AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Lun 22 Mar - 7:06



Il était 17h, Dana rentra chez elle, enfin chez Tim, Nancy et elle. Personne n’était rentré encore. Elle venait de finir la faculté, elle était revenue en autocar car évidement il n’y avait pas à New Heaven d’université, enfin c’était dans une ville très proche, mais tant qu’elle n’aurait pas de voiture, elle devrait se débrouiller ainsi avec le bus… Parfois elle réussissait à trouver un gentil étudiant pour la ramener, mais elle ne pouvait pas le faire à chaque fois. Bien trop souvent ces garçons là croyaient qu’il s’agissait d’une avance. Elle attendait que Tim lui paye son permis, mais il n’avait pas l’air de vouloir se dépêcher. Pasteur ? L’église lui donnait quand même pas mal d’argent, qu’est ce qu’il en faisait ? Dana se le demandait bien. Elle ne pensait absolument pas que la maison coutait très chère, qu’il y avait les impôts, la bouffe, tous les trajets à payer pour l’université, et puis bien sur l’année au conservatoire de musique qui n’était pas donnée. Evidement Dana gagnait un peu d’argent en participant à des concerts mais c’était juste son argent de poche, elle ne participait pas à ses frais là et évidement Tim ne lui demandait rien du tout. En fait Nancy et Tim se débrouillait pour les comptes, Dana elle ne s’y intéressait pas. Elle ne s’intéressait pas à grand-chose en apparence pour sa famille, elle s’intéressait par contre énormément à elle-même et à sa musique. Elle s’entrainait tellement pour devenir meilleure. Elle voulait être la meilleure. Dana à peine arrivé monta dans sa chambre. Elle avait à travailler sur son solfège. Pendant environ une heure elle travailla ainsi. Puis elle finit par descendre, elle avait une petite faim. Elle fit chauffer au micro onde un paquet de popcorn, quelques minutes plus tard elle se jeta sur le canapé du salon devant la télé. Mais il ne fallait pas croire que Dana allait regarder n’importe quoi à la télé, les émissions de télé réalité notamment l’exaspérait. Elle mit donc un dvd, celui d’un reportage sur Mozart. Dana était passionné par ce talentueux et musicien hors pair. C’était son modèle au masculin. Et oui Dana ne visait pas la banalité, ça tout le monde le savait. Elle se passionna donc pour cette musique classique. Malheureusement le calme de la maison ne dura pas bien longtemps, quelques minutes plus tard Timothy fit son entrée. En plein milieu du passionnant reportage qu’elle regardait. Il était six heures environ, heureusement qu’il finissait par rentrer… Nancy quand à elle devait encore donner des cours du soir… Elle n’était pas arrivée. C’était d’ailleurs la première question que posa Tim.
    - Tu es seul Dana ? Nancy n’est pas rentrée ? Tim était comme le père de la famille, il se faisait du souci pour rien.
    - Si elle s’est transformée en popcorn ! Dana leva les yeux au ciel et finit par lui répondre ainsi. Elle rigola de sa stupide bêtise, elle regarda le pot presque vide.
    - T’en veux ? Elle tendit le bras pour qu’il se serve.
En fond restait la musique de Mozart. Cette conversation était bien loin de la culture qu’elle était en train d’acquérir et au haut niveau intellectuel dans lequel elle était. Dana fronça les sourcils, un rictus entamait son joli visage d’ange. Et oui Dana avait un joli visage d’ange, et pourtant elle était loin d’être un ange… Mais sa chevelure blonde, ces beaux yeux bleu et sa bouche de rêve en faisait rêver plus d’un. Elle savait qu’elle avait un certain charme, mais Dana ne se disait pas être une femme fatale. Si elle avait la grosse tête ce n’était pas à cause de sa beauté mais de son talent. En même temps, elle n’allait pas avoir tout les défauts du monde non plus. Dana resta plantée dans le canapé, elle portait une chemise rayée, une veste et un short en jean. Dana n’avait pas pour habitude d’en faire des tonnes. Elle n’était pas provocante dans ses vêtements, mais plus dans son comportement. Mais elle savait aussi être sexy, elle osait sans problème les décolletés, ou les jupes plutôt courtes qui dévoilaient ses jolies gambettes. Chaque fois c’était pareil, Tim détestait que Dana s’habille trop sexy et lui faisait toujours une réflexion avant qu’elle sorte ainsi. Bien sur elle s’en fichait, elle sortait tout de même. Mais au moins elle savait que cela plairait aux hommes. C’était le contraire de ce qu’il voulait qui se passait chaque fois en fait. En effet Dana était bien maligne, ce qui dérangeait Tim c’était de voir sa petite sœur plaire aux hommes, alors s’il lui faisait une remarque c’était parce qu’elle était jolie, que les hommes la regarderaient. Tim était protecteur. D’ailleurs elle se souvenait de la première fois qu’elle avait emmené un homme chez eux… Dana rentrait d’une soirée, elle n’avait pas envie de passer la nuit seule. Cela devait être il y a un peu plus d’un an. Elle revenait donc avec lui de chez Karen (c’est chez elle que se passait les meilleures soirées de la ville). Il était plus âgé encore, il lui plaisait assez, mais Dana n’était pas naïve comme Nancy, elle n’attendait rien de spécial de cet homme, elle savait bien que ce ne serait pas l’homme de sa vie. Elle crut que Nancy et Tim était au lit, en fait chaque fois qu’elle sortait il n’arrivait pas bien à dormir. Cette fois là, Dana et le jeune homme en entrant pouffait de rire, ils claquèrent la porte… Dana prit la main du type, il la plaque contre le mur de l’escalier. Elle riait. Malheureusement ce rire ne fut pas celui du bonheur pour Tim, il se leva d’un bond de son lit. Torse nu, Tim débarqua entre Dana et le type en plein baiser. Il regarda de haut le brun qu’elle avait ramené chez elle.
    - Qu’est ce que tu fais là toi? Tu es qui pour être rentré chez moi? Déjà Tim commençait à s'énerver.
    - Tim, arrête ! Nan mais arrête ! C’est pas sa faute… Dana tenta de calmer la situation en vain.
    - Tu as intérêt à me répondre et vite! Tim n'en démordait pas, il commença à prendre par le bras le jeune homme en face de lui. Ce dernier commençait à devenir livide.
    - C'est qui Dana, mais il est fou, dit lui d'arrêter! Le jeune homme ne comprenait pas ce qui lui arrivait, il suppliait presque Dana de faire quelque chose pour lui.
    - Tim mais Tim qu'est ce qui te prend? Lâche le! Elle prit le visage de Tim dans ses mains et le regarda droit dans les yeux.
    - C'est bon, ça va! Laisse le partir maintenant, il a compris!
En moins d'une minute c'est vrai que le jeune garçon était parti. Plus jamais Dana ne le revu... Dana fut très en colère contre son frère. Une fois qu'il fut parti, elle monta immédiatement dans sa chambre. Elle savait bien qu'il voulait juste la protéger, mais pourquoi lui mettre la honte ainsi? Souvent Dana avait besoin de liberté, elle en avait marre de cette protection. En même temps c'était justement quand il n'avait pas été là, à l'internat au lycée, qu'elle avait eut des problèmes. Elle pardonna à son frère, cependant cette altecation fit comprendre des choses et à Dana et à Tim. Après cela, Dana réussit sans l'accord de Tim à faire venir des hommes chez elle, il lui arrive encore aujourd'hui de monter dormir avec certains jeune hommes. Tim n'a pas son mot à dire face à ça...


