle ne savait pas pourquoi mais elle sentait que quelque chose allait clocher, elle avait un mauvais pressentiment qu’elle essayait de taire tant bien que mal, elle n’était pas venue jusqu’ici pour se laisser saboter par un sentiment irrationnel alors peu importe ses ressentiments elle allait poussait les portes du commissariat et prier pour que le Karma ne lui brise pas son dernier espoir… Le hall était presque désert, il n’y avait que deux ou trois policiers de services ce qui n’étonna pas vraiment Olie, avec une ville comme New Heaven ce n’était pas les criminels qui courrait dans tout les coins. La jeune femme balaya rapidement la salle du regard avant d’accoster un des policiers.

    « - Bonsoir, excusez moi, mais je suis à la recherche d’un certain agent, son nom est Sullivan. Savez-vous ou je pourrais le trouver ? »
    « - Désolée mademoiselle, mais nous n’avons aucun Sullivan dans nos services ! »
    « - Vous en êtes sûr ? »
    « - Oui tout à fait sûr, il n'y aucun Sullivan ici ! »
    « - Sullivan, Dwayne Sullivan … on m’a confirmé qu’il travaillait ici »
    « - Et je vous répète qu’on a aucun agent Sullivan ici, vous faites erreur » Le policier avait vite perdu son ton aimable face à l'insistance de la jeune femme, mais elle ne pouvait pas croire qu'elle avait fait toutes ces recherches, traversé des centaines de kilomètres pour se retrouver ici sans aucun résultat, il devait sûrement y avoir une erreur, peut être que le policier se trompait, elle l'espérait car si ce n'était pas le cas cela voudrait dire que sa dernière chance était gâchée et qu'elle n'avait plus qu'à retourner à Miami sans avoir résolu aucune de ses nombreuses questions... Olivia insista une dernière fois auprès de le l'agent de police qui perdait patience puis se résigna à partir, mais juste au moment où elle allait s'en aller, la jeune femme entendit quelque chose qui lui faire demi tour...


Olivia n'en croyait pas ses yeux, elle ne pouvait tout simplement pas admettre que ce qu'elle voyait à cet instant devant elle n'était pas autre chose qu'un délire, une divagation qu'aurait crée son cerveau après avoir passé trop de temps à cogiter. Mais bien sûr ça aurait été trop facile si cela n'avait été qu'un délire, le destin voulait faire passer à Olie une énième épreuve et celle là s'annonçait beaucoup difficile que les autres... La jeune femme n'arrivait plus à bouger, elle avait sombré dans une torpeur dont elle ne voyait plus la fin, ses yeux étaient figés dans ceux qui l'avait quitté trois ans auparavant.

    « - Leslie...Qu'est-ce que... » C'était tout ce qu'avait réussi à balbutier Olivia, elle n'avait pas terminé sa phrase et comment aurait-elle pu, elle s'attendait à tout sauf à revoir Leslie devant elle aujourd'hui et la première question qui lui était venue à l'esprit était de savoir ce qu'il pouvait bien faire à New Heaven ? Était il venu voir le policier comme elle ? Est-ce qu'il savait qu'elle serait là elle aussi ? Autant de questions qui s'ajoutait aux autres déjà présente et qui ne faisait qu'augmenter la sensation de frustration que ressentait Olivia depuis déjà plusieurs années...


Dernière édition par Olivia M. Knighton le Mar 22 Juin - 6:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Sam 19 Juin - 13:36

Il avait fallut à Dwayne quelques instants pour réussir à reprendre totalement possession de ses moyens, temps durant lequel la jeune femme qui lui faisait face avait elle aussi momentanément oublié comment fonctionnait l’usage de la parole, ce qui rendait le trouble de notre jeune homme encore plus grand. Les deux collègues de Dwayne regardaient eux la scène d’un air totalement incrédule en se lançant des regards en forme de points d’interrogation, conscients qu’il se passait de toute évidence quelque chose mais sans vraiment comprendre quoi … Et cela valait mieux pour Dwayne d’ailleurs. Le pauvre était encore presque totalement sonné par l’apparition aussi soudaine qu’inattendue de ce que l’on pouvait sans aucun mal appeler un « fantôme du passé » ; D’un passé qu’il aurait préféré laissé enterré et ne jamais avoir à affronter à nouveau en face à face. D’ordinaire Dwayne n’était pas le genre de personne à fuir ses responsabilités et à ne pas assumer les conséquences de ses actes et de ses choix, mais cette fois-ci c’était différent. C’était différent parce qu’il ne s’agissait pas de s’excuser pour quelque chose de mal qu’il aurait pu faire, il s’agissait de faire réaliser à quelqu’un d’autre que si ses choix à lui avaient pu causer du mal, en aucun cas il ne les regrettait. Seule la façon dont les choses s’étaient déroulées et terminées le laissait encire rempli de regrets … Mais puisque rien ne changerait plus, il doutait que la venue d’Olivia ici ne puisse avoir un quelconque effet positif, car mieux valait qu’elle ne sache jamais toute la vérité et par conséquent Dwayne se serait bien passé d’une nouvelle occasion de se retrouver obligé de lui mentir.
En tous les cas il y avait pire pour Dwayne que d’entendre prononcer à voix haute un nom qu’il ne pouvait plus porter désormais. Et le pire, c’était d’entendre prononcer à haute voix le nom qui constituait le plus énorme mensonge qui lui ai jamais été donné de mettre sur pieds. Entendre quelqu’un, et particulièrement Olivia, prononcer ce prénom le mettait mal à l’aise, lui jetant en pleine figure tous les mensonges qu’il gardait enfoui au fond de sa mémoire depuis presque trois ans. Cela dit il n’était pas question que ses mensonges passés ne viennent perturber son présent, et c’est ce qui fit sans aucun doute réagir notre jeune homme, qui retrouvant enfin ses esprits et par la même occasion l’usage véritable de la parole démarra alors ensuite au quart de tour pour tenter de sauver ce qui avait encore lieu d’être sauvé, et avant tout protéger ses arrières.

    « Leslie … Qu’est-ce que … » Fort heureusement elle semblait encore trop perturbée par la réapparition soudaine de « Leslie » pour réussir à faire une phrase complète. Mieux valait ne pas lui donner une nouvelle occasion de le faire, qu’elle l’ait appelé Leslie constituait déjà un problème suffisant, et Dwayne cherchait déjà l’excuse qu’il pourrait servir à ses deux collègues témoins pour rester crédible sans éveiller les soupçons. « Heu, Calvin est-ce que … Est-ce que tu pourrais t’occuper du type en salle d’interrogatoire ? Je dois … Peu importe, tu peux ? »

A vrai dire le regard insistant de Dwayne à l’égard de son coéquipier signifiait qu’il s’agissait beaucoup plus d’une supplication que d’un simple caprice. Ah il devait bien rire intérieurement le Calvin, lui qui déjà avait tendance à le taquiner à cause de sa tendance à ne pas savoir se débarrasser efficacement d’une femme … Bah, Dwayne était trop gentil par nature, parfois. Mais ça ce n’était sans aucun doute pas l’avis d’Olivia, et avant qu’il ne prenne justement à la demoiselle l’envie de donner à nouveau son avis à voix haute et devant témoins, il était nécessaire, vital même, que Dwayne l’éloigne du hall et l’empêche de flinguer pour de bon la couverture qu’il avait mis trois ans à construire pour espérer ne plus jamais être tracassé par ce qu’il avait laissé derrière lui à Miami.
N’attendant pas plus longtemps, et ne laissant pas à Olivia le loisir d’en placer une, il avait fait deux pas vers elle jusqu’à se retrouver enfin à sa hauteur, ce qui intérieurement le rendait fébrile bien qu’il tente par tous les moyens de le cacher, et l’avait attrapé vigoureusement par le poignet pour l’obligée à le suivre et quitter l’espace beaucoup trop voyant du hall du commissariat. Bien que l’ayant prise par surprise et ne lui laissant en fait pas vraiment d’autre choix que celui de le suivre sans discuter, le jeune homme savait que ce n’était qu’une question de secondes avant que la demoiselle ne retrouve complètement ses esprits et par la même occasion son mauvais caractère et ses réflexes aussi brusques qu’ils pouvaient être rapides. De ce fait, à peine avaient-ils fait quelques mètres et tourné à nouveau à l’angle qui donnait sur le couloir que Dwayne avait plaqué sa main libre contre la bouche d’Olivia pour la réduire au silence, son autre main lui tenant toujours fermement le poignet.

    « Si tu tiens à ce qu’on sorte l’un et l’autre de ce commissariat sans être inquiétés, tu vas me suivre et surtout, SURTOUT ne pas hurler tes quatre vérités au visage » Le regard perçant de Dwayne fixait les yeux d’Olivia d’un air qui ne laissait pas place à la plaisanterie ; Le jeune homme était on ne peut plus sérieux et ne semblait pas enclin à la moindre tentative de n’en faire qu’à sa tête d’Olivia. Cela dit le regard courroucé de la jeune femme lui fit comprendre qu’il ne s’en tirerait certainement pas à si bon compte. « Une fois qu’on sera dans mon bureau tu pourras t’énerver, hurler et me faire payer autant que tu veux … ça te va comme ça ? » A en juger par l’expression de la jeune femme, l’idée de pouvoir s’en donner à cœur joie sur lui illuminait presque sa journée. Au moins une qui trouverait un avantage à la situation.

Relâchant précautionneusement son étreinte, des fois que la demoiselle ne décide de lui faire un sale coup, il finit finalement par la lâcher complètement, et trop heureux de pouvoir l’espace de quelques secondes encore tenter de se remettre quelque peu les idées en place il l’avait conduit presque mécaniquement jusqu’à la porte de son bureau. Porte à côté de laquelle l’inscription « Lt. Dwayne Marshall » rappelait le grade de Lieutenant de notre jeune homme, mais marquait pour le coup une nouvelle raison – majeure – qu’aurait Olivia de le tuer, au sens figuré tout du moins (et pas au sens propre il l’espérait).

Flash-back
Citation :
    « Je dois dire que j’ai hésité à accepter votre candidature, enfin si tenté qu’on puisse appeler cela ainsi » Comme dernière recommandation Dwayne s’était tout de même attendu à mieux … Mais enfin de la part d’un agent de la DEA on ne pouvait pas en demander beaucoup plus. « Mais l’agent Lewis m’a affirmé ne pas trouver mieux placé que vous pour ce job, et il a du flair pour ce genre de choses. »

La seule chose qui vint à l’esprit de Dwayne par rapport à ce que venait de lui dire l’agent était que ce qui était certain, c’est qu’il préfèrerait tenir cette conversation avec l’agent Lewis justement, plutôt qu’avec cet inconnu en qui il n’avait du coup qu’à moitié confiance. Daniel, lui, aurait su quoi dire pour persuader définitivement Dwayne qu’il faisait le bon choix, il aurait eut des recommandations utiles et ne se serait pas contenté de remettre une dernière fois en question la validité du choix de l’agent qui allait être les yeux et les oreilles de la DEA en un point précis. Une taupe, c’était ce dont il était question, un boulot d’infiltration auquel Dwayne n’avait pas su dire non parce que ce qui était sa faiblesse dans un service normal pouvait devenir sa force dans une mission comme celle-ci. Depuis que Dwayne avait repris le boulot après la mort de son frère il était un véritable électron libre et même les conseils avisés de Daniel ne suffisaient parfois plus à le faire se tenir tranquille ; Dwayne avait un réel besoin de se canaliser sur quelque chose, et ce job d’infiltré c’était exactement ce qu’il lui fallait, il en était sûr et même certain.

    « Votre passeport » En même temps qu’il lui avait dit cela il lui avait tendu l’objet en question, dont la couverture dépaysait déjà Dwayne, elle était neuve, là où celle de son propre passeport était déjà usée par les années. « Suivre le plan, ne pas tenter l’impossible, et jouer le mensonge jusqu’au bout » Ce qu’il devenait lourd, il allait finir par lui coller le trac avec toutes ses recommandations à la noix « Je sais déjà tout ça, on l’a répété des dizaines de fois … Et mentir ne sera pas un problème. »
Fin du Flash-Back

« Mentir ne sera pas un problème » … Ce qu’il avait pu dire comme conneries parfois. Sur que maintenant il ne voyait plus les choses de la même façon, et il en arrivait à se mordre les doigts d’avoir été si insouciant, au point de ne pas penser réellement aux conséquences de tout cela. Mentir c’était ce qui l’avait obligé à fuir, ce qui l’obligeait maintenant à se cacher, et à mentir à nouveau pour protéger ses arrières … Un véritable cercle vicieux, et il doutait sincèrement que cela s’arrête définitivement un jour. La seule consolation qui lui était restée était de savoir qu’il avait pu tourner une page définitive sur l’épisode Miami, aussi difficile cela avait-il pu être … Mais croire qu’il ne serait jamais plus inquiété par ce qu’il avait laissé derrière lui, c’était d’une naïveté sans borne pour lui qui se plaisait à dire que tout finissait toujours par se payer, et maintenant qu’Olivia était là ce qu’il avait un temps oublié lui revenait en pleine face.

Ouvrant la porte de son bureau, il avait laissé Olivia passer devant lui avant de la suivre à l’intérieur et de refermer la porte derrière lui. Instinctivement il avait jeté un coup d’œil vers le coin de la pièce où Kenaï avait l’habitude de se faire une place lorsqu’il ne quittait pas le bureau ; En entendant du mouvement l’animal avait ouvert un œil, puis l’autre, et regardait maintenant tour à tour Dwayne et Olivia l’air aux aguets, comme attendant de voir ce qui allait se passer.
Dwayne lui se tenait toujours près de la porte, et n’osait pas faire un pas de plus dans la direction de la jeune femme. Il ne savait pas quoi dire, vraiment pas du tout, et de ce fait il se sentait l’air d’un parfait idiot, regardant dans le blanc des yeux la femme dont il avait partagé la vie pendant plus d’un an avant de la quitter comme si ce temps là n’avait représenté qu’une semaine ou deux. A vrai dire il se savait dans une mauvaise posture, et certainement pas en position de dire quoi que ce soit pour sa défense. Aussi attendait-il la réaction de la jeune femme, en sachant pertinemment qu’elle ne serait pas amicale et encore moins pacifique … Mais ne l’avait-il pas cherché après tout ? Lorsque l’on avait considéré que « mentir n’était pas un problème » on devait bien s’attendre à un retour de boomerang un jour ou l’autre.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Mar 22 Juin - 6:23

En l'espace d'une seconde, Olivia s'était retrouvée sans la moindre possibilité de bouger ou de réfléchir, la surprise avait été telle que tout ce qu'elle arrivait à faire était fixer le jeune homme en face d'elle sans réagir. Olie n'arrivait plus à réfléchir normalement, son esprit s'était embrouillée sans qu'elle puisse intervenir, rien qu'avoir revu son visage avait eu comme conséquence pour la jeune femme de la laisser complètement désarmée face à lui, elle n'aurait jamais cru revoir celui qui lui avait brisé le cœur trois ans auparavant aussi rapidement et sûrement pas dans une ville comme New Heaven. Sérieusement, quel étaient les chances pour qu'elle revoit Leslie dans une ville comme celle ci ? Quasi inexistante mais pourtant il se tenait là, juste en face d'elle, avec un air aussi perdu que le sien. Ce qui répondait déjà à l'une de ses questions, il ne savait pas qu'elle aussi était dans les parages et en y pensant, sûre que s'il l'avait su, il se serait arranger pour l'éviter ou aurait carrément fait le mort jusqu'à ce qu'elle parte de la ville, après tout la lettre qu'il lui avait écrit pour rompre avec elle était clair, il ne prévoyait pas de la revoir, c'est une lettre d'adieu pure et simple et c'est ce qui avait le plus profondément blessé Olivia, elle qui commençait à croire que sa vie n'allait pas être une succession de coups dures et de désillusion comme elle s'en était faite l'idée, elle avait reçu sa lettre comme une gifle en pleine face... S'en était suivit la mort de son frère qui avait été le coup de grâce pour elle et qui l'avait définitivement convaincu que le destin n'avait pas prévu de vie heureuse pour elle et qu'elle finirait sûrement sa vie malheureuse et seule... Vision plutôt pessimiste de la vie en dirait certain mais pour la jeune femme cela ne faisait que reflétait la réalité qu'était sa vie et qu'elle avait été, même si elle n'avait pas à se plaindre, elle avait vécu une enfance plutôt paisible jusqu'à la mort de ses parents et même après, son frère avait toujours veillé sur elle, il était sa seule famille et après sa mort, Olivia pensait que si elle n'avait plus de famille, elle n'avait plus rien à perdre. Si ça n'avait pas été pour son frère, Olie n'en aurait sûrement pas fait autant et elle aurait sûrement abandonné après les divers refus qu'elle avait dû encaisser de la part des enquêteurs mais son instinct lui dictait de le faire. Au delà de l'envie de découvrir la vérité, c'était surtout un sentiment de devoir que ressentait Olivia, elle n'aurait jamais pu se regarder dans un miroir si elle avait laissé la mémoire de son frère salit par des accusations qu'elle jugeait fausses et sans aucun fondement, elle n'aurait jamais pu admettre que son frère était coupable de ce qu'on l'accusait, comment aurait-il pu cacher ce genre de chose à sa propre sœur ? Totalement impossible pour la jeune femme, mais encore fallait-il le prouver à ses demeurés de policiers à Miami. C'est là que rentrait en scène l'agent Sullivan, il était censé lui venir en aide pour retrouver le seul homme qui pour elle, pouvait lui apporter de nouveaux indices à son enquête... Il y avait au moins un bon point à la situation actuelle, elle n'avait plus besoin d'aucune aide pour trouver l'homme en question, il se tenait juste devant elle...
Fixant toujours le jeune homme, Olivia voyait bien que lui aussi était tout aussi perturbé qu'elle, voir même plus. La jeune femme essayait tant bien que mal de reprendre pleine possession de ses moyens mais sa surprise était encore trop encrée en elle pour qu'elle puisse bouger ou bien parler, ce qui arrangeait sûrement les affaires de Leslie mais pas pour très longtemps, maintenant qu'il était devant elle, elle avait la possibilité de lui poser toutes les questions qui la taraudait depuis trois ans et elle n'allait surement pas se priver de cette aubaine ! -Enfin aussitôt que son cerveau accepterait de refaire bouger son corps normalement-

Olivia commençait peu à peu à recouvrir ses esprits, elle avait même réussit à détacher son regard de celui du jeune homme, oui enfin c'était plutôt lui qui avait rompu leur œillade, mais cela ne voulait pas dire qu'Olie n'en avait pas envie. Leslie s'était retournée vers un des policiers présent et semblait lui demander de s'occuper d'un prisonnier... Olivia avait tillée en entendant ça, le policier qui se trouvait à quelques mètres et le jeune homme semblaient bien se connaitre, mais avant que la jeune femme ait eu le temps de réagir à ce qu’elle venait d’entendre, elle sentit une main lui attraper le poignet et l’a trainé vers l'un des couloirs du commissariat. Elle essaya bien de s'en libérer mais son emprise était trop ferme pour qu'elle y arrive, elle fut donc forcée de suivre le jeune homme. Après avoir fait plusieurs mètres et avoir tourné à nouveau à l’angle qui donnait vers un autre couloir, Olivia vit Leslie se tourner vers elle et avant qu'elle ait eu la chance de parler, lui plaqua sa main contre sa bouche sans pour autant lâcher son poignet. Olivia ne comprenait pas pourquoi il se comportait ainsi mais une chose était certaine cela n'allait pas jouer en sa faveur lorsqu'il aurait à s'expliquer et il pouvait compter sur Olie pour l'obliger à le faire...

    « Si tu tiens à ce qu’on sorte l’un et l’autre de ce commissariat sans être inquiétés, tu vas me suivre et surtout, SURTOUT ne pas hurler tes quatre vérités au visage » Le ton qu'employait le jeune homme ne plaisait guère à Olivia, il était froid et autoritaire, ce qui énervait la jeune femme plus qu'autre chose, elle avait même pendant une seconde envisageait l'éventualité de le mordre, comment osait-il la réduire au silence et lui dictait comment elle devait réagir ou pas ? Mais s'était finalement rétractée. L'air irrité qu'avait la jeune femme dû le mettre en alerte car il rajouta aussitôt après : « Une fois qu’on sera dans mon bureau tu pourras t’énerver, hurler et me faire payer autant que tu veux … ça te va comme ça ? » Une perspective qui ravivait pendant un instant Olie, elle aurait tout le loisir de lui déballer tout ce qu'elle avait gardé dans son cœur pendant trois ans.


Suivant sans un mot Leslie jusqu'a ce qui semblait être son bureau, Olivia fulminait littéralement intérieurement, elle repensait à ce qu'il venait de lui dire et comment il avait parlé avec autant de facilité à l'autre policier... Elle était complètement perdue dans ses pensées mais arrivée devant la porte de son bureau, Olie remarqua une inscription qui lui donnait un nouveau coup en pleine face. « Lt. Dwayne Marshall » L'esprit d'Olivia digérait petit à petit les informations qu'il lui parvenait et la conclusion qu'elle en tirait n'allait pas arranger les affaires de Leslie, ou plutôt ceux de Dwayne... Olivia ne savait plus trop pourquoi elle était en colère, tout c'était mélangée dans son esprit mais la seule chose dont elle était certaine était qu'elle était vraiment en colère, bien plus qu'elle ne l'avait jamais été durant toute sa vie, une colère contenue pendant trop longtemps et dont Dwayne serait la première victime, pourtant Olie ne ressentait pas le moindre remord à ce qu'elle comptait faire, ce n'était que justice de lui faire payer pour ce qu'il lui avait fait subir, il en était le principal coupable après tout...
En entrant dans son bureau, Olivia eu un léger pas de recul, par réflexe elle s'était éloignée en voyant un chien la fixait, pourtant il ne dégageait aucune animosité et semblait être plutôt bien dressé, la preuve en était qu'il se contentait de la fixer, elle et celui qu'elle supposait être son maitre. D'ailleurs en parlant de son maitre, celui-ci semblait plutôt silencieux, trop silencieux même. Il fixait la jeune femme sans mot dire, ce qui ne faisait qu'irriter encore plus Olivia. Elle n'essayait même plus de contenir ses émotions et avant même que son cerveau puisse analyser ce qu'elle allait faire, Olie s'avança vers Dwayne et lui assena un coup avec son sac a main. Sûre que celle là il ne l'avait pas vu venir et à vrai dire elle n'en plus mais elle n'avait pas pu se contrôler et sa colère était telle que c'était la seule option qui s'offrait à elle, ça ou bien la gifle mais elle avait finalement opté pour le coup de sac-à-main, surtout qu'elle n'en avait pas finit avec lui et qu'elle attendait des explications de sa part.

    « - Dwayne, hein? ... Lequel est le vrai : Leslie Cooper, Dwayne Marshall ou encore Dwayne Sullivan ? Ou alors aucun des trois ! » Olivia essayait de contenir tant bien que mal toute la colère qu'elle avait mais ce n'était pas aussi concluant qu'elle l'aurait voulu, elle peinait déjà assez pour essayer de garder un ton contenu et ne pas lui redonner un coup de sac-à-main alors il ne fallait pas trop lui en demander. « - Alors c'est pour ça que tu t'es enfui comme un voleur il y a trois ans ?... » Elle se tenait juste en face de Dwayne ou Leslie ou peu importe son nom, elle le fixait avec un regard noir et n'allait pas le détourner avant d'avoir eu une réponse a sa question, « - …Ou c’était à cause d’Owen ? » Olivia fixait le regard du jeune homme attendant de voir sa réaction face au nom de son frère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Jeu 24 Juin - 4:52

Il y avait tellement de choses pour lesquelles Olivia était en droit de faire des reproches à Dwayne que ce dernier ne savait pas trop à quoi s’attendre en premier. Il savait que ce qu’elle lui dirait en premier lieu prouverait quelles étaient ses priorités, que ce qu’elle allait lui reprocher dans les secondes qui allaient suivre constituerait ce pourquoi elle lui en voulait le plus. Il faut dire que la liste était longue, à la place d’Olivia Dwayne ne savait pas vraiment ce qui lui serait le plus resté en travers de la gorge … Le mensonge ? La trahison ? L’abandon ? A moins peut-être que ce ne soit la mort de son frère … Oui, sans doute, si Dwayne avait été à la place de la jeune femme cela aurait été pour la mort de son frère qu’il lui en aurait le plus voulu, et il n’y avait rien d’étonnant là-dedans. Mais qu’en savait-il après tout, il n’était même pas objectif, seulement aveuglé dans cette pensée par la mort de son propre frère, cette même mort qu’il n’avait jamais totalement accepté et pour laquelle il continuait à se sentir responsable chaque matin lorsqu’il apercevait son reflet dans le miroir de la salle de bain et qu’il avait l’impression d’y voir le regard dur et rempli de reproches de Dominic. Voilà à quoi le menait le fait de se retrouver à nouveau face à elle, à se torturer à nouveau pour des choses qu’il ne pourrait plus changer. C’était ça la véritable torture, peut-être était-ce aussi un moyen qu’avaient trouvé les Dieux pour le punir de sa conduite envers Olivia, et envers son frère à elle … Une punition pour tous les mensonges qu’il avait raconté d’abord sans l’ombre d’un scrupule, puis en se disant simplement que le mensonge valait désormais mieux que la vérité.
Mais là tout de suite, maintenant qu’il était face à Olie, est-ce que la vérité était vraiment la bonne solution ? Est-ce que lui mentir et lui dire ce qu’elle voulait entendre pour avoir la paix et se débarrasser d’elle rapidement n’était pas plutôt la meilleure solution à adopter compte tenu des circonstances ? Égoïstement Dwayne ne pensait pour le moment pas à Olivia, en premier lieu il pensait surtout à lui-même et aux conséquences que pourrait avoir une révélation totale de la vérité. Tout dire c’était mettre en péril sa couverture, les enquêtes et arrestations qui avaient résulté de son infiltration, c’était faire perdre de sa crédibilité à la DEA, et enfin c’était aussi risquer de mettre en péril sa nouvelle identité mais également sa vie. Qu’est-ce qui lui disait d’ailleurs que cela n’avait pas déjà commencé, sinon comme d’un nom qu’il n’utilisait plus depuis plusieurs années la jeune femme avait-elle réussi à remonter jusqu’à lui et à le retrouver ? Il avait beau savoir qu’il ne couperait cette fois-ci pas aux explications la seule et unique chose qui l’inquiétait pour le moment était de savoir si il risquait de devoir à nouveau bâtir un nouveau mensonge ailleurs, changer à nouveau de nom et de ville et mentir encore une fois pour sauver sa peau … Il n’était pas question que cela arrive, rien que l’idée de devoir à nouveau faire le mort et aller s’installer dans un endroit qui ne lui plairait assurément pas, avec l’interdiction de pouvoir communiquer ne serait-ce que son état de résidence à ses proches, ce n’était tout simplement pas envisageable. Et si le prix à payer pour que cela n’arrive pas était de ne pas tout dire à Olivia, même si elle méritait la vérité, alors il était prêt à payer ce prix sans hésitations. Les risques qu’elle souhaite se venger, le balancer ou bien lui faire payer le prix fort étaient bien trop élevés pour que Dwayne ne puisse lui accorder la confiance nécessaire à une vérité totale.

Alors qu’il pensait, s’inquiétait et tergiversait à deux cent à l’heure dans sa tête, la jeune femme elle semblait avoir retrouvé tout son aplomb, et profitant sans doute de l’impossibilité de Dwayne à briser la glace le premier elle s’était approchée de lui non pas pour ne pas avoir à s’exprimer trop fort mais … Pour lui asséner un coup de sac à main, trouvant sans doute cela plus original qu’une bonne vieille gifle. A moins que ce ne soit parce qu’elle réservait la gifle pour plus tard, ce qui était quelque chose d’également tout à fait probable, malheureusement pour lui. Quoi qu’il en soit le sac à main n’avait eut qu’un effet de surprise sur Dwayne, qui voyait cela comme une attaque aussi désespérée qu’inutile. Un à qui la chose ne plut en revanche pas du tout, ce fut Kenaï, qui alors qu’il n’avait pas bronché à l’entrée des deux jeunes gens ne se fit pas prier cette fois-ci, et bondissant sur ses quatre pattes pour se rapprocher d’eux l’animal montrait déjà les crocs en grognant à l’attention d’Olivia.

    « Dwayne hein ? … Lequel est le vrai : Leslie Cooper, Dwayne Marshall, ou encore Dwayne Sullivan ? Ou alors aucun des trois ! » Le nouveau coup de sac à main n’était pas loin, mais l’aboiement de Kenaï dissuada sans doute Olivia de s’y risquer à nouveau. « Déjà, pose ton sac si tu tiens pas à ce qu’il vienne te le prendre lui-même » Comme pour corroborer les paroles de son maitre le chien se risqua à aboyer de nouveau, obligeant Dwayne à intervenir « Kenaï, aquitsiit ! »

L’animal avait beau avoir le caractère bien trempé, à l’image de son maitre sans doute, cela n’empêchait pas que lorsque Dwayne lui donnait un ordre il obéissait sans broncher. Et l’avantage de lui donner ces ordres dans une langue étrangère était qu’il était beaucoup plus difficile pour un inconnu de tenter de se faire obéir du chien … Et là était précisément le but premier. D’ailleurs à cet instant même Kenaï démontrait à la perfection ce pour quoi il avait été dressé, c'est-à-dire défendre son maitre contre les inconnus à l’allure trop agressive ; Catégorie dans laquelle se classait maintenant Olivia de part sa réaction impulsive et son ton trop agressif. C’était le mentor de Dwayne lui avait conseillé le chien, pensant que dans sa situation la chose pourrait s’avérer utile, mais à vrai dire il est probable que même sans ce conseil le jeune policier ait quand même gardé l’animal ; Il faut dire que Dwayne avait l’expérience des chiens, pour en avoir possédé une dizaine lorsqu’il était gamin.
Bref, Kenaï étant retourné s’assoir comme le lui avait ordonné Dwayne, il ne cessa pas cependant de fixer Olivia d’un air méfiant, prêt sans aucun doute à intervenir à nouveau si son maitre se trouvait dépassé par la situation. Dwayne lui, tourna à nouveau la tête vers Olivia, il était temps de répondre à la question que la jeune femme venait de lui poser.

    « Ça va pas arranger mes affaires mais, je ne m’appelle effectivement pas Leslie » Mais bon maintenant ça, elle devait déjà s’en douter, et par conséquent le prendre pour plus gros menteur encore qu’elle ne devait déjà le penser. « C’est Dwayne, Marshall … » Ce qui n’était là pas un mensonge, puisque c’était le nom inscrit sur ses papiers d’identité, du moins désormais. Cela dit l’affaire Sullivan se devait d’être éclaircie au plus vite pour qu’il sache à quoi s’en tenir « Où t’as entendu parler de Sullivan ? »

De la réponse d’Olivia dépendrait le mensonge de Dwayne à ce sujet. Rien ne servait de mentir plus que nécessaire, mais qu’elle connaisse ce nom déjà était un problème qu’il serait peut-être bon de régler de façon aussi radicale que possible. Quoi qu’il en soit il venait en tout les cas de nier pour de bon Leslie Cooper comme étant son identité, et par conséquent il admettait de façon officielle et définitive que tout ce qu’il avait pu raconter à Olivia lorsqu’ils étaient ensemble, ou du tout moins une grande partie, n’était qu’un tissu de mensonge destiné à lui jeter de la poudre aux yeux et à s’attirer sa confiance dans un but qui, il l’espérait, lui était encore inconnu.

    « Alors c’est pour ça que tu t’es enfui comme un voleur y’a trois ans ? » Comme un voleur, le mot était faible, « comme un lâche » aurait été plus adapté à la situation, mais pour avoir conscience de sa lâcheté Dwayne n’avait même pas besoin qu’on la lui reproche. Ce qui était certain en tous les cas c’était que la rancœur de la jeune femme n’avait pas faibli avec les années, et Dwayne n’osait imaginer quelle avait pu être la réaction de la jeune femme juste après son départ. « Ou c’était à cause de Owen ? »

Le simple fait d’avoir entendu ce prénom prononcé à voix haute par Olivia suffisait à glacer le sang de Dwayne. Owen. Ce prénom seul aurait pu servir de titre à tout ce qui alimentait la culpabilité de Dwayne sur ce qu’il avait fait, ce qu’il aurait pu faire et ce qu’il n’avait pas fait. Bien sûr le frère d’Olivia n’était pas blanc comme neige dans toute cette histoire et dans le fiasco qui avait fait office d’épilogue, mais Dwayne avait été l’élément déclencheur, celui à qui on avait donné puis repris sa confiance, avant de pardonner une dernière fois, ou pas. Avant qu’il ne parte pour la Floride on lui avait dit que la culpabilité liée au mensonge risquerait d’être difficile à gérer et de lui peser, et que la seule solution dans ces cas là était de se rappeler ce qui l’avait poussé à accepter … Mais qu’en était-il de la culpabilité liée à ce que son, ou plutôt ses mensonges avaient causé ?