HJ: J'ai fait parler Tim à des moments, j'espere que ça te dérange pas.

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Lun 29 Mar - 9:03


    «Truth be told
    I've tried my best »

      Fallen - Sarah McLachlan

    icons © anarya & dickturns
    Remontant d’une allure calme la rue qui conduisait chez lui, Timothy allumait du même coup sa huitième cigarette de la journée. Huitième, c’était un score honorable pour quelqu’un qui comme lui avait pendant un temps été habitué à s’enfiler un paquet et demi, voir même parfois deux, par jours. Cela dit il ne comptait plus le nombre de fois ces dernières années où il avait arrêté de fumer, ou du moins essayé, avant de reprendre de plus belle quelques jours plus tard. Et en toute honnêteté si il n’en avait fumé que huit aujourd’hui c’était simplement parce qu’il avait été occupé à droite et à gauche tout au long de la journée et qu’il n’avait pas eut autant de temps que certains autres jours pour se griller les poumons à petit feu ; Alors autant dire que cette huitième il allait la savourer, d’autant plus que Nancy était toujours là pour lui rappeler qu’il avait vraiment de drôle de façon d’arrêter, et qu’en plus il avait lui-même fixé la règle de ne pas fumer à l’intérieur de la maison … Enfin non, en vérité c’était Sara qui avait instauré cette règle lorsqu’ils avaient emménagé, et même si désormais sa femme n’était plus là il n’était jamais revenu là-dessus.
    Pour la saison il faisait plutôt bon, et bien que Tim fasse tous les jours le chemin jusqu’au centre ville à pieds il n’en demeurait pas moins que le trajet était de loin beaucoup plus agréable lorsque les beaux jours revenaient plutôt que lorsque le froid et le vent vous fouettait le visage au beau milieu de l’hiver. Cependant bien qu’aujourd’hui la température soit agréable le jeune homme avait hâte d’être enfin chez lui, il mourrait littéralement de soif (et la clope ça n’aide pas, bah oui, mais Tim est un jeune homme plein de contradictions voyez-vous). Pressant donc un peu le pas tout en recrachant une volute de fumée, il atteint bientôt sa maison en bout de rue, et sortant les clefs de la poche de son blouson les range finalement presque aussitôt où elles étaient puisque Dana – cela ne pouvait être qu’elle – semblait être déjà là. Pénétrant donc dans le hall, le jeune homme s’adresse donc à sa sœur qui d’après le bruit de la télévision était effectivement déjà rentrée.

      « Tu es seule Dana ? Nancy n’est pas rentrée ? » Si tel n’était pas le cas il lui passerait un coup de fil pour lui demander de passer acheter des filtres à café avant de rentrer, il comptait le faire ce midi mais n’en avait finalement pas trouvé le temps, et comme l’épicerie se situait sur le chemin de Nancy. Accrochant son blouson au porte manteau dans l’entrée il venait de mettre un pied dans le salon lorsque Dana lui répondit enfin.
      « Si elle s’est transformée en pop-corn ! » Fut en fin de compte la seule réponse qu’elle eut à lui fournir, avant de rire elle-même de ce qu’elle venait de dire. Allez savoir peut-être tenait-elle son humour parfois douteux de l’influence de son frère unique et préféré. « Tu en veux ? » lui proposa-t-elle également en lui désignant le sachet de pop-corn entamé qu’elle tenait à la main.
      « Mais c’est qu’elle a avalé un clown en plus des pop-corn » Répondit-il seulement d’un air amusé. Toutefois d’un signe de tête il refusa sa proposition, il avait encore le goût du tabac dans la bouche et en plus de ça il n’aimait pas spécialement les pop-corn.

    Balançant son mégot dans le cendrier posé près de la fenêtre – bah, vous vous étiez pas non plus imaginé qu’il l’avait balancé sur le pas de la porte, et l’environnement alors – il jette un coup d’œil autant rapide que distrait à la télévision. Mozart, pas franchement sa tasse de thé, à vrai dire cela avait surtout le don de lui rappeler son père, et donc de le mettre de mauvaise humeur … Parce qu’il s’était toujours assez mal entendu avec lui sans doute. Attention Timothy a toujours beaucoup aimé son père, mais il fallait être honnête ils s’appréciaient surtout lorsqu’ils ne tenaient pas ensemble de conversation pendant trop longtemps. C’est bien simple il n’avait jamais été d’accord sur rien, comme si à chaque fois que l’un avait un avis il fallait obligatoirement que l’autre est un avis contraire ; Ça, ils étaient tout sauf monotones les week-ends chez les Goodwin lorsque Tim était ado. Enfin, en y repensant le jeune homme devait avouer qu’il n’en faisait un peu qu’à sa tête aussi parfois, depuis il avait à n’en pas douter gagner en diplomatie et en bonne foi … Dommage qu’il soit maintenant trop tard pour que son père ne puisse le constater lui-même. Quoi que ça n’aurait peut être rien changé, rien que le fait qu’il soit devenu pasteur aurait été un nouveau sujet de discorde et connaissant le bonhomme et à quel point il pouvait être borné, Tim savait que peu importe comment il aurait présenté les choses le résultat aurait été le même. Ah, les projets professionnels de Tim, il y aurait eut de quoi faire un roman sur les histoires que cela avait pu faire à la maison, même si à cette époque là la case prison ne faisait pas encore partie de l’équation.
    Mais l’heure n’était vraiment pas à se souvenir du conflit permanent qui existait entre son père et lui, d’ailleurs il n’y avait jamais de place pour ça et cela expliquait que les parents Goodwin ne soient que rarement évoqués désormais. A quoi bon après tout, c’était se faire du mal pour rien.