    « Je … » La façon dont Olivia le regardait déstabilisait Dwayne plus qu’il ne l’aurait souhaité. Il ne lui avait jamais vu ce regard plein de colère, que ce soit envers lui ou envers quelqu’un d’autre d’ailleurs. Certes elle avait un caractère bien trempé mais jamais encore il n’avait senti autant de ressentiment venant d’elle … Une preuve de plus que le comportement qu’il avait eut vis-à-vis d’elle l’avait poussé dans ses retranchements. « Je, je voulais pas … Ça aurait pas du se passer comme ça, pas pour Owen … » A quoi bon nier de toute façon, certes il ne pouvait pas tout dire mais qu’elle sache qu’il n’était pas étranger à ce qui était arrivé à son frère, c’était selon Dwayne la moindre des choses. « Je suis désolé pour ton frère … »

Olivia était bien sûr en droit de douter de la sincérité de Dwayne dans ses dernières paroles, pourtant bien qu’il ne comptait malheureusement plus les mensonges qu’il avait pu lui raconter pendant plusieurs mois, cette fois-ci il était sincère. Mais qu’il se soit changeait-il quelque chose au problème de toute façon ? Cela ne ramènerait pas Owen, cela ne changerait rien à ce qu’il avait fait ni à ce qui s’était passé. Dwayne ne pourrait plus revenir en arrière et laisser cela à quelqu’un d’autre, il était responsable et pour cela sa punition serait de se regarder tous les jours dans un miroir en y voyant, en plus de la culpabilité liée à son frère, le visage d’un traitre qui aurait jusqu’à la fin de sa vie le poids sur la conscience de la mort d’une personne qui lui avait fait confiance. Peu importe ce que Olivia lui dirait, la culpabilité était déjà une punition qu’il s’infligeait tout seul.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Lun 28 Juin - 2:52

    Regardait Dwayne dans les yeux avait été plus difficile que ce que Olivia pensait, certes elle était restée à le fixer pendant un bon moment lors de leur rencontre mais c’était surtout sous l’effet de la surprise qu’elle l’avait fixait et non pas intentionnellement comme maintenant. Là, la manière dont elle le fixait avait une tout autre signification, elle scrutait une réaction, un indice pouvant l’aider à savoir s’il comptait lui mentir sur les questions qu’elle venait de lui poser ou pas, ça n’aurait pas été la première fois apparemment mais cette fois-ci elle ne voulait se faire avoir et comptait bien avoir une réponse sincère et claire de sa part, même si cela voulait dire lui donner un autre coup de sac-à-main pour l’obliger à le faire. Elle se l’était dit à maintes et maintes reprises, elle était prête à tout pour découvrir la vérité et si frapper le jeune homme avait été une chose à faire pour accéder à la vérité cela ne l’aurait pas empêché de dormir la nuit, bien au contraire ça lui aurait même fait autant de bien que si elle avait prit l’un des somnifères qui trainait dans son sac. Certains diront qu’Olivia essayait de se venger en l’attaquant ainsi et ils auraient eu à demi raison, même si pour l’instant elle ne le pensait pas aussi clairement, au plus profond de son être elle voulait se venger. Sa colère avait prit tellement de place dans son cœur ces dernières années que la vengeance était elle aussi venu s’installer et avait prit une place de choix, seulement voila, Olie n’avait encore jamais voulu penser de façon nette et arrêtée à la victime de sa vendetta, son cœur se contentait de nourrir et faire grandir son ressentiment envers tout ceux qui avaient pu la blesser sans designer précisément quelqu’un mais maintenant, elle tenait le parfait exemple de pourquoi son amertume avait si exponentiellement grandit ces trois dernières années. Pourtant quelque chose empêcha la jeune femme de réitérer son attaque. Elle avait mal jugé le chien de Dwayne, elle qui le pensait inoffensif, il venait de lui prouver le contraire en montrant ses crocs et en grognant à son attention, Olie n’avait pas spécialement peur des chiens ni des animaux en règle générale si on mettait de coté tout les insectes rampants ou volants, elle se montrait plutôt affectueuse avec les petites bêtes et pour avoir eu deux chiens dans son enfance, on pouvait dire qu’ils ne l’effrayaient pas mais elle n’était pas non plus totalement inconsciente, elle savait bien que si un chien se montrait agressif il valait mieux ne pas l’énerver davantage si on ne voulait pas risquer de se faire mordre ou se faire courser sur des kilomètres !
    « Déjà, pose ton sac si tu tiens pas à ce qu’il vienne te le prendre lui-même » Même sans avoir à écouter ce que son maitre venait de lui dire –d’ailleurs elle avait royalement ignoré sa remarque- la jeune femme avait comprit, en voyant l’air peu commode de l’animal qu’il était inutile d’essayer de rajouter un autre coup, de toute façon elle était presque sûre que Dwayne n’avait pas ressenti la moindre peine à son premier coup, alors un deuxième n’aurait fait que la fatiguer sans aucun résultat et puis la peine physique n’était pas se que recherchait la jeune femme, elle, ce qu’elle voulait, c’était des réponses et rien d’autres, elle se fichait éperdument de savoir comment allait le jeune homme et ne voyait en lui qu’un moyen tangible de découvrir –enfin- ce pourquoi avait été tuer son frère et aussi à quel degré lui-même avait été impliquer dans sa disparition, elle estimait avoir le droit de savoir après avoir vécu autant de temps dans le flou le plus total…

    Olivia avait finit par détournait son regard de celui de Dwayne et s’était éloignée de lui comme pour signifier qu’elle ne comptait plus l’attaquer à coup de sac-à-main, toujours sous l’air méfiant de son chien. Elle se retourna un instant pour poser son sac sur l’une des chaises de son bureau et en profita aussi pour jeter un coup d’œil aux différentes affaires présentes dans la pièce, elle n’eut cependant pas le temps nécessaires pour tout décortiquer et fut rapidement contraintes de revenir face au jeune homme qui se décidait enfin à prendre la parole. Olie avait les yeux braqué sur lui, attendant d’entendre ce qu’il avait à dire non sans appréhension, elle était anxieuse de savoir ce qu’il allait lui révéler bien qu’elle eu déjà su que le nom sous lequel elle l’avait connu depuis toujours avait été un nom inventer et que, par conséquent il y avait fort à parier que toutes les choses qu’il lui avait dite durant leur relation ait été fausses…
    « Ça va pas arranger mes affaires mais, je ne m’appelle effectivement pas Leslie » Olivia avait bien deviné que ce n’était pas son réel prénom et à la limite des choses elle ne s’en préoccupait pas, elle voulait surtout savoir pourquoi avait-il caché sa véritable identité et si cela avait été la seule chose sur laquelle il lui avait menti, elle supportait mal l’idée de savoir que si en effet il lui avait menti sur pas mal d’autres chose, elle avait été trahie et prise pour une imbécile capable de lui faire avaler les plus grandes couleuvres. « C’est Dwayne, Marshall … » Alors voila sa vraie identité, il ne s’appelait donc pas Leslie Cooper, n’avait certainement pas fait la moitié de ce qu’il affirmait avoir fait et vu son grade de lieutenant, avait du passer une bonne partie de sa vie à exercer le métier de policier. Quel paradoxe pour quelqu’un qui clamait au et fort son dégout pour les agents de polices à Miami, mais ça devait être, comme pleins d’autres choses, un mensonge de plus … Olivia avait serré ses mains jusqu'à en faire blanchir ses doigts, elle essayait d’avoir un minimum de self-control devant lui, elle ne savait même pas pourquoi d’ailleurs, sans doute l’envie de lui prouver que sa trahison ne l’avait autant affecté que ce qu’il aurait pu penser et ainsi elle ne lui aurait pas laisser le plaisir de la voir souffrir alors que c’était le cas, elle prenait petit à petit l’ampleur de la trahison dont elle avait été victime pendant un an. Un an à croire à tout les mensonges que lui servait le jeune homme, un an à croire toutes ses paroles mais surtout un an à croire qu’il était tombé amoureux d’elle aussi sincèrement qu’elle l’avait été… « Où t’as entendu parler de Sullivan ? » Il avait encore le culot de lui poser une question en plus ! De quel droit il pouvait bien lui poser une question ? Mais en fait, la réelle question était pourquoi voulait-il connaitre les sources d’Olivia ? La manière dont il avait posé sa question sous entendait qu’il connaissait en effet un Sullivan et de ce fait qu’il existait bien un agent Sullivan quelque part dans le pays, les sources de la jeune femme n’était donc pas dans le faux mais pourquoi n’avait-il pas prévenu Olie à propos de Dwayne et de sa fausse identité ? Ce n'était surement pas le jeune homme qui allait lui donner une réponse à cette question, il avait l’air déjà assez occupé à savoir comment lui répondre sans risquer de s’attirer plus de problèmes avec elle. Même si elle le faisait de mauvais grâce, Olivia consentit à lui répondre, sauf qu’elle ne prévoyait pas de lui raconter entièrement la vérité, elle se contenterait juste d’être vague, après tout elle ne lui devait aucune réponse et c’était surtout pour lui prouver qu’elle n’était pas comme lui, elle n’était pas quelqu’un qui mentait facilement et préférait toujours la franchise même si cela devait faire mal. « J’ai réussi à mettre la main sur le dossier de l’enquête et j’ai vu le nom de Sullivan dessus… » Elle ne mentait pas, elle avait vraiment réussi à mettre la main sur ce dossier sauf qu’elle ne voulait pas s’étendre sur les moyens dont elle avait usé pour arriver. Olivia n’en était pas fière mais elle avait du faire « du charme » à un jeune agent chargé des affaires classées et avait réussi à le convaincre de lui apporter une copie de l’enquête préliminaire et aussi du compte-rendu de l’autopsie de son frère. Elle voulait savoir avec exactitude comment et de quoi il était mort, Olie n’avait pas eu cependant le courage nécessaires de lire entièrement le compte-rendu et s’était promis de ne jamais le faire, elle ne voulait pas garder l’image de son frère, mort, avec ses blessures sur son corps, pour elle son frère resterait ce jeune homme protecteur et à l’allure confiante qu’elle lui avait toujours connu…

    D'ailleurs Olivia avait bien remarqué l'allure peu confiante de Dwayne lorsqu'elle avait mentionné le nom de son frère, il en pâlit presque, ce qui laissait présager le pire pour la suite de leur conversation à Olie qui était toujours aussi furieuse mais qui maintenant était stressée en plus. Elle avait peur, ca ne servait à rien de se le cacher, elle craignait d’entendre ce que le jeune homme allait lui avouer, mais en même temps était impatiente de le savoir. Elle attendait donc d’entendre ce qu’il avait à dire et le fixait sans laisser le moindre sentiment paraître sur son visage – ou tout du moins elle essayait-
    « Je, je voulais pas … Ça aurait pas du se passer comme ça, pas pour Owen … » Que voulait dire Dwayne par « ça aurait pas du se passer comme ça, pas pour Owen » ? Olivia se le demandait, il ne pouvait pas juste dire ça et s’arrêter, il lui devait bien une explication complète après tout ce temps d’attente il n’allait pas se contenter que d’une phrase aussi vague que celle-ci. « Je suis désolé pour ton frère … » Olivia ressentit une vague de colère montait en elle en entendant cette phrase, être désolé n’allait pas arranger les choses, aussi sincère pouvait-il être ce dont la jeune femme doutait fortement, il lui avait tellement mentit qu’elle n’aurait pas su s’il était franc cette fois ci ou si c’était un autre mensonge balançait dans l'espoir d'amadouer Olivia …

    « Qu’est-ce que tu veux dire par la ? Comment ça aurait du se passer ? Est-ce que Owen est mort " par accident " ? » Olivia redoutait surtout la réponse à sa dernière question, elle se demandait comment elle pourrait réagir en apprenant quelque chose qui lui déplairait... Elle aurait voulu lui poser plus de questions mais elle craignait que sa raison ne reprenne le dessus et qu’il finisse par la jeter dehors. Olie avait de plus en plus de mal à se contenir face à Dwayne et c’était surement le fait d’être épié par son chien qui empêchait concrètement la jeune femme de laisser libre cours à sa colère. « Le penses-tu seulement ? ... » La jeune femme avait lâchait cela avec un ton de regret et d’antipathie, elle doutait réellement de la sincérité de Dwayne à ce sujet. Elle ne connaissait pas du tout la personne en face d’elle. Elle, elle connaissait Leslie, un mécanicien avec un caractère aussi trempé que le sien mais qui l’aimait –du moins c’est ce qu’elle croyait-, alors que Dwayne, elle ne connaissait rien de lui, c'était un parfait inconnu …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Mar 29 Juin - 2:08

Comme on pouvait s’en douter étant donne les circonstances, Dwayne attendait avec une certaine appréhension la réponse d’Olivia à propos de la façon dont elle était remontée jusqu’à son ancien patronyme. Le nom Dwayne Sullivan n’était plus censé apparaitre nulle part dans les dossiers concernant les évènements survenus à Miami en sa présence, le but ayant toujours été le même : éviter que l’on puisse remonter jusqu’à lui. Et pourtant c’était une prouesse qu’avait réussi Olivia, apparemment seule et sans la moindre aide … Ce qui ne laissait rien présager de bon, Dwayne ayant presque des sueurs froides rien qu’à l’idée du nombre de personnes aux méthodes beaucoup moins douces que les coups de sac à main qui pourraient de la même façon remonter jusqu’à lui et débarquer il ne savait trop comment à New Heaven. Qu’on soit bien clair, Dwayne ne craignait pas d’assumer les conséquences de ses actes face à une personne comme Olivia, à qui il devait la vérité et qu’il n’avait pas à craindre de façon virulente malgré son mauvais caractère et sa tendance à l’impulsivité … Mais pouvait-on vraiment le blâmer ne craindre les représailles de personnes dont il avait lui-même déjà testé les moyens de pression et de vengeance ? Pas le moins du monde, mais c’était une crainte difficile à imaginer pour quelqu’un qui n’avait jamais goûté aux représailles … Maintenant que c’était quelque chose de fait pour Dwayne, il savait exactement quoi craindre, et cela n’était certainement pas pour le rassurer.

    « J’ai réussi à mettre la main sur le dossier de l’enquête et j’ai vu le nom de Sullivan dessus … » Tout à fait ce qu’il craignait en somme. La gorge sèche et l’esprit un peu embrouillé, il tenta pendant quelques secondes de retrouver son self-control et une fois ceci fait, il pu lui répondre d’un air qui se voulait aussi neutre que possible, mais qui trahissait toutefois une pointe d’inquiétude. « C’est autant important pour toi que pour moi, où tu as eut ce dossier ? La police de Miami ? »

C’était peu probable cela dit, la police d’état n’étant jamais mise au courant des missions d’infiltration. Restait alors le FBI ou la DEA … Et à y réfléchir Dwayne penchait plutôt pour la DEA, car il était impensable qu’Olivia ait pu s’approprier un dossier estampillé FBI avec autant de facilité et quelque soit la méthode qu’elle avait utilisé. Non, elle aurait forcément eut besoin d’une carte, d’un badge, d’un code ou d’autre chose qui puisse lui donner accès aux informations, les agents eux-mêmes ne pouvaient pas accéder à tout comme ils le souhaitaient … Alors qu’à la DEA, ils avaient beau servir une noble cause – combattre le trafic de drogue était sans conteste pour Dwayne une noble cause – ils étaient beaucoup plus désorganisés, et donc beaucoup plus enclins à faire LA bourde qui permettrait à un inconnu ou une personne mal intentionnée de récupérer des informations et des documents qu’il n’était pas censé pouvoir lire un jour.
Il espérait réellement qu’Olivia n’allait pas se braquer et refuser de lui répondre, mais si tel était le cas alors tant pis, il réessaierait plus tard mais quelque soit le temps qu’il devrait mettre il finirait par lui faire cracher le morceau. Il était nécessaire, non vital même, qu’il puisse connaitre l’origine de la fuite afin de pouvoir la réparer au plus vite et éviter que les choses ne deviennent plus grave qu’une ex-copine à la recherches de réponses (réponses qu’il avait d’ailleurs sans aucun doute possible). Quoi qu’il en soit pour plus de sécurité Dwayne savait qu’il n’y avait pas une multitude de choix qui s’offraient à lui, et c’est donc sans hésitation parce qu’il s’y savait obligé qu’il répondit à la jeune femme le premier des mensonges qu’il allait lui balancer sous couvert de sa véritable identité.

    « De toute façon, le dossier qu’on t’as donné est incomplet, sinon tu saurais que l’agent Sullivan est mort, il y a presque trois ans maintenant. » Voilà c’était fait, il venait à nouveau de lui mentir, et croyez-le ou non cela lui faisait beaucoup plus de mal qu’il ne le souhaiterait. Il aurait beau se répéter plusieurs fois qu’il s’en fichait dans son fort intérieur il saurait tout de même que ce n’était pas le cas. Et parce qu’un mensonge est toujours plus crédible quand il est détaillé, le jeune homme se senti pratiquement obligé d’ajouter « Il a été assassiné »

Quoi qu’à bien y réfléchir s’agissait-il réellement d’un mensonge aussi énorme que cela ? D’un certain point de vue ce qu’il venait de dire avait sa part de vérité … Cela faisait presque trois ans maintenant qu’il avait changé son identité pour celle de Dwayne Marshall, et dans son esprit même s’il resterait toujours Dwayne Sullivan il savait aussi que cette identité et cette version de lui étaient officiellement bonnes à enterrer. Alors dire que Sullivan était mort, c’était un peu comme donné un sens officiel à ce qui était déjà pour lui une réalité. Mais les mauvaises langues diront que ce raisonnement n’était qu’une façon pour Dwayne de se donner meilleure conscience face au mensonge qu’il venait de servir à la jeune femme à qui il aurait préféré ne plus jamais avoir à mentir de nouveau.

Ajoutons maintenant à la culpabilité du mensonge la culpabilité liée à la mort d’Owen. Déjà, on pouvait sans mal dire que l’expression de Dwayne avait trahi ses émotions vis-à-vis de ce qui était arrivé à Owen lorsqu’Olivia avait prononcé à voix haute le nom de son frère. Sans rire, Dwayne c’était presque senti devenir livide, et pour cause, il n’avait jamais réussi à se sortir de la tête la façon dont Owen était mort. Il savait d’ailleurs que tout comme d’autres images tout aussi douloureuses pour lui, l’assassinat d’Owen resterait jusqu’à la fin de sa vie bien présente dans son esprit.

Flash-Back
Citation :
Dwayne ne comptait plus désormais le nombre de fois où il s’était à demi éveillé, sans réussir à sortir pou de bon de sa torpeur et finalement retomber dans le sommeil aussi vite qu’il en était sortit. L’effet des sédatifs et autres calmants dont on avait sans doute du le gaver commençaient cependant à se dissiper et lorsque Dwayne s’éveilla à nouveau, cette fois-ci sans avoir besoin de réfléchir de longues secondes pour se rappeler où il était et comment il était arrivé là, la présence à ses côtés de Daniel Lewis finit de le réveiller complètement et de le persuader de ne pas sombrer dans le sommeil à nouveau. La première fois qu’il s’était réveillé, encore complètement sonné par le choc et son contrecoup, les calmants et l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur, Daniel était déjà là … Etait-il resté là tout ce temps ? Dwayne ne savait même plus à quand remontait la première fois qu’il s’était réveillé, était-ce il y a quelques heures ou plutôt quelques jours ? Il avait perdu toute notion du temps et serait bien incapable de dire depuis combien de temps il était dans cette chambre.
Demander où est-ce qu’il était ? Cela aurait été une question totalement rhétorique, il savait parfaitement où il était et à vrai dire maintenant que son esprit sortait peu à peu du brouillard une seule et même question lui revenait en tête, la même question que lorsqu’il avait sombré … Mais cette question il redoutait de la poser, parce qu’il en craignait bien trop la réponse.

    « Ça fait … » Bouuh c’était quoi cette voix là, enrouée comme une vieille crécelle, un peu comme quand il avait quatorze ans et qu’il avait commencé à muer … La belle rigolade, quoi que là il n’avait pas franchement envie de rire. « Ça fait combien de temps que j’suis là ? » Vu l’engourdissement de ses membres il se doutait bien qu’il n’était pas là depuis quelques heures seulement. « Quatre jours … J’ai bien cru que tu nous jouais la Belle au Bois Dormant et que j’allais devoir dégoter un Prince Charmant » Daniel Lewis, Roi de la blague. Mais il avait au moins le mérite d’avoir arraché un sourire à Dwayne, ce qui n’était pas vraiment gagné d’avance. « Tu m’as quand même fait sacrément peur gamin … »

Sur que cette fois-ci il n’était vraiment pas passé loin. Et les brides de souvenirs qui lui revenaient peu à peu sur ce qui l’avait conduit dans cet hôpital ne faisaient que lui rappeler un peu plus qu’il avait cette fois-ci bien cru sa dernière heure venue … Parce qu’il avait eut bien avant le pressentiment que ça pourrait finir comme ça ? Peut-être. Quoi qu’il en soit ses sentiments étaient encore assez partagés en ce qui concernait tous ces évènements, tout comme ses souvenirs étaient encore un peu brouillons. Tout cela ne faisait alors que renforcer sa crainte quant à la réponse qu’il allait poser … Répondre à Daniel sur sa dernière phrase ? Il ne savait pas vraiment quoi dire, il ne savait pas si c’était un reproche sous-entendu ou bien autre chose. De toute manière, la question qu’il avait en tête lui taraudait trop l’esprit et n’y tenant plus il se lança donc.

    « Et … Et Owen ? J’veux dire, Knighton ? » Pourquoi essayait-il de cacher la vérité, s’il l’avait appelé Owen en premier lieu c’était parce que dans son esprit Owen avait dépassé le stade du simple poisson qu’on piégeait. Non, il était devenu plus que ça en un an, même si ce n’était pas ce qui était prévu, et Lewis le savait sans doute très bien ; D’ailleurs s’il ne s’en souciait pas il n’aurait pas posé cette question. Et à voir le visage assombri de Daniel Dwayne avait eut la réponse à sa question avant même qu’il ne prenne la parole. « Ils l’ont emmené dans un autre hôpital mais … Il était déjà mort, je suis désolé »

Que pouvait-il répondre à cela ? Il n’y avait rien à dire, parce que rien de ce qu’il dirait n’y changerait quelque chose, rendrait la nouvelle moins douloureuse ou le ferait se sentir moins coupable. Owen était mort d’avoir été trop brave et par la faute de Dwayne Olivia se retrouvait toute seule, il savait que jamais il ne se le pardonnerait et que le moins qu’il puisse faire maintenant c’était de disparaitre pour de bon et de laisser derrière lui définitivement Leslie Cooper. Involontairement une larme avait coulé le long de sa joue gauche.
Fin du Flash-Back

    « Qu’est-ce que tu veux dire par là ? Comment ça aurait du se passer ? Est-ce qu’Owen est mort « par accident ? » Par accident ? Non, ce n’était pas non plus la fatalité qui était responsable de sa mort … Non, les vrais responsables n’étaient que Dwayne et Owen, responsables de leurs mauvais choix à tous les deux. « Simplement que … » Que quoi ? Il ne savait même pas, il se sentait totalement désemparé devant la question d’Olivia. D’ailleurs que savait-il au juste ? Connaissait-il seulement l’identité des assassins de son frère, ou tout au moins la raison globale pour laquelle il était mort ? « Qu’est-ce qu’on t’a dit sur … sur ce qui s’était passé ? » Sur sa mort, il n’avait même pas réussi à le dire à voix haute, parce que rien que d’y repenser à nouveau il avait une boule au fond de la gorge, et que la culpabilité elle aussi l’empêchait de s’exprimer normalement.

Lui expliquer depuis le début serait sans doute le meilleur moyen pour Dwayne de répondre aux questions d’Olivia sans dire ce qu’il n’était à son sens pas nécessaire de savoir, pour Olivia du moins. Sur ce qui était arrivé à Owen il n’y aurait pas de mensonges, il devait au moins ça à sa sœur, mais cela dit il y avait certaines choses qu’il valait mieux ne pas révéler. Ces choses là ne lui apporteraient rien, elles lui feraient simplement du mal et Dwayne estimait lui en avoir déjà assez fait comme ça. Il avait fait une dernière promesse à Owen et celle-ci il comptait bien la tenir coûte que coûte … Il y avait tellement de promesses qu’il n’avait pas tenu, tellement de mensonges qu’il avait dit, que cette fois-ci il ne pouvait pas le trahir à nouveau.
Olivia cependant ne semblait pas persuadée de sa sincérité en ce qui concernait son frère, mais là-dessus le policier ne pouvait pas la blâmer. Il était normal, logique même, qu’elle ne réussisse plus à accorder le moindre crédit à ses paroles, dès le moment où il avait avoué lui avoir menti sur son identité elle avait sans doute du réaliser que bon nombre des choses qu’elle savait sur lui étaient fausses. Et pour cause, c’était Leslie qu’elle connaissait et dont elle était tombée amoureuse, et même si ce Leslie conservait quelques points commun avec Dwayne (logique) il y avait tout de même de nombreuses choses sur lesquels ils n’avaient rien à voir … Comment donc réussir à la convaincre que cette fois-ci il ne lui mentait pas en lui disant qu’il était réellement désolé de ce qui était arrivé à Owen ? Il n’avait pas de réponse à cette question, pas de solution, et savait donc que quoi qu’il dirait il aurait toujours le risque qu’Olivia n’en croit pas un seul mot.

    « Le penses-tu seulement ? » C’était de l’amertume plus que de l’ironie, signe que le manque de confiance qu’elle avait en lui était aussi profond que réel. « Quel intérêt j’aurai à te le dire si c’était faux … T’amadouer ? On sait tous les deux que ça ne marchera pas … J’aurai aucun intérêt à le dire si je ne le pensais pas. » D’ailleurs tenter d’amadouer Olivia l’idée ne lui était pour ainsi dire même pas venue à l’esprit, il méritait qu’elle soit en colère contre lui et qu’elle lui en veuille, et il n’avait pas l’intention de tenter quoi que ce soit pour qu’elle le prenne en pitié. « J’peux pas te forcer à me croire, tout comme j’ai pas le droit de te demander de me faire confiance, plus maintenant … Mais pourtant quand je te dis que j’aurai fait n’importe quoi pour que tu ne perdes pas ton frère, c’est la vérité. »

Pour ce qui était de savoir quelle serait la réaction d’Olivia là-dessus, il n’en savait rien. Probablement qu’elle bouillonnait en son fort intérieur de voir Dwayne évoquer son frère, parce qu’elle estimait sans doute qu’il n’en avait pas le droit et qu’en le faisant il aggravait son cas. Mais le jeune homme s’en fichait, il ne craignait pas la réaction de la jeune femme, quelle qu’elle puisse être, parce qu’elle était totalement en droit de le détester maintenant, et qu’il était temps qu’il assume pleinement ce qu’il refoulait dans un coin de sa tête comme un mauvais rêve depuis trois ans.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Sam 3 Juil - 9:48


    Devant Dwayne,  Olivia avait du mal à maitriser ses émotions. Elle essayait bien pourtant mais c’était plus fort qu’elle, tous les sentiments qu’elle avait enfoui au plus profond de son être réapparaissaient sans qu’elle puisse y faire quelque chose et elle n’arrivait plus à les contrôlés. C’était la colère qui dominait le plus la jeune femme, alliée à un sentiment de trahison qui en fin de compte ne faisait que confondre plus Olie dans le désordre qu’était déjà son esprit à cet instant et malheureusement pour le jeune homme, l’état dans lequel se trouvait les pensées de la jeune femme n’allait en rien arranger son statut auprès d’elle. Olie n’avait jamais été une personne calme et capable de retenir sur qu’elle voulait dire et si Dwayne se souvenait toujours du mauvais caractère dont pouvait faire preuve la jeune femme lorsqu’elle était exaspérée, il pouvait facilement deviner que le self-control dont elle avait fait preuve jusqu’ici n’allait pas durer bien longtemps.
     
    Olivia ne comprenait toujours pas pourquoi il semblait si intéresser par la façon dont elle avait eu le nom et l’adresse de Sullivan, après tout qu’est-ce que cela aurait bien pu lui apporter.  « C’est autant important pour toi que pour moi, où tu as eut ce dossier ? La police de Miami ? » En quoi ca pourrait être important ? Malgré elle, Olivia avait pu atteindre son but c'est-à-dire retrouver Dwayne et même si elle pensait que l’agent Sullivan aurait pu lui être d’une plus grande aide que le jeune homme, elle ne voyait plus l’utilité de rechercher l’agent en question. « Comme si la police de Miami était du genre a te laisser fouiller tranquillement dans leurs archives … J’ai convaincu un agent de la DEA de me donner une copie du dossier. Satisfait ?! » Olivia était agacée par l’insistance dont faisait preuve Dwayne et avait répondu en conséquence, avec un ton qui lui laissait deviner qu’elle ne voulait plus répondre à ses questions, du moins pas avant d’avoir eu des réponses à ses propres questions. 
     
    Dwayne, lui, ne semblait pas vouloir changer de sujet et s’obstinait presque à parler de ce dossier qui pour Olivia n’était qu’un ramassis de mensonges coller sur le dos de son frère, après tout il était plus facile de faire porter tout les tords à quelqu’un qui n’était plus la que de devoir raconter ce qui c'était réellement passer… « De toute façon, le dossier qu’on t’a donné est incomplet, sinon tu saurais que l’agent Sullivan est mort, il y a presque trois ans maintenant. » Olivia releva brusquement ses yeux sur le jeune homme. Ce qu’il venait de lui dire l’étonnait, pas le fait d’avoir appris la mort de l’agent Sullivan en elle même mais la manière et le ton qu’il avait usé pour le lui dire. Un ton sec, s’il avait lu les titres du journal il y aurait mit plus de cœur mais en même temps on pouvait sentir qu’il était comme troublé et cette remarque ne fit que s’intensifier lorsqu’il ajouta  « Il a été assassiné » Avec cette nouvelle il y avait au moins une chose certaine maintenant, Olivia n’avait plus besoin de partir à la recherche de Sullivan, il ne lui serait plus d'aucune aide à moins que les morts soit capable de l’aider de l’autre monde ce dont elle doutait, sinon elle se serait directement adressée à son frère …
     
    Olivia ne répondit pas à ce que Dwayne venait de lui avouer, elle n’aurait pas su quoi dire de toute manière alors pourquoi se forçait ? Ça n’aurait fait que les enlisaient tout les deux un peu plus dans ce qui était déjà une histoire assez compliquée sans avoir à y rajouter d’avantages de problèmes à résoudre, mais pourtant Olie voulait savoir ce qui reliait Dwayne à Sullivan, d’autant plus qu’en venant à New Heaven, elle avait en tête de le voir lui et non pas son ex qui avait disparu de la circulation trois ans plus tôt. Ce qui  avait aussi retenu l’attention de la jeune femme, était l’étrange coïncidence du fait qu’ils aient tout deux le même prénom, autant si cela avait été John ou Michael, Olie n’aurait pas trouvé cela étrange mais le fait est que Dwayne était un prénom beaucoup moins répondu que les deux cités plus haut. Pourtant elle ne lui fit pas la remarque, elle était tellement obnubilait par le fait de savoir ce qu’il avait à lui apprendre sur les circonstances de la mort de son frère qu’elle relayait très vite le sujet « Sullivan » dans un coin de sa tête qu’elle ferait ressurgir à un moment plus opportun.
     
    « Simplement que … » Diable qu’est-ce qu’elle pouvait détester les gens qui s’arrêtait au plein milieu de leur phrases et encore plus lorsqu’il s’agissait de point aussi important que celui la, on pouvait littéralement dire que c’était une question de vie ou mort pour Olie, ou plutôt de fierté et d’orgueil vis-à-vis de son frère et d’elle-même et c’est trois dernières années n’avait fait que renforçait l’envie de la jeune femme de voir justice faite à la mémoire de son frère. « Qu’est-ce qu’on t’a dit sur … sur ce qui s’était passé ? » La réponse à cette question aurait pu être « Rien » et cela n’aurait pas été un mensonge car la police de Miami n’avait rien voulu dévoiler de son enquête, la preuve en était qu’elle avait dû user de stratagèmes allant à l’encontre de ses valeurs pour se procurer le dossier en question, mais elle n’allait pas le dire à Dwayne, d’ailleurs la colère qu’elle avait pour lui grandit encore un peu plus lorsqu’elle l’entendit hésité sur ses derniers mots, avait-il à ce point peur de prononcer le prénom de son frère  ? « Sur la mort d’Owen ? La police n’a pratiquement rien voulu me dire, mais toi tu dois bien avoir quelque chose à m'apprendre … » Olie avait accentué sur sa première phrase, elle voulait voir sa réaction lorsqu’elle prononçait ce que lui avait tenté d’esquiver juste avant et même si cela lui faisait autant de mal de le dire avec un ton aussi détaché, l'envie de blesser Dwayne était plus forte et même si cela pouvait paraitre puéril et immature elle sortirait surement d'autres phrases pourvu que cela puisse atteindre un tant soi peu le jeune homme.

    « Quel intérêt j’aurai à te le dire si c’était faux … T’amadouer ? On sait tous les deux que ça ne marchera pas … J’aurai aucun intérêt à le dire si je ne le pensais pas. » Lorsque Olivia avait lâché sa phrase, elle ne souhaitait pas spécialement de réponses de la part de Dwayne. C'était plus pour elle qu'elle l'avait dit, comme pour donner un sens à sa réflexion, mais la réponse qu'elle avait eu du jeune homme l'avait un peu surprise. Elle avait beau se dire qu'elle ne le croyait plus et qu'elle n'aurait plus jamais confiance en lui, ce qu'il venait de dire lui paraissait être la phrase la plus sincère qu'elle ait entendu depuis leur rencontre et pourtant sa colère n'avait pas changé d'un iota et elle avait toujours la ferme intention de lui faire payer ... « J’peux pas te forcer à me croire, tout comme j’ai pas le droit de te demander de me faire confiance, plus maintenant … Mais pourtant quand je te dis que j’aurai fait n’importe quoi pour que tu ne perdes pas ton frère, c’est la vérité. » Au moins le jeune homme était lucide sur le fait qu'Olivia ne comptait pas lui refaire confiance, plus jamais, elle ne voulait pas revivre l'humiliation qu'elle avait subi trois ans auparavant et qu'elle re-subissait encore une fois à cet instant devant lui, bien qu'elle essayait autant qu'elle le pouvait de paraitre stoïque face au jeune homme, intérieurement on ne pouvait pas dire que cela ai été pareil, un ouragan n'aurait pas autant de dégâts sur une ville que ce que ses sentiments lui faisait vivre ! « Ne crois pas que je te referais confiance, je ferais pas la même erreur ... » Olie avait eu le même ton que tout à l'heure, elle voulait bien lui faire comprendre qu'il n'avait plus aucune chance pour lui de regagner la confiance de la jeune femme ... « Maintenant ça sert à rien de me dire ça, c'est trop tard ! » Elle avait malgré elle laissé déborder ses sentiments, preuve que d'entendre Dwayne parlait de son frère n'avait fait que faire perdre le self-control qu'elle avait sur ses émotions et maintenant elle ne pourrait plus reprendre son calme, elle se connaissait assez pour le savoir. Elle en avait marre de devoir contenir ses ressentiments alors qu'elle avait attendu aussi longtemps et plus elle essayait de les faire taire, plus difficile allait être de se calmer après...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Mar 6 Juil - 12:07

Olivia était excédée, il aurait fallut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte, et elle ne s’imaginait même pas à quel point le regard accusateur qu’elle avait pour Dwayne le mettait mal à l’aise. Ou peut-être en avait-elle totalement conscience, et cela ne faisait alors que la persuader de ne pas changer de tactique avec lui pour le moment. Pourtant malgré le malaise qu’il ressentait à chaque fois qu’il croisait le regard noir de la jeune femme, Dwayne n’en perdait pas le nord pour autant et surtout n’en oubliait pas que jusqu’à ce qu’il en sache plus sur ce qu’elle savait ou ne savait pas, Olivia était pour lui potentiellement une menace. Enfin, pas une menace au sens où on pouvait l’entendre, mais une menace pour ce qu’il avait mis trois ans à construire en s’installant à New Heaven, à savoir une situation plus ou moins stable qui demeurait jusqu’à présent sa seule bouée de sauvetage. Il était facile pourtant de croire Dwayne égoïste, que pouvait-il être d’autre en s’inquiétant pour sa propre personne alors que se tenait devant lui la femme qu’il avait fait souffrir en oubliant que le mensonge pouvait dans certaines circonstances se révéler fatal. Et bien oui, parois l’homme savait se montrer parfaitement égoïste et Dwayne lui non plus n’échappait pas à cette règle, il avait beau être d’un naturel altruiste cela ne l’empêchait pas d’avoir également un instinct de survie, qui risquait d’être une nouvelle fois mis à rude épreuve si Olivia n’était pas la seule à pouvoir remonter jusqu’ici.

    « Comme si la police de Miami était du genre à te laisser tranquillement fouiller dans leurs archives … J’ai convaincu un agent de la DEA de me donner une copie du dossier. Satisfait ?! » Satisfait, c’était une façon de parler. Une fuite pareille dans un dossier, il y a avait presque de quoi faire couler le Titanic, si cela n’avait pas déjà été fait.

Il ne prit cependant pas la peine de répondre, de toute manière la façon à la limite de l’agressivité dont elle avait terminé sa phrase était une preuve qu’elle n’attendait pas de réponse de sa part et que s’il si risquait à le faire quand même il n’allait réussir qu’à aggraver son cas. Dans leur intérêt à tous les deux donc, il valait mieux que Dwayne ne la ramène pas trop. Par contre chose qu’il fit de suite, c’est marquer dans un coin de sa tête la chose à faire tout de suite après le départ d’Olivia, peu importe combien de temps elle allait rester là d’ailleurs : téléphoner à Daniel. Pour un problème majeur comme celui-ci appeler le FBI aurait été plus rapide, mais bien que ce soit cette agence qui gère la protection des témoins Dwayne ne leur faisait aucune confiance … Comment aurait-il pu d’ailleurs faire confiance à une bande de bureaucrates pareille ? Ce n’était pas possible, sans doute parce que ne pas aimer les fédéraux était un trait commun à tous les policiers, Dwayne n’échappant lui non plus pas à la règle. Pour ce qui était du FBI Dwayne laisserait donc Daniel s’en charger, pouvoir lui parler à lui avait quelque chose de beaucoup plus rassurant pour Dwayne et lui donnait l’impression – plus ou moins vraie – que si Daniel était sur le coup, les choses s’arrangerait à coup sûr … La naïveté sans aucun doute du jeune flic qui avait une confiance aveugle en son mentor, et pour cause l’agent Lewis lui avait sauvé la mise plus d’une fois, et continuerait sans doute encore à lui servir d’ange gardien malgré sa récente condition de retraité.
Mais pour le moment Daniel n’était pas là pour l’aider et il était bien obligé de se dépatouiller tout seul comme il le pouvait. Mentir donc, puisqu’il n’avait pour le moment pas d’autre solution à disposition. C’était la première fois qu’il mentait autant à propos de son ancienne identité, d’habitude il s’agissait simplement d’un mensonge par omission, les gens à New Heaven ne le connaissaient que sous son nouveau nom et il se contentait seulement de faire comme si ce nom avait été le sien toute sa vie. Mais avec Olivia il était confronté à une nouvelle configuration, il ne pouvait pas simplement prétendre être Marshall, il devait faire débarrasser le plancher à Sullivan pour empêcher une catastrophe. Le faire passer pour mort était donc pour lui la seule option, parce que de toute façon Sullivan n’était plus, et ne serait jamais plus sans doute, et parce que c’était le seul moyen efficace pour qu’Olivia arrête de s’y intéresser de façon définitive.

Sa réponse en tous les cas semblait en avoir foutu un léger coup à la jeune femme. Quoi de plus logique d’ailleurs, elle semblait avoir fait de la recherche de Sullivan une telle priorité, comme si sa seule rencontre avec lui avait été sa bouée de sauvetage ou sa planche de salut, que d’apprendre qu’elle avait espéré pour rien devait lui donner l’impression que beaucoup de ses espoirs s’écroulaient. Le problème maintenant, c’était que Dwayne semblait être la seule personne à qui elle puisse demander des explications, et le jeune homme se trouvant face à elle en ce moment même elle n’allait sans doute pas gâcher une si belle occasion. D’ailleurs elle ne tarda pas à s’en rendre compte et comme si le plus vite était forcément le mieux elle attendit un éclaircissement clair et précis de ce qu’il avait sous-entendu de façon plus ou moins volontaire. Mais il y avait trop de choses qu’il ne pouvait révéler, où qu’elle n’avait pas besoin de savoir parce que cela ne lui apporterait rien, aussi Dwayne ne pouvait simplement s’assoir et tout lui raconter depuis le début. Il devait au préalable savoir ce qu’Olivia savait déjà pour savoir ensuite ce qu’il pouvait taire ou ne pas taire.

    « Sur la mort d’Owen ? » ce ton froid qu’elle employait … Il était clair que dans son esprit Dwayne était responsable, et même si la responsabilité était beaucoup plus partagée que cela Dwayne ne pouvait s’empêcher de se sentir mal à l’aise face à Olivia, encore plus lorsqu’elle s’adressait à lui ainsi. « La police n’a pratiquement rien voulu me dire, mais toi tu dois bien avoir quelque chose à m’apprendre … » Rien du tout ? Elle exagérait forcément, on ne pouvait pas ne rien lui avoir dit du tout. De deux choses l’une alors, soit l’explication était tellement vague qu’Olivia la jugeait sans intérêt, soit l’explication qu’on lui avait donné ne la satisfaisait pas et elle préférait la réfuter totalement. Et à vrai dire, Dwayne penchait plutôt pour la seconde solution, beaucoup plus plausible. « On t’a forcément donné une explication ou dit quelque chose … Et je pourrai pas t’éclairer tant que tu m’auras pas donné de point de départ. »

Il avait beau se sentir pris au piège par la situation, et avoir le mauvais rôle face à Olivia, cela ne l’empêcha pas de lui répondre d’un ton qui signifiait qu’il n’y avait pas lieu à discuter là-dessus. Il n’essayait en aucun cas de reprendre le contrôle sur elle, de lui faire croire qu’elle avait intérêt à se méfier ou quoi que ce soit du genre, seulement il fallait qu’elle comprenne que même s’il était prêt à lui donner des explications elle ne pouvait pas non plus attendre de lui qu’elle lui dise simplement ce qu’elle voulait entendre. Si elle voulait la vérité il fallait qu’elle accepte qu’elle ne serait pas forcément celle qu’elle désirerait entendre, et de ce fait il fallait qu’elle commence déjà par lui dire clairement où se situait son problème dans l’explication que la police de Miami lui avait fournie.

Par ailleurs le raisonnement d’Olivia était étrange, pourquoi tenait-il tellement à apprendre la vérité de sa bouche en partant donc du principe que tout ce qu’il lui dirait était la vérité à propos de ce qui était arrivé à Owen, alors qu’elle lui prouvait à côté de ça qu’elle n’avait plus aucune confiance en lui ? Il y avait quelque chose qui ne collait pas et Dwayne n’arrivait pas à comprendre ce que c’était. En lui disant qu’il aurait préféré que les choses se passent autrement pour Owen il était sincère, mais là en revanche elle mettait sérieusement sa parole en doute. Il ne lui en voulait pas de ne plus accorder aucun crédit à ses paroles, après la façon dont il l’avait laissé tombé du jour au lendemain sans lui laisser la moindre raison de comprendre pourquoi il était partit, il ne méritait rien de plus que cela, seulement il aurait aimé pouvoir trouver un moyen de lui faire comprendre que même s’il n’avait pas été sincère sur beaucoup de choses avec elle jusqu’à présent cette fois-ci c’était bel et bien le cas.
Le dire en tous les cas ne suffisaient pas, et Dwayne ne pouvait tout bonnement pas lui demandez de le croire sur parole, c’eut été se foutre de la gueule du monde. Pour le moment donc, elle ne croyait pas un mot de ce qu’il venait de dire et ne comptait pas par la même occasion laisser passer une chance de lui rappeler à quel point il pouvait toujours courir s’il espérait que les choses changeraient.

    « Ne crois pas que je te referai confiance, je ferai pas la même erreur … » Il avait beau déjà le savoir avant qu’elle ne lui dise, le fait qu’elle le lui assène à voix haute rendait la chose encore plus difficile pour lui. Il n’avait que ce qu’il méritait certes, mais ce n’était pas cette pensée qui lui rendait la chose moins dure à avaler. « Je sais … et j’te le demande pas. » L’air moitié penaud, moitié abattu, il était repassé derrière son bureau et s’était adossé à la fenêtre, par laquelle on voyait qu’il pleuvait toujours à verse. Ses yeux ne quittaient plus Olivia, aussi la regardait-il toujours dans les yeux lorsqu’elle enchaina « Maintenant ça sert à rien de me dire ça, c’est trop tard ! » A mesure qu’Olivia perdait son sang froid avec lui, Dwayne perdait lui de sa vivacité d’esprit et ne répondait plus que d’un air résigné « Et parce que c’est trop tard je dois faire comme si ça m’importait pas ? » Il avait croisé ses bras et la regardait droit dans les yeux. Ce n’était pas parce qu’il n’avait plus la force de hausser le ton et de s’énerver qu’il n’avait pas de répondant.

Elle pouvait s’énerver, lui dire tout ce qu’elle voulait et croire tout ce qu’elle voulait également, jamais en revanche elle ne lui ferait dire qu’il ne ressentait rien à propos de la mort d’Owen. Ce que ressentait Dwayne à propos du frère d’Olivia était assez indescriptible, il avait tout d’abord eut une mauvaise opinion de lui à sa rencontre – normal, c’était un dealer, Dwayne ne pouvait qu’avoir un mauvais à priori – avant de finalement se retrouver intrigué par lui parce qu’il ne comprenait pas qu’un dealer puisse se comporter comme lui. Qu’un revendeur de drogue puisse être également un homme avec des principes, une conscience, des sentiments et un total dévouement à sa famille – sa sœur en l’occurrence – était quelque chose que Dwayne aurait cru totalement inconcevable. La raison pour laquelle les dealers était pour lui une affaire personnelle l’avait amené avec le temps à diaboliser tous deux qui évoluaient dans ce milieu là, et en rencontrant Owen il avait compris qu’il avait tort. C’était à cette époque là qu’il avait commencé à ressentir de la culpabilité à l’égard du jeune homme et de sa sœur, mais il était alors déjà trop tard et revenir en arrière n’était plus possible … La suite on la connaissait, ou plutôt Dwayne et Owen la connaissaient.

    « Si tu veux l’histoire en entier je peux te la raconter, en commençant par le début, mon début tout du moins … Mais pour ça j’ai besoin que tu me promettes plusieurs choses » Il avait totalement conscience qu’imposer des conditions n’était pas vraiment bon pour lui, mais là-dessus il ne reviendrait pas, il avait besoin qu’Olivia lui donne sa parole sur plusieurs détails, mais avant de lui dévoiler il préférait déjà attendre sa réponse là-dessus …

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Dim 11 Juil - 16:07

Toujours garder son sang-froid, même lorsque tout ce qu'on a envie de faire et de se jeter à la gorge de celui qui se tient en face de nous, c'est ce que ce répétait Olivia à chaque fois qu'elle devait parler à un officier de Miami un peu trop imbu de lui même ou à n'importe qui qui se montrait méprisant envers elle. La jeune femme avait un tempérament plutôt chaud et difficile à maitriser alors elle se répétait ce genre de phrases plusieurs fois pour ne pas perdre son self-control et finir éventuellement dans une cellule de dégrisement, ce qui avait faillit lui arrivé déjà plusieurs fois, lorsque la nouvelle de la mort de son frère était encore récente et qu'elle commençait à peine à s'en remettre et à vouloir connaître les circonstances de son assassinat, elle se maitrisait plutôt mal et perdait rapidement tout sang-froid au grand dam des policiers qui subissaient, il fallait bien l'avouer, beaucoup avec Olivia. Mais ce que Olie s'efforçait de contenir depuis le début de sa rencontre avec Dwayne dépassait aisément ses capacités, pourtant on ne pouvait pas dire qu'elle n'avait pas essayé de se contenir, mais maintenant on ne pouvait plus rien espérer d'elle. Si on jugeait objectivement on pouvait dire que la jeune femme aurait eu tout les droits de perdre son calme devant Dwayne, pour lui avoir menti durant toute la durée de leur relation et de n'avoir même pas eu assez de courage après pour le lui avouer, il avait dû être prit au piège pour lui avouer un début de vérité, mais Olivia voulait d'abord entendre le jeune homme lui racontait tout de son point de vue avant de lacher complètement prise sur sa colère, il y avait au moins un avantage à avoir passé autant de temps à s'exercer à garder son calme c'est que maintenant elle pouvait avoir assez de patience pour écouter quelqu'un déblatérer, enfin non sans avoir envie de l'étrangler -On se refait pas -

    « On t’a forcément donné une explication ou dit quelque chose … Et je pourrai pas t’éclairer tant que tu m’auras pas donné de point de départ. » Olivia aurait préféré que Dwayne ne l'oblige pas à ressasser les mauvais souvenirs que ceux qu'elle allait devoir se rappeler, elle ne voyait pas l'intérêt surtout si le jeune homme connaissait déjà les explications qu'avait fournit la police à Olivia, mais elle se plia à sa demande avec l'espoir que cette fois ci il ne tourne pas autour du pot trop longtemps. « L'explication à deux balles qu'on donne pour se débarrasser de personnes voulant une réelle explication … Comme Owen a été tuer dans un quartier réputé pour être un marché de la drogue, les policiers en on conclus évidemment qu'il était là à cause de ça qu'il ...» Olie s'interrompit un instant, le dire à haute était beaucoup plus difficile que se qu'elle aurait imaginé, le simple fait de le penser lui donner déjà un sentiment de révolte, elle prit une longue inspiration avant de finir sa phrase qui lui coûtait de la finir.« Qu'il faisait parti, comme les autres, du trafic de drogue … On a même dit qu'il était un dealer … » Olivia avait vraiment eu du mal à terminer sa phrase, malgré le fait que cela ce soit passé il y a trois ans, le mal que cela lui faisait était toujours aussi présent et empirait même parfois. La jeune femme avait pendant un moment détourné son regard de celui de Dwayne, elle ne voulait pas qu'il surprenne dans ses yeux toute la mélancolie qu'avait ramené à la surface la mention de l'explication foireuse que lui avait fournit les policiers de Miami.


Après avoir été sûre qu'elle avait complètement effacé toute trace de sa tristesse de son visage, Olivia se retourna pour refaire face au jeune homme. Lui ne semblait avoir aucune peine à dissimuler ce qu'il ressentait ou penser, une chose qui déstabilisait beaucoup la jeune femme, elle qui avait tellement de mal à cacher son irritation quand lui semblait être de marbre même face aux « presque » agression verbales qu'elle lui lançait, il ne paraissait pas être touché, ce qui en plus de la déstabilisait, la rendait encore plus furieuse contre lui, elle avait le sentiment qu'il s'en fichait, qu'il n'en avait rien à faire d'elle ni de ses émotions ni de ce qu'elle pouvait bien avoir subit depuis la dernière fois qu'il l'avait vu... C'était en partie pour cela qu'elle lui avait dit qu'il ne pouvait plus espérer d'elle la moindre once de confiance et pourtant, elle voulait croire qu'il avait toujours assez de conscience pour ne pas lui mentir quand elle lui demandait des explications sur la mort de son frère, elle pouvait tolérer le fait qu'il l'ai trahi et menti sur le fondement de leur relation amoureuse mais elle ne pouvait pas supporter le fait de savoir qu'il ai pu connaître des choses dont elle ignorait l'existence à propos de son frère. C'était plutôt difficile à décrire comme sensation pour elle mais elle avait comme une certitude que si cela avait à faire à Owen, Dwayne ne lui mentirait pas, d'ailleurs elle en avait eu le cœur nette en entendant la façon dont il lui avait répondu à la réflexion qu'elle avait eu sur sa sincérité, mais elle ne regrettait pas de l'avoir dite, ainsi elle pouvait être certaine de lui avoir bien fait passer le message, à savoir qu'elle le croyait juste assez pour pouvoir entendre de sa bouche ce dont elle devait savoir sur son frère mais qu'il n'espère pas qu'elle le croit si jamais il osait aborder le sujet de la manière de laquelle il l'avait laissé tomber, il ne ferait que s'engageait sur une pente glissante qui n'apporterait rien de bon à la jeune femme, ni à lui.

    « Et parce que c’est trop tard je dois faire comme si ça m’importait pas ? » Olivia avait laissé couler la première remarque de Dwayne, ne voulant plus s'attardait sur ce qu'elle considérait être maintenant des faits sans importance pour elle ni pour son enquête, mais ce que venait de dire Dwayne l'avait agacé, elle ne voulait pas s'attarder sur ce genre de conversations mais elle ne pouvait pas laisser le dernier mot au jeune homme, pas avec cette phrase et c'est avec un ton de reproche et offensif qu'elle lâcha « Tu t'en fichait bien pendant ces trois ans, non ? » Olivia avait prit soin de bien fixer le regard du jeune homme en lui adressant un regard noir qui pesait lourd de sens avec ce qu'elle venait de dire et qui signifiait clairement qu'elle ne voulait plus parler de ce sujet, du moins pas pour l'instant.


Olivia était arrivée à un point où elle n'essayait même plus de cacher son agacement face à Dwayne, elle prenait chaque occasion qu'elle avait pour lui envoyer des phrases qui, elle l'espérait, le touchait un tant soit peu, elle ne voulait pas être la seule à qui cette rencontre lui faisait refaire vivre tout les sentiments qu'elle aurait voulu enrayé de son cœur, des sentiments qui étaient restés latentes jusqu'à quelques instants et qui maintenant étaient en ébullitions en elle. Olivia aurait eu du mal à précisément dire pourquoi elle en voulait autant au jeune homme, elle ne savait elle même pas si elle lui en voulait pour l'histoire de son frère ou bien pour leur histoire à eux, il avait fait tellement de choses qui blessait la jeune femme et surement autant dont elle ignorait l'existence, que d'essayer de se raisonner pour de faire taire ses ressentiments était peine perdu et d'un coté, avoir enfin la possibilité de jeter en pleine face tout ce qu'elle avait sur le cœur depuis aussi longtemps, ravivait l'envie qu'elle avait à rester planter en face de Dwayne.

    « Si tu veux l’histoire en entier je peux te la raconter, en commençant par le début, mon début tout du moins … Mais pour ça j’ai besoin que tu me promettes plusieurs choses » Olie ne réagissait pas très bien face aux chantages et ce que venait de dire le jeune homme y ressemblait fortement ce qui ne faisait qu'accroître l'énervement de celle ci, il n'était pas en position de négocier avec elle ou de lui imposait ses désirs, mais d'un autre coté Olivia pensait qu'elle n'était pas en position de refuser ces conditions, elle n'avait plus que Dwayne pour l'éclairer dans son enquête alors elle se devait de faire des concessions. « Je veux savoir ce qui s'est passé et si ça veut dire te faire des promesses alors je l'ferais … »La jeune femme alla se poster juste en face de son bureau, attendant maintenant de voir quelles étaient les promesses qu'elle aurait à tenir pour enfin avoir un début de réponse de la part de Dwayne, elle se demandait ce qu'il pourrait bien lui demander de promettre, il y a trois de cela elle aurait surement était capable de deviner ce que Leslie avait en tête mais aujourd'hui avec Dwayne devant elle, elle n'était plus sûre de rien ...


C'est court, c'est moche et je suis désolée ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Ven 16 Juil - 12:24

Dwayne voyait bien que pour Olivia répondre à ses questions et ne pas broncher face aux « exigences » qu’il avait envers elle relevait de l’effort surhumain. Et il savait depuis le temps que faire ce genre de sacrifice n’était pour elle pas chose facile, aussi il avait ainsi la preuve qu’elle ne désirait rien de plus que ses explications et la vérité, enfin. Cependant Dwayne se surprit à penser que si elle connaissait réellement la vérité en question elle n’en redemanderait pas, toute vérité n’était assurément pas bonne à dire et encore plus à une personne aussi susceptible et impulsive qu’Olivia. A vrai dire la question qu’il venait de lui poser était beaucoup plus une formalité, un moyen de confirmer quelque chose dont il se doutait déjà un peu … La vérité c’est qu’il ne pensait aucunement que la police avait menti à Olivia, pour la simple et bonne raison qu’elle n’aurait eut aucun réel intérêt à le faire. Non, ils avaient sans aucun doute du lui dire ce qu’ils pensaient être la vérité, de façon un peu brusque ou rude peut-être mais il s’agissait tout de même de la vérité. Une vérité que la jeune femme ne devait simplement pas accepter, ça Dwayne en était certain, il en aurait mis sa main à couper.
Pouvait-on lui reprocher d’avoir cette image idéalisée de son frère en tête ? Dwayne ne le pensait pas, parce qu’il avait pu se rendre compte par lui-même du mensonge perpétuel dans lequel vivait Owen depuis des années à l’égard de sa sœur. Comment aurait-elle pu s’imaginer un seul instant que son frère était tout sauf le gentil garagiste qu’il avait toujours prétendu être ? C’était remettre en cause tout ce qu’elle croyait à propos de la seule famille qui lui restait, et pour avoir partagé sa vie pendant une année entière Dwayne savait maintenant très bien qu’Olivia avait une telle confiance en son frère qu’il était impossible qu’elle ai cru un seul mot de ce que les policiers de Miami avaient du lui dire …

    « L’explication à deux balles qu’on donne pour se débarrasser des personnes voulant une réelle explication … Comme quoi Owen a été tué dans un quartier réputé pour être un marché de la drogue, les policiers en ont conclu évidemment qu’il était là à cause de ça qu’il … » Dwayne se forçait à ne plus détourner son regard de la jeune femme, mais cette fois-ci ce fut elle qui pendant quelques instants n’osa plus le regarder dans les yeux, essayant de toute évidence de cacher la difficulté qu’elle avait à évoquer la mauvaise réputation qu’on prêtait à Owen. « Qu’il faisait partie, comme les autres, du trafic de drogue … On a même dit qu’il était un dealer … »

C’était donc bien ce qu’il craignait. Et le pire c’est qu’il n’arrivait pas à blâmer les policiers de Miami, pour la simple et bonne raison qu’il avait lui aussi pensé de cette manière et mis tous les dealers dans le même panier sans se poser de question. Il fut une époque ou malheureusement si une personne comme Olivia s’était présentée à lui il lui aurait adressé exactement le même discours, se disant sans la moindre hésitation que son interlocutrice était soit beaucoup trop naïve, soit très bonne actrice. Depuis qu’il avait rencontré Owen notre policier faisait beaucoup moins cet amalgame, cette sorte de raccourci qui lui faisait mettre tous les dealers dans le même sac, mais il comprenait sans mal que d’autres n’en fasse pas autant, on croisait rarement des dealers comme Owen, avec une conscience.
Mais que pouvait-il répondre à Olivia ? Que pouvait-il lui dire de plus que ce qu’elle avait déjà entendu ? Et si elle n’avait pas cru les autres policiers pourquoi le croirait-elle lui, elle avait encore moins de raisons de lui faire confiance qu’à un autre …

    « C’est … C’est pas vraiment ce qui s’est passé mais … y’a une part de vrai dans tout ça » Il avait longuement hésité, ne sachant pas du tout quelle serait la réaction de la jeune femme. Elle le détestait déjà et voilà que maintenant il corroborait ce qu’elle se refusait à croire, il salissait un peu plus la mémoire déjà entachée d’Owen. Mais elle avait demandé la vérité, alors elle allait devoir être prête à l’entendre. « J’suis désolé Olie … J’suis pas le seul à avoir menti. »

Cette fois-ci c’était lui qui n’osait plus la regarder dans les yeux, il ne voulait pas voir l’expression qui apparaitrait sur son visage en réalisant qu’elle avait fait preuve de naïveté et que Dwayne, Leslie ou quelque soit le prénom n’était pas le seul à l’avoir berné. Dwayne se sentait tellement responsable de ce qui était arrivé à Owen, pas des choix qu’il avait fait par lui-même mais de la façon dont les choses s’étaient terminées pour lui. Le frère d’Olivia n’avait jamais mérité cela, d’ailleurs ce qui s’était produit le soir de sa mort n’aurait jamais du arriver, même si Dwayne savait aussi que c’était parce que les évènements avaient été ainsi qu’il était là aujourd’hui.

Lorsqu’il avait enfin relevé les yeux vers Olivia il n’y avait vu que de la colère, une colère toute dirigée contre lui et qu’il ne savait pas comment il allait pouvoir gérer. Il s’était résigné à l’idée de ne jamais revoir Olivia, de ne jamais retourner à Miami, et de laisser tout ça derrière lui, aussi était-il totalement pris au dépourvu. Il ne savait pas comment réagir pour la simple raison qu’il n’avait jamais envisagé que cette éventualité puisse se produire, contrairement à Olivia qui semblait-elle avoir répété le scénario dans sa tête des dizaines de fois, comme si le jour où elle pourrait déverser sa colère contre Leslie était une partie majeure de son emploi du temps.

    « Tu t’en fichais bien pendant ces trois ans non ? » Si seulement. Si seulement ce n’était pas a tel point qu’il lui arrivait encore aujourd’hui de se réveiller parfois en pleine nuit après avoir rêvé une nouvelle fois des évènements qui l’avaient conduit à disparaitre de Miami. « C’est pas aussi simple … Si je m’en fichais réellement tu penses que tu serais dans ce bureau, assise en face de moi ? »

Il essayait de ne pas le laisser paraitre, mais la phrase de la jeune femme l’avait beaucoup plus secoué qu’il n’y paraissait. Le fait qu’elle s’imagine pour de bon – avec raison valable il en était conscient – qu’il n’avait aucuns remords vis-à-vis de ce qui s’était passé et qu’il ne vivait pas rempli de regrets vis-à-vis d’elle c’est qu’elle n’avait plus confiance en lui certes, mais surtout qu’elle n’avait plus confiance en rien de ce qu’ils avaient vécu tous les deux. Et ça c’était beaucoup plus douloureux qu’il l’aurait souhaité, il prenait conscience du fait qu’il n’avait tiré un trait. Peut-être Alexia avait-elle raison dans un sens lorsqu’elle lui avait reproché de vivre avec un passé trop lourd à porter pour deux personnes … Et c’était vrai, il ne pouvait pas demander à Alexia ou à quelqu’un d’autre de porter le fardeau de ses regrets liés à Olivia et Owen, mais il ne pouvait pas pour autant simplement se débarrasser de ce poids et passer à autre chose.
Il savait que pour sa relation avec Olivia il n’y avait plus aucun espoir, jamais elle ne lui pardonnerait, mais le moins qu’il pouvait faire était donc d’essayer de lui faire comprendre qu’il n’avait jamais eut pour but de lui faire du mal, qu’il aurait préféré mille fois que les choses se soient terminées autrement pour Owen, pour lui, pour elle, pour leur couple … Et par-dessus tout encore, il devait tenir la promesse qu’il avait fait à Owen. Il avait une dette envers lui, une dette qui ne s’effaçait pas sous prétexte qu’Owen était mort, et Dwayne lui devait au moins ça après tout ce qu’Owen avait fait pour lui. Voilà pourquoi il avait demandé à Olivia qu’elle aussi lui promette quelque chose si elle soutait réellement avoir la vérité sur ce qui était arrivé à son frère mais également sur le pourquoi c’était arrivé et sur le lien qui reliait Dwayne à tout cela.

    « Je veux savoir ce qui s’est passé, et si ça veut dire te faire des promesses alors je l’ferais … » Il avait conscience de l’effort que lui demandait le fait de faire une promesse à l’homme qui l’avait trahi. Olivia n’était pas quelqu’un qui pardonnait facilement, Dwayne le savait pertinemment, et qu’elle accepte signifiait donc beaucoup pour lui, il ne pouvait pas la décevoir, maintenant il se devait de lui raconter la vérité. « Je veux que tu me promettes que quoi que je te dise tu n’essayeras pas de me faire avouer que c’est faux. J’ai plus aucunes raisons de te mentir maintenant, et je te dois bien la vérité … » Il essayait déjà à l’avance de la prévenir du fait qu’elle risquait d’entendre des choses qui n’allaient pas lui plaire, tout comme ce que lui avait dit la police de Miami. « Et je veux que tu me promettes que quoi qu’il arrive, quoi que je te dise … Tu n’en voudras pas à ton frère. Tu peux me blâmer autant que tu veux, mais pas lui … »

Bien sûr Owen avait fait des erreurs, bien sûr il avait menti, mais ce que Dwayne savait avant tout c’était que peu importe les mensonges, Olivia avait toujours été la personne la plus importe qui soit aux yeux de son frère. Il suffisait de le voir parler d’elle, c’était son trésor, la chose la plus précieuse qui soit et rien n’était trop beau pour elle. C’était ce qu’Olivia devait se rappeler d’Owen, elle devait se rappeler de son frère comme de quelqu’un qui l’aimait plus que tout et qui aurait été capable de n’importe quoi pour elle … Il ne voulait pas qu’elle associe par la suite Owen à tout ce qu’il allait lui dire – et il allait garder certaines choses pour lui – et qu’elle lui en veuille.

HS ; on fait un concours là je crois T_T

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Ven 30 Juil - 5:20

Regardant Dwayne adossé sur la fenêtre derrière son bureau, Olivia se posait de multiples questions, des plus élémentaires auxquels elle avait pensé et repensé pendant trois ans aux plus imprévus qu’elle avait enfoui dans son esprit qui lui embrouillait encore plus son esprit qu’autre chose. La jeune femme n’arrivait pas à se comporter –ou du moins à paraître- de la manière dont elle aurait souhaité devant le jeune homme, elle aurait voulu montrer le plus d’assurance possible et de la confiance en soi, et sans vraiment se l’avouer, de l’indifférence à son égard mais au lieu de cela, elle avait plutôt l’impression de lui laisser voir la partie la plus vulnérable de son être, peut-être qu’elle avait cette sensation parce que justement trois années auparavant elle lui avait ouvert son cœur pensant le connaître assez pour cela et avait eu une confiance totale en lui mais aujourd’hui elle avait juste la conviction d’avoir été bernée comme on jouerait d’un enfant trop naïf. Naïve, elle l’avait été et elle le regrettait amèrement maintenant mais ce qui était sure c’est qu’elle ne l’était plus et ne comptait plus se faire avoir comme elle l’avait été par le passé.
 