    Sortant son téléphone portable de sa poche il pianote rapidement un SMS à l’attention de Nancy, plus rapide que le coup de fil et puis en y réfléchissant bien Tim n’avait pas envie de s’attarder au téléphone, d’ailleurs il n’aimait pas spécialement ça palabrer des heures au téléphone, et le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’était pas lui qui coutait le plus cher en forfait téléphonique. Une fois son SMS envoyé il s’éloigne vers la cuisine pour aller se sortir un verre qu’il s’empresse de passer sous le robinet pour le remplir d’eau, qu’il boit d’une seule traite. Puis il s’en sert un second avant de s’adresser à nouveau à sa sœur

      « J’te sert un verre d’eau ? » C’était sans aucun doute la conversation la plus banale qu’on puisse imaginer, mais à vrai dire rares étaient les moments où Dana prenait le temps de rester en bas pour entamer une discussion sur quelque sujet que ce soit. Tim ne lui reprochait pas vraiment, cela dit il trouvait cela dommage parfois que le caractère de Dana soit si différent de celui de Nancy et du sien … Elle tenait un peu de leur père là-dessus.


    HJ ; ça ne gène pas x) quant à moi désolé ma réponse est pas terrible mais je voulais pas te faire attendre encore trop longtemps

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...


Dernière édition par Timothy L. Goodwin le Ven 28 Mai - 12:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Lun 5 Avr - 21:56



L’arrivée de Tim changea les plans prévus de Dana. Parfois elle oubliait qu’elle n’était pas seule, qu’elle vivait avec son frère et sa sœur. A 18 ans, Dana avait déjà un désir d’émancipation énorme. Elle n’avait pas l’impression d’être libre et ce depuis longtemps déjà. Si elle avait désormais ce caractère assez antipathique, c’était juste une réaction, un ras-le-bol de cette vie là… Dana veut vivre sa vie. Elle veut profiter de son talent. Elle veut exister sans dépendre des autres. Elle a toujours eu la sensation de dépendre de Tim, ou de son argent. Il est vrai qu’elle en profite souvent, mais au fond d’elle Dana voudrait vraiment de rien devoir à Tim. Elle aime et tient profondément à son frère, cependant elle ne veut pas et en à marre d’être un fardeau pour lui. Dana au fond d’elle souffre énormément de n’avoir pas assez connu ses parents. Souvent il ressort lors de dispute avec son frère qu’elle ressemble à son père, mais Dana n’en a aucun souvenir. Alors elle n’arrive même pas à le croire.

Il entra dans la maison, Dana sentit l’odeur immédiate de la cigarette. Il posa sa veste. Elle pensait vraiment qu’il était un drôle de pasteur. Qu’avait fait New Heaven, pour en accepter un comme ça ?

    DANA - Tim, combien aujourd’hui ? lui demanda-t-elle en rigolant.
Elle savait bien qu’il comprendrait de quoi elle parlait. C’était bien du nombre de cigarettes fumées aujourd’hui. Tim essayait de fumer… Le problème c’est que ce n’était pas la première fois qu’il faisait ce genre de tentative. Tim avait bien du mal à résister à la tentation de la cigarette. Peut être qu’il devrait reporter son addiction sur autre chose, pensa Dana. Peut être sur le sexe. Durant ces dernières années, jamais elle ne l’avait vu emmener une femme chez eux, ou même jamais elle ne l’avait aperçu avec une femme. C’était peut être ça qui lui manquait… Dana partit dans un fou rire. Tim ne devait pas comprendre pourquoi. Elle ne pouvait pas lui expliquer ça quand même. Beurk. Rien qu’imaginer son frère dans un lit avec une femme la dégouta. C’était son frère tout de même…

Dana tenta de se changer les idées, elle ne pouvait pas rester avec cette image en tête de Tim. Que lui avait-il prit de passer soudainement à ça ? Elle remangea un peu de pop corn bruyamment. Au moins la réflexion de Dana au sujet de Nancy et du pop corn fit sourire Tim. C’était une blague nulle qui avait au moins le don d’amuser. Parfois sur un ton sarcastique Dana finissait par faire rire, il suffisait de la prendre au vingtième degré. C’était une façon pour elle de se moquer un peu de Tim, il voulait toujours savoir où était ses sœurs… Elles étaient grandes après tout, l’aspect paternel aurait pu se réduire avec l’âge. Il aurait pu avoir plus confiance en elle, moins s’inquiéter. Mais c’était plus fort que lui, avec la mort de sa femme en plus, Tim s’était d’autant plus accroché à cette famille qui lui restait. D’ailleurs il pianota un sms pour Nancy… Dana leva les yeux au ciel.

    DANA - Laisse la vivre un peu; dit-elle ironiquement.
    DANA - Enfin, quoi que… Nancy, on sait jamais où elle peut tomber…
Dana rigola. A croire qu’elle était de bonne humeur aujourd’hui. En disant cela à propos de sa sœur, elle faisait allusion aux hommes. Contrairement à Dana, Nancy avait tendance à se faire sans cesse avoir par les hommes. Elle avait la mauvaise idée de croire encore au prince charmant. Dana ne cessait de lui dire qu’elle rêvait trop et qu’elle devait se méfier des hommes. Mais rien n’y faisait Nancy tombait tout le temps sur des hommes qui ne lui voulaient pas du bien, ou du moins pas du bien pour toute la vie. Il voulait Nancy pour une seule nuit et ça la rendait à chaque fois dans de drôle d’état. Nancy attendait le bon, elle croyait en l’amour véritable, et ce serait lui, qui d’après elle, l’inciterait à partir de chez elle. Si elle trouvait un homme, enfin elle quitterait son frère et sa sœur. Mais là elle n’en ressentait pas le besoin, elle aimait rentrer et avoir du monde. Elle n’appréciait pas vraiment la solitude comparée à Dana. Nancy avec son salaire de professeur avait pourtant les moyens de se prendre un petit appartement, mais pour le moment elle restait avec eux.