    « C’est … Ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé mais … y a une part de vrai dans tout ça » Olivia avait beau avoir répété dans son esprit des centaines de fois que peu importe qui ou comment on lui répondrait à ce genre de questions, elle ne perdrait pas de vue la raison principale de sa venue et ne réagirait pas excessivement et elle comptait bien se tenir à cela aussi longtemps et ardemment que son mauvais caractère lui permettrait même si cela devait signifiait remettre à plus tard les explications qu’elle exigerait de Dwayne concernant leur relation passé. « J’suis désolé Olie … J’suis pas le seul à avoir menti. »  La promesse que c’était faite Olie n’allait pas durée maintenant qu’elle avait entendu ce que venait de dire le jeune homme. Il n’y avait plus de retour possible, elle était définitivement en colère. Contre Dwayne mais aussi contre elle même, sa phrase était limpide de sens et elle comprenait bien à ce moment qu'il n'était pas le seul à avoir cacher quelque chose, elle sentait que son sentiment de trahison serait son fardeau quotidien et que ce serait sa punition pour avoir été crédule par le passé.
     « Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » Elle avait posé cette question plus par dépit que par réelle envie de connaître la vérité, car sur ce point elle savait déjà ce que les paroles de Dwayne impliquait, si tant est que cela soit vrai mais il lui avait répété plusieurs fois depuis le début de leur conversation qu’il n’avait pas l’intention de lui mentir et avait fini par le croire même si cela aurait été difficile pour elle de se l’admettre. Olivia avait quand même veillé à ce que le ton qu’elle employait avec elle était le plus sec et dur possible, Dwayne ne méritait pas qu’elle tienne sa promesse, lui n’en avait tenu aucune qu’il lui avait faite il y a trois ans…

 
Un moment s’était écoulé et la colère d’Olivia ne s’était pas pour autant apaiser ou tempérer, c’était même le contraire, plus elle posait son regard sur le jeune homme, plus tout ce qu’elle avait refoulé comme ressentiment et amertume envers lui refaisait surface, ce n’était pas seulement à cause de ce qui c’était passé avec son frère mais aussi de comment leur histoire avait finit, elle n’avait pas eu le temps de vraiment digérer sa rupture, étant restée sous le coup de la mort d’Owen, pour elle avoir été plaquer n’était qu’un « bonus » au désastre qu’était devenue sa vie dès lors et n’avait pas réellement vidé son cœur de tout les ressentiments qu’on pouvait ressentir après une rupture comme celle qu'elle avait vécu.

    « C’est pas aussi simple … Si je m’en fichais réellement tu penses que tu serais dans ce bureau, assise en face de moi ? » Olivia ne comprenait pas pourquoi Dwayne s'obstinait à vouloir continuer cette discussion. Elle pensait pourtant avoir été assez clair et avait usé d'un ton ferme et dure qui ne laissait pas beaucoup d'options quant à ce qu'elle souhaitait lui faire passer comme message, Olie ne voulait pas s'attarder davantage sur ce sujet qu'elle trouvait inutile et qui ne ferait en rien avancer ce pourquoi elle avait fait tout ce chemin, pour elle, cela allait juste faire remonter d'autres sentiments refoulés qu'elle ne pourrait surement pas gérer, déjà que Dwayne lui avait fait perdre le peu de calme qui lui rester. « Qu'est-ce que j'en sais, t'as bien réussi à prétendre que tu t'en souciais avant alors ! »


Olivia espérait qu'avec ce qu'elle venait de lui dire, Dwayne comprendrait qu'elle ne souhaitait plus continuer à parler de ce sujet, son opinion était arrêtée sur ce qu'elle pensait à présent de lui et ce n'était pas en essayant de la convaincre du contraire qu'elle allait changer d'avis et commencerait à croire qu'en effet, quand il disait regrettait avoir agit comme il l'avait fait avec elle et avec son frère et qu'il n'avait jamais cessé d'y repenser depuis ces trois ans, Olivia n'y aurait même pas cru de toute façon. Pour elle, quoiqu'on fasse on le faisait toujours parce qu'on le décidait et à la fin on devait prendre les responsabilités de ses actes peu importe le résultat, alors peu importe qu'il lui demandait son pardon maintenant, s'il connaissait toujours aussi bien Olie il savait qu'il ne valait mieux pas essayer, elle n'avait pas un caractère facile et le pardon ne faisait pas partie de ses qualités. La rancune d'un autre coté, était l'un des traits de caractère qui dominait le plus chez la jeune femme, cela et aussi une forte tendance à céder à la colère...

    « Je veux que tu me promettes que quoi que je te dise tu n’essayeras pas de me faire avouer que c’est faux. J’ai plus aucunes raisons de te mentir maintenant, et je te dois bien la vérité … » Olie avait eu beaucoup de mal à se faire à l'idée de se pliait aux exigences du jeune homme, encore plus lorsqu'il ne lui laissait pas le choix comme à l'instant, c'était soit acceptée soit rentrée à Miami bredouille, ce qui n'était pas du tout une option envisageable pour la jeune femme, alors elle avait cédé. Entre les quelques secondes qui s'étaient écoulées, Olivia avait passé en revu toutes les choses possible et imaginable qu'aurait pu lui demander Dwayne, allant jusqu'au plus improbable et avait été moins surprise qu'elle ne l'aurait cru. « J'peux te promettre ça, après tout c'est moi qui t'ai demandé la vérité ... » Elle avait essayé de paraître la moins agressive possible en lui disant cela, car elle savait que si elle ne prenait pas un ton calme il penserait qu'elle n'était pas sincère et qu'il refuserait de lui parler et elle avait travaillé trop dure c'est dernières années pour voir sa chance lui filer sous le nez sous prétexte qu'elle s'était montrée -une fois encore- trop agressive.« Et je veux que tu me promettes que quoi qu’il arrive, quoi que je te dise … Tu n’en voudras pas à ton frère. Tu peux me blâmer autant que tu veux, mais pas lui … » Dwayne avait prit un ton différent de celui précédemment, Olie ne comprenait pas très bien pourquoi est-ce qu'il voulait qu'elle lui promettes une chose pareil, pour elle il était évident qu'elle n'en voudrait jamais à son frère, il était la seule famille qui lui restait et l'avait élevé après la mort de leur parents et avait prit soin d'elle, grâce à lui elle n'avait jamais manqué de quoique ce soit et avait pu vivre avec tout l'amour que pouvait porter un frère à sa sœur, voire même plus, il avait réussi à compenser la disparition de ses parents. Olivia était aussi la seule famille qui lui restait donc il était logique qu'il la protège et qu'il prenne soin d'elle, avec une relation comme la leur ils savaient tout les deux qu'ils pouvaient toujours avoir confiance en l'autre, peu importe les circonstances, ils étaient toujours honnêtes l'un vers l'autre...« Pourquoi je... Bien, j'te promets ! »


Olivia n'avait sûrement pas mesuré tout l'étendu de ce que voulait dire Dwayne avec sa dernière phrase, mais c'était toujours la même chose avec la jeune femme, elle était impulsive et agissait en fonction de ses sentiments dans la plupart des moments, parfois à tord mais elle ne pouvait pas faire grand chose à propos de cela, c'était dans ses gènes et elle en payait le prix fort après, comme avec Dwayne ou bien encore avec Owen...

HS : Je pense qu'avec celui là j'ai gagné la médaille haut la main ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Dim 29 Aoû - 22:20

    « Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » Ce qu’il voulait dire par le fait que contrairement à ce qu’elle s’était imaginée pendant trois ans, il n’était pas le seul à lui avoir caché la vérité ? Il pourrait être plus précis certes, mais il estimait que le seul moyen de le faire serait de lui cracher de façon bien trop cash une vérité qui n’allait pas être facile à entendre pour elle. Malheureusement elle n’allait pas tarder à découvrir que Dwayne n’était pas le seul à avoir abusé de sa confiance, et que cette fois-ci elle aurait bien plus mal que lorsqu’il s’était agi de faire une croix sur une relation de quelques mois seulement. « Juste … Ecoute, une chose à la fois, d’accord … »

Si il voulait qu’elle l’écoute jusqu’à la fin il était nécessaire qu’elle apprenne les choses dans l’ordre et en commençant par le début. Il ne pouvait décemment pas lui balancer à la figure le mensonge d’Owen sans aucunes explications pour aller avec, sinon il n’avait plus aucunes chances ensuite qu’elle écoute le reste de ce qu’il avait à lui dire. D’autant plus que la convaincre qu’il ne se foutait pas totalement des conséquences de ce qu’il allait balancer serait déjà difficile, mais ça il l’avait cherché … Bien sûr qu’il regrettait, bien sûr qu’il aurait préféré ne pas lui faire de mal, bien sûr qu’il aurait tenté n’importe quoi pour que les choses se terminent différemment pour Owen. Mais après la façon dont il avait joué avec sa confiance et dont il l’avait trahi pouvait-il réellement espérer qu’elle le croit ? Non, bien sûr. Il ne méritait pas qu’elle lui fasse confiance, pas même là-dessus, quand bien même il s’agissait de la stricte vérité il ne pouvait pas exiger d’elle qu’elle accorde du crédit à ce qu’il allait dire. Cette discussion finirait mal sans le moindre doute, et tout ce que Dwayne pouvait espérer c’est qu’une fois qu’elle serait à nouveau seule et qu’elle aurait eut le temps d’y réfléchir et de prendre du recul, Olivia comprendrait qu’aussi difficile cela puisse être à croire, il n’aspirait plus à rien d’autre que la vérité, celle qu’il était en mesure de lui révéler, celle qu’il lui devait de façon tout à fait légitime.

    « Qu’est-ce que j’en sais, t’as bien réussi à prétendre que tu t’en souciais avant alors ! » Sans doute parce qu’il s’en souciait déjà avant, comme elle venait de le faire remarquer. Mais inutile de répondre à cela, rien de ce qu’il dirait ne la ferait changer d’avis, et sans doute était-ce mieux de ne pas chercher à verser du sel sur leurs plaies à tous les deux. « J’te demande pas de me croire, pense ce que tu veux Olie…via » Dur retour à la réalité, il avait été tellement habitué autrefois à utiliser le diminutif de la jeune femme qu’il avait remarqué un peu tard son lapsus.

Laissons là le sujet sur la confiance, elle le prenait pour un sale type sans cœur ni conscience et c’était peut-être mieux ainsi. D’autant plus que Dwayne s’était déjà de nombreuses fois dit que s’il avait accepté si facilement cette infiltration c’était que sa conscience ne lui avait pas dicté grand-chose … Il aurait bien été prêt à n’importe quoi qui soit à la fois dangereux et excitant, pourvu que cela lui permette de mettre ses propres problèmes de côté. Après le fait que cela puisse entrainer des problèmes pour d’autres ne lui avait même pas traversé l’esprit, il avait été égoïste maintenant il s’en rendait compte, et sa haine pour les dealers de façon générale l’avait d’autant plus aveuglé.
Pas la peine de retourner le problème dans tous les sens pendant une éternité donc, qu’il lui dise ce qu’elle devait savoir et qu’on en finisse. Après quoi elle aurait de nouvelles raisons de le détester, de quoi la persuader pour de bon de rentrer chez elle à Miami et de ne jamais recroiser sa route par la suite … Quant à l’hypothèse selon laquelle elle pourrait chercher à se venger, disons qu’il préférait ne pas y penser pour le moment, mais que cela deviendrait inévitablement un problème qu’il conviendrait de régler au plus vite. Olivia, un « problème à régler au plus vite », c’était tellement ridicule … C’était toujours la même Olivia, celle qu’il avait fréquenté pendant dix-huit mois, celle dont il avait partagé la vie pendant près d’un an, celle qu’il avait appris à connaitre et à apprécier, celle à laquelle il s’était trop vite attaché, celle dont il était malgré tous ses efforts finalement tombé amoureux … celle dont il avait trahi la confiance, cette même confiance qu’il avait eut tant de mal à gagner. Tout ça parce qu’il avait eut besoin à une époque de se jeter dans la gueule du loup pour fuir ses problèmes. Jouer avec les sentiments des autres pour camoufler sa propre lâcheté, c’était à se demander comment il réussissait encore à se regarder dans une glace le matin. Comme on le voyait donc, nul besoin de s’acharner sur Dwayne pour lui faire comprendre qu’il n’était qu’un imbécile doublé d’un lâche, il savait très bien s’auto-flageller à ce sujet.

Lui donner cette vérité qu’elle attendait tellement et prier pour qu’après ça son passé le laisse enfin en paix, c’était tout ce qu’il pouvait souhaiter désormais. Aussi cherchait-il déjà dans sa tête comment présenter les choses pour qu’elles ne paraissent pas trop difficiles à entendre pour elle, tandis qu’elle répondait d’une voix qui cachait somme tout assez mal son manque de patience aux exigences qu’il lui avait posé quelques instants plus tôt.

    « J’peux te promettre ça, après tout c’est moi qui t’ai demandé la vérité … » Et elle n’imaginait pas encore comme cette promesse allait être difficile à tenir pour elle. Elle était à n’en pas douter à mille lieux de se douter de certaines choses qu’il allait lui révéler, et tenir Dwayne pour un menteur plutôt que de s’avouer la vérité à elle-même serait alors tellement plus simple. « Pourquoi je … Bien, j’te promets ! » Déjà la voix de la jeune femme se faisait plus hésitante, sans doute se posait-elle déjà des questions … Bien sûr dans son esprit elle ne s’imaginait pas avoir quoi que ce soit à reprocher à Owen, et Dwayne s’imaginait déjà à peu près à quel point …

Flash-Back

Citation :
Fin de journée au garage où travaillaient entre autres Owen Knighton, et plus récemment Leslie Cooper. Enfin, fin de journée en ce qui concernait l’activité officielle du garage, c'est-à-dire comme on s’en doute de réparer des voitures. Mais pour ce qui était de l’autre activité de la place, ce n’était que le début de la journée, ou de la nuit comme on voudra. Y’avait-il un seul des employé du garage qui ignore le trafic qui se tramait ici une fois la nuit tombée ? Leslie avait rapidement découvert que non. Ils en étaient tous là, trempés jusqu’au cou dans les embrouilles du patron, mais parce qu’ils le voulaient bien cela dit … L’option vendeur de came était comme qui dirait une mention obligatoire sur le CV pour être embauché ici.
En ce qui concernait Leslie, il avait été engagé ici voilà un peu moins de deux mois, et après une période d’essai sans doute destinée à le tester – bien qu’ayant fait comme si de rien n’était il ne lui avait pas fallut longtemps pour comprendre qu’il était suivi et qu’on avait entre autres installé un mouchard sur son ordinateur – il avait très rapidement été mis dans le bain. Ce qui consistait ce soir à aider Owen à mettre la marchandise en lieu sûr ; Cette marchandise qu’un client important – du moins c’est ce qu’avait compris Leslie – viendrait récupérer demain en début de matinée. Et en terme de lieu sûr on ne pensait pas forcément à la carrosserie d’une portière de voiture … Mais qu’on y pense pas, c’était justement le but non ?

    « Et toi, des frères et sœur ? » Posant sa question Owen avait balancé à Leslie un paquet de poudre brune, comme s’il s’était agi d’un vulgaire sac de sucre. « Non, dieu merci. » Leslie était allergique à la notion de famille, ou tout du moins c’était ce qu’il laissait croire. « Et toi ? Une sœur c’est ça ? » Comme si il ne connaissait pas déjà la réponse … Ce n’était pas du tout comme si il s’était renseigné avant, mais non. « Yep, une pequeña hermana » répondit-il en se saisissait lui-même d’un autre paquet de poudre. Il adorait caser des expressions en espagnol partout, ça Leslie l’avait très vite remarqué. Tout comme il avait remarqué la douceur de la voix d’Owen lorsqu’il parlait de sa précieuse petite sœur. « Et la pequeña … Elle sait ? J’veux dire, pour ton « double-emploi » si on peut appeler ça comme ça ? »

Pour avoir déjà rencontré Olivia à l’insu de son frangin il y a quelques jours, il n’avait pas eut l’impression qu’elle soit du genre à se salir les mains dans ce genre de choses, mais cela dit s’il pouvait avoir la réponse de la part du frère plutôt que de devoir enquêter dans son coin, ce serait un gain de temps précieux. D’autant plus qu’il avait prévu de revenir à la charge avec la dénommée Olivia d’ici deux ou trois jours, le temps de la laisser mariner un peu, alors se renseigner sur ce genre de trucs ne serait pas de trop s’il souhaitait monter un scénario convenable pour qu’elle se laisse rapidement attraper.

    « Tu veux rire ? Elle me tuerait si elle savait ça, littéralement. Et crois-moi je crains beaucoup plus les foudres de son sale caractère que celles du boss » répondit-il en lâchant un léger rire pour accompagner sa plaisanterie. Ainsi la jolie Olivia ne savait rien à propos du trafic auquel se livrait son frère ? En voilà une révélation intéressante. « Et t’as jamais eut peur qu’elle l’apprenne ? » Disant cela, il avait fini de fixer à l’aide de ruban adhésif son paquet sur le métal de la voiture. « Elle me fait bien trop confiance pour ça … Pour elle j’suis le bisounours le plus gentleman de la planète, enfin, tu vois le genre quoi. » Marquant une courte pause, il semblait hésiter avant d’ajouter « Lui mentir ça me plait pas, mais c’est pas avec mon salaire de mécano que j’vais lui payer sa fac’ alors »

A cette époque là Leslie avait encore bien trop d’à priori sur Owen pour que ce dernier lui paraisse autre chose qu’antipathique, mais cela dit il avait ce soir là appris quelque chose de capital pour la suite. La confiance semblait être ici au cœur du problème et de toute évidence si Olivia venait à apprendre la vérité sur son frangin, il y avait un risque de déclenchement de troisième guerre mondiale. Restait à savoir maintenant si Leslie saurait tirer cette information à son avantage.
Fin du Flash-Back

    « Dans ce cas … » Prenant une grande bouffée d’air, comme si pour lui étaler toute la vérité de ses agissements revenait à une plongée en apnée, il quitta la vitre contre laquelle il était encore adossé et se laissa retomber sur sa chaise de bureau, face à Olivia.

Il était à ce stade là confronté à un premier problème : Il ne savait pas s’il valait mieux raconter les choses de son propre point de vue ou bien de celui d’Owen. De celui d’Owen il avait plus de chances de capter l’attention d’Olivia, mais il n’était pas certain de pouvoir caser l’ensemble de la vérité ; De son point de vue à lui il craignait qu’Olivia ne perde trop rapidement patience et ne lui mette sur le dos plus que ce qu’il méritait, mais il saurait où il allait. Finalement ce fut son malaise à parler à la place d’Owen qui le persuada de rester sur son propre point de vue ; Owen n’était plus là pour s’expliquer ou se défendre, il ne pouvait pas lui faire ça.

    « Y’a presque quatre ans j’ai été contacté par la DEA, ils m’ont fait une offre d’emploi disons … particulière. » Et qui avait poussé Dwayne à la méfiance, bien qu’il ait vite baissé sa garde face à l’offre en question. « Le trafic de drogue entre la Floride et Cuba existe depuis des décennies mais ces dernières années il a fait énormément de victimes. Autant au niveau des trafiquants que des flics. Bref, le seul moyen de faire le ménage pour de bon, c’était de s’attaquer à la chose de l’intérieur … en infiltrant des flics au réseau, les yeux et les oreilles de la DEA en terrain miné en quelques sorte. » En terrain miné ce n’était pas une exagération, il y avait une raison au fait que les infiltrés étaient tous des asociaux sans relations stables et qui n’avaient pas grand-chose à perdre. « Plusieurs flics ont été approchés donc, dont moi. J’avais la motivation et pas grand-chose à perdre … alors j’ai accepté. Je savais pas vraiment où je mettais les pieds, j’avais déjà arrêté des dealers mais jamais sur leur propre terrain, jamais en ayant d’abord étudier leur façon de fonctionner. J’ai du suivre neuf mois de préparation pour parfaire mon truc et être crédible le moment venu, parce que crois-le ou non mais … mentir ça s’apprend, c’est pas un truc inné. » Il préférait préciser ce dernier détail, parce qu’il ne faisait aucun doute qu’Olivia le voyait déjà comme un horrible type né pour mentir et qui profitait de son intérêt là-dedans. Mais non, mentir sur soi-même et se faire passer pour quelqu’un d’autre cela s’apprenait, c’était beaucoup plus difficile qu’il y paraissait et ses neufs mois de préparations n’avaient pas été de tout repos c’était le moins que l’on puisse dire. « Se bâtir une nouvelle identité c’est le truc le plus difficile que j’ai jamais fait, ne pense pas que je me levai chaque matin en me disant que c’était facile, je pouvais jamais me reposer, je devais être sur mes gardes en permanence et même si ça te semblait pas être le cas des remords j’en ai eut beaucoup ... Bref. » Il s’égarait, pas la peine d’essayer à nouveau de la convaincre de son honnêteté, elle n’était pas là pour ça et lui avait toujours une vérité à dire. « Neuf mois après, j’ai débarqué à Miami. Affublé d’un prénom de nana, dans une ville que je n’avais jamais vu ailleurs que dans Les experts : Miami, et avec simplement pour commencer une adresse de garage. Celui de Owen donc, comme tu dois t’en douter. J’avais étudié chacune des personnes qui travaillait là-bas, tous des asociaux sans scrupules, sans famille, sans relations … Sans rien d’autre que la came qu’ils revendaient pour se faire du fric et remonter leur niveau de vie. Bref, difficile d’en trouver un assez influençable pour s’attirer sa confiance … Sauf un. Owen était le seul qui me paraissait accessible, le seul qui puisse éventuellement devenir malléable et facile à embrigader … Parce que c’était le seul qui avait une faiblesse de taille. Sa petite sœur. »

Il marqua une pause. Pour laisser à Olivia le temps d’assimiler tout ce qu’il venait de dire pour planter le décor de ses explications. Il essayait de raconter ça de façon la plus détachée possible, pour ne pas s’impliquer à nouveau trop dedans et pour ne pas perdre ainsi l’objectivité dont il avait besoin pour raconter à Olivia les choses telles qu’elles s’étaient passées. Il ne lui avait pas dit tel quel « Owen était un dealer » , du moins pas pour le moment. Tout ce qu’il venait de faire pour l’instant c’était d’avouer qu’il avait prévu dès le départ de se servir d’Owen, parce qu’il se trouvait avoir en la personne de sa sœur une faiblesse de taille. Dwayne savait qu’Olivia prendrait déjà sans aucun doute très mal de n’avoir été considérée – du moins au début – que comme un facteur de faiblesse pour son frère, et de voir que Dwayne s’était servi d’elle autant qu’il s’était servi d’Owen ne lui ferait pas plaisir non plus. Voilà pourquoi il préférait attendre un peu avant de s’attaquer aux mensonges d’Owen, il espérait qu’en donnant les informations petit à petit Olivia réussirait à contrôler un peu mieux sa colère.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Jeu 2 Sep - 4:42

    « Juste … Écoute, une chose à la fois, d’accord … » Olivia n'avait pas vraiment d'autres options que de céder à tout les désirs et les demandes que pouvait avoir Dwayne et Dieu seul sait à quel point céder aussi facilement pouvait énervée la jeune femme, elle qui prônait depuis petite le « je ne lâche jamais l'affaire avant d'avoir eu gain de cause » Là elle se sentait plus qu'inférieure et cela ne faisait qu'attiser son irritabilité déjà bien titillait depuis le début de leur conversation, mais elle se répétait qu'elle devait impérativement garder un semblant de calme ou sinon les chances pour que Dwayne lui donne la vérité s'amenuiserait.


La vérité. C'était une chose qu'elle avait cherché sans relâche pendant plus de trois ans et elle était tellement poche d'enfin l'avoir que bizarrement, elle commençait à douter. Elle avait toujours cru en la phrase qui disait que toutes les vérités étaient forcément bonnes à dire quoiqu'en disent certaines personnes, pour elle ceux qui disaient le contraire n'était rien d'autre que des lâches trop peureux pour affronter la réalité de la vérité qu'ils devaient avouer, elle avait grandit en pensant cela et ne s'était jamais posée de question à propos de cela mais en à peine quelques secondes, la pensée que peut-être toutes les vérités n'étaient pas faite pour être avouer s'imposa, ce qui réussit à semer le doute dans son esprit, mais cette pensée s'évapora bien vite en repensant à tout les efforts qu'elle avait fournit pour arriver jusqu'ici, son frère valait bien tout les sacrifices qu'elle avait fait et qu'elle continuerait de faire si cela devait être nécessaire.

    « J’te demande pas de me croire, pense ce que tu veux Olie…via » A voir comment Dwayne s'était rattrapé en prononçant son prénom, Olivia était maintenant sûre qu'il comprenait qu'il n'avait plus le bénéfice de prétendre avoir connu la jeune femme, elle même ne se considérait plus comme une personne l'ayant connu un jour, la déchéance avait été bien rapide chez elle et ne lui avait pas prit longtemps pour remettre une nouvelle étiquette sur le jeune homme, il était définitivement passé d'ex-petit ami à personne ayant un lien avec la mort de son frère et encore, ce n'était que pas pure générosité qu'elle ne l'avait pas directement catalogué comme l'homme qu'elle haïssait le plus. Pourtant l'entendre se rattrapait en l'appelant avait ajouté une touche encore plus amère à ce que ressentait déjà Olie vis à vis de leur relation avant de venir ici...


Fixant Dwayne pendant un moment, Olivia en était malgré elle arrivée à la même question qu'elle se posait bien souvent sans jamais trouver la moindre réponse qui lui paraissait être logique... "Comment j'ai pu tomber amoureuse d'un type comme lui ?" Il n'y avait pas sur terre une fille qui n'avait jamais posée cette question et suivant l'intonation dans laquelle on la posait elle pouvait amener différentes réponses mais pour Olie, aucune ne lui venait à l'esprit. Le ton sur lequel elle se posait cette question n'avait pas réellement changé depuis ces trois dernières années, sur un ton de tristesse au début, les premiers temps de leurs rupture et se chargeait de ressentiments à chaque nouvelle fois qu'elle y repensait et aujourd'hui on pouvait aisément déduire que le ton sous lequel elle se reposait cette fameuse question était bien au-delà de tout les ressentiments qu'elle avait pu amasser au cours de ses dernières années. Rien qu'avoir revu son visage, lui avait lancé en pleine face les souvenirs de la partie de sa vie qu'elle aurait bien aimé oublier, comme si cela avait été sa faute si les choses avaient mal tourné pour eux ou pour son frère. C'était plutôt ironique vu que la personne qui était censée ressentir ce genre de sentiments devait être lui pas elle et elle le détestait tellement pour ça à cet instant précis, elle qui se débâtait de toutes ses forces pour ne pas laisser ses sentiments la submerger, le voyait stoïque, impassible, ne montrant aucune faiblesse face à elle. Olivia ne pouvait s'empêcher de ressentir de la frustration par rapport à cela, elle avait l'impression que la seule personne dans ce bureau qui était touchée par ce qui se passait n'était qu'elle, même le chien aurait pu montrer plus se sentiments à son égard. Pendant un certain temps, surement pour échapper à ses tendances un peu trop dépressive, Olie repensait aux quatre vérités qu'elle aurait voulu balancer à Dwayne avant qu'il ne disparaisse en ne laissant derrière lui qu'une lettre lui promettant de ne plus jamais entendre parler de lui, à la manière dont elle aurait aimer que finisse les choses entre eux et ce n'était pas forcement de la manière dont pouvait s'imaginer Dwayne... Au lieu de cela elle ne pourrait que vivre avec l'amertume que lui avait laissée son expérience et qui revenait sans cesse comme un boomerang la frappait, lui rappelant la lâcheté qu'avait eue Dwayne et le courage qu'il lui avait manqué pour lui faire face à l'époque.

Plus les secondes passaient, plus l'impatience et l'anxiété grandissait dans l'esprit d'Olivia, elle avait déjà du céder à de futiles exigences dont elle ne voyait pas l'utilité et qui avait eu le don de l'exaspérer au premiers abord puis de la troublée. Quel était l'intérêt du jeune à lui faire promettre de telles choses ? La première raison qui vint à elle était celle du temps, il voulait en gagner pour savoir comment il allait faire pour répondre aux questions de la jeune femme sans que cela ne tourne mal, chose qui avait de forte chances d'arriver connaissant son caractère instable, il était aussi facile de calmer Olivia que de désamorcer une bombe, un mot de travers et sa colère se déverser sur vous sans aucun moyen d'y échapper et ça, Dwayne en était certainement conscient. Il avait d'ailleurs un avantage certain sur la jeune femme. Il l'a connaissait, il avait passé dix huit mois avec elle et savait comment elle pensait ce qui ne faisait qu'ajouter de l'irritation à la jeune femme qui depuis avoir découvert sa véritable identité avait prit conscience qu'elle avait en face d'elle un inconnu, elle n'était même plus capable reconnaitre les expressions qu'elle s'était amusée à graver dans sa mémoire. C'était une tout autre personne qui savait tout ou presque d'elle, ce qui était plutôt dure à avaler pour elle...


    « Dans ce cas … » Alors que lui prenait une grande bouffée d'air, Olivia, elle retenait son souffle. Elle allait enfin avoir ce dont elle avait tant cherché, que cela soit bon ou mauvais, il était trop tard pour se poser la question, elle avait voulu la vérité, Dwayne avait consenti à la lui donnait, elle n'avait plus qu'à l'écouter.



Dwayne commença à déballer ce qu'il avait à dire, toujours avec son air aussi détaché qui, il faut l'avouer, n'aidait pas sa cause auprès d'Olivia, il lui faisait penser à ces gars blasé qui n'avait rien de mieux à faire que de passer leurs soirées dans des bars miteux et raconter des histoires à qui voulait bien l'entendre. Quoique à cet instant, rien n'aurait pu jouer en la faveur du jeune homme, tout chez lui paraissait détestable pour Olie et ce n'était pas en parlant différemment que ca allait changer quelque chose. Alors elle le laissa continuer en assimilant du mieux possible tout ce qu'il disait. Comment il avait été embringuer dans cette affaire par la DEA tout d'abord ensuite les neuf mois qu'il avait passé pour changer d'identité et devenir le Leslie Cooper qu'elle avait connu et côtoyer pendant plus d'un an et demi. Elle écoutait et ne disait rien, elle n'aurait rien eu à dire de toute façon et elle savait que si jamais elle commençait à parler maintenant sa colère prendrait le dessus et qu'à la fin elle n'aurait même pas eu la chance d'entendre toute la vérité, pourtant l'envie de lui balancer une remarque assassine était forte, surtout lorsqu'elle l'écoutait lui dire que de mentir avait du être dure pour lui, il ne s'imaginait tout de même pas qu'elle allait avoir de la sympathie pour lui, pas après la manière dont il avait jouer avec elle et avec son frère, il pensait que c'était dur d'être celui qui mentait mais est-ce qu'il s'était ne serait-ce qu’une fois mis à la place de ceux qui subissaient les mensonges ? Surement pas, sinon il n'aurait jamais osé dire une chose pareille.
Lorsqu'il arriva enfin à la période où il avait débarqué à Miami, Olivia ne pu s'empêcher cette fois ci de montrer sa colère. Ce n'était pas tant le fait d'apprendre que son frère travaillait au beau milieu d'un énorme trafic de drogue -Quoique l'information n'avait été encore très bien assimilé par la jeune femme- mais bien la façon dont Dwayne avait prit avantage de lui pour arriver jusqu'à son but. La seule raison pour laquelle il s'était intéressé à lui était parce qu'il avait Olivia, la seule famille qui lui restait et que le jeune homme considérait comme étant une faiblesse. Olie était une "faiblesse" pour son frère et elle prenait conscience que c'était pour cela qu'elle avait été approché par Leslie, elle n'avait été que l'appât l'aidant à s'attirer les bonnes grâces d'Owen. C'en était trop à supporter pour la jeune femme, il n'en était surement qu’au début de ses révélations mais déjà Olivia sentait que leur discussions allait définitivement se finir dans les pires conditions, elle n'était pas du genre à laisser pour elle sa rage et si cela devait être dans la même veine que ce qu'il venait de lui avouer, contrôler sa colère deviendrait quelque chose d'infaisable.

    « Une faiblesse hein … » Olivia s'était approchée de Dwayne jusqu'à arriver en face de lui, le bureau les séparant d'un bon mètre. « J'étais juste un pion pour toi. » Olivia n'avait pas pu se retenir plus longtemps, c'était inconcevable pour elle de ne pas faire une remarque même si cela voulait dire l'interrompre en plein milieu de son récit, elle ne pouvait pas laisser passer ça, par pour Owen... « J'ai juste servi à te faire rentrer dans les bonnes grâces de mon frère… » Ses mains s'était crispée sur le bureau et sa voix se faisait presque menaçante, pourtant à son grand étonnement elle n'avait même pas eu envie de crier mais le ton qu'elle employait n'était pas mieux, elle n'essayait même plus de cacher sa colère, elle se sentait plus trahie qu'elle ne l'avait jamais été, elle s'était faite manipulée et c'est ce qu'il la blessait le plus... « Tu savais déjà qui j'étais avant notre première rencontre ? » Question bête, bien sur qu'il le savait et il était sure qu'elle avait fait l'objet d'une enquête, Olie n'attendait pas vraiment de réponse pour cette question mais c'était comme important pour elle de le dire à haute voix, "d'officialiser" le fait qu toute leur relation n'était basée que sur un immense mensonge. « T'as fais quoi après ?… » Elle voulait le savoir et il ne restait plus que lui pour lui répondre, au rythme ou allait les choses, Olivia était loin de se douter qu'il y avait encore d'autres choses qui avait été soigneusement caché d'elle...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Mar 7 Sep - 6:07

Le plus dur avait en fait été de se lancer, mais une fois que cela avait été fait Dwayne avait eut un peu de mal à savoir où s’arrêter et comment faire pour que ce qu’il disait ne soit pas une suite incompréhensible de faits qui lui réapparaissaient en souvenirs. Jusqu’à maintenant il n’avait jamais essayé de se refaire chronologiquement le plan de ce qui s’était passé depuis sa prise de contact avec la DEA jusqu’à la fin de sa mission à Miami ; Au contraire il avait tout fait pour cacher ça au plus profond de son esprit en espérant ainsi que la culpabilité serait moins douloureuse, que la douleur se rait moins grande. Le moins que l’on puisse dire c’était que cela n’avait pas vraiment marché, et la mort d’Owen restait sans aucun doute possible la chose qui pesait le plus sur la conscience de notre lieutenant. Pourtant Dwayne avait persévéré tous les jours, espérant qu’à force de se forcer à ne plus y penser il réussirait définitivement à tourner la page. Finalement il avait réussi la moitié de ce qu’il espérait. Il avait effectivement tourné la page et classé l’épisode Miami comme faisant définitivement partie de son passé, mais cependant il ne se pardonnait pas pour autant l’issue finale de cet épisode. C’était la seule chose qui le rattachait encore à Miami, sa culpabilité. Envers Owen, et envers Olivia, aussi était-il totalement déboussolé de sa confrontation avec la jeune femme, qu’il avait définitivement rangé dans la case « passé » avec le reste.

    « Une faiblesse hein … » Bah, il se doutait bien que le terme n’allait pas lui faire plaisir. Mais encore une fois elle avait voulu la vérité, et afin de ne pas se disperser il n’avait pas trouvé d’autre solution que celle de se raccrocher à la théorie. Et dans le guide du parfait menteur-arnaqueur-infiltré, un membre de la famille était une faiblesse, point final. « J’étais juste un pion pour toi. » Devait-il vraiment répondre ? Il ne préférait pas, car à vrai dire la réponse ne lui aurait pas plu. Oui, lorsqu’il avait commencé à la fréquenter elle n’était qu’un pion. C’était vraiment ce qu’elle tenait à entendre ? Il en doutait fortement. « J’ai juste servi à te faire entrer dans les bonnes grâces de mon frère … » Encore une fois elle était dans le bon, et encore une fois il ne jugea pas utile de répondre. « Tu savais déjà qui j’étais avant notre première rencontre ? » Depuis tout à l’heure il ne l’avait pas quitté des yeux. Il encaissant ses reproches – parce que c’était de ça qu’il s’agissait – sans rien dire et en essayant de se montrer le plus neutre possible, le moins réactif. Laissant un blanc de quelques secondes s’installer, il répondit enfin « Oui … Je le savais depuis le début. » Tout dans le regard de Dwayne indiquait une nouvelle fois qu’il était désolé, le ton de sa voix le criait aussi, mais il ne le dit pas à voix haute cependant, sachant que cela ne ferait qu’augmenter la colère d’Olivia à son égard.

Il avait appris l’existence d’Olivia quasiment au même moment qu’il avait appris l’existence de son frère. En fouillant dans la vie d’Owen il avait découvert que sa petite sœur était tout ce qui restait à ce type un peu paumé qui réparait des voitures pour gagner de l’argent qui ne soit pas sale. Ils avaient perdu leurs parents voilà des années déjà, dans des circonstances pour le moins tragique, et dès lors Owen ne s’était pas trouvé d’autre choix que celui de stopper plus vite que prévu sa crise d’adolescence tardive pour s’occuper du seul membre de sa famille qui se trouvait être encore envie, le seul membre de sa famille dont il avait l’air de toujours s’être soucié. Le profil type du mec qui aurait fait n’importe quoi pour sa petite sœur, même le moins recommandable … Se lancer dans le trafic de drogue pour avoir de l’argent rapidement en était un bel exemple. Cela dit à l’époque, il aurait fallut beaucoup plus qu’une noble cause telle que la petite sœur en détresse pour attendrir Dwayne, qui ne se sentait tout simplement pas capable de rattacher le moindre superlatif à un individu qui vivait de l’achat et de la revente de drogues en tous genres. Certes c’était moche pour la petite sœur, Dwayne ne prétendait pas n’avoir eut aucune compassion pour elle en sachant qu’il allait l’utiliser et se servir d’elle tout à fait sciemment … Mais un cœur brisé, c’était quoi à côté de tous ces ados paumés qui crevaient sur un trottoir sans que personne sans foute, tout ça pour un sachet de coke ? Pas grand-chose, du moins pas avec ce qu’il savait à l’époque.

    « T’as fait quoi après ? … » La question de la jeune femme venait de le sortir de ses pensées. Son raisonnement n’avait en fait pas duré plus de quelques dixièmes de secondes, mais pourtant cela avait été suffisant à Dwayne pour ressentir à nouveau cette haine qu’il avait en lui vis-à-vis des dealers avant Miami. « J’me suis fait une place … J’ai joué le jeu. »

Il s’était fondu dans la masse, il avait fait comme les autres autour de lui et s’était plié à la hiérarchie de ce commerce sous-terrain tout en essayant d’emmagasiner le plus d’informations possible sur les méthodes, les itinéraires, les personnes impliquées … Parce que c’était ça précisément le boulot d’une taupe. En apprendre assez sur l’ensemble du trafic et de ses membres pour espérer réunir des preuves assez solides pour les faire plonger par la suite. C’est comme ça que les choses auraient du se passer, qu’elles auraient du finir … Pas dans un bain de sang comme cela avait été le cas, pas avec plusieurs cadavres au compteur, et surtout pas celui d’Owen. Pourtant il en avait été ainsi, mais Dwayne pouvait-il se douter qu’il allait être vendu par son propre camp, et que c’était du côté des flics plutôt que des bandits qu’il aurait mieux valut se méfier cette fois-ci ? A l’école de police on leur apprenait à rester soudés entre eux, et à ne jamais laisser tomber l’un des leurs … Mais on ne leur parlait assurément pas assez de ces flics ripoux qui pour arrondir leurs fins de mois vendaient des informations à l’ennemi. Dwayne en avait fait les frais, et malheureusement il n’était pas le premier et ne serait pas non plus le dernier … On ne pouvait vraiment compter sur personne.

    « Je savais que passer par toi pour me rapprocher d’Owen c’était risqué … Il aurait tout aussi bien pu me casser la figure au moment même où il a découvert que c’était toi, la nana pour laquelle je « gaspillait » tout mon temps libre. » Ouais, parce qu’avant qu’Owen ne découvre qu’il s’agissait d’Olivia, Dwayne/Leslie avait eut droit à d’innombrables remarques sur le fait qu’il n’avait pas vraiment l’air du type qui se posait avec une seule et unique nana. Et à vrai dire ce n’était pas le cas, d’ailleurs ce qu’Owen – et encore moins Olivia – n’avait jamais su, c’était qu’au début de sa relation avec Olivia … Dwayne ne s’était pas gêné pour aller de temps en temps voir ailleurs. « Mais il ne l’a pas fait, alors j’ai gardé cette tactique. » En parler comme d’un plan infaillible n’était encore une fois pas la chose la plus diplomate qui soit, mais il ne voyait pas d’autre façon de présenter les choses objectivement.

Bon, maintenant il se posait u autre problème ? Etait-il vraiment utile qu’il s’étale pendant cent sept ans sur le quotidien d’un dealer et de ses acolytes, cachés dans l’arrière boutique d’un garage automobile ? Non, pas vraiment sans doute. Déjà, savoir qu’Owen était un trafiquant de drogue était quelque chose de difficile à faire passer à quelqu’un qui s’imaginait qu’Owen était le frère le plus droit et le plus juste qu’on puisse imaginer … Alors inutile de remuer le couteau dans la plaie en lui racontant de A jusqu’à Z la façon dont son frère participait à tout ça. Pourtant il s’en était passé des choses, en un an, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y avait pas que sous le capot d’une voiture ou bien en compagnie d’Olivia que Dwayne et Owen avaient passé du temps ensemble. Parfois Dwayne s’était vraiment demandé comment Owen réussissait à mentir à sa sœur depuis autant de temps … Pour lui déjà c’était difficile au quotidien, alors qu’il ne connaissait Olivia que depuis quelques semaines, quelques mois, alors comment Owen réussissait-il à garder la confiance de sa sœur alors qu’il manquait d’honnêteté avec elle depuis des années ? Lui n’avait jamais été capable de cacher quelque chose à son propre frère, et son frère n’avait jamais rien pu lui cacher non plus … Mais ils étaient jumeaux, ils étaient pour ainsi dire faits dans le même moule, alors peut-être que leur incapacité à se cacher quelque chose venait de là.

    « C’est … C’est grâce à Owen que j’ai intégré le réseau, j’veux dire, que j’m’y suis réellement fait une place … » Que j’y ai appris à faire des allers-retours entre Miami et Cuba de nuit pour récupérer tout un chargement de saloperies. Que j’ai ensuite revendu au prix fort avec l’aide de ton frère adoré. Ton frère adoré qui était aussi innocent que j’étais sincère. « Quand j’ai débarqué à Miami ton frère était déjà un revendeur de drogue. Depuis plusieurs années … » Depuis quand précisément Dwayne n’avait jamais vraiment su, mais est-ce que cela avait une réelle importance de toute manière ?

Là, sérieusement, il craignait la réaction d’Olivia, parce qu’il savait que cela ne lui plairait pas mais il était totalement dans le flou quant à savoir à quel point. Il connaissait son impulsivité et son manque de sang froid, et dans le cas présent les deux allaient être mis à rude épreuve. Et encore, ce qu’il lui dirait à la fin de leur conversation lui plairait encore moins, et si là il pouvait encore espérer qu’elle ne s’en prenne pas à lui, il avait peu d’espoirs en revanche de sortir indemne de cette entrevue.
Lui laissant le temps d’assimiler l’information, restant silencieux de longues secondes et attendant une réponse ou n’importe quelle autre réaction de sa part, il en vint ensuite à l’autre partie importante de ce qu’il avait à dire. La partie qui les concernaient lui, Owen et Olivia autant les uns que les autres … Celle pour laquelle, il le savait, Olivia aurait le plus de mal à le croire et à admettre qu’il n’était pas en train de mentir ou d’essayer à nouveau de l’embobiner ou de l’amadouer.

    « Seulement … Les choses ont finit par se gâter. » Enfin, surtout pour lui, pas vraiment pour la mission qu’on lui avait confié. « Mon contact avec la police à commencer à se rendre compte que je prenais trop les choses à cœur, que je m’impliquais trop émotionnellement, au point de perdre un peu le nord parfois … » Le contact en question, c’était Daniel. Se sachant aux portes de la retraite il avait choisi d’accompagner Dwayne en demandant une mutation à Miami, pour servir de contact à son ancien « élève ». Aucun autre flic ne connaissait mieux Dwayne que Daniel, et il n’était donc pas étonnant qu’il se soit rapidement rendu compte de la perte d’objectivité du jeune homme. « La vérité c’est que j’ai commencé à ressentir des remords, de la culpabilité … Plus j’apprenais à connaitre ton frère, plus je réalisais qu’il était à des années lumières de l’image que j’avais d’un dealer. Et puis, il y avait toi … Daniel m’avait demandé de m’éloigner de toi parce qu’il estimait que tu me faisais perdre mon objectivité, et moi … et moi je l’ai pas écouté, j’arrivais pas à m’y résoudre. » Voilà comment on se faisait prendre à son propre piège. Dwayne avait voulu embobiner Olivia en la laissant tomber amoureuse de lui … Et au final c’est lui qui en était tombé amoureux. « C’était égoïste de ma part, mais je voulais pas que ça s’arrête … pas encore. »

C’était à partir de ce moment là qu’il avait commencé à vraiment réaliser l’ampleur de son mensonge, quand il avait pris conscience que même si au fond de lui il savait que ce n’était que temporaire et qu’il devrait un jour repartir comme il était venu, mais que pourtant l’idée de laisser tomber Owen et Olivia lui devenait de plus en plus difficile à envisager. Owen n’était plus une cible, c’était un ami, et Olivia n’était plus un pion, c’était la femme dont il était en train de tomber amoureux … Il s’était piégé tout seul, et le temps de s’en rendre compte l’étau s’était déjà refermé sur lui, le laissant prisonnier de la montagne de mensonges qu’il avait balancé pour s’attirer la confiance des Knignton.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Mar 14 Sep - 9:57

Depuis maintenant trois ans, la seule et unique chose a laquelle pensait Olivia était son frère. Elle passait le plus claires de son temps a essayait de prouver son innocence qu’elle en oubliait parfois qu’elle avait eu une vie avant cela. Elle se souvenait encore des semaines qui avait suivit sa mort, elle s’était recluse dans la maison de ses parents qu’occupait  toujours son frère et avait laissé a l’abandon son appartement, ne répondant a aucun appel et ne sortant que pour faire les courses. Elle avait eu besoin de beaucoup de temps pour réaliser que son frère ne reviendrait plus jamais et même en le réalisant, elle se surprenait à attendre son retour dans la maison familiale d’une minute à l’autre, déboulant comme il en avait toujours eu l’habitude, avec son  sourire qui lui avait épargné bien des disputes de la part de sa sœur, mais bien sur cela n’arrivait jamais et Olivia passait le reste de sa soirée seule, elle n’avait plus aucune famille a laquelle se rattachait, elle était entièrement seule et c’est ce qui l’avait motivé a commencer son enquête, la connaissance qu’elle n’avait plus personne et que justement cette dernière personne était morte de manière suspecte pour elle l’avait définitivement convaincu a suivre son instinct et l’avait amené a ce jour, a New Heaven en Nouvelle Angleterre, a plus de 1800 kilomètres de sa ville natale, devant l’homme qui avait contribuait en grande partie a son état de déprime et bien plus a ce qu’il venait de lui avouer.
 
    « Oui … Je le savais depuis le début. » Comme elle s’en doutait… Le ton et ses yeux avait beau crié qu’il était désolé mais a cet instant Olie s’en fichait éperdument, elle venait de recevoir une nouvelle claque en pleine face et les états d’âmes du jeune homme étaient bien la dernière chose dont elle se souciait pour le moment, tout ce qu’il l’importait était de savoir ce que Dwayne allait lui apprendre de plus et prier pour que la colère qu’elle accumulait pas depuis le début de leurs conversation ne finisse pas par éclater avant qu’il n’eut finit ses aveux.

 
Olivia fixait Dwayne qui lui avait l’air d’être perdu dans ses souvenirs. Elle le regardait et essayait de digérer le fait que pendant plus d’un an et demi il lui avait menti sur tout, absolument tout ce qu’il avait pu lui raconter n’était qu’un mensonge, même ses sentiments pour elle n’était que simulé et joué pour mieux pouvoir approcher et gagner la confiance de son frère. Elle était la « faiblesse » de son frère après tout… « Faiblesse » Ce mot était resté graver dans l’esprit d’Olivia, elle n’arrêtait pas de se le repasser encore et encore. Elle  sentait coupable, c’était a cause d’elle que Leslie ou plutôt Dwayne avait pu gagner la confiance d’Owen, elle l’avait aidé contre son gré et lui, avait exploité la naïveté de la jeune femme pour  profiter d’elle tant sur le plan professionnel que personnel. Elle se sentait tellement pathétique, et avait honte de repenser qu’un moment donné elle ait pu avoir l’idée farfelue que sa vie n’était pas vouée a la solitude et au chagrin et qu’elle aurait la chance de gouter au bonheur avec lui, mais cela aussi devait faire partie de la supercherie qu’était sa relation…
 
    « J’me suis fait une place … J’ai joué le jeu. » Jouer le jeu ? En utilisant sans aucun soupçons de remords Olivia et son frère, la haine qu’elle ressentait a ce moment envers lui était bien plus grande que n’importe quel sentiments qu’elle avait pu avoir dans toute sa vie, y comprit l’amour qu’elle avait un jour idiotement ressentie pour lui…


Elle avait vécu plus d'un an et demi sans avoir le moindre doute sur la double identité de son petit ami alors autant dire que ce que Dwayne lui révélé ne faisait pas vraiment du bien à Olivia, elle aurait pu croire bien des choses mais jamais elle aurait aller jusqu'à penser ce qu'il lui disait et pour être honnête elle ne savait toujours pas pourquoi elle croyait en ce qu'il lui révéler, elle avait toutes les raisons du monde de croire le contraire pourtant inconsciemment elle donnait encore du crédit à ses propos, peut-être parce qu'il lui avait répété depuis tout à l'heure qu'il n'avait aucune intention de lui mentir mais ce n'était pas quelque chose que la jeune femme prenait pour argent comptant, son cerveau aurait pu y croire sans qu'elle l'ait décidé de son plein gré, le cerveau et ses mystères, on s'en passerait bien des fois.

    « Je savais que passer par toi pour me rapprocher d’Owen c’était risqué … Il aurait tout aussi bien pu me casser la figure au moment même où il a découvert que c’était toi, la nana pour laquelle je « gaspillait » tout mon temps libre. » Ça c'est vrai que les réactions de Owen étaient généralement à craindre, il avait autant de talent pour garder son calme que sa sœur en avait, mais cette fois ci ce que Dwayne ne savait pas c'est qu'elle avait parlé plusieurs fois de lui à son frère et comme les deux jeunes gens avaient comme règle d'or de ne jamais interférer dans les relations amoureuses de l'autre, Owen avait bien été obliger de ne pas faire de remarque et à la surprise de Olie, il appréciait vraiment Leslie... Il a été manipulé tout comme l'avait été Olie. « Mais il ne l’a pas fait, alors j’ai gardé cette tactique. » Parce que j'ai été assez stupide pour l'en dissuader Dwayne en parlait comme si ça avait été un plan de guerre, ce qui énervait aussi Olivia, il ne voyait pas le coté humain des choses, les sentiments qu'il avait piétiné devait peu lui importer, il était juste un robot programmé à faire du mal à la seule famille que restait à Olie...


Olivia se demandait comment quelqu'un pouvait passer autant de temps que Dwayne avait passé sans jamais faillir une seule fois, sans jamais baisser sa garde et faire une erreur ? Olie n'aurait jamais pu être capable d'une chose pareille, bien sûr il lui avait parlé des neuf mois de préparations qu'il avait dû subir pour changer du Dwayne au Leslie qu'elle avait connu mais même en s'étant entrainé presque une année, devoir mentir 24h/24 sept jours sur sept ça ne devait pas être évident surtout qu'ils avaient quand même passé le plus clair de leurs temps ensemble ou dans le garage d'Owen, mais maintenant qu'elle y repensait elle pensait plutôt qu'elle avait juste été trop naïve et avait fait confiance trop rapidement au lieu de se méfier comme elle avait toujours eu l'habitude de le faire et pour le restant de ses jours elle devrait vivre avec les conséquences qu'en était sortie et aussi avec la culpabilité d'avoir jouer un rôle dans la disparition de son frère …

    « C’est … C’est grâce à Owen que j’ai intégré le réseau, j’veux dire, que j’m’y suis réellement fait une place … » Olivia écoutait ce que lui racontait Dwayne sans l'interrompre cette fois, elle voulait le laisser terminer avant de réagir mais elle n'était pas calme pour autant, elle était plus comme un volcan grognant sans vraiment cracher sa lave ou tout du moins pas encore car tout comme les volcans, Olie avait un seuil limite qu'elle ne pouvait pas dépasser et lorsque le seuil en question était atteint il était tout aussi dévastateur qu'un réel volcan... « Quand j’ai débarqué à Miami ton frère était déjà un revendeur de drogue. Depuis plusieurs années … » Fixant de nouveau le regard du jeune homme, il pouvait lire clairement la réaction d'Olie sur son visage. Elle avait du mal à croire que la personne qu'elle croyait le plus au monde, celui qui avait toute sa confiance ait pu lui cacher une chose aussi grande que celle ci, lorsque quand on a un frère trafiquant de drogue c'est un peu difficile de l'ignorer ou encore une fois il fallait être vraiment naïf, chose qu'apparemment était Olie et c'est ce qui devait le plus lui faire du mal à ce moment …


Elle avait vraiment du mal à croire à ce que Dwayne venait de lui dire et la première réaction qu'elle ait eu était le déni, c'était tellement plus facile que de actuellement penser que ce qu'il disait pouvait être la vérité même sachant qu'il l'avait prévenu avant de le lui avouer, tout ce que la jeune femme voyait maintenant était que la personne en qui elle avait le moins confiance au monde et qu'elle haïssait lui disait que son frère qu'elle avait connu toute sa vie et qui avait prit soin d'elle lorsque personne n'était là pour elle était en fait un revendeur de drogue et qu'il l'avait été pendant plusieurs années sans qu'elle ne suspecte jamais rien.
Olie s'était contenu depuis maintenant plusieurs minutes et cela devenait de plus en plus difficile pour elle de maîtriser ses émotions et avoir un contrôle sur son impulsivité, ça et la colère qu'avait suscitait la confidence de Dwayne s'en était un peu trop à supporter. Olivia agit sans réfléchir et ce n'est qu'après avoir fait ce qu'elle avait fait qu'elle prenait conscience de son acte. Elle était toujours en face de lui lorsqu'il lui parlait et sur le coup de l'impulsivité elle avait fait voltiger la plupart des documents se trouvant sur le bureau du policier puis avait marché machinalement quelques pas vers la fenêtre, tournant maintenant le dos au jeune homme. Avec le bruit qu'avait fait les documents le chien s'était relevé d'un bon et ne semblait pas du tout content, mais les réactions d'un animal de compagnie lui importait peu, elle n'avait d'ailleurs pas broncher en l'entendant grognait, trop absorbait à essayer de se calmer au moins un peu...

    « Seulement … Les choses ont finit par se gâter. » Olivia sortit de ses pensées et se concentra sur les paroles de Dwayne sans se retourner, elle ne voulait pas lui faire face au risque de ne plus pouvoir retrouver le fragile sang froid dont elle faisait preuve. « Mon contact avec la police à commencer à se rendre compte que je prenais trop les choses à cœur, que je m’impliquais trop émotionnellement, au point de perdre un peu le nord parfois … » Croisant les bras, Olivia écoutait silencieuse, elle essayait de ne pas se remémorer les souvenirs de cette époque au risque de sombrer encore une fois dans ses pensées et perdre l'attention qu'elle portait aux propos du jeune homme juste au moment où ils devenaient pertinentes.« La vérité c’est que j’ai commencé à ressentir des remords, de la culpabilité … Plus j’apprenais à connaitre ton frère, plus je réalisais qu’il était à des années lumières de l’image que j’avais d’un dealer. Et puis, il y avait toi … Daniel m’avait demandé de m’éloigner de toi parce qu’il estimait que tu me faisais perdre mon objectivité, et moi … et moi je l’ai pas écouté, j’arrivais pas à m’y résoudre. » En fin de compte il avait finalement commencé à ressentir de la culpabilité pour les choses monstrueuses qu'il avait pu faire à elle et à son frère et Olie ne ressentait pas la moindre empathie pour lui, elle aurait même aimé qu'il ressente plus que quelques léger remords, ça lui aurait donner un avant goût de ce que la jeune femme avait pu vivre le courant de son existence.« C’était égoïste de ma part, mais je voulais pas que ça s’arrête … pas encore. » Égoïste et stupide, comment avait-il pu croire ne serait-ce qu'une seconde que les mensonges qu'il avait pu leur raconté n'allait pas se retourner contre lui un jour où l'autre, c'était évident que Olivia aurait finit par le haïr comme elle le haïssait à cet instant précis mais pourtant, elle n'avait pu s'empêcher de ressentir un pincement au cœur lorsqu'il avoua qu'il ne voulait pas les choses s'arrêtent...


Elle aurait voulu avoir quelque chose à lui répondre, n'importe quoi que ce soit mérité ou non de sa part mais rien ne venait à l'esprit de la jeune femme, c'était comme si toutes ses pensées s'étaient volatilisées en à peine quelques secondes et tout ce dont elle était capable de faire était de se retourner pour le regarder sans prononcer un seul mot. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il comptait faire, mais de toute façon quoiqu'il fasse, cela n'aurait rien changer à l'état dans lequel Olie se trouvait, avec ses aveux le monde de la jeune femme s'était effondré une troisième fois et il y avait peu de chance pour qu'elle s'en remette et peu lui importait que Dwayne venait de lui avouer qu'il regrettait ses actes qu'il avait finit par s'attacher à elle comme à son frère, pour elle le mal était fait et il n'avait rien fait pour l'en empêcher, il était tout aussi responsable que s'il avait lui même mit fin à la vie de Owen...

    « Pourtant ça ne t'as pas empêché de continuer à nous mentir jusqu'à la fin ... » Elle avait finalement dit cela plus sous le coup du ressentiment et d'un air blasée, elle ne voulait pas entendre qu'il était désolé ou quoique ce soit parce qu'elle était lucide et savait que ça n'allait en rien arranger la façon dont elle avait vécu ses trois dernières années ou la manière dont elle vivrait dans le future, elle aurait juste en plus la culpabilité de vivre en sachant que c'était grâce à elle mais surtout à cause d'elle que son frère avait été approché par Dwayne et qu'il avait finalement payer le prix de ses erreurs ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Dim 26 Sep - 13:41

Bon, bien sûr le mauvais caractère d’Olivia ainsi que ses réactions parfois excessives n’avaient plus de secret pour Dwayne, qui avait eut le temps de tester cela pendant plus d’un an. En fait pour être totalement honnête c’était peut-être son sale caractère qui avait fini par autant lui plaire … Mais enfin c’était avant, quand ils s’engueulaient pour des broutilles pour se réconcilier un quart d’heure plus tard. Là c’était autre chose, il n’y aurait pas de réconciliation à la clef et Dwayne pourrait déjà s’estimer heureux qu’elle ne se charge pas elle-même de le mettre au fond d’une tombe. Non, sérieusement, avec Olivia on ne savait jamais, elle était capable de tout, surtout du pire. Et là le pire justement, Dwayne l’avait mérité … Enfin, pour la situation dans son ensemble, mais pas pour le fait qu’Owen ai été un dealer, là-dessus Dwayne n’était pas responsable. Le frère d’Olivia avait été assez grand pour prendre lui-même ses décisions et se mettre dans la merde tout seul … Alors certes c’était un chouette type et il ne méritait en aucuns cas ce qui lui était arrivé, mais cela n’empêchait pas que pour les conneries et les mauvais plans il n’était pas le dernier de la classe, loin de là. Mais bon, s’il y avait une chose pour laquelle Dwayne avait été plus que sérieux avant de commencer ses explications c’était sur la promesse qu’il avait fait faire à Olivia de ne pas en vouloir à Owen, quoi qu’il dise à son sujet. Cette promesse c’était justement pour parer à la révélation qu’il venait de lui faire. Oui Owen était un dealer, et oui il avait menti à sa sœur pendant plusieurs années à propos de ses activités et de la façon dont il ramenait de l’argent pour faire tourner la maison et lui payer ses études … Mais pour autant Dwayne ne voulait pas qu’Olivia lui en veuille, même si il le méritait un peu. Parce qu’il n’était plus là pour tenter de s’expliquer ou pour se défendre, et que ce n’était pas juste.
Mais si Olivia ne pouvait pas en vouloir à son frère, alors il n’y avait que sur Dwayne qu’elle pouvait se rabattre. Et avec toutes les choses qu’elle était en droit de lui reprocher Dwayne n’était plus à ça près au fond, sans doute était-ce pour cela qu’il s’était déjà résigné à en prendre pour son grade à propos du mensonge d’Owen autant que pour ce qui le concernait lui. Et parce qu’il savait qu’après ce qu’il venait de lui dire elle ne pourrait pas rester de marbre il avait volontairement fait une pause dans son monologue, afin de voir ce qu’elle comptait faire ou dire. Non pas qu’il attende le pied ferme qu’elle lui colle une gifle, ça il s’en passerait bien, mais si il enchainait directement elle n’écouterait de toute façon pas avec toute son attention ce qu’il dirait. Mieux valait donc lui laisser le temps d’assimiler une information à la fois, même si cela revenait à lui laisser l’occasion de lui en coller une.

Et justement, la réaction qu’eut Olivia était totalement à l’image de ce que Dwayne attendait : Impulsive et violente. Enfin, pas aussi violente que ce qu’il aurait pu craindre c’est vrai, elle ne s’en était pris qu’à la paperasse qui trônait sur son bureau, c’était sans doute le seul geste de « bonté » qu’elle s’était résolue à faire vis-à-vis de lui … A moins que ce ne soit une once de lucidité, à propos du fait que si Owen était un dealer ce n’était pas Dwayne ne responsable ? Peut-être, ou peut-être pas. Il était difficile de le savoir en réalité, Dwayne avait beau avoir côtoyé Olivia de longs mois, le temps d’apprendre à la connaitre, il y avait certaines fois om il avait toujours eut du mal à la cerner … D’un autre côté si elle avait été entièrement prévisible elle ne lui aurait pas plu autant non plus. Mais stop, il fallait qu’il arrête comme ça de se remémorer pourquoi Olivia lui avait plu … Ce n’était que remuer le couteau dans la plaie, et avec la conversation qui se tenait en ce moment même entre eux, il n’avait vraiment pas besoin de ça.
Quoi qu’il en soit aussi étrange que cela puisse paraitre, Dwayne n’avait pas bronché lorsqu’Olivia avait fait voler ce qui se trouvait sur son bureau. Il était resté de marbre et n’avait rien dit ni rien fait tandis qu’Olivia allait se poster contre la fenêtre de la pièce. A vrai dire la réaction de la jeune femme lui avait presque glacé le sang l’espace de quelques secondes, parce qu’il savait qu’il était en tort et que ceci n’était que le sommet de l’iceberg de tout ce qu’elle aurait voulu lui faire. Ne disant toujours rien, il s’était simplement baissé pour ramasser le cadre photo qui avait volé sur le sol avec le reste ; Le verre ne s’était pas brisé en mille morceaux, mais une grande fêlure allait du haut de la photo jusqu’en bas, coupant en deux la photo de Prudence et Grace. Soupirant, il avait reposé le cadre sur son bureau, caressant du bout des doigts le verre fêlé. Plusieurs secondes étant passées il s’apprêtait à reprendre la parole, mais les grognements de son animal, qui à nouveau debout avait fait quelques pas dans la direction d’Olivia, le coupèrent une nouvelles fois. « Kenaï, nipanngerpoq. Viens là … » Mais ne comprenant visiblement pas pourquoi son maitre laissait Olivia faire ce que bon lui semblait, l’animal se contenta de japper d’incompréhension « Kenaï ! Viens là j’ai dit ! » et cette fois-ci devant le ton autoritaire de Dwayne l’animal s’exécuta finalement, non sans grogner une nouvelle fois à l’attention d’Olivia en passant à côté d’elle pour rejoindre Dwayne.

Tandis que l’animal venait se coucher aux pieds de Dwayne, ce dernier passant doucement sa main sur le pelage noir et blanc de l’animal, il fallut quand même songer à reprendre les explications là où elles avaient provisoirement été stoppées par la réaction d’Olivia. Arrivait alors le moment de s’expliquer que Dwayne redoutait le plus, celui où il ne s’agissait plus seulement de décrire les faits de façon objective tels qu’ils s’étaient déroulés, mais où ses sentiments personnels étaient venus rendre compliqué une mission qui l’était déjà bien assez comme ça. Car c’était bien ses sentiments à lui qui avaient provoqué ce désastre, si il avait écouté les conseils avisés de Daniel et qu’il n’avait pas laissé l’affectif prendre le pas sur la raison, rien de toute cela ne serait arrivé … Ou tout du moins, les choses n’auraient pas fini de la même manière. D’un autre côté, sans l’affectif Dwayne n’aurait eut que faire du sort d’Owen ou d’Olivia, il n’aurait pas eut autant de mal à se résoudre à écrire cette lettre en guise d’adieu à la jeune femme, et il n’aurait pas ainsi la mort d’Owen sur la conscience. Mais c’était bien peu de choses selon lui, à côté du fait qu’Owen puisse être encore en vie …
Avait-il eut raison de laisser entendre à la fin de sa phrase qu’il regrettait que les choses aient du se terminer ? Pas seulement se terminer de cette façon, mais se terminer tout court. Elan de sincérité sans doute, même s’il était clair que jamais Dwayne ne serait assez fou pour révéler à Olivia qu’il pensait encore à elle souvent – trop souvent – et qu’il aurait aimé pouvoir trouver une solution qui ne soit pas de disparaitre comme un voleur sans rien dire à personne. Ou du moins sans rien lui dire à elle.

    « Pourtant ça ne t’as pas empêché de continuer à nous mentir jusqu’à la fin … » Heureusement qu’elle ne le regardait plus, sinon elle aurait tout de suite remarqué que ce qu’elle venait de dire mettait Dwayne mal à l’aise. N’osant même pas regarder dans la direction de la jeune femme, il finit quand même par répondre « En fait … » Comment tourner la chose cette fois-ci ? Décidément si il réussissait à éviter la gifle avant la fin de la conversation il aurait une chance monstrueuse. « J’avais avoué la vérité à Owen. Quelques semaines avant … » Il avait laissé sa phrase en suspend, il allait dire « avant sa mort » mais avait préféré ne pas enfoncer le clou à nouveau, pour elle comme pour lui.

Flash-Back
Citation :
Chaleur étouffante et humide d’une nuit d’été à la Havane. Lumière blafarde de néons grésillant, éclairant un hangar servant – en théorie – à l’entrepôt de matériel nautique, mais où pour l’heure seule une voiture coffre ouvert et moteur tournant rendait l’endroit un peu moins vide. Ça et les trois individus en plus ou moins mauvaise posture qui complétaient le tableau. Tandis qu’un brun barbichu et marcel blanc couvert de cambouis avait l’air hagard, choqué, un blond pas vraiment rasé de près, chemise blanche et couverte de sang avait lui l’air grave. Tous les deux fixaient sans rien dire le cadavre d’une brunette qui aurait encore pu être jolie si elle n’avait pas été battue à mort, avant d’être achevée d’une balle en pleine poitrine … L’œuvre de quelqu’un qui semblait avoir tous les griefs du monde avec elle en somme. Et c’était à peu près le cas justement.
Accroupi près du corps inanimé de la jeune femme, Leslie avait passé fébrilement une main sur son visage avant de se relever et avait fait quelques pas en direction de la voiture en s’adressant à Owen, sans pour autant prendre la peine de regarder à nouveau dans sa direction.