Tim comme à son habitude, en rentrant, se dirigea vers la cuisine pour boire quelque chose. Dana augmenta le son de la télévision, la musique de Mozart résonna d’autant plus forte dans la maison. Sur ce, Tim du hausser le ton pour demander à Dana si elle voulait un verre d’eau. En effet une conversation des plus banales. Pourquoi n’avait-il pas de grandes discussions philosophiques ? La réponse était bien simple, Dana ne restait pas souvent avec son frère et sa sœur. Et puis surtout elle avait la sensation qu’ils n’étaient pas aptes à de grandes conversations sur la vie. Dana avait aussi l’impression qu’il y avait de nombreux non-dits. Ils ne parlaient quasiment jamais de leurs parents. Pourtant Dana aurait aimé en savoir plus sur eux, elle qui les avait si peu connus. Mais elle n’osait pas, elle savait bien que c’était un sujet délicat, une souffrance pour chacun. Et surtout pour Tim. Il ne s’entendait pas au mieux avec leur père, ça Dana avait pu le comprendre. Mais en plus de ça il était dans la voiture lors de l’accident qui tua leurs deux parents. Cela avait été un fort traumatisme pour lui. C’était aussi pour cette raison qu’il s’occupait tant de ses sœurs à présent. C’est en tout cas ce que pensait Dana. Elle avait envie de le voir vivre. Elle voulait partir de New Heaven pour qu’enfin Tim puisse profiter de la vie. Il le méritait.


____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Lun 12 Avr - 10:57

A tout bien y réfléchir, il fallait avouer que Tim ne faisait pas des efforts surhumains pour arrêter la cigarette. Parfois il avait de la motivation, et il y croyait dur comme fer … Mais c’était le genre de motivation qui ne durait jamais plus d’une journée, cette motivation qui n’est en fait rien d’autre qu’une accumulation de mauvaise conscience vis-à-vis de résolutions qu’il n’était pas fichu de tenir. Pourtant il savait que cela ne serait que bénéfique pour lui, il avait totalement conscience de manquer de souffle et bien que fervent amateur de basket et de boxe il ne pouvait nier qu’il avait du mal à ne pas cracher ses poumons si il demandait trop d’efforts à son souffle … Mais cela n’avait semble-t-il pas été un motif suffisant à le persuader d’arrêter jusqu’à maintenant. Quoi qu’il en soit il préféra ne pas répondre à la question de Dana, de toute manière la réponse qu’il pourrait éventuellement donner ne changerait rien à la situation, et il était en plus de ça assez grand pour gérer ses vices tout seul sans que sa petite sœur ne se sente obligée de le faire.
D’ailleurs il n’eut nul besoin de le faire, la demoiselle préférant lui éclater de rire sous le nez sans qu’il n’y voie de raison apparente. Ouais, encore un autre truc du genre et Tim finirait par croire que les pop-corn étaient mélangés à des champignons hallucinogènes … D’ailleurs depuis quand Dana était-elle d’aussi bonne humeur lorsqu’elle se trouvait à la maison ? La plupart du temps elle était plutôt du genre à trainer les pieds lorsqu’elle était ici et à retrouver sa motivation une fois qu’elle sortait, surtout lorsqu’elle sortait pour laisser New Heaven derrière elle. Bah, il la comprenait au fond, elle ne faisait que reproduire le même schéma que lui et d’ailleurs si elle avait envie de quitter cette ville pour de bon il lui souhaitait sincèrement de réussir à le faire. Lui c’était son détour par la case prison qui l’avait changé, qui l’avait forcé à revoir ses projets à la baisse et à comprendre que les plans sur la comète qu’il avait fait au nez et à la barbe de son père ne se réaliseraient finalement jamais. Dana elle avait la chance de pouvoir encore aspirer à faire les choses selon ses propres plans et comme elle l’entendait, ça en ferait au moins une dans la famille qui aurait réussi cet exploit.

    « Puisque mademoiselle Dana a le sens de l’humour aujourd’hui, peut-être acceptera-t-elle d’aller faire les courses à la place de sa sœur ? » Répondant ainsi au fou rire de la demoiselle ainsi qu’à sa remarque sur le fait de laisser un peu d’air à Nancy. A vrai dire c’était sans doute leur tendance à la solitude à l’un et à l’autre qui les rendait si proche … Et forcément à côté de la désinvolture de Dana à leur égard cela faisait contraste et grossissait le trait. « Enfin, quoi que … Nancy, on ne sait jamais où elle peut tomber … » Jolie façon de sous-entendre que sa sœur avait la fâcheuse habitude de se faire avoir assez facilement, à cause de sa trop forte tendance à la gentillesse. « T’exagères … » Enfin, il avait dit ça d’un ton à moitié convaincu seulement, sans doute parce que même s’il prenait par habitude la défense de Nancy il ne pouvait nier que Dana n’avait qu’à moitié tort.

Il avait coupé court au sujet Nancy en se rendant à la cuisine. Dana ne lui ayant pas répondu lorsqu’il proposa de lui servir à boire, il supposa que cette non réponse équivalait à une réponse négative. A vrai dire sa seule réponse fut d’ailleurs d’augmenter le son de la télévision, ôtant à Timothy l’envie d’insister … De toute façon il avait du rangement à faire dans cette cuisine, cela l’occuperait. Les restes du petit déjeuner trônaient encore sur la table, prouvant d’une part qu’en général aucun des trois occupant de la maison ne rentrait manger ici le midi, et d’autre part qu’aucun des trois n’était de matin … Ou du moins pas assez pour jouer la fée du logis avant une certaine heure. Repassant donc le verre qu’il avait à la main sous l’eau il le rince puis l’essuie avant de le ranger dans le placard où il venait de le prendre, puis attrapant une éponge il s’attaque à la table après l’avoir débarrassée. En deux en trois mouvements il eut fini et s’attaqua au peu de vaisselle qui s’en suivit ; Le liquide vaisselle avait une odeur de citron qui lui rappelait à quel point il avait hâte que l’été soit là. Bien sûr il passerait l’été à New Heaven et ne changerait pas grand-chose à ses habitudes, mais c’était tout de même plus agréable de se lever le matin en voyant les rayons du soleil percer à travers les volets plutôt qu’en entendant la pluie tambouriner sur la vitre … Même pour quelqu’un ayant un aussi mauvais sommeil que Tim.

Il arrivait presque au bout de sa vaisselle lorsqu’une quinte de toux l’obligea à reposer quelques instants le verre qu’il tenait entre les mains, afin d’éviter de le casser bêtement. Voilà une preuve irréfutable qu’il devait arrêter de fumer, mais pas aujourd’hui, demain peut-être … ou pas. Heureusement pour lui le volume de la musique de Mozart lui éviterait une nouvelle réflexion – méritée – de Dana à ce sujet. Toutefois alors qu’il arrêtait enfin de cracher ses poumons ce fut surtout la tâche de sang tombée sur le bord du lavabo et ayant – il venait de vérifié – tâché son tee-shirt par la même occasion, qui retint son attention. Cherchant d’où il pouvait bien venir – non il ne s’était pas coupé en faisant la vaisselle pourtant – ce fut le goût du sang dans la bouche qui lui fit réaliser qu’il saignait simplement du nez. La barbe, c’était la deuxième fois de la journée déjà, et cela commençait à devenir une habitude. Il avait besoin de sommeil, c’était une certitude … de vrai sommeil j’entends, autrement qu’en se gavant de somnifères donc, mais ça c’était comme retirer ses bonbons à un gosse revenant de sa tournée d’halloween. Ou comme retirer son paquet de clope à un pasteur, ça marche aussi comme genre de comparaison. Quoi qu’il en soit après avoir juré entre ses dents il cherche des yeux une boite de mouchoirs inexistante puisqu’il est dans la cuisine et qu’elle se trouve être dans le salon ; Ignorant donc Mozart et sa musique il retourne entrainant les pieds jusqu’au salon où il se saisit d’un mouchoirs, en faisant attention de ne pas mettre du sang par terre non plus, déjà qu’il commence à être de mauvaise humeur, aucune envie de devoir nettoyer après, un tee-shirt bon pour la machine c’était amplement suffisant. Voilà, Tim grognon le retour, ça faisait longtemps.

    « Mets moins fort, on s’entend plus penser bientôt » Paye ta mauvaise humeur, mais enfin après tout Tim ne pouvait pas être de bonne humeur tout le temps, et puis Dana n’était pas non plus un modèle d’amabilité en permanence. Et ça, c’est la pire excuse qu’on puisse trouver. « Et tant que t’y est mets la table, pendant que j’monte me changer » Parce que les tâches de sang c’est pas classe, et surtout ça s’incruste, mais pas la peine de préciser. Quoi qu'il en soit l'air las mais en même temps toujours imprégné de sa soudaine mauvaise humeur suffisait à lui faire comprendre qu'il n'y avait pas matière à discuter.

A vrai dire Tim ne demandait que rarement à Dana d’aider dans les tâches ménagères, mettre la table aussi en faisait partie. A vrai dire elle le faisait sans mal lorsqu’elle était enfant, et puis la crise d’ado était passée par là, et il fallait être honnête, Tim tout autant que Nancy avaient fini par lâcher l’affaire … Sans doute parce que l’un et l’autre détestaient les conflits quels qu’ils soient. Mais peu importe, habituée ou pas ce soir elle ferait exception, de toute façon ce n’était pas non plus de sortir trois assiettes, trois verres et des couverts qui allait la tuer.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Sam 24 Avr - 1:59



© butterfringle & tarachen. LES GOODWIN
Dana ne pu s’empêcher de faire une remarque sur la cigarette. Elle aurait vraiment aimé que Tim réussisse à arrêter. Mais elle ne savait pas trop comment faire pour l’aider. D’après elle, seul la volonté pouvait réellement le faire se stopper, mais jusque là elle avait bien l’impression qu’il n’y mettait du sien que très peu de temps. Dana se demandait comment Tim réagirait si elle se mettait elle aussi à fumer. Se serrait une bien drôle provocation pensa-t-elle. Evidement elle fumait de temps en temps, en soirée notamment ou avec une bande d’amis en sortant de l’université, mais il n’y avait là aucune dépendance. Elle était bien loin de Tim qui était selon elle : un véritable drogué. Décidément Dana avait de l’humour aujourd’hui… Ce qui ne semblait pas être le cas de son frère par contre…
    DANA - Je peux te prendre une cigarette ? Osa-t-elle lui demander un grand sourire aux lèvres. Dana avait 18 ans, jamais elle n’avait fumé devant son frère. Elle avait bien trop de respect pour lui, enfin elle pensait qu'il n'aprecierait pas de la voir se tuer ainsi...
Elle était de bonne humeur, oui ça Tim avait pu le remarquer. Aujourd'hui elle avait été au conservatoire, elle y avait été grandement féliciter. Cela contribuait donc à son bonheur. Et puis elle avait eu deux heures de cours en début d'après midi à l'université. Dana avait donc pris place dans un des amphithéâtres pour un cours d'histoire de la mise en scène au théâtre. On lui avait parlé pendant deux heures de Craig, Brecht, jusqu'au 'Bread and Puppet Show'... Alors oui, elle avait de quoi être heureuse, elle faisait ce qu'elle aimait. Emmagasiner encore et encore des connaissances, voilà une chose dans laquelle elle excellait. Une fois chez elle, elle était avide d'autres choses, d'autres apprentissages et voilà comment elle se retrouvait simplement devant ce reportage à la télévision. Face à Tim, elle rigolait encore. En fait avec Dana, c’était tout l’un ou tout l’autre, sans qu’on sache vraiment pourquoi. Tim faisait un effort quand même, et souriait à ses blagues, mais il ne semblait pas avoir le cœur à la fête. Enfin c’est l’impression qu’il donnait en tout cas à Dana.
    TIM - Puisque mademoiselle Dana a le sens de l’humour aujourd’hui, peut-être acceptera-t-elle d’aller faire les courses à la place de sa sœur ?
    DANA - Je suis occupé, tu vois pas ?! J’ai ce film à mater… La culture c’est important Tim si j’veux réussir à l’université. Dis moi pas que ça ne te ferrai pas plaisir de voir ta sœur dans les premières de sa promo …
Tim défend sa petite sœur face aux attaques gratuites (ou pas) de Dana. Enfin elle savait bien qu’il était quand même d’accord avec elle. Mais Tim était le parfait grand frère, il n’allait pas avouer que Nancy se faisait avoir sans cesse. Il se devait de la défendre. Dana leva les yeux et ciel et bien sur lui répondit qu’elle n’exagérait pas du tout. Elle fit la boue. Mais Tim ne pu pas s’en apercevoir, il partit dans la cuisine. Qu’allait–il y faire ? Dana entendit Tim fouiner dans les placards, faire couler l’eau, elle comprit vite qu’il rangeait un peu par là bas. La vaisselle, les plats laissés sur la table, c’était soit Tim ou soit Nancy qui devait les ranger. Il ne fallait pas compter sur Dana pour ça. Elle monta le son de la télévision. Elle n’allait quand même pas arrêter son visionnage pour aller aider son frère. Tranquillement elle finit les pop corn. Elle posa le bol sur la table basse. Après une bonne quinzaine de minutes. Tim fit de nouveau son apparition dans le salon. Il tenait sa main devant son nez. Dana grimaça en voyant la tache sur son t-shirt. D’un drôle d’œil Tim regarda Dana. Il prit un mouchoir avant de lui parler.
    TIM- Mets moins fort, on s’entend plus penser bientôt.
    TIM - Et tant que t’y est mets la table, pendant que j’monte me changer.
    DANA - Ah parce que tu penses maintenant?
    Dana ne pouvait répondre que par la méchanceté, elle ne supportait pas qu'il emploie ce ton sur elle.
    DANA - C'est pas de ma faute si tu as le nez qui saigne, alors t'en prend pas à moi.
Un soupir s'échappa de la bouche de Dana. Cela confirmait son présentiment, c'était son frère qui aujourd'hui n'était pas bien luné. Elle resta devant la télé, posa ses pieds sur la petite table. La grande table qui devait être dressée pour le diner attendrait encore un peu...
(c'est pas super long, mais j'espere que ça t'ira quand même...)