    « Pourquoi elle ? » Sa question brisait un silence de plusieurs minutes, depuis qu’ils avaient arrêté la voiture là et découvert le corps d’Ilena. La toute dernière coqueluche du numéro trois du réseau dans lequel était infiltré Dwayne, une nana qui savait qu’on se lasserait vite d’elle et qui en profitait le temps que cela durerait … Sûr qu’elle ne s’imaginait pas finir comme ça. « C’est la deuxième fois qu’on a une fuite sur une des livraisons et qu’on perd un paquet de fric … Elle est arrivée à la même époque, il a du croire qu’elle était de mèche avec les flics. C’était peut-être vrai d’ailleurs. » Ce n’était pas vrai, Leslie le savait bien. Et même si cela avait été le cas, elle ne méritait pas de terminer comme ça. « Non c’était pas vrai. Et en tous les cas elle méritait pas ce qu’il lui a fait … » De rage il avait frappé du poing contre l’arrière de la voiture, laissant sa phrase en suspend. « Qu’est-ce que t’en sais ? On était pas sur le bateau avec lui, on sait pas c’qu’elle a bien pu lui balancer avant qu’il lui fasse la peau … » Leslie lui avait coupé la parole et avait fait volte face pour lui répondre « Je l’sais c’est tout, je l’sais parce que … »

Il avait marqué un temps de pause, sachant qu’en continuant sa phrase il jouait sa couverture, la confiance qu’il avait réussi à obtenir d’Owen, mais également sa vie. C’était sans aucun doute la chose la plus stupide qu’il n’ai jamais fait jusqu’à présent mais pourtant il sentait que c’était la seule chose à faire, qu’il ne pouvait pas en être autrement. Il ne pensait pas un seul instant que c’était la meilleure des solutions, mais disons que c’était certainement la moins pire … Restait seulement à espérer que notre jeune homme en avait assez appris sur Owen, qu’il avait passé assez de temps à le décrypter, pour savoir s’il pouvait ou non espérer avoir un retour de confiance de sa part. C’était quitte ou double, soit il avait vu juste et Owen resterait de son côté, parce qu’au fond il n’était pas comme ces salopards sans conscience qui faisaient tourner le réseau à plein régime, soit il s’était trompé du tout au tout et si Owen ne le flinguait pas lui-même il s’arrangerait en revanche pour que quelqu’un le fasse incessamment sous peu. C’était un risque à prendre se disait Leslie, Dwayne, peu importe le nom … Il allait jouer, et perdre faisait partie des options, seulement il aimait vivre dangereusement, et c’était avec ce genre de risques que pouvaient parfois se jouer une affaire.

    « Parce que c’est moi d’accord ? Elle avait rien à voir là-dedans, le flic c’est moi ! » Voilà comment en une phrase Dwayne avait mis fin à plus d’un an de mensonges et de faux-semblants. Une année entière à se faire passer pour ce genre de type qu’il haïssait aussi fort que c’était possible. « C’est une blague ? » Quoi, c’est tout ce qu’il avait trouvé à répondre ? Ça plus les yeux ronds comme des soucoupes, franchement Dwayne s’était attendu à un peu plus de réactivité de la part d’Owen « J’ai la tronche de quelqu’un qui plaisante là tu crois ? » Simple rhétorique, bien évidemment que non.

Il y avait eut un moment de flottement, pendant lequel ni l’un ni l’autre n’avait su quoi dire d’autre ou quoi répondre, et où ils s’étaient simplement regardés en chiens de faïence. Autant de calme de la part d’Owen, d’ordinaire assez sanguin, cela n’augurait rien de bon pour Dwayne, qui intérieurement se remémorait qu’il lui restait toujours son flingue, coincé dans un des passants de la ceinture de son jean. Ce à quoi il essayait de ne pas penser en revanche, c’était au fait qu’il y avait très peu de chances qu’il trouve le courage de s’en servir sur Owen, même celui-ci attaquait le premier et déclenchait les hostilités.

    « Je sais pas si j’ai envie de te flinguer tout de suite ou bien si je préfère t’entendre supplier le boss … Honnêtement j’hésite. » Ouais … ça n’annonçait rien de bon, et le cœur de Dwayne, qui battait déjà la chamade, accéléra encore son rythme en lui donnant l’impression que sa cage thoracique était sur le point d’exploser. Néanmoins il tenta de rester aussi stoïque que possible. « T’en feras rien. » Il regardait Owen dans les yeux, l’air aussi sûr de lui que possible. « Qu’est-ce qui te rend si sûr de c’que tu avances ? » Joignant le geste à la parole Owen avait sortit sa propre arme et l’avait pointé sur Dwayne « Comme ça, c’est plus convaincant ? » Un peu, c’est vrai. Mais Dwayne aimait jouer avec le feu, aussi répondit-il l’air de rien. « Parce que c’est pas toi. Les exécutions, la torture … c’est pas des choses que tu cautionnes, j’ai pas raison ? »

Il y avait de quoi prier pour qu’il ait raison justement. Certes Dwayne était prêt à perdre maintenant qu’il avait joué, mais ce serait mentir que de dire qu’il ne préfèrerait pas tout de même gagner. Et puis il avait l’impression d’avoir appris à connaitre Owen durant l’année qui venait de s’écouler, il espérait donc ne pas s’être trompé et ne pas avoir été berné au même titre que lui avait berné les autres. Sinon tout ce qu’il avait fait n’aurait servi à rien.

    « Admettons que tu aies raison. Dans ce cas là va falloir me convaincre que tes explications valent la peine d’être entendues, et tu dois commencer à savoir que la patience c’est pas mon point fort. » Comme pour donner du poids à ce qu’il venait de dire, Owen avait désenclenché la sécurité de son arme, avant d’ajouter « J’attends que tu t’explique, du début à la fin. Et c’est pas négociable. »
Fin du Flash-Back

Comme on s’en doutait, Dwayne avait réussi à trouver les mots justes pour convaincre Owen que cette histoire de trahison c’était un mal pour un bien, et qu’il aurait tout intérêt à le suivre s’il souhaitait leur éviter des problèmes à lui-même et sa sœur. Ce soir là Owen s’était d’abord donné des allures de gros durs pour essayer de lui faire peur, mais ce soir là Dwayne avait aussi pu se rendre compte qu’Owen lui avait fait un cadeau inestimable en lui réitérant sa confiance … Mais quand on voyait où tout cela l’avait finalement mené, il était alors facile de comprendre que Dwayne eut parfois préféré qu’Owen le laisse tomber.

    « C’qui était prévu c’était qu’il m’aide à réunir les éléments qu’ils me manquaient pour boucler mon dossier, et en échange de ça j’aurai réussi à négocier pour qu’il ne prenne pas trop cher … Mais la machine s’est emballée et ça a commencé à sentir mauvais, alors les plans ont changé. » Fixant toujours le cadre fendu qu’il avait reposé sur son bureau, il ne savait pas si oui ou non Olivia regardait à nouveau dans sa direction, ce qui ne l’empêcha pas de continuer « Il s’est vite avéré que j’avais été balancé, à l’époque je savais pas encore par qui, mais quoi qu’il en soit j’avais plus le choix fallait que j’me tire en vitesse. Owen avait prévu de tout t’expliquer une fois que je serai partit, et vous auriez déménagé vous aussi, loin de Miami … » Sauf que là encore les choses ne s’étaient pas passées comme prévu, c’était la partie de l’explication qu’il resterait à fournir, celle sur laquelle Dwayne savait déjà qu’il laisserait beaucoup de part d’ombres et de choses inavouées. Il y avait là des choses qu’Olivia ne devait pas savoir, qu’elle n’avait aucun besoin d’apprendre. « C’est lui qui m’a poussé à t’écrire cette lettre … Il devait se douter que, que si j’me laissais prendre à un face à face, tu réussirais peut-être à me faire changer d’avis … » Et Owen avait raison, voilà pourquoi en disant cela Dwayne s’était montré à nouveau hésitant, comme lorsqu’il avait avoué ne pas vouloir atteindre ce moment où les choses devraient s’arrêter. « Et on savait tous les deux que c’était pas envisageable, la seule option c’était que je parte de mon côté et vous du vôtre … Pour Owen comme pour moi il était clair que c’était la dernière chose qu’on faisait ensemble, et qu’on ne se reverrai probablement jamais … »

Une fois encore il avait marqué une pause, attendant qu’Olivia assimile ces nouvelles informations et réagisse éventuellement dessus. Il ne craignait plus vraiment sa réaction, il savait qu’il arriverait un moment où elle exploserait telle une cocotte-minute mais c’était un risque qu’il se résignait peu à peu à prendre au fur et à mesure que les minutes passaient.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Ven 22 Oct - 12:08

Toute personne connaissant un tant soit peu Olivia savait de quoi elle était capable lorsqu'elle était en colère ou énervée. Elle ne se contrôlait plus du tout et devenait rapidement violente sans vraiment avoir de limites... Elle était consciente de cette facette de sa personnalité et elle savait aussi que bien des personne ne l'a porté pas dans leurs cœurs pour cette raison mais quand on était aussi impulsive et colérique qu'elle l'était on apprenait vite à se passer de l'amour ou de l'approbation de tout le monde et on se contentait de sa propre présence et si on était chanceuse comme elle l'avait été à un moment donné de sa vie, de celles des rares personnes ayant assez de courage pour supporter ses sautes d'humeur incessantes. Un spécialiste aurait sûrement dit que la personnalité colérique et impulsive de la jeune femme était dû à un événement marquant survenu dans son enfance – et qu'il faudrait accessoirement une bonne centaine de séances de psychanalyse pour en venir à bout- Et peut-être que si on s'acharnait, on réussirait à trouver la faille qu'elle ,et que tout le monde d'ailleurs, a. Mais Olie savait très bien que ce serait trop facile de justifier ses actes s'il existait réellement une raison à sa tendance colérique, autre que celle qu'elle s'était toujours trouvée autrement dit, le fait d'avoir un caractère de chien et les sautes d'humeurs d'une femme enceinte dont les hormones joueraient aux montagnes russes non-stop.

Quoique, cette fois ci son excès de violence n'avait pas causé autant de dégâts que de coutume, elle n'avait pas beaucoup à se faire, elle avait eu assez de self-control si on pouvait dire ça comme ça, pour se contenter de juste mettre le bureau de Dwayne sans dessus dessous. Même si on ne pouvait pas dire que cela ait apaisé la colère d'Olie mais au moins elle avait pu montré au jeune homme que ce qu'elle venait de faire n'était qu'un début face à ce qu'elle pourrait accomplir dans le future pour alléger la véritable haine qu'elle éprouvait contre lui au fond d'elle. Elle ne savait pas pourquoi elle avait choisi de refaire la décoration du bureau du policier mais dire qu'elle avait des remords serait très loin de la vérité, elle ne regrettait pas une seule seconde son acte et ne le regretterait jamais, même les grognements du chien n'avait rien fait contre la satisfaction qu'elle éprouvait, elle l'avait pour ainsi dire complètement rayer du décor. C'était peut-être puérile d'agir comme elle l'avait fait, mais elle était à un point où elle ne pouvait pas rester sans rien faire et pour le bien de Dwayne et surtout le sien il fallait qu'elle fasse quelque chose impulsif et idiot, certes, mais quelque chose quand même. Elle avait déjà réussi à rester immobile pendant bien plus longtemps qu'elle ne pouvait le supporter et elle ne comptait sûrement pas bouillir intérieurement durant toute la suite de leurs conversation pour ménager Dwayne, elle estimait qu'elle avait montré assez de bonté en ne s'attaquant pas directement à lui et elle savait qu'il était conscient de cela. Il devait sûrement toujours se rappeler des débuts de leur relation – qu'elle croyait sincère à l'époque- Elle ne comptait plus les fois où elle s'était, parfois inutilement il fallait bien l'avouer, mise en colère contre lui et où il avait dû subir ses sautes d'humeurs, mais là où il avait réellement agit différemment par rapport à toutes les personnes qu'elle avait pu connaître auparavant, c'était qu'il ne la laissait jamais faire son esclandre sans riposter ou essayer de la calmer, c'était en partie pour cela qu'elle avait baissé aussi rapidement sa garde et laisser entrer dans sa vie, elle n'avait jamais été avec quelqu'un qui avait au moins autant de caractère qu'elle et au moins autant de répondant qu'elle, même son frère n'essayait plus d'argumenter avec elle au fil des années. Elle appréciait vraiment que pour une fois, elle n'aie pas à se retenir devant une personne, elle était libre d'être elle-même avec Leslie, elle avait le sentiment d'être à l'aise avec lui, elle pouvait être vraiment elle même sans rien cacher et croyait que c'était réciproque … C'était tellement idiot de se remémorer cet époque maintenant qu'elle connaissait les réelles motivations qui avait poussé Dwayne à s'intéresser à elle. Elle savait qu'en se rappelant de ce pont de sa vie ne lui causerait que plus de mal à cet instant mais au point où en elle en était elle ne pouvait pas ressentir plus de souffrance, pas plus que celle que Dwayne venait de lui faire ressentir en l'espace de quelques minutes.

Toujours le dos tourné à Dwayne, Olivia n'avait pas bronché lorsqu'elle avait entendu le chien grognait contre elle, ni quand son maitre l'avait rappelé à l'ordre, elle se contentait de regarder par la fenêtre. La pluie n'avait pas cessé depuis qu'elle était rentrée dans le commissariat et avec l'atmosphère qui se dégageait du bureau du jeune homme, on se serait cru dans un de ces vieux film policier qui passait encore en pleine nuit à la télévision. Et en y regardant un peu plus, la scène aurait pu parfaitement coller à un film policier, le scénario aussi d'ailleurs... Si Olivia ne se sentait pas aussi désarmée elle aurait même eu cœur à se montrer sarcastique devant une situation pareil...

    « En fait … » Olivia avait eu le réflexe de tourner légèrement sa tête vers Dwayne mais pas assez pour pouvoir le regarder en face lorsqu'il lui parlait, elle ne se sentait plus de le regarder sans qu'automatiquement elle ne revoit la tête de son frère, lâchant ses derniers soupirs dans les urgences de l'hôpital de Miami... « J’avais avoué la vérité à Owen. Quelques semaines avant … » La seule réaction qu'avait eu la jeune femme était de détourner une fois encore son regard pour ne plus avoir à regarder Dwayne et de fermer pendant un long moment ses paupières, comme si ce geste allait défaire ce que venait d'avouer le jeune homme...


Après ce nouvel aveux, Olivia se sentait encore plus mal qu'elle ne l'était déjà, à croire qu'à chaque fois qu'elle pensait atteindre le fond elle découvrait qu'elle pouvait encore creuser plus bas. Elle ne savait plus si elle devait ressentir encore plus de haine envers Dwayne ou bien commencer à remettre en question la foi et la confiance qu'elle portait à son frère... Après tout, ce que venait de lui avouer Dwayne, ne voulait dire qu'une chose : Il n'avait pas été le seule à mentir et que même la personne la plus importante dans la vie de la jeune femme n'avait jamais été honnête avec elle... Autant pour le cas de Dwayne, il avait été facile pour Olie de le mettre catégoriquement dans sa liste noire, mais pour son propre frère c'était une affaire beaucoup moins facile à résoudre. Elle avait pratiquement toute sa vie, mit Owen sur un piédestal. Même pendant les années où lui et ses parents étaient en perpétuels disputent, il avait toujours gardé le même air bon et doux comme un bisounours avec elle qu'elle lui avait toujours connu et de son point de vue, avait tout sacrifié à la mort de leurs parents pour l'élever et prendre soin d'elle. Comment pourrait on ne serait-ce qu'une seule seconde remettre en cause l'honnêteté d'une personne qui vous avez pratiquement élever ? Enfin c'est ce qu'elle se serait dit avant d'avoir entendu ce qu'elle avait déjà entendu jusqu'ici de la bouche de Dwayne, et maintenant bien qu'elle n'était toujours pas prête à se l'avouer, elle commençait à ressentir une infime partie de doute s'immiscer dans sa tête et elle n'aimait pas du tout ça. Elle se sentait coupable de ressentir du doute envers son propre frère et pourtant, elle ne pouvait pas s'empêcher d'y penser. Ce qui enfonçait encore plus Olie c'était le fait que Dwayne ait aussi peu de difficulté à lui révéler ses choses, comme si elle ne comptait pas, comme si le fait d'apprendre qu'elle avait été mise à l'écart par les deux personnes qu'elle aimait le plus n'était pas déjà assez humiliant, elle avait été traitée comme une gamine dont on cacherait des informations cruciales et c'est ce qui énervait le plus la jeune femme, ne pas avoir paru assez digne de confiance pour être mis dans la confidence...

    « C’qui était prévu c’était qu’il m’aide à réunir les éléments qu’ils me manquaient pour boucler mon dossier, et en échange de ça j’aurai réussi à négocier pour qu’il ne prenne pas trop cher … Mais la machine s’est emballée et ça a commencé à sentir mauvais, alors les plans ont changé. » Ils avaient tout prévu sous le nez d'Olivia sans qu'elle n'ait le moindre petit indice de quelque chose qui clochait. Le sentiment d'avoir été prise pour une idiot qu'elle avait eu quelques secondes auparavant n'allait sûrement pas disparaître avec ça …« Il s’est vite avéré que j’avais été balancé, à l’époque je savais pas encore par qui, mais quoi qu’il en soit j’avais plus le choix fallait que j’me tire en vitesse. Owen avait prévu de tout t’expliquer une fois que je serai partit, et vous auriez déménagé vous aussi, loin de Miami … » Olivia prenait conscience que même son propre frère n'avait eu aucun scrupule à lui mentir, il l'avait même fait en duo avec Dwayne, elle se sentait tellement bête d'avoir toujours été honnête quand eux ne ressentait aucune culpabilité à lui mentir, elle avait vraiment été traitée comme une gamine, indigne d'avoir un semblant de vérité. « C’est lui qui m’a poussé à t’écrire cette lettre … Il devait se douter que, que si j’me laissais prendre à un face à face, tu réussirais peut-être à me faire changer d’avis … » Olivia avait instinctivement tourné sa tête vers lui, pas comme avant, cette fois ci elle avait voulu voir le regard qu'avait Dwayne, parce qu'elle était sûre qu'il n'avait jamais pensait aux dégâts qu'avait causé la lettre qu'il lui avait écrite. Celle qui avait mis fin à leur relation et avait plongé Olie dans le chaos littéralement. Elle avait d'ailleurs pour une raison inconnue, garder la lettre, sûrement pour se rappeler du mal qu'elle lui avait causé et pour ne pas oublier de ne jamais retomber dans l'état où elle avait été après, si elle avait su que c'était Owen qui en avait eu l'idée... C'était dur à avaler qu'il ait pu ne rien lui avouer alors qu'il avait vu l'état qu'avait mis cette lettre maudite sur sa petite sœur, cette personne n'était assurément pas le frère qu'elle avait connu … « Et on savait tous les deux que c’était pas envisageable, la seule option c’était que je parte de mon côté et vous du vôtre … Pour Owen comme pour moi il était clair que c’était la dernière chose qu’on faisait ensemble, et qu’on ne se reverrai probablement jamais … » Donc Olie n'avait pas son mot à dire dans les décisions que Dwayne et Owen prenaient concernant son future, pour eux elle était juste censée les suivre et acquiescer comme une gentille petite fille sage qu'elle n'était pas. Olivia ne savait plus si elle était censée être en colère contre son frère et Dwayne à propos de ça où à propos de toute cette histoire de trafic, toutes les infos ne faisaient que s'emmêler dans l'esprit de la jeune femme et elle n'arrivait plus à réfléchir de façon cohérente...

    « Donc vous alliez juste faire comme vous aviez prévu sans m'inclure dans l'équation à part bien sûr pour vous suivre comme un toutou ! » On pouvait sentir de l'irritation dans la voix d'Olivia, elle n'aimait pas avoir été prise pour quelqu'un qui ne méritait pas un minimum d'honnêteté surtout quand le mensonge qu'ils cachaient était aussi gros que celui là. « Est-ce que vous avez ne serait-ce qu'une seconde penser que j'avais mon mot à dire dans vos plans hein ?! » Elle avait lâché sa phrase avec un ton lasse et agacer à la fois, elle n'espérait pas avoir une explication de la part de Dwayne car quoiqu'il dise elle l'aurait de toute façon mal prit, à ce stade de la conversation tout ce qu'il lui disait était forcément déplacé, c'était en grande partie pour cela qu'elle ne voulait pas s'attardait une fois qu'il lui aurait tout avouer, elle ne souhaitait pas « s'automutiler » plus émotionnellement et endurer plus longtemps ce qu'elle endurait depuis le début de leur rencontre. Après cette soirée, elle ne savait peut-être pas ce qu'elle allait faire ensuite mais elle était au moins sûr d'une chose, elle ne voudrait plus jamais avoir affaire avec le jeune homme, après ce qu'il lui avait dit, elle ne verrait plus en lui que la souffrance qu'elle s'efforçait d'oublier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Dim 31 Oct - 4:57

L’idée de mettre Olivia dans la confidence avait déjà effleuré l’esprit de Dwayne après qu’il ait avoué la vérité à Owen. Mais l’avouer une fois avait déjà été pure folie, alors une seconde fois cela n’avait pas été réellement envisageable en fin de compte … Bien sûr qu’il s’en était toujours voulu d’avoir menti à Olivia, depuis le moment où il avait commencé à s’attacher à elle et jusqu’à aujourd’hui il avait du vivre avec ce regret enfoui dans son esprit. Mais il n’avait pas trouvé le courage nécessaire pour le faire lorsque l’occasion s’était présentée, et ensuite … Et bien ensuite, il avait été trop tard pour tout ça. Il n’avait jamais douté un instant que la jeune femme méritait la vérité et aurait du y avoir droit, mais là où ses sentiments le trahissaient sa raison avait bien vite fait de prendre le pas. En mettant Owen dans la confidence il avait eut dès le départ conscience de le mettre en danger, et réitérer ceci une seconde fois n’était pas quelque chose d’acceptable … Et puis soyons clair, si Owen avait pardonné aussi facilement ses mensonges à Dwayne c’était très certainement parce que niveau mensonges il n’était lui-même pas blanc comme neige. Tandis que en ce qui concernait Olivia Dwayne savait que tenter de lui faire comprendre pourquoi il lui avait menti et pourquoi il s’était, soyons honnête, servi d’elle ne serait pas aussi simple ; Elle devrait à la fois accepter que Dwayne lui ait menti du tout au tout et le fait que son frère lui avait menti lui aussi … Et cela faisait trop pour une seule personne, elle n’aurait pas pu pardonner aux deux et elle aurait choisi Owen. Ce n’était pas un reproche, Dwayne était bien placé pour savoir que peu importe les circonstances il aurait lui aussi choisi son propre frère envers et contre tout, mais voilà pourquoi Dwayne avait décidé de ne pas risquer la sécurité d’Olivia en lui avouant la vérité à l’époque, lorsqu’il savait très bien que de toute façon le fait qu’il lui dise la vérité ne serait pas suffisant pour rattraper les mensonges précédents.

    « Donc vous alliez juste faire comme vous aviez prévu sans m’inclure dans l’équation à part bien sûr pour vous suivre comme un toutou ? » Difficile ne de pas prendre conscience de la vexation de la jeune femme dans sa phrase, cela respirait l’amertume et l’irritation. « Je … non, c’est juste que … » Incapable de donner la moindre explication, la moindre excuse. Plus Olivia se fendait en reproches plus il perdait ses moyens et se retrouvait incapable de s’expliquer convenablement. Et sans doute excédée par son manque de loquacité la jeune femme avait ajouté « Est-ce que vous avez ne serait-ce qu’une seconde pensé que j’avais mon mot à dire dans vos plans hein ?! » En toute honnêteté ? Non. Owen comme Dwayne savaient que cela aurait été mettre Olivia en danger plus que nécessaire, et qu’il n’y aurait pas eut de réel avantage là-dedans. « Owen était au courant, on voit où ça l’a mené … »

Il n’était pas difficile de percevoir l’amertume, dans la voix de Dwayne cette fois-ci. Sa réponse aurait presque pu passer pour de l’ironie mais il n’en était en fait rien, il était on ne peut plus sérieux. Owen était mort parce qu’il l’avait mis au parfum, si il s’était contenté de se débrouiller tout seul et d’écouter les conseils de Daniel sans chercher à jouer au plus malin rien de tout cela ne serait arrivé, et Owen serait peut-être encore en vie. Pourquoi ce besoin soudain de vérité, pourquoi cette lubie soudaine de rentrer Owen dans une combine qui n’était même pas rôdée ? Il l’avait mené à sa perte … A croire que c’était le destin de l’un ou de l’autre de ne pas s’en sortir. Sans la fidélité d’Owen à son égard Dwayne serait sans doute mort dans ce sous-sol de Miami, c’était même une certitude. Mais cette confiance en Dwayne Owen l’avait finalement payé de sa propre vie, comme si quelque soit la réponse au problème une vie devait forcément être le prix à payer pour mettre fin au cauchemar.

    « Qu’est-ce que t’aurais voulu qu’on te dise Olivia ? De nous faire confiance, à nous deux qui t’avions menti effrontément pendant des mois, des années dans le cas d’Owen ? T’en aurais fait qu’à ta tête avoue-le … » C’était peut-être s’avancer un peu trop, mais Dwayne avait fréquenté Olivia assez longtemps pour savoir que son sang ne faisait qu’un tour et que l’impulsivité était l’un de ses principaux défauts. Et dans la situation présente son impulsivité aurait bien pu la conduire droit à la mort, alors est-ce qu’il regrettait de ne pas l’avoir mis dans la confidence ? Pas le moins du monde. « La seule raison pour laquelle il t’est jamais rien arrivé c’est justement parce que tu savais rien … Sinon je t’assure que tu aurais fini de la même façon que Leslie, et que ton frère. »

Dwayne venait de révéler un ultime détail à propos de sa couverture de l’époque. Leslie était bel et bien mort, et pas seulement dans son esprit, ultime précaution destinée à brouiller les pistes pour remonter jusqu’à l’homme qui avait joué ce rôle sur mesure pendant dix-huit mois. Bien que Dwayne ait été vendu par un ripou ce dernier n’était pas assez renseigné pour remonter jusqu’à son véritable nom et Leslie Cooper le trafiquant n’était devenu que Leslie Cooper le flic … Leslie le flic, tombé dans les eaux troubles des docks de Miami après s’être fait canarder, mais qui avait finalement périt avec ses secrets et ses remords. Et Dwayne n’exagérait pas alors en disant qu’Olivia ne devait son salut qu’à son ignorance, et que si par malheur elle avait été au courant alors elle aurait subi le même sort que les deux hommes qu’elle avait perdu.

    « J’aurai voulu pouvoir tout t’expliquer pour Owen ensuite, et t’empêcher de gâcher trois années de ta vie dans des recherches forcément vaines … Mais je pouvais pas. Ton frère a sacrifié sa vie pour sauver la mienne, et crois moi t’es pas la seule à penser qu’il a fait là la plus grosse bêtise de sa vie … Mais il l’a aussi fait pour toi, pour te protéger, et je pouvais pas foutre ça en l’air, que sa mort au moins n’ai pas été en vain … » Il avait dit tout cela sans oser la regarder dans les yeux. Jusqu’à présent il avait essayé de garder un semblant de sang froid et d’objectivité, mais tout cela s’amenuisait de plus en plus rapidement et la culpabilité à nouveau, devenait difficile à porter. Trop difficile en tout cas pour qu’il ne la regarde dans les yeux, et pour que sa voix ne tremble pas. « Te laisser reprendre ta vie, et me sauver, c’est la dernière chose que j’ai promis à ton frère, la toute dernière chose … Tenir ma promesse, une des seules et uniques que j’ai pu lui faire sans rien avoir à cacher, je lui devais bien ça non ? »

Bien plus qu’une promesse, dans le cas d’Owen cela avait pratiquement fait office de dernière volonté, même si à ce moment là encore Dwayne avait eut l’espoir fou que le jeune homme s’en sortirait vivant. En tous les cas Dwayne n’avait pas failli à sa promesse de disparaitre de la vie d’Olivia, et de disparaitre tout court, parce que c’était ce qu’Owen jugeait le mieux mais également parce que qu’au fond de lui Dwayne savait aussi que c’était la meilleure solution, la seule qui soit raisonnable. Il avait passé dix huit mois à jouer avec le feu, jusqu’à finalement s’en être brûlé les ailes, et il était temps alors qu’il redevienne un peu raisonnable et qu’il cesse de croire à l’impossible. Bien sûr qu’il avait déjà pensé à dire la vérité à Olivia, un nombre déraisonnable de fois, et puis avec le temps il avait fini par se convaincre que c’était sans doute mieux ainsi, et qu’elle n’avait pas besoin de recroiser un jour la route de celui qui avait déréglé l’horlogerie de sa vie et lui avait fait perdre le seul membre de sa famille qui lui restait encore. Et puis, ne pas dire adieu à Leslie c’était dire adieu à Dwayne, et ça il n’en aurait jamais été capable … Devoir abandonner son véritable nom de famille avait déjà été difficile pour lui, parce que c’était mettre une barrière entre lui et sa famille et que justement, il n’y avait rien de plus important pour Dwayne que sa famille.

Pourquoi ce soudain besoin de vérité alors, quand il avait finit par se persuader lui-même que le mensonge valait sans doute mieux ? Sans doute son ras-le-bol des mensonges en général, à propos d’Owen, à propos de lui-même, à propos de tout … Parce qu’il avait voulu jouer les casse-cou à une époque où il était quelque peu paumé il y avait de fortes chances pour qu’il en paye le prix jusqu’à la fin de sa vie. Il n’y avait rien qu’il ne donnerait pas pour pouvoir brûler son passeport actuel et récupérer l’ancien, sous bonne garde et bien caché, sur lequel on pouvait lire Dwayne Denahi Jeremiah Sullivan, et pas simplement Dwayne Sully Marshall … C’était peut-être stupide, mais même si ce n’était qu’un nom pour Dwayne cela représentait beaucoup. Marshall lui faisait encore aujourd’hui un peu l’impression d’être le nom d’un étranger, alors que Sullivan c’était le nom de son père, celui de son frère, et il y avait toute une histoire et un paquet de souvenirs derrière. Des souvenirs qu’il était obligé désormais de reléguer dans un coin de sa mémoire, parce que personne ne devrait jamais en apprendre l’existence.
Pourtant malgré cela il commençait à ressentir de la culpabilité du fait d’avoir finalement cédé à la vérité. Il était un bon menteur malgré lui mais il arrivait un moment où le mensonge pesait lourd, et où on était tenté de s’en débarrasser sur un coup de tête … C’était ce qui se passait en ce moment même. Mais maintenant Dwayne le regrettait, il aurait mieux fait de ne rien dire, il était stupide ça Daniel ne se gênerait pas pour le lui faire remarquer lorsqu’il l’appellerait tout à l’heure, pour le tenir au courant de … cet imprévu retournement de situation.

    « Je sais pas ce qui me prend je devrais même pas te raconter tout ça … » Au son de sa voix on devinait qu’à nouveau Dwayne se refermait sur lui-même, il redevenait ce type bourru qu’il était dès qu’il sentait ses petits secrets menacés. « Tu ferais mieux de partir, et d’arrêter de chercher des réponses à tes questions … Ça t’apportera rien de bon. » Il avait un air sombre, presque froid. Et il se fichait bien que cela exacerbe l’énervement d’Olivia, elle était trop naïve si elle pensait qu’elle n’était pas sur un terrain glissant. « Te jeter dans la gueule du loup, ça ramènera pas ton frère. »

Il le savait, ce serait peut-être la phrase de trop, Olivia n’était pas du genre à apprécier qu’on critique ses actes ou qu’on lui dicte sa conduite, et c’était pourtant plus ou moins ce qu’il était en train de faire. Mais il était prêt à prendre le risque si cela pouvait la faire abandonner, à chercher des réponses partout comme elle le faisait, elle finirait par se faire avoir, et si cela arrivait alors tout ce qu’avaient fait Dwayne et Owen n’aurait servi à rien.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
Je suis mort mais j'existe encore??!!

★ MESSAGES : 10
★ ARRIVE DEPUIS LE : 09/07/2009

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Sam 13 Nov - 23:57

JACKSON EVERSON
PNJ


(c) SUGARFALL
Les sources de distractions ne sont pas vraiment nombreuses là haut, que l'on s'entende bien. Jouer à la belote, passer sa soirée au bar, prendre un peu de bon temps, c'est fini tout ça, une fois qu'on est... Bein oui, mort je crois c'est le mot, pas la peine de chercher une autre façon de tourner la phrase, de tomber dans le politiquement correct, de toute façon il n'a a pas grand monde dans cette ville à qui je manque. A part elle, bien sur que si, à elle je lui manque. J'ai bien vu ses réactions, le funeste jour où j'ai perdu la vie. Si elle se mariait avec cet imbécile, ce nigaud indigne d'une femme comme elle, c'était uniquement parce qu'il lui avait fait perdre l'esprit, qu'il lui avait fait un lavage de cerveau ou je ne sais quelle autre pratique obscure. Mais celui qu'elle aimait, c'était moi, ça a toujours été moi. Elle n'a jamais osé se déclarer, à cause de notre différence d'âge, à cause de ma réputation douteuse ou je ne sais quoi d'autre, mais j'étais celui qu'elle voulait épouser. Si elle se mariait avec ce prof, c'était par dépit, et non par amour.

Alors j'avais voulu empêcher ça, bien sur. Peut être qu'après cet acte héroïque elle oserait se déclarer, elle dirait au monde entier que j'étais l'homme de sa vie. J’avais attrapé le pistolet certes pas tout récent mais pourtant encore en état de marche de mon père, j’étais monté dans ma voiture pour me rendre chez les Ainsworth, lieu de réception de la cérémonie de mariage. Ça aurait put être si facile si seulement j’avais su tirer avec une arme à feu... Personne pour m’en empêcher, j’avais même eu le temps de tirer deux coups avant qu’un imbécile de flic ne m’abatte. Seulement aucun n’avait touché sa cible. N’est pas James Bond qui veut.