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Ven 30 Avr - 10:17

    « Je peux te prendre une cigarette ? » Et la question était posée de la façon la plus naturelle du monde, bien entendu. Mais posée de façon sérieuse ou bien simplement pour jouer avec les nerfs de son frère ? De la part de Dana on pouvait s’attendre autant à l’un qu’à l’autre, mais là n’était pas la question. « Pas si tu espères pouvoir continuer à me faire des remarques sur ma tendance à continuer à les acheter ! » Autrement dit soi tu critiques mes vices, soi tu la fermes si tu veux les suivre, aussi simple que ça.

Il n’avait même pas pris la peine de revenir au salon pour répondre et s’était donc contenté d’hausser la voix pour être entendu depuis la cuisine. Bon il fallait être sérieux, s’il y avait bien un truc sur lequel Tim n’avait pas son mot à dire c’était sur la décision de ses deux sœurs de se mettre à la clope ou non … Parce que leur faire la morale sur les dangers de la cigarette alors qu’il les testait lui-même, pas qu’un peu, et en toutes connaissances de causes, cela aurait carrément été l’hôpital se foutant de la charité. Il lui serait donc difficile d’interdire à Dana de fumer si l’envie lui en prenait, mais quoi qu’il en soit si tel était le cas lui ne fumait jamais lorsqu’il était dans la maison, et contente ou non la demoiselle devrait se plier à la même règle.
Cigarette à part, Dana n’avait en tous les cas rien perdu de son amabilité légendaire (bah quoi, c’est pas beau l’ironie ?). La façon dont elle avait répondu à son frère en était une preuve parfaite et montrait par la même occasion à quel point sa façon de se comporter lui semblait normale. Parfois Tim se demandait vraiment jusqu’où il allait puiser autant de patience pour ne presque jamais s’emporter pour de bon avec elle, sans doute voyait-il ici un excellent exercice pour lui en ce qui concernait la maitrise de soi, parce qu’il fallait être honnête de la patience il en avait accumulé ces dernières années, et sans elle il y aurait eut bien longtemps que Dana aurait déchanté. Lâcheté ou bien refus réel de s’engager dans un conflit, difficile de savoir si c’était l’un ou l’autre qui expliquait le manque de réaction de Tim, à moins que ce ne soit un peu des deux mélangés. Quoi qu’il en soit il préféra ici ne pas répondre, il n’avait vraiment aucun courage pour expliquer son point de vue à la jeune femme, qui de toute façon s’imaginait toujours que c’était elle qui avait raison … Et pour lui prouver le contraire il n’avait pas le temps non plus, ni la motivation.

Cela dit elle venait d’irriter sa mauvaise humeur, humeur qui ne s’arrangea pas avec le contretemps apporté par son saignement de nez. Sans trop savoir pourquoi il sentait que ce soir il serait beaucoup moins posé et patient que d’habitude, sans doute la fatigue qui commençait à lui peser. Assez en tout cas pour que les nouvelles remarques que Dana ne le crispe encore un peu plus.

    « Ah parce que tu penses maintenant ? » Et bien, ce soir on faisait dans l’échange d’amabilités chez les Goodwin, merveilleux. « Ton euphorie du moment te dispense pas de rester aimable » C’était ce qui s’appelait rendre la monnaie de sa pièce, quoi que cela pouvait aussi s’appeler manquer de diplomatie, mais qu’on se le dise la diplomatie n’était pas l’état naturel de Tim, simplement quelque chose qu’il se forçait à faire parce que cela apaisait les esprits. Soupirant, il avait tourné les talons et avait presque atteint l’escalier lorsque sa sœur lui répondit. « C’est pas de ma faute si tu as le nez qui saigne, alors t’en prend pas à moi. » Ce à quoi il répondit simplement un « Pour une fois que c’est pas l’inverse » à moitié étouffé par le mouchoir qu’il tenait devant son visage.

Il était monté à l’étage sans même attendre une réponse, conscient que vu le caractère de Dana sa simple phrase pouvait avoir jeté de l’huile sur le feu. En y réfléchissant il savait pourquoi d’ordinaire il tâchait de ne pas en rajouter une couche, ce n’était pas de la simple lâcheté ou bien un manque de fermeté … Non, la vraie raison c’était que la dernière envie de Tim était qu’il plane dans cette maison la même ambiance que celle à laquelle il était habitué lorsqu’il était ado. Ne pas pouvoir passer une journée entière sans qu’une connerie ne vienne plomber l’ambiance, à tel point que l’atmosphère en devenait à la fin tellement pesante que notre jeune homme attendait le soir avec une vive impatience que le lendemain matin arrive, pour pouvoir sortir et enfin respirer autre chose que l’air suffocant et à la fin même hostile qui régnait à la maison du fait de sa mésentente perpétuelle avec son père. Et pour ne pas retrouver cette même sensation chez lui il était prêt à fermer les yeux beaucoup plus souvent qu’il ne le devrait sur le comportement d’enfant gâtée de Dana.
C’était à cela qu’il réfléchissait tout en atteignant la salle de bain à l’étage, où après avoir constaté que son nez ne saignait plus il avait jeté son mouchoir à la poubelle avant de se passer de l’eau sur le visage. Après quoi il avait retiré son tee-shirt et l’avait balancé dans le panier du linge sale avant de faire un rapide détour par sa chambre pour en enfiler un propre.

Lorsqu’il était redescendu, Dana n’avait pas bougé d’un pouce, et le pire c’est que cela ne l’étonnait même pas. Cela dit cela l’énervait, parce qu’il était de mauvaise humeur et que la chose lui paraissait plus crispante que si il ne l’avait pas été, et si la demoiselle espérait qu’il se ferait comme à chaque fois une raison et qu’il le ferait à sa place sans insister plus, elle se trompait.

    « En fait fais comme tu veux, mets la table, la mets pas … Tu t’arrangeras avec Nancy » Enfin, sachant qu’il n’était pas encore certain qu’elle rentre pour manger. « J’vais prendre l’air, on étouffe ici » Et puis dehors il pourrait se griller une clope. Et oui les mauvaises habitudes c’est tenace, que voulez-vous.

Soupirant à nouveau, il ressort donc sans même prendre la peine de faire un effort pour ne pas claquer la porte, et s’asseyant sur les deux marches qui séparaient la porte de l’allée traversant le jardin, il sort de la poche de son jean son paquet de cigarettes et son briquet et s’en allume donc une neuvième pour la route, de toute façon il n’était plus à une près.
Aujourd’hui faisait partie de ces journées où sans trop savoir pourquoi Tim passait d’un extrême à l’autre en termes d’humeur, ces journées n’étaient pas majoritaires chez le jeune homme mais elles étaient bien souvent pénibles pour lui autant que pour son entourage. Cela dit le comportement de Dana à son égard n’arrangeait pas non plus les choses, il avait parfois vraiment l’impression qu’elle se foutait de lui et qu’elle se foutait de Nancy, et cette sensation que Dana se montrait distante et égoïste de façon totalement volontaire devenait pour lui de plus en plus difficilement gérable.

HJ ; Ta réponse m'allait tout a fait =) Par contre désolé mon humeur a influencé celle de Tim dans ma réponse ù_ù

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Lun 10 Mai - 3:32


    DANA - Ah parce que tu penses maintenant ?
    TIM- Ton euphorie du moment te dispense pas de rester aimable
    DANA - C’est pas de ma faute si tu as le nez qui saigne, alors t’en prend pas à moi.
    TIM - Pour une fois que c’est pas l’inverse
La conversation était plus que tendue entre le frère et la sœur… Comme souvent malheureusement. Le dialogue ne semblait même pas possible. Il s’agissait simplement de se défendre face aux attaques de l’autre. Enfin ce qui semblait être des attaques alors qu’elle n’était que défense. Enfin bref, cette dispute était encore une fois inutile. Mais Dana n’arrivait pas à faire passer la pilule. Il osait qualifier sa joie de vivre, d’ « euphorie du moment ». Bon Dieu, il ne pouvait pas se réjouir pour elle d’essayer d’être enfin heureuse… Tim ne prit même pas la peine de rester. Entre eux, la tension était palpable, et s’ils restaient dans la même pièce, peut être même que cela finirait pas amplifier et agraver les choses. Tim était plus sage, il préférait éviter un conflit beaucoup plus grand. Dana quand à elle était prête à attaquer, elle était sur ces gardes. Ainsi quand il finit par redescendre. Elle ne put s’empecher de lui rendre la pareil.
    TIM - En fait fais comme tu veux, mets la table, la mets pas … Tu t’arrangeras avec Nancy. J’vais prendre l’air, on étouffe ici
    DANA – Ouais voilà, je verrais avec ma sœur, elle s’énervera pas sans raison elle au moins !
Elle était obligée, c’était plus fort qu’elle. Dana avait hérité du fichu caractère de la famille. Si elle se sentait méprisée, ou agréssée elle était obligée de répondre. Elle ne pouvait pas se laisser faire et elle rendait la monnaie de la pièce. Ce n’était pas forcément un problème, dans la vie de tous les jours au moins elle avait le don de ne pas se faire embêter. Mais en famille c’était autre chose, il fallait nécessairement faire des efforts, chose que Dana ne savait pas faire. On pouvait se faire d’elle, l’image d’une jeune fille pourrie gâtée, mais ce n’était pas le cas. En tout cas, Dana était bien trop intelligente pour cela, elle se rendait parfaitement compte du caractère de cochon qu’elle pouvait avoir parfois. Mais elle n’était pas prête à changer, voilà tout. Elle se complaisait dans ce type de situation. Elle savait que c’était un moyen de se faire respecter. Elle voulait avoir le dernier mot et elle l’aurait… Tim quand à lui baissait bien souvent les bras, il évitait la plupart du temps le conflit. Dana se demandait ce qu’il pouvait bien avoir. Il partit dans le jardin. Tim allait encore fumer une cigarette. Dana grimaça, peut être avait-elle exagérée un peu… Elle n’aurait pas du faire cette mauvaise blague sur le tabac et sa consommation. Enfin elle soupira, arrêta la vidéo qu’elle était en train de visionner, enleva les pieds de la table basse, et se leva enfin du canapé. Elle se dirigea vers la porte fenêtre. Tim avait du faire un effort pour la fermer calmement. Dana en t-shirt sortit dehors. Elle observa autour d’elle et finit par apercevoir Tim un peu plus loin, comme elle s’en doutait, il était assit avec une clope à la main. La jeune fille décida de s’approcher. Bien que Dana pouvait être la plus égoiste et manipulatrice des adolescentes, elle n’était pas que ça. Et aujourd’hui il semblait que ce soit peut être Tim, son frère, qui ait besoin d’elle.
    DANA – Vous avez passé une mauvaise journée monsieur Timothy Goodwin ?
Dana s’assit alors à côté de son frère, elle laissa une distance entre eux, évidemment avec la fierté de Dana, venir jusque là n’avait pas été chose facile. Mais maintenant elle craignait de se faire virer par son frère. Peut être prendrait-il se vouvoiement comme un moyen de se moquer de lui… Ce n’était pour une fois pas le cas. C’était juste un moyen de distanciation ou de relativisme de la part de Dana… Et oui elle savait faire ça de temps en temps. Assise à côté de lui, elle le regarda dans les yeux, et osa un très léger sourire. Elle tentait de comprendre un peu son frère. Sa vie à lui n’avait rien de facile non plus. Elle n’était pas un cadeau pour lui, pensa-t-elle. Peut être que son caractère venait de là, Dana, sans le vouloir, attendait un grosse dispute, attendait de se faire virer, de se faire exclure de sa famille. Elle avait toujours la sensation malheureuse d’être un poids pour lui. Elle finissait par en devenir réellement un.
    DANA – Tu sais je suis une adepte des sales journées, peut-être que je pourrais t’aider à la surmonter.
Elle faisait un pas vers lui. Elle espérait fortement qu’il s’en rende compte car cela n’arrivait pas tous les jours, et ne se reproduirait sans doute pas de sitôt. Elle sourit plus franchement, elle regarda le nouveau t-shirt que son frère avait enfilé. En plus il finissait sa journée avec du sang… Dana pensait avoir trouvé la bonne idée.
    DANA – On peut peut-être trouver un compromis. J’appelle le traiteur et on se fait livrer un bon plat… Il n’y aura pas à mettre la table comme ça !