En parlant d’imbécile de flic... Comme je disais une fois mort, c’est dur de trouver de quoi s’occuper. La seule chose que l’on peut encore faire, c’est regarder. Regarder et se délecter. Bon bien sur, Sidney est mon sujet préféré, mais il arrive que pour me distraire j’observe le quotidien de ces chers habitants de New Heaven. Et aujourd’hui, sans réellement savoir pourquoi, c’est ce cher lieutenant Marshall que j’ai choisit de suivre. Ce nom vous est familier ? Quoi de plus normal, ce cher Dwayne est un héros, vous avez du lire son nom dans les quotidiens régionaux. Il a mis fin à l’horrible "fusillade", en tirant la balle qui mit fin au jour du "tueur de mai". Comment je le sais ? PARCE QUE CELUI QUE TOUTE LA VILLE A SURNOMME LE TUEUR DE MAI C’EST MOI !!! Qu’est ce que c’est vulgaire, réducteur, indigne de moi comme appellation. Je suis un pourfendeur de malotru, un délivreur de grande dame, un chevalier, un vrai ! Tout ce que je voulais c’était faire en sorte que ma bien aimée ne fasse pas la plus grande erreur de sa vie ! Et voila comment je suis récompensé ! Le lieutenant Marshall aurait pu au moins avoir la délicatesse de me laisser terminer ce que j’étais venu faire. Et au lieu de ça, non monsieur a voulu me piquer la vedette, pour se positionner LUI, en sauveur. C’est moi qui ai l’initiative, et c’est lui qui récupère tout le mérite. Il y a des types comme ça... Le genre de type qui m’insupporte.

Mais quand on voit comment il traite les femmes, rien d’étonnant après tout... Non mais franchement, vous croyez un seul mot de son histoire vous ? « La seule raison pour laquelle il t’est jamais rien arrivé c’est justement parce que tu savais rien », entendez « En fait c’est grâce à moi tout ça, je n’ai fait que te sauver la vie, tu devrais m’être reconnaissante. ». Tous les même. Une musculature avantageuse, des yeux bleus et une gueule d’ange, et ils se croient tout permis, ils pensent pouvoir faire tomber toutes les femmes de la ville sans conséquences... Un peu le Lance d’ailleurs, des manipulateurs de première.

Mais la fille qu’il a en face ne vaut pas vraiment mieux, parce qu’elle n’est après tout pas différente de toutes les autres. Elle va peut être s’énerver un bon coup, mais elle finira par retomber dans ses bras, comme elles le font toutes. Non mais regardez là, il s’est servit d’elle, il a causé la mort de son frère, il lui a mentit toute leur relation et l’a plaqué comme une vieille chaussette, mais elle finira quand même par le reprendre. Toutes les même, même pas Sidney était comme elles. J’ai risqué ma vie et je suis mort pour elle, et voila que maintenant elle roucoule avec son gros nounours. Si c’est trop demandé qu’un peu de gratitude et de peine où va le monde. Les habitant de New Heaven aurait du me construire un caveau de roi, que dis-je, un monument, un mausolée ! Mais au lieu de ça, on m’a chassé de tous les esprits, et ces petites idiotes continuent à accrocher à des types comme lui.

Enfin pour l’instant c’est quand même mal engagé pour le Dom Juan. C’est qu’elle semble avoir du caractère, la Olivia. Il mériterait bien que cette fois ci, ce soit elle, qui le jette. J’aimerais bien voir la tête qu’ils feraient, ces deux là, si quelqu’un interrompait leur petite querelle. Quelqu’un comme celui que je venais d’entendre frapper timidement à la porte par exemple ?

____________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Ven 19 Nov - 9:22

Cela avait toujours été pareil partout. On pensait rendre service à la personne à laquelle on tenait, on pensait qu'elle serait en sécurité et reconnaissante si on lui cachait des choses, « pour sa sécurité », si on lui mentait en fait ... Mais en réalité, ce n'était pas elle qu'on protégeait mais nous mêmes, car même si on ne pouvait pas -ou ne voulait pas- se l'avouer on était effrayé par la réaction de l'autre, de la façon dont il nous verrait et nous traiterait si jamais on avouer les fautes qu'on aurait pu commettre. Si Olivia avait été une personne compréhensive, elle aurait sûrement pensé quelque chose dans ce genre et aurait réfléchit et agit en conséquence, mais comme s'en doutait déjà Dwayne, Olie était loin d'être ce genre de personne, même en se forçant elle ne pourrait pas penser ni agir de cette manière. Quoique, si cela avait été Owen devant elle à ce moment, elle n'était pas sûre d'être aussi catégorique dans la manière dont elle aurait gérait la question, mais c'était sûrement parce qu'elle avait pendant tout sa vie mit son grand frère sur un piédestal, agissant comme si il était parfait et vide de tout défaut et en jugeant les autres en fonction de la vision qu'elle avait de lui. Se dire maintenant qu'il était finalement comme n'importe quel autre personne au monde, mentant et trichant -pour son propre bien ou pour celui de sa sœur-, c'était un peu dure à assimiler pour la jeune femme et il lui faudrait bien plus que quelques minutes de silence de la part du jeune homme en face d'elle pour digérer une telle chose, son frère n'était, après tout, qu'un être humain, avec ses défauts et ses erreurs de jugements et que même avec toutes les bonnes intentions du monde il avait finit par faire la seule chose qu'il ne voulait pas : blesser son « précieux trésor »...
Dwayne devait savoir que si jamais Olivia avait été au courant des plans qu'ils avaient fait avec son frère, elle aurait essayer de les dissuader -après leur avoir fait une scène pas possible, elle l'admet.- Bien que vu les circonstances, Olie aurait difficilement été capable de reparler normalement à l'un ou à l'autre. En fait, elle n'arrivait pas à s'imaginer dans ce cas de figure, trois ans auparavant, si Dwayne et Owen avaient décidé de tout révéler à la jeune femme, elle ne savait pas si elle aurait été capable de leur pardonner. Ils la connaissait assez tout les deux pour savoir que la pire chose qu'on pouvait lui faire était de la trahir d'une manière ou d'une autre, une fois qu'on perdait la confiance de Olivia il était quasi-impossible de la retrouver et Olie ne faisait d'exceptions pour personne, enfin, c'est ce qu'elle pensait jusque là mais devant une situation pareille, elle devait bien l'avouer, elle aurait eu beaucoup de mal à passer outre leur trahison et leurs mensonges.

    « Je … non, c’est juste que … » Olivia était sortie de ses pensées hypothétiques pour entendre Dwayne balbutiait, rien que ça suffisait à l'irriter, elle ne pouvait vraiment pas rester plus longtemps dans le même endroit que lui.« Si tu veux t'expliquer au moins fais le sans bégayer. » On pouvait bien voir que la jeune femme ne comptait plus se retenir de dire se qu'elle pensait et qu'elle se fichait royalement de comment elle pouvait paraître. « Owen était au courant, on voit où ça l’a mené … » Si Olivia avait été mise dans la confidence peut-être que justement Owen n'aurait pas eu la fin qu'on lui connait, peut-être qu'ils auraient réussi à trouver une solution à eux trois, mais tout ça n'était que des suppositions qu'elle ne pourrait jamais en pratique à cause de Dwayne...« C'est pas d'avoir été au courant qui l'a tué, c'est d'avoir cru qu'il pouvait faire confiance à n'importe qui... »


Sa dernière réflexion était limpide de sens, elle lui faisait bien comprendre que l'erreur qu'avait commise son frère n'était pas d'avoir été au courant de la véritable identité de Dwayne ou bien d'avoir essayer de l'aider -bien que techniquement c'était cela qui avait causé sa perte- mais bien d'avoir eu la naïveté d'avoir confiance en Dwayne alors qu'il venait de lui avouer que tout ce qu'il essayait de faire depuis une année était de le mettre en prison à vie et de ruiner sa vie et celle de tout son entourage. Olivia n'aurait certainement pas eu la même réaction que son frère, elle n'avait pas autant confiance en l'être humain pour accepter une chose pareille.

    « Qu’est-ce que t’aurais voulu qu’on te dise Olivia ? De nous faire confiance, à nous deux qui t’avions menti effrontément pendant des mois, des années dans le cas d’Owen ? T’en aurais fait qu’à ta tête avoue-le … » La voix de Dwayne résonnait dans sa tête, pendant qu'elle réfléchissait à la manière dont elle aurait fait si cela avait été le cas, Bien sûr elle en aurait fait qu'à sa tête mais ça c'était évident, et c'est ce qui agaçait Olivia, que Dwayne sache aussi bien comment elle aurait réagit face à une situation pareille, elle qui se rendait compte qu'elle ne connaissait rien à son propos et qui ne connaissait surement pas aussi bien son frère qu'elle ne le laissait croire il y a seulement quelques minutes.« J'ai rien à avouer puisque vous m'avez pas laisser le choix, vous vous êtes contentés de faire vos plans foireux ! » Et c'était quelque chose qu'ils ne sauraient jamais, ce qui se serait passé si Olie avait été au courant de leurs plans, qui sait, peut-être qu'ils auraient pu trouver un moyen de sortir de ce pétrin, peut-être que la vie de son frère n'aurait pas été sacrifié pour stopper la machine et qu'ils auraient pu tout recommencer à zéro...« La seule raison pour laquelle il t’est jamais rien arrivé c’est justement parce que tu savais rien … Sinon je t’assure que tu aurais fini de la même façon que Leslie, et que ton frère. » Et elle devrait peut-être le remercier pour ça aussi ?! Dwayne croyait vraiment au Père Noël s'il pensait qu'elle allait croire ce qu'il venait de lui dire, il l'a prenait vraiment pour une écervelée, elle ne ressemblait pas à une de ses filles de séries B qui avaient toujours besoin d'un homme pour la sauver ou pour le remercier de prendre des décisions à sa place parce que oui c'était une pauvre chose frêle qui ne savait rien faire. « Et tu penses que ma vie est enviable aujourd'hui ?! Tu ne sais pas du tout ce que j'ai pu endurer ces trois années alors ne t'avises pas de me dire quelque chose pareille ! »


Olivia ne criait pas encore mais elle n'en était pas loin, à chaque phrase on pouvait sentir que le ton de sa voix augmenter et que ses mots étaient peints de la colère qu'elle ressentait. Elle était restée calme bien plus longtemps qu'elle aurait pensait pouvoir tenir et les interventions de cet idiot de Dwayne n'aidait pas à la calmer, bien au contraire, elle était au point où la seule pensée qu'il soit à coté d'elle lui donnait envie des envies de meurtres, -encore heureux qu'ils aient été au beau milieu d'un commissariat remplit de flics-

    « J’aurai voulu pouvoir tout t’expliquer pour Owen ensuite, et t’empêcher de gâcher trois années de ta vie dans des recherches forcément vaines … Mais je pouvais pas. Ton frère a sacrifié sa vie pour sauver la mienne, et crois moi t’es pas la seule à penser qu’il a fait là la plus grosse bêtise de sa vie … Mais il l’a aussi fait pour toi, pour te protéger, et je pouvais pas foutre ça en l’air, que sa mort au moins n’ai pas été en vain … »Au moins il était lucide, il savait que Owen avait fait la plus énorme erreur de sa vie en l'aidant à s'en sortir et à en payer le prix avec sa propre vie, mais cela ne faciliter pas l'avis de Olivia sur le sujet, il était claire qu'elle ne lui pardonnerait pas d'avoir causé la mort de sa seule famille et en prime la perte de trois ans de sa vie.« Te laisser reprendre ta vie, et me sauver, c’est la dernière chose que j’ai promis à ton frère, la toute dernière chose … Tenir ma promesse, une des seules et uniques que j’ai pu lui faire sans rien avoir à cacher, je lui devais bien ça non ? » Reprendre sa vie ? Comme si Olivia avait réussi à reprendre normalement sa vie, il n'avait surement aucune idée de combien elle avait pu souffrir ces dernières années, ni combien elle avait pu en avoir marre au point de penser aux idées les plus dramatiques... Elle n'a pas vécu ces trois années, elle a survécu. Ne devenant plus que l'ombre de ce qu'elle avait pu être avant, perdant un peu plus chaque jour le goût qu'elle avait en la vie, la seule chose qui lui faisait tenir c'était la conviction que son frère était la victime et non pas le coupable... « Oh je t'en pris ne me prend pas pour une idiote ! N'essaie pas de me faire croire que t'as agis en lâche pour mon bien ou pour tenir ta promesse ! Admets le, ce que t'as dis ou non Owen t'arrangeais bien et t'en as profité ! »


Olivia se fichait bien de savoir si Dwayne avait tenu une quelconque promesse à son frère ou pas, la seule vérité qu'elle voyait dans tout ça c'était qu'une fois de plus, il avait agit en lâche et en dégonflé et avait fuit au lieu de faire face à ses erreurs, il avait fait son choix en connaissant les conséquences de ses actes et pour ça, Olivia n'en était que plus remontait contre lui. Elle ne demandait pas la lune non plus, tout ce qu'elle voulait c'était qu'on soit honnête avec elle au moins une fois dans sa vie, puisque apparemment aucun des deux hommes de sa vie ne l'avait jamais été et c'était d'autant plus dure à avaler pour elle qu'elle s'était évertuée pendant toute sa vie à l'être. Quand ses camarades de classe mentait à leurs parents sur leurs mauvaises notes elle était l'une des rares à tout déballer, même lorsqu'elle était censée sortir « en douce » elle laissait un mot à son frère lui disant où elle se trouvait. Elle avait toujours prôné l'honnêteté et croyait naïvement que si elle était honnête et bien, les gens le serait aussi avec elle.

    « Je sais pas ce qui me prend je devrais même pas te raconter tout ça … » Olivia s'était rapprochée sans s'en apercevoir de Dwayne, elle l'avait fixé et voyait bien qu'il commençait à regrettait d'avoir vendu la mèche alors qu'il avait si « bravement » tenu trois ans, mais Olivia n'en avait pas finit avec lui, il n'avait pas livré tout ses secrets et elle était décidée à les connaître ce soir même si pour cela elle devait se montrer persistante. « Tu ferais mieux de partir, et d’arrêter de chercher des réponses à tes questions … Ça t’apportera rien de bon. » Ce qu'elle appréhendait était entrain de se passer sous son nez, Dwayne se refermer et avec lui les réponses qu'il n'avait pas voulu lui lâcher. « Je ne compte pas partir avant que tu aies terminé tes explications ! » Essayez de rester de marbre quand on vous jetait un regard aussi froid que celui que venait de jeter Dwayne à Olivia. Olivia, elle, ne pouvait pas et cela le jeune homme allait très vite s'en rendre compte à ses dépends, Olie avait déjà du mal à se freiner de lui jeter son sac à main en plein visage -et avait d'ailleurs passer une bonne partie de ses nerfs sur le dit sac- mais elle aurait pu éventuellement réussir à se maitriser si ce maudit Dwayne n'avait pas rajouté LA phrase de trop pour les nerfs de la jeune femme... « Te jeter dans la gueule du loup, ça ramènera pas ton frère. » Elle ne lui avait même pas laissé le temps de finir complètement sa phrase qu'elle lui assénait un coup avec le sac à main qu'elle avait sur elle. Le coup était parti sans même qu'elle n'ait eu à y réfléchir, ce n'était même plus son esprit qui commandait mais son corps. Elle avait été silencieuse pour plusieurs choses mais elle ne pouvait pas supporter qu'on puisse lui ordonnait de faire telle ou telle chose ni qu'on lui parle de son frère et surtout pas quand ça venait de celui qui était responsable de tout ces maux. La violence n'était peut-être pas la réponse à tout mais elle était nécessaire dans certains cas.« Je t'interdis de me dire ce que je peux ou ne peux pas faire et ne mentionne plus Owen devant moi ! Être son meurtrier devrait être une raison suffisante pour te taire ! »


Voilà elle l'avait dit. En fixant le regard de Dwayne, elle voulait qu'il sache qu'elle pensait ce qu'elle venait de dire et qu'elle ne le regrettait pas, qu'elle ne ressentait aucun pincement au cœur en l'ayant dit, pas une once de regret. Parce que au fond d'elle, Olivia croyait en ce qu'elle disait, elle avait le sentiment d'avoir été prise pour une idiote depuis tellement longtemps et d'avoir cru ce qu'on lui disait comme si cela était parole d'Évangile qu'elle voulait qu'il prenne conscience qu'elle ne lui laisserait plus cette chance...
Après l'avoir dévisagé pour s'assurer que ses paroles l'avait bien atteint, elle s'apprêtait à partir, tant pis pour le reste des explications, elle ne voulait plus le voir, elle était hors d'elle et rester devant lui n'aller que l'enfoncer, mais juste au moment où elle allait atteindre la porte, elle fût surprise par une personne frappant à la porte. Ça ne l'étonnait pas plus que ça, avec tout le grabuge qu'elle avait causé c'était déjà un miracle que personne n'ait jugé bon d'intervenir, quoique cela ne changeait en rien les plans de Olivia, elle allait s'en aller et la venue d'une personne extérieur allait même lui donner une opportunité pour se liquider de Dwayne si jamais il avait encore assez de crans pour la retenir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Sam 4 Déc - 9:42

Passée la colère, le regard d’Olivia se faisait à chaque seconde un peu plus dur et froid à son égard, comme si à mesure qu’il parlait et qu’il tentait de s’expliquer celle-ci s’évertuait intérieurement à trouver mille et une raisons de le tuer lentement et douloureusement (et venant d’Olivia c’était fort possible croyez-le bien). Et à Dwayne qui n’avait pourtant d’ordinaire pas froid aux yeux et ne se laissait pas démonter facilement, elle réussissait à lui faire perdre ses moyens et à le rendre aussi bégayant d’un gosse de six ans qui aurait été pris sur le fait en train de faire une bêtise. C’était désagréable, très désagréable, mais plus il s’en rendait compte plus il avait du mal à se ressaisir. Olivia n’était pas simplement quelqu’un qui lui faisait un reproche et avec qui il devait se montrer diplomate, elle était la personne qui avait le plus de raisons de lui en vouloir sur cette foutue planète … Sans exagérer, s’il y avait bien une personne qui avait une, non des, raisons d’en vouloir à Dwayne c’était bien elle, beaucoup plus qu’aucun autre. Et parce qu’il se savait le seul fautif, le seul mis en cause dans cette conversation, il avait du mal à ne pas perdre pieds … Il avait l’impression d’étouffer sous le poids des milliards de reproches que pourrait lui faire Olivia si elle prenait le temps de tous les énoncer, et son « Si tu veux t’expliquer au moins fais le sans bégayer. » n’eut pour effet que de le mettre encore un peu plus mal à l’aise.
Néanmoins, qu’elle l’ait coupé au milieu de sa phrase permit également au jeune policier de trouver de quoi lui répondre, même si comme on s’en doutait peut importait l’excuse au fond, bonne ou mauvaise, qu’il pourrait lui fournir. Quelle qu’elle puisse être elle ne satisferait de toute façon pas Olivia, qui ne s’attendait donc pas sans doute en posant sa question à ce que la réponse de Dwayne représente un quelconque intérêt. Il se contenta d’une unique phrase de justification, maigre mais qui avait été pour lui une raison amplement suffisante à la prise de sa décision. Pour Olivia en revanche aucune explication ne serait jamais suffisante, aucune excuse suffisamment valable, et elle se fit donc un malin plaisir de tourner la chose de la façon qu’elle trouvait juste.

    « C’est pas d’avoir été au courant qui l’a tué, c’est d’avoir cru qu’il pouvait faire confiance à n’importe qui … » Disait-elle cela dans le but de le blesser ou bien le pensait-elle sincèrement ? Les deux sans doute, mais c’était le fait qu’elle avait sans doute raison qui blessait réellement Dwayne. En tout cas les mots de la jeune femme avaient été autant de claques pour le jeune homme. « Peut-être oui … » Le ton las avec lequel il avait répondu suffisait à prouver qu’il n’avait pas envie d’argumenter plus sur le sujet.

Bien sur qu’il avait conscience du fait que la mort d’Owen reposait en partie sur le fait que ce dernier lui avait porté une confiance aveugle même après avoir appris la vérité. Sans parler du fait qu’Owen aurait pu appliquer sans réfléchir la sentence qu’on infligeait aux traitres dans le milieu, il aurait aussi pu dans un registre moins radical se contenter de laisser Dwayne se débrouiller tout seul et ne pas lui venir en aide à un seul instant … Dwayne ne comprenait toujours pas où Owen réussissait à puiser cette fois inépuisable dans les personnes en qui il croyait, lui-même n’aurait sans doute pas pardonner, et c’était bien ce qui rendait la chose si étonnante à Dwayne. C’était ce qui lui faisait prendre conscience de l’amitié sincère qu’Owen avait à son égard en dépit de tout ce qui s’était passé.
Pour cette même raison il avait d’abord refusé qu’Owen ne se mêle de ses affaires plus que ce n’était déjà le cas. Parce que c’était ce qu’on faisait avec un ami, on essayait de le laisser en dehors du pétrin quand on savait la situation délicate, et surtout dangereuse … Mais tel un vrai Knighton qui se respecte Owen n’en avait fait qu’à sa tête, pensant sans doute à tort qu’à force de côtoyer le danger il avait finit par s’en être immunisé. Il avait tort, et sa confiance en Dwayne autant que son goût du risque, il les avait finalement payés de sa propre vie. La seule chose qu’il ait pleinement réussi avant de s’en aller, c’était de persuader Dwayne que laisser sa précieuse petite sœur en dehors de tout ça était la meilleure et l’unique solution qui se présentait à eux. Mais pour le convaincre de cela il n’avait pas eut à insister, et finalement l’amour qu’ils portaient tous les deux à la jeune femme les avaient poussé à faire ce que cette dernière n’arrivait pas à accepter, se sentant trahie par l’un et surtout par l’autre.

    « J’ai rien à avouer puisque vous ne m’avez pas laissé le choix, vous vous êtes contenté de faire vos plans foireux ! » Ce n’était pas le plan qui était foireux, c’était la situation toute entière. Les choses auraient été les mêmes quelque soit la décision que les deux hommes auraient décidé de prendre. La seule différence était qu’en ne sachant rien, Olivia avait échappé à un prix à payer beaucoup plus lourd, celui d’être le dernier témoin à éliminer … Un rôle que Leslie avait endossé, et qui avait mis fin à ce qui aurait pu être que le sommet d’un iceberg. « Et tu penses que ma vie est enviable aujourd’hui ?! Tu ne sais pas du tout ce que j’ai pu endurer ces trois années alors ne t’avises pas de me dire une chose pareille ! » La phrase d’Olivia le piqua au vif. Se réveiller tous les jours en se prenant à nouveau en pleine face le fait que son frère était bel et bien mort ? Il avait plus ou moins une idée du mal que cela pouvait faire justement. « Tu te crois mieux placée ? Comme tu l’as si bien fait remarquer tu connais rien de moi, alors tu peux pas te permettre de tirer ce genre de conclusion ! Que tu le veuilles ou non j’ai pas passé trois années à me la couler douce moi non plus, désolé de te décevoir ! » Si elle avait encore contenu un peu son énervement, lui n’y était pas parvenu. Parce que ses nerfs étaient à vif sans doute.

Tenir la promesse qu’il avait fait à Owen c’était un peu la seule chose qui restait à Dwayne pour qu’il puisse dire que le fiasco de Miami n’avait pas été totalement complet. Certes cela ne pesait pas lourd, mais c’était toujours ça, et c’était mieux que rien du tout … En particulier quand on n’avait rien d’autre que l’hostilité d’Olivia à regarder dans les yeux, pour se souvenir de tout ce qui avait foiré, de tout ce qui n’avait pas fonctionné suivant le plan prévu au départ. Bien que dès lors qu’il était tombé amoureux d’Olivia il avait su tout de suite que le plan de départ ne vaudrait plus rien …

A l’évidence, la jeune femme avait oublié les paroles de Dwayne au début de leur conversation, lorsqu’il lui avait dit qu’il n’avait là plus aucune raison de lui raconter des choses qui n’étaient pas la stricte vérité. Elle avait tellement de mal à admettre certaines des choses qu’il lui disait qu’elle préférait se raccrocher à l’idée qu’il mentait encore une fois, encore et toujours. Comme si il était utile de d’imaginer et de raconter des mensonges, lorsque la vérité seule était déjà si difficile à expliquer.
Toujours assis à son bureau, ayant reposé une bonne fois pour toute le cadre brisé qu’Olivia avait fait tomber quelques minutes auparavant, Dwayne fixait la jeune femme d’un air qui trahissait le mal que lui faisait cette conversation, et surtout la façon dont se déroulait sa conversation avec elle … Dire que jusqu’à présent les seuls souvenirs qu’il avait d’elle étaient remplis de son insouciance, et de toutes mes raisons plus ou moins rationnelles pour lesquelles elle lui avait plut. Désormais ses yeux étaient à son égard aussi inexpressifs que deux cailloux, et sa voix suffisait à elle seule à prouver toute la haine – pas la peine de mâcher ses mots – qu’elle ressentait à son égard.

    « Oh je t’en prie ne me prend pas pour une idiote ! N’essaie pas de me faire croire que t’as agis en lâche pour mon bien ou pour tenir ta promesse ! Admets-le, ce que t’as dit Owen ou non t’arrangeais bien et t’en as profité ! » La fixant d’un œil noix, Dwayne n’avait pas attendu pour répondre, d’un ton qui n’avait plus rien de calme, ou de diplomate. « Crois bien c’que tu veux Olivia, si ça t’aide à mieux dormir la nuit de tout me coller sur le dos sans chercher plus loin alors grand bien te fasse ! J’ai plus à me justifier, j’ai fait c’que je pensais être le mieux et j’ai pas besoin de ton avis pour savoir c’que j’ai à faire ! »

Il s’était levé et debout, les deux mains appuyés contre son bureau, il regardait Olivia dans les yeux, du même regard qu’elle s’évertuait depuis tout à l’heure d’avoir à son égard. Il détestait la situation, autant qu’il détestait le fait d’avoir cédé à ses émotions et de n’avoir pas su garder son calme … Trop impulsif, c’était décidément un défaut qu’il ne réussirait jamais à gommer complètement de sa personnalité même en y travaillant d’arrache-pied et en faisant tous les efforts du monde. Toute cette conversation était une mauvaise idée, il le savait dès le départ mais pourtant il s’était quand même laissé embarquer là-dedans et n’en avait fait une fois de plus qu’à sa tête tout en se doutant qu’il allait le regretter … Le caractère Sullivan dans toute sa splendeur, on sait qu’on va se vautrer mais on ne peut pas s’empêcher de foncer tête baissée quand même.
Laissant passer quelques secondes il avait senti sa colère retomber comme un soufflé. Ouais, c’était aussi ça s’appeler Dwayne, passer d’un sentiment à un autre en l’espace de deux secondes, et trouver ça parfaitement normal. Et pour l’heure il avait surtout retrouvé un semblant de calme, assez pour que sa raison reprenne le pas sur son énervement et lui fasse réaliser qu’il était temps de mettre fin à la conversation pendant qu’il en était encore temps, elle n’avait que trop duré. Mais le fait que Dwayne se montre à nouveau raisonnable – dans son intérêt personnel cela dit – ne semblait pas du tout du goût d’Olivia, qui ne l’entendait pas du tout de cette oreille.

    « Je ne compte pas partir avant que tu aies terminé tes explications ! » Il avait contourné son bureau et se tenait maintenant face à elle, comme pour lui faire comprendre que peu importe son avis, en ce qui le concernait la conversation allait s’arrêter là. « Ah oui, sinon quoi, tu comptes m’y obliger ? » C’était peut-être chercher les ennuis, mais inutile de préciser qu’avec la phrase s’accompagnait un regard mi-moqueur, mi-dédaigneux de mise. Il était en terrain glissant, mais il c’était mis en tête que ce serait la seule façon de pousser Olivia à s’en aller … Et si pour ça il devait finir par se montrer infect, alors peut-être était-il prêt à prendre le risque. « Tu voulais la vérité, c’est fait. Je peux plus rien pour toi maintenant. » Il s’était rapproché d’elle, et tous les deux se tenaient maintenant l’un en face de l’autre, avec à peine un demi-mètre pour les séparer. C’est là qu’il avait sortit la phrase de trop, la phrase qu’il aurait du garder pour lui et qu’il aurait mieux valut ne pas dire à haute voix par simple esprit de provocation. Pour première réponse elle se contenta de lui balancer son sac à main à la figure, comme si cela allait résoudre leurs problèmes … Et Kenaï cette fois-ci ne broncha pas. Non, d’ailleurs l’animal s’était couché dans un coin et semblait décider à bouder, non content de la façon dont son maitre s’était adressé à lui un peu avant. Olivia elle ajouta ensuite d’un air furibond « Je t’interdis de me dire ce que je peux ou ne peux pas faire et ne mentionne plus Owen devant moi ! Être son meurtrier devrait être une raison suffisante pour te taire ! »

Dwayne était sonné, mais il ne savait pas très bien si c’était le sac à main ou bien la phrase d’Olivia qui en était la véritable raison. Machinalement il avait porté une main à sa lèvre inférieure, qui tout en commençant à gonfler crachota quelques gouttes de sang, lui laissant un goût de fer dans la bouche. Au jeu de celui qui blesserait l’autre il semblerait qu’elle venait de gagner un round, sauf que là la blessure n’avait rien à voir avec un bobo qu’il pourrait faire passer pour une maladresse, non il parlait de la blessure qu’il avait ressentit en son fort intérieur en s’entendant traité de meurtrier de la bouche de celle qu’il avait aimé. Il y avait comme un blanc dans la conversation, car tandis que la jeune femme semblait écumer intérieurement de rage – sans exagérer, attendez on parle d’Olivia quand même xD – Dwayne lui se sentait comme mis KO intérieurement, tel le boxeur mis KO par son adversaire lors du round décisif d’un match capital.
Devant le peu de réaction de sa part, Olivia s’apprêtait visiblement à prendre ses clics et ses clacs et à s’en aller pour de bon … Au moins Dwayne avait réussi à avoir ce qu’il voulait non ? La faire quitter son bureau et espérer ensuite qu’elle n’y remette pas les pieds, car il ne se sentait certainement pas d’attaque pour une deuxième entrevue de ce genre là dans un avenir proche. Cependant les intentions de la jeune femme furent contrecarrées par les trois coups frappés à la porte. A force de se perdre dans sa dispute avec Olivia il avait pratiquement finit par en oublier où il était, et le fait qu’il était en service et n’était pas censé laisser ce qu’il était en train de faire en plan aussi longtemps lui revint d’un coup en pleine figure. Secouant la tête et lâchant un léger soupir, Dwayne essuya une nouvelle fois sa lèvre enflée avant d’ouvrir la porte de son bureau, pour y découvrir Calvin, comme il s’y attendait plus ou moins.

    « Tu … en as encore pour longtemps ? » A en juger par le regard suspicieux de Calvin, il était clair que celui-ci se demandait ce que Dwayne pouvait bien foutre avec cette fille à l’air légèrement hystérique plantée au beau milieu de son bureau. « Donne moi cinq minutes, tu veux ? » Le ton de Dwayne ne laissait pas vraiment le choix à l’autre, en fait. « Non mais, c’est juste que j’dois y aller et l’autre est toujours en salle de garde à vue alors … » Camouflant tant bien que mal son impatience – à refermer la porte au nez de Calvin – Dwayne eut pourtant du mal à ne pas paraitre excédé lorsqu’il répéta « Cinq. Minutes. D’accord ? » Et finalement, il referma la porte au nez de son collègue. Il y avait des moments comme ça où on avait plus assez de ressource pour rester poli.