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Jeu 27 Mai - 11:01

    « Ouais voilà, je verrais avec ma sœur, elle s’énervera pas sans raison elle au moins ! » Bah bien sûr, ça allait être de sa faute encore en plus de ça. La mauvaise foi de Dana venait de le dissuader de s’en vouloir vraiment d’avoir été un peu rude.

Mais enfin qu’avait-elle donc à en faire toujours à sa tête comme ça ? Certes il n’avait pas été des plus aimable et il avait une part de responsabilité dans la tournure que venait de prendre leur « conversation » mais il n’était pas seul responsable pour autant. Parfois elle se comportait vraiment comme une gamine capricieuse et égoïste, et Timothy se demandait vraiment ce qu’il avait pu louper à ce point pour qu’elle en soit venue à toujours chercher les conflits avec lui. Sans rire, reproduire les mêmes erreurs que son père était une chose qui effrayait littéralement Timothy, et l’impression que Dana faisait tout pour qu’il en arrive à ce stade là ne l’aidait en aucune manière.
Voilà pourquoi une fois de plus il s’était dérobé et avait préféré prendre la fuite, pour se « réfugier » dehors. Cela pouvait paraitre lâche mais c’était la seule manière qu’il avait de ne pas dépasser les limites qu’il s’était lui-même fixé. Et avec tout ça il avait eut le compte de stress suffisant pour s’octroyer une nouvelle cigarette, si tenté qu’il ait réellement besoin d’une raison pour s’en allumer une. Il avait passé toute la journée à attendre de vraiment ne plus s’en passer pour allumer une clope, mais là il n’avait plus envie de faire d’efforts, à quoi bon de toute manière puisque efforts ou non il fumerait quand même, et qu’au point où il en était qu’il fume ou pas ne changerait plus l’état déplorable dans lequel devaient probablement être ses poumons.

Il n’avait pas fallut longtemps pour que Dana apparaisse à son tour à la porte fenêtre, qu’elle avait refermée derrière elle. Quoi qu’il en soit Tim n’était pas décidé à faire un quelconque effort, pour une fois elle ne serait pas la seule à faire sa mauvaise tête, au moins elle verrait un peu l’effet que cela faisait de se faire jeter tout le temps et pour n’importe quoi. C’était la réflexion que se faisait le jeune homme en recrachant une nouvelle volute de fumée, tandis que sa sœur avançait à pas lents vers lui. Elle sembla hésiter quelques instants avant de finalement venir s’assoir à côté de lui, tout en prenant bien soin de garder tout de même une certaine « distance de sécurité » … Bah oui, parce que tout le monde sait que Tim est un horrible personnage et qu’il risque de tuer sa sœur si elle s’approchait trop près (a). Bref, en tous les cas il en faudrait plus que ça pour dérider un peu Tim.
Toutefois il remarquait qu’elle faisait des efforts, c’était déjà ça de pris … Il savait que c’était le genre de truc qui ne durerait sans doute pas longtemps mais c’était toujours mieux que rien se disait-il, aussi attendait-il qu’elle aille jusqu’au bout de son élan de motivation maintenant qu’elle était là.

    « Vous avez passé une mauvaise journée monsieur Timothy Goodwin ? » Quelle perspicacité. Quoi que non, sa journée n’avait pas été si mauvaise que ça, elle avait même été plus normale encore qu’on ne pouvait se l’imaginer, si tenté que ce soit possible. « Timothy Goodwin il est fatigué … Et franchement parfois tu l’aides pas » Bah quoi, il n’allait pas non plus jouer les hypocrites, elle avait posé la question alors elle allait devoir faire avec la réponse qui s’y rapportait.

Toute fois, puisque chassez le naturel et il revient au galop, le ton qu’avait employé Tim ne trahissait déjà plus vraiment d’énervement, mais simplement une espèce de lassitude qui suffisait à prouver que la fatigue n’était pas une simple excuse pour avoir la paix. Raison suffisante donc à ce que ses nerfs ne soient pas aussi résistants qu’habituellement, même si à vrai dire un peu moins de mauvaise volonté de la part de Dana