Se tournant à nouveau vers Olivia, il avait à nouveau retrouvé son air froid et impénétrable. Celui du type qui n’avait plus rien à dire et dont on ne tirerait plus rien si ce n’était un silence assourdissant, et avec un peu de chance – ou pas – une ou deux réflexions assassines. Il n’aurait jamais imaginé en arriver là avec Olivia, et pourtant nous y voilà … Et il n’aimait pas ça, maintenant il avait la réponse à la question qu’il s’était toujours posé. Serait-il plus douloureux de savoir qu’Olivia le détestait parce qu’il l’avait trahi, ou parce qu’il n’était pas blanc comme neige dans la mort d’Owen ? Maintenant il savait. Et tout compter fait il aurait préféré rester dans l’ignorance …

    « J’te mets pas dehors, mais j’ai du boulot. Tu ferais mieux de partir maintenant. » Il la regardait sans vraiment la voir, comme si il essayait déjà de se détacher d’elle avant même qu’elle n’ait quitté la pièce.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Shiri Appleby
★ MESSAGES : 1761
★ ARRIVE DEPUIS LE : 07/05/2010
★ AGE : 24

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Mar 21 Déc - 15:58

Olivia avait atteint sa limite. Généralement, elle arrivait à encaisser pas mal de choses, son caractère le lui permettait -enfin le bon côté de son caractère pas celui complètement colérique et irrationnel qu'elle avait la plupart du temps- mais il faut avouer que quand la personne que vous détestez le plus au monde vous apprenez que votre seul et unique frère, celui en quel vous aviez toute foi, dont vous aviez mit la mémoire sur un piédestal, était en réalité un dealer de drogues. Un vulgaire trafiquant de quartiers qui se faisait de l'argent sur le dos des jeunes assez stupides pour toucher à une chose qui les bousilleraient certainement pas aussi vite qu'ils pourrait le penser mais qu'ils les bousilleraient néanmoins et pas d'une manière agréable. Une personne à enfermer pour la majorité des gens, à éradiquer aux yeux de la loi, aux yeux de Dwayne aussi sans doute... On comprend maintenant que Olivia ait saturé en entendant toutes ses informations sortir de la bouche du jeune homme, ça et aussi le fait qu'une autre vérité s'insinuer doucement dans l'esprit de la jeune femme et qu'elle n'appréciait pas mais alors pas du tout. Pendant plus d'une année de sa vie, elle avait cru aveuglément aux mensonges de Dwayne sans jamais se poser de questions sur son honnêteté et encore là elle ne faisait allusion qu'au pont de sa vie où Dwayne était dans les parages parce que si on faisait le compte du nombre d'années où son frère avait été trafiquant et où par conséquent lui avait lui aussi menti, Olivia se arrivait vite à la conclusion que sa vie n'avait jamais été qu'un énorme tissu de mensonge, tout ce en quoi elle avait cru jusque là se flétrissait pour laisser transparaitre la vérité sur sa vie c'est-à-dire une vie dénuée de tout sens pour elle, qui, si elle avait eu le choix, n'aurait pas eu la peine d'être vécu...
Avec la conclusion si joyeuse à laquelle Olivia était arrivée, dire qu'elle se sentait plus bas que terre était un doux euphémisme. Mais après tout elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même – à Dwayne et Owen aussi mais c'était une histoire ça- c'était elle qui avait tant voulu avoir la vérité, elle encore qui n'en avait fait qu'à sa tête pendant trois ans, refusant d'entendre ce qui n'était en réalité que la pure et simple vérité. Elle s'était entêtée, voulant à tout prix trouver une explication autre que celle qu'on s'était essoufflé à lui donner et maintenant elle payait le prix de son acharnement au prix fort, très fort même... La vérité fait mal, elle était la personne la mieux placée pour en parler à cet instant... Une personne sensée aurait donc sans doute voulut arrêter les frais là et s'en aller, simple instinct de préservation psychologique -Oui parce qu'avec ces évènements, un petit pétage de plomb n'était jamais très loin- mais si on était une personne masochiste comme Olivia, on restait et on en demandait encore plus -Oui parce qu'on ne souffrait jamais assez- Ou encore mieux on perdait tout contrôle de soi et on balançait tout et n'importe quoi à la personne en face de nous, au sens figuré comme au sens propre. C'est ce qu'avait fait Olie, quoique si on lui posait la question, elle n'aurait surement pas réagit de la même manière si Dwayne n'avait pas perdu son sang froid avec elle et qu'il n'avait pas dit ce qu'il avait dit.

    « Tu te crois mieux placée ? Comme tu l’as si bien fait remarquer tu connais rien de moi, alors tu peux pas te permettre de tirer ce genre de conclusion ! Que tu le veuilles ou non j’ai pas passé trois années à me la couler douce moi non plus, désolé de te décevoir ! » Il voulait peut-être que Olivia le prenne en pitié aussi ?! S'ils en étaient à faire les comptes de celui qui avait eu la vie la plus misérable depuis trois ans, il y avait peu de doute sur celui qui l'emporterait alors entendre Dwayne dire que lui aussi n'avait pas eu une vie facile était plus offensant qu'autre chose et cela ne faisait que renforçait Olivia dans l'hostilité qu'elle lui portait.« Au lieu de ça t'as juste passé trois années à te cacher dans un trou pommé, tu crois que c'est plus glorieux peut-être ?!... Et je te connais peut-être pas mais faut pas être un génie pour comprendre qu'au fond t'es qu'un salaud ! » Le regard lançait vers le jeune homme et le ton employait ne laissaient aucun doute sur la profondeur des mots prononcés par Olivia...


Olivia avait peut-être le sang chaud et démarrait au quart de tour quand on lui lançait une pique, mais c'était un sorte de code d'honneur de ne jamais utiliser de mots qu'on pourrait qualifiait de péjoratifs, alors avoir traité Dwayne de salaud avait jeté un léger froid dans la conversation, Olivia et son impulsivité légendaire. Bien qu'elle ait essayé de le cacher, Olivia malgré elle, avait toujours en tête l'image de Leslie, le gars sympa qu'elle avait aimé pendant plus d'un an et demi et pas l'image de Dwayne, l'homme qui avait brisé toute sa vie en à peine quelques minutes et c'est l'image de Leslie qu'elle avait en tête lorsqu'elle lui avait parlé, ce qui expliquait sa difficulté à garder un semblant de calme en posant ses yeux sur le jeune homme et apparemment c'était la même chose pour lui vu l'air nerveux qu'il arborait -Ou peut-être n'était-ce que la réaction obtenu après l'avoir insulté – Quoiqu'il en soit, le mal-aise ressenti pendant cette microseconde n'avait en rien fait oublier à la jeune femme toute la haine qu'elle contenait depuis tout à l'heure et qui ne demandait qu'à sortir. Il ne fallait pas être devin pour comprendre qu'il valait mieux s'éloigner si on tenait à la vie, oui parce que Olie fulminait littéralement de colère ce qui en d'autre termes voulait dire que la bombe humaine qu'elle était en ce moment n'allait pas tarder à exploser et malheureusement pour Dwayne, il allait en être la première et unique victime mais ce n'était sûrement pas Olivia qui allait le plaindre, dans un coin de sa tête elle se réjouissait même de pouvoir enfin lui balancer ce qu'elle avait sur le cœur – En plus d'être masochiste, Olivia avait aussi son côté sadique- c'était, si on pouvait dire, un petit avant-goût de ce que leur conversation de rupture aurait pu avoir l'air si il avait eu assez de cran pour rompre avec elle de vif voix au lieu de la piètre lettre à laquelle elle avait eu droit ( Lettre qu'elle avait cependant gardé, masochiste je vous le dis, son cas était désespérée. )

    « Crois bien c’que tu veux Olivia, si ça t’aide à mieux dormir la nuit de tout me coller sur le dos sans chercher plus loin alors grand bien te fasse ! J’ai plus à me justifier, j’ai fait c’que je pensais être le mieux et j’ai pas besoin de ton avis pour savoir c’que j’ai à faire ! » Autant Olivia connaissait le côté grande gueule de Leslie qu'elle avait appris à aimer au fil du temps, autant la manière dont Dwayne avait de lui parler lui donnait envie de l'étrangler et si elle n'avait pas été au beau milieu d'un commissariat remplit de policiers, elle n'aurait pas su dire si elle n'aurait pas fini par passer à l'action. C'était horrible à admettre mais c'était la vérité, elle éprouvait une telle haine envers Dwayne qu'elle en était venu à se faire des scénarios de meurtres dans sa tête.« Ça fait trois ans que je cherche sans m'arrêter ! Pendant que toi, tu pensais avoir fait " la bonne chose " moi tout c'que j'avais c'était les cendres de mon frère et ces foutus flics qui lui coller tout sur le dos ! » Voilà, le peu de calme qui lui restait venait de partir en fumer. Elle avait essayé pourtant, de garder son calme le plus longtemps possible mais comme disait le proverbe « chasser le naturel, il revient au galop » et pour Olie c'était plus qu'un proverbe c'était un mode de vie, si on devait décrire la jeune femme en un seul mot toute personne la connaissant n'aurait eu aucune hésitation à répondre la colère et c'est aussi pour cette raison que les dites personnes ne se comptait que sur les doigts d'une main – amputés de quelques doigts la main, je précise.- « Et si t'avais tant envie de faire la bonne chance et si tu te souciais comme tu le prétends de Owen, tu les aurait pas laisser salir sa mémoire et mettre tout sur son dos tout ça parce qu'il n'était plus là pour se défendre... En fait t'as été pire que les autres, tu connaissais la vérité et tu t'es quand même cassé. T'es aussi pitoyable qu'eux. » « Voire même plus parce que toi t'étais Leslie, t'étais censé être son ami, t'étais censé être mon petit ami et t'étais aussi censé être la personne en qui j'avais le plus confiance après mon frère .» Elle n'avait pas ajouté cette phrase, pourquoi ? Elle ne le savait pas. Peut-être parce que l'avoir dit dans sa tête lui avait fait assez de mal et que vu la situation actuel, le dire à haute voix n'aurait fait qu'aggraver l'état dans lequel se trouvait Olivia. Ce qu'elle ne laissa cependant pas transparaitre dans le ton qu'elle avait employé. Froid et sec, Olivia ne criait déjà plus mais sa phrase aurait, elle en était certaine, plus d'impact sur Dwayne en étant dite de manière froide et tranchante que si elle l'avait crié comme une hystérique -Ce qu'elle faisait plutôt bien aussi- il saurait que Olie pensait chaque mot qu'elle venait de prononcer et il en tirerait les conclusions tout seul plus tard.


Cette conversation avait prit une tournure que n'avait pas du tout prédit Olivia. Elle était loin d'être préparée à rencontrer aussi rapidement Dwayne ni à se voir balancer aussi rapidement la vérité -enfin si on mettait de côté les trois dernières années passées à la chercher en vain- Elle avait tellement été habituée jusqu'ici aux faux espoirs qu'elle était devenue la pro de l'ascenseur émotionnel, en à peine une seconde elle pouvait voir ses espoirs s'effondrait comme un château de cartes et tout ce qui lui restait, c'était de tout recommencer depuis le début et de retrouver les cartes pour reconstruire son château qui finirait inévitablement par s'effondrait une fois de plus. Mais en quoi Olivia avait été chanceuse si on peut dire, c'est qu'elle avait hérité d'une détermination sans faille. Il fallait bien compenser niveaux gênes avec le légendaire gêne colérique de la famille Knighton, le gêne de la détermination du côté de sa mère n'avait pas été de trop chez la jeune femme, c'est sans aucun doute ce qui lui avait permit de ne jamais baisser les bras et là elle ne parlait pas seulement de son frère mais de tout ce qu'elle avait pu faire dans sa vie. Pour Olie celui qui disait que le plus important n'était pas de réussir mais d'essayer n'était qu'une personne avec zéro détermination, la vérité c'était que si on voulait vraiment quelque chose il fallait s'acharner jusqu'à l'obtenir. Et c'est ce qu'elle comptait faire ici aussi, car malgré toute la rancœur et la colère qu'elle éprouvait envers Dwayne elle savait qu'il était le seul à pouvoir totalement l'éclairer là où elle avait ramé pendant aussi longtemps, même si elle ne le se l'avouerait jamais, elle avait conscience au fond d'elle que ce qu'il pouvait bien dire n'était pas le fruit de son imagination et aussi blessantes elles pouvaient être elle devait les écouter, mais là ce n'était plus d'elle qu'il s'agissait mais de Dwayne, il était clair qu'il regrettait déjà amèrement d'avoir cédé à la jeune femme et qu'il essayerait naturellement de mettre fin à leur conversation par tout les moyens possible...

    « Ah oui, sinon quoi, tu comptes m’y obliger ? » Il ne fallait sûrement pas pousser Olivia trop loin, surtout pas quand elle était dans un état émotionnel aussi instable et où la moindre remarque pourrait faire basculer le cours des évènements et pas très favorablement pour Dwayne. « Tu sais que j'en serai capable alors vaudrait mieux que tu changes de ton. » Olivia ne s'embarrassait même plus à trouver des tournures de phrases un tant soit peu correctes. Elle était hors d'elle et toutes ses réparties en faisait foi, sans compter sur le regard de Dwayne qui ne faisait qu'attiser le courroux de la jeune femme, s'il voulait provoquer Olie c'était gagné et il était certain qu'il allait rapidement le regretter...« Tu voulais la vérité, c’est fait. Je peux plus rien pour toi maintenant. » La phrase de trop pour la jeune femme. Celle qui l'avait conduite à agir une fois de plus sans penser aux conséquences. L'impulsivité d'Olivia allait être la cause de sa perte c'était assuré... Mais une fois encore, ce n'était pas comme si Olivia allait regretter son geste à la seconde où elle sortirait du bureau, elle en voulait beaucoup trop à Dwayne pour avoir une once de compassion envers lui et ce n'était de toute façon pas la chose à laquelle elle repenserait plus tard, son coup porté n'était qu'une petite pierre dans l'immense mur que représentait leur histoire.


Généralement, c'est à ce moment qu'elle était censée se sentir coupable d'avoir agit impulsivement et d'avoir cédé à la violence, mais non, rien, elle ne ressentait rien pas la moindre culpabilité, tout ce qu'elle arrivait à reconnaître dans son flux d'émotions était la colère qui ne la quittait pas depuis le début et de la trahison... Trahison et colère ne faisait jamais bon ménage et Olivia ne le savait que trop bien... Un autre blanc dans la conversation laissa le temps à la jeune femme d'analyser Dwayne. Il semblait plutôt sonner par le coup, Olivia pourrait au moins dire que le coup asséné lui laisserait une marque, physique du moins, Olie l'avait frappé d'accord mais pas au point de le blesser gravement -même si elle aurait voulu elle n'aurait pas pu, elle n'avait pas la force nécessaire- Non, ce n'était pas le coup qui avait assommé peut-être qu'après tout ses paroles l'avait atteint et qu'il se rendait compte que ses actes n'était pas aussi noble qu'il s'évertuait à le dire.
Quoiqu'il en soit, Dwayne ne semblait plus vraiment ouvert à la discussion -faut dire aussi quand on vous assomme avec un sac à main vous avez rarement envie de taper la discute avec celui qui vous a attaqué- et après ce qu'il venait de lui dire Olivia n'en plus ne se sentait plus le courage de continuer et aurait immédiatement quitté le bureau du policier si elle n'avait pas été coupé dans son élan par les coups à la porte. Dwayne en avait aussitôt profité pour se dérober et aller ouvrir. Le même policier que celui de tout à l'heure s'était montré à l'ouverture de la porte, apparemment leur dispute avait duré plus longtemps que Olivia aurait cru, trop longtemps à son goût, autant elle avait été impatiente de retrouver la trace du jeune homme, autant maintenant tout ce qu'elle voulait faire c'était s'en aller et espérer ne plus jamais tomber sur lui de sa vie, qu'advienne les secrets qu'il avait omis aujourd'hui, Olie ne pourrait surement pas supporter une autre altercation de ce genre avec lui. Elle ne savait déjà pas combien de temps il lui faudrait pour se remettre de toutes les choses qu'il venait de lui balancer alors elle était loin du compte pour un second round.

    « J’te mets pas dehors, mais j’ai du boulot. Tu ferais mieux de partir maintenant. » Olivia n'avait même pas remarqué que Dwayne avait refermé la porte au nez de son collègue, trop concentrée sur toutes les pensées qui lui traversait l'esprit et surtout sur toute la colère qu'elle essayait tant bien que mal de re-contrôler, mais une fois de plus, Dwayne semblait vouloir voir la jeune femme sortir de ses gants. Il ne l'a mettait pas dehors hein ? Bah voyons, il était trop content de pouvoir se débarrasser d'elle et d'en plus mettre cela sur le dos de son collègue, mais même si Olie comptait bien s'en aller elle ne le ferait pas avant de lui avoir bien fait comprendre qu'elle ne lui pardonnerait jamais ses actes et rien de plus parlant qu'un geste ! « Comment tu peux te regarder dans un miroir chaque matin on sachant ce que tu sais ?!... » Et pour la deuxième fois, elle lui assénait un coup, sauf que cette fois ci elle n'avait pas utilisé de sac à main. Elle l'avait giflé à main nu de rage et n'avait pas attendu pour voir sa réaction pour sortir du bureau sur le champ.


Olivia sortit du commissariat sans lever la tête, elle ne tenait pas plus que ça à tomber sur un policier qui risquerait de la voir dans un état presque proche de l'hystérie il fallait bien l'avouer. Elle avait cédé à sa nature trop impulsive et colérique, mais c'était loin d'être le premier de ses soucis. Les paroles de Dwayne résonnaient encore dans sa tête et tourbillonnaient à lui en donner une migraine affreuse. Elle était désorientée et ne savait plus vraiment quoi faire. Devait-elle retourner à son motel ? Repartir directement à Miami ? Elle ne savait plus rien et n'aurait pas été loin de la rupture nerveuse. Les options étaient limitées pour Olivia et tout ce qu'elle arrivait faire pour l'instant était marché. Sans but précis, elle marchait machinalement, pourvu qu'elle puisse s'éloigner le plus rapidement possible du commissariat, elle n'était pas à l'abri de voir Dwayne lui courir après, quoiqu'elle doutait de ce cas de figure, elle n'était pas restée pour voir la réaction du jeune homme face à sa gifle mais si elle était semblable à la réaction du coup de sac à main, elle n'aurait pas grand chose à craindre.
Arrivée à une intersection, Olivia s'arrêta net. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle s'était tout de même arrêtée... Et là qu'on se mette bien d'accord; Olivia était loin du stéréotype de la fille qui pleure à la moindre petite émotion, mais vu les évènements il aurait été dure pour elle de retenir plus longtemps ses larmes. Elle s'efforça quand même de se cacher de toute éventuel personne qui pourrait la surprendre et la prendre pour une folle à la voir pleurer en pleine rue et en pleine nuit surtout -ils pourraient se faire des scénarios tordus- Et jetant un regard à son poignet gauche, Olivia ne pu s'empêcher de pleurer encore plus... « Veritas vos liberatis » elle s'était trompée lourdement sur ce plan. La vérité était loin de libérer une personne, parfois elle faisait même plus de mal que de bien et Olivia se demandait si avoir voulu la vérité n'avait été la plus grosse erreur de sa vie. Seconde erreur après la faute qu'elle avait commise en faisant confiance à Dwayne et qui avait été l’élément déclencheur de toute cette machination, enfin de compte elle était l'unique responsable de son malheur et elle devrait vivre avec cette conclusion pour le restant de ses jours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ninelina.livejournal.com/
avatar
« Cause even though you left me here
I have nothing left to fear »

★ NOM DE L'AVATAR : Paul Walker
★ MESSAGES : 6778
★ ARRIVE DEPUIS LE : 19/09/2009
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA} Sam 22 Jan - 23:36

C'était un fait maintenant établi, Dwayne passait aux yeux d'Olivia pour celui qui était responsable de tous ses maux, celui contre qui elle se devait d'avoir tous les griefs. Il ne l'en blâmait pas, après tout ce qu'il avait fait il n'était réellement pas en position pour ce genre de choses, mais pour autant une partie de lui haïssait de devoir endosser seul les responsabilités de quelque chose qu'il n'avait justement pas été le seul à déclencher. Il y avait tellement de personnes qui pouvaient être à blâmer là-dedans, mais pourtant elle avait choisi de ne blâmer que lui, pour la simple raison qu'elle s'était sentie trahie par lui en premier lieu ... Ce n'était pas une croisade pour laver la mémoire de son frère qu'elle avait entreprit, c'était surtout une croisade pour sa propre colère, elle voulait donner un sens à toute cette colère qu'elle avait accumulé et avait décidé - peut-être même inconsciemment - que le premier à avoir un semblant de réponse ou de responsabilité serait celui qui prendrait pour tous les autres, parce qu'elle avait besoin de vider son sac dès que possible. Et quoi de mieux donc que de s'en prendre à celui qui lui avait servi un tissu de mensonges pendant des mois ? Peu importe s'il n'était pas l'unique responsable de la mort d'Owen, peu importe aussi d'ailleurs qu'il ait ou non essayé de l'empêcher ... Pour Olivia il faisait un coupable idéal, elle n'avait même plus besoin de chercher plus loin. Sans savoir que pendant ce temps là le véritable assassin d'Owen, celui qui avait appuyé sur la détente, celui qui pour de bon avait empêché le jeune homme d'aller retrouver sa précieuse petite sœur, lui courrait toujours. Mais est-ce que Dwayne avait l'intention de préciser cela ? Non, du moins pas devant l'état d'énervement d'Olivia, pas après tout ce qu'elle venait de lui dire ...

    « Au lieu de ça t'as juste passé trois années à te cacher dans un trou pommé, tu crois que c'est plus glorieux peut-être ?!... Et je te connais peut-être pas mais faut pas être un génie pour comprendre qu'au fond t'es qu'un salaud ! » Tiens, prend encore ça dans tes dents Dwayne, c'est vrai qu'elle manquait encore au tableau cette insulte là. Quoi qu'il en soit il ne voyait pas grand chose à répondre, il n'avait plus rien à dire qui puisse être casé dans cette conversation. Oh il en avait encore des tas des choses à dire, mais il savait qu'Olivia ne serait pas prête à les entendre et il n'était pas le genre de type à se répandre en supplications pour qu'on l'écoute. « J'te demande pas de comprendre Olivia. Tu pourrais pas comprendre. » Et peu importe si c'était une nouvelle phrase qu'elle n'apprécierait pas, pour lui c'était la vérité et rien de plus.

Elle ne pourrait pas comprendre, jamais, parce qu'elle n'était pas objective. Owen aurait beau avoir tous les torts du monde qu'elle serait encore de son côté, et c'était tout à fait normal puisqu'il s'agissait de son frère et de la seule famille qui lui était restée pendant de nombreuses années, avant qu'elle le perde lui aussi. Mais pour cette même raison elle ne serait jamais capable de comprendre que Dwayne avait agi de la façon qui lui paraissait la plus juste pour tenter de réparer ce qui au fond n'était objectivement même pas une erreur ... Du moins c'était ce qu'on avait essayé de lui rappeler par la suite. Daniel surtout, qui voyait le Dwayne rongé par la culpabilité et l'impression d'avoir fait plus de mal que de bien.

Flash-Back
Citation :
Il est neuf heures du soir, et tandis que Daniel reposait sur la table à laquelle il était accoudé le verre de vin maintenant vide que Dwayne lui avait offert un peu avant, ce dernier avait lui baissé les yeux vers le chiot qui après avoir dépensé toute son énergie en bêtise pendant la journée s'était endormi comme un bienheureux sur ses genoux, en se laissant caresser le haut du crâne. Bien que cet appartement ne soit pas des plus grands, y déambuler toute la journée fatiguait le jeune flic qui recommençait tout juste à pouvoir se déplacer quasiment normalement, aussi maintenant qu'il avait pris place dans le fauteuil aussi miteux que poussiéreux mis à sa disposition, il y avait fort à parier qu'il ne s'en relèverait pas tout de suite.
Comme à chaque fois que Daniel remettait le sujet sur le tapis, Dwayne répondait par ce qui était en fait une non-réponse, et le regard fuyant il restait muet pour signifier qu'il n'avait aucune envie d'en parler. Mais on apprenait pas à un vieux singe à faire la grimace, et pour Daniel il était temps de mettre les points sur les "i", que le gamin soit d'accord ou non.

    « J'vais être bien clair, et écoute avec attention parce que je le répèterai pas une deuxième fois ... » Passant un doigt hésitant sur sa moustache encore entre le gris et le blanc, l'homme marqua une courte pause avant de reprendre « Je sais c'que tu penses, crois-moi je le sais parfaitement ... Et c'est pour ça que j'me permet de te dire que tu ne dois pas t'en vouloir. » Lentement Dwayne avait levé à nouveau les yeux vers lui, sans oser l'interrompre, et lui laissant donc le loisir d'aller au bout de sa pensée « Tu as fais ton boulot, tu comprends c'que j'te dit ? Juste ton boulot. Ce garçon n'est pas mort par ta faute, il est mort des choix qu'il fait ... » Non, il ne pouvait pas parler de la mort d'Owen en la résumant seulement à ça, Dwayne ne pouvait pas le laisser dire, et tout en sachant qu'il n'aurait pas le dernier mot il ne pu pourtant s'empêcher de couper la parole de Daniel pour lui dire comment lui voyait les choses. « Si je m'étais pas mêlé de tout ça il serait toujours vivant, si j'étais resté à Chicago il ne serait pas mort ! Par ma faute ! » Dwayne avait pesé chacun des mos qu'il avait prononcén et l'un après l'autre ils avaient tous enfoncé un peu plus loin le clou de sa culpabilité, qu'il n'avait jamais encore exprimé à haute voix. « Si tu étais resté Chicago alors un autre y serait allé à ta place, et il aurait peut-être eut beaucoup moins de compassion pour ce garçon. Tu lui a permis de prendre conscience de ses erreurs, de choisir un camp ... le bon camp. » Un sourire amer apparut sur le visage de Dwayne, qui répondit « Et ça lui a apporté quoi, si ce n'est se faire descendre ? Alors il est mort la conscience tranquille, c'est bien, mais ça change quoi ? Il est mort, et j'ai enlevé à une femme qui n'avait rien demandé à personne la seule famille qui lui restait, pour ça j'ai pas le droit de me sentir coupable non plus ? » Cette fois-ci Daniel n'avait rien répondu, au fond il avait réussi ce qu'il voulait, il avait poussé Dwayne à dire ce qu'il avait sur le cœur. « Et tu sais à quel point c'est important pour moi la famille ... Alors non, tu peux me demander ce que tu veux, mais pas de ne pas me sentir coupable. »

On entend souvent dire que parler faisait du bien, qu'après avoir dit les choses ont les voyait avec plus de recul que lorsqu'on les gardait pour soi, comme lorsqu'on les couchait sur papier. Et pourtant Dwayne ne se sentait pas mieux ... Non, il se sentait même encore plus misérable qu'avant. Et il savait que c'était une sensation qu'il allait garder pendant encore longtemps, et qu'il se lèverait tous les matins et se coucherait tous les soirs en l'ayant toujours dans un coin de sa tête. Comme une sorte de punition que son âme aurait prit l'initiative de s'infliger elle-même, pour tenter de réparer ses propres erreurs.
Le chiot avait baillé à s'en décrocher la mâchoire avant de se pelotonner encore un peu plus sur les genoux de son nouveau maitre. Et caressant à nouveau le pelage bicolore de l'animal Dwayne se surprit à penser que désormais il n'y aurait que cette boule de poils pour tromper sa solitude. Parce que sans Dominic, sans Olivia et sans sa précieuse famille, il se sentait plus seul que jamais ...
Fin du Flash-Back

    « Ça fait trois ans que je cherche sans m'arrêter ! Pendant que toi, tu pensais avoir fait " la bonne chose" moi tout c'que j'avais c'était les cendres de mon frère et ces foutus flics qui lui collaient tout sur le dos ! » Elle ne pouvait pas continuer à parler de son frère, pas comme ça, pas avec autant de colère dans la voix, Dwayne arrivait au bout de ce qu'il pouvait entendre à propos d'Owen. Il avait passé tellement de temps à refouler sa culpabilité, à l'enfouir au plus profond de lui-même en espérant qu'un jour plus personne pas même lui-même ne réussirait à y toucher à nouveau, et en quelques phrases assassines d'Olivia tout ça venait de voler en éclat. « Et si t'avais tant envie de faire la bonne chose et si tu te souciais comme tu le prétends de Owen, tu les aurait pas laissé salir sa mémoire et mettre tout sur son dos tout ça parce qu'il n'était plus là pour se défendre... En fait t'as été pire que les autres, tu connaissais la vérité et tu t'es quand même cassé. T'es aussi pitoyable qu'eux. » Olivia avait terminé sa phrase. Et tant mieux pour elle car à vrai dire même si cela n'avait pas été le cas Dwayne ne l'aurait pas laissé terminé ; Prit d'une pulsion soudaine d'énervement il avait attrapé le premier truc qui lui passait sous la main - un cendrier qu'il n'utilisait jamais - il l'avait envoyé se fracasser contre le sol, avant de répondre « Tu penses que c'est ce que je voulais ?! Que j'ai pas essayé de faire c'que je pouvais pour arranger les choses ?! J'ai tout essayé Olivia, TOUT ! Seulement j'ai été qu'un pion, j'avais pas mon mot à dire, j'ai déjà pu m'estimer heureux qu'on me mette pas dans le même sac que lui pour "sauver les apparences" ! »

Dwayne n'aimait pas cette facette de sa personnalité qu'Olivia réussissait à faire ressortir. Ce Dwayne au sang chaud, colérique et impulsif, qui oubliait bien trop fréquemment de réfléchir avant d'agir. Cette partie il avait cherché à l'accentuer à Miami pour "rentrer dans son rôle", puisque une fois repartit il avait tout fait pour tenter de la gommer ... Mais comme vous le savez sans doute, les mauvaises habitudes sont beaucoup plus tenaces que les bonnes, et c'est parce qu'il a appris à la contrôler que Dwayne sait maintenant éviter sa colère ... Du moins la plupart du temps. Aujourd'hui était de toute évidence une exception, d'ailleurs avec Olivia dans les parages il ne pouvait décemment pas espérer que cela se passe autrement ; La colère qu'il refoulait était quelque part tellement liée à elle qu'il était logique qu'elle soit celle qui réussisse à la mettre à nue, même pour quelques instants seulement.

Mais Dwayne n'était pas totalement stupide, et il ne lui fallut pas longtemps pour retrouver son calme ... Ouais, c'était aussi ça Dwayne, capable de passer d'une émotion à l'autre en quelques instants, même si ces deux émotions se trouvaient être diamétralement opposées. Et si quelques secondes plutôt il semblait prêt à exploser telle une cocote-minute, le voilà maintenant qui retrouvait progressivement son air nonchalant et surtout ses esprits. Il était temps qu'Olivia s'en aille, avant qu'elle ne fasse plus de dégâts que ce n'était déjà le cas ... Tant pis si Dwayne devait paraitre lâche ou sans-cœur, que ce soit le cas ou non ne changerait de toute façon plus l'opinion d'Olivia à son égard. Cependant qu'il la mette à la porte n'était pas vraiment du goût de la jeune femme, trop peu habituée à ce qu'on lui tienne tête et surtout à ce qu'on lui dicte sa conduite, elle qui avait pour habitude de ne toujours en faire qu'à sa tête.

    « Tu sais que j'en serai capable alors vaudrait mieux que tu changes de ton. » Qu'il change de ton ? Pourquoi faire, comme si changer de ton allait lui attirer les faveurs d'Olivia. Non, au point où il en était il pouvait bien prendre le ton qu'il voulait avec elle, il n'avait littéralement plus grand chose à perdre. Et ni le coup de sac à main - qui pourtant lui laissa une belle éraflure sur la lèvre - ni l'interruption brève de leur conversation pour son collègue ne fit changer Dwayne d'avis. Il était temps pour Olivia de s'en aller, et il ne se gêna donc pas pour le lui souligner une fois encore, quitte à passer pour le méchant (qu'il était sans doute. Un peu). « Comment tu peux te regarder dans un miroir chaque matin on sachant ce que tu sais ?!... »

Elle l'avait giflé, alors qu'il ne s'y attendait plus. Et plus encore que la douleur physique c'était la douleur morale qui l'avait empêché de répondre avant que la jeune femme ne quitte le bureau en claquant la porte. La main sur la joue, l'air sonné, Dwayne laissa passer plusieurs secondes sans bouger, ne sachant pas quoi des paroles d'Olivia, de sa gifle, où de la boule qu'il avait dans la gorge et qui l'avait empêché de répliquer quoi que ce soit était le plus douloureux. Sans doute que c'était l'accumulation des trois qui le faisait se sentir si misérable. « J'peux pas ... » Voilà ce qu'il aurait répondu à Olivia s'il en avait eut la force, s'il avait voulu être totalement honnête avec elle ... Mais quelle importance de toute façon ...
Il avait préféré ne jamais s'imaginer avant à quoi pourrait ressembler des retrouvailles entre lui et Olivia, mais pourtant il savait que jamais il n'aurait pu imaginer que ce serait si difficilement tenable pour lui. Comme si en quelques minutes il était redevenu cet amas de culpabilité et de désillusions. Courir après Olivia ? A quoi bon, il ne se sentait pas la force d'affronter à nouveau le regard accusateur et haineux - oui, haineux - qu'elle lui réserverait. Et puis que pourrait-il lui dire ? Qu'il était désolé, qu'il aurait souhaité que les choses se passent autrement pour Owen, pour eux ... Tout ça ce n'était que des mots, jamais cela ne suffirait à effacer tout ce qui s'était passé, dans ce bureau et avant.

Essuyant à nouveau sa lèvre d'un revers de manche, il ravala colère et larmes qui lui bloquaient la gorge depuis plusieurs secondes, et secoua la tête comme pour essayer de se remettre les idées en place. Sur la vitre de son bureau la pluie avait recommencé à tomber dans un bruit mat, mais il n'y prêtait même plus attention ... Il allait devoir passer la porte de son bureau, traverser le commissariat et retourner à la salle d'interrogatoire pour y questionner une petite frappe qui ne l'ouvrirait que pour sortir des vannes plus grosses que son égo déjà démesuré. Et tout ça il allait devoir le faire comme si de rien n'était, comme si ce qui venait de se passer dans son bureau n'avait pas eut lieu ou du moins comme si cela n'était rien. Comme si cela ne lui donnait pas envie de tout envoyer valser, comme si cela ne venait pas de le briser en mille morceaux de l'intérieur. Oui, il ferait comme si de rien n'était, autant qu'il le pensait possible, parce qu'il était hors de questions qu'Olivia fasse indirectement plus de dégâts que ce n'était déjà le cas, parce qu'il devait oublier Leslie pour de bon, et se contenter d'être simplement Dwayne à nouveau ...

fin du sujet.

____________


Everywhere I turn I hurt someone, but there's nothing I can say to change the things I've done. Of all the things I've hid from you I can not hid the shame, and I pray someone something will come to take away the pain. There's no way out of this dark place, no hope, no future ; I know I can't be free but I can't see another way and I can't face another day ... Tell me where did i go wrong ? Everyone I love, they're all gone. I'd do everything so differently but I can't turn back the time, theres no shelter from the storm inside of me ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA}

Revenir en haut Aller en bas

It's a Beautiful Lie ... {DWAYNE & OLIVIA}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Meansborough :: Commissariat-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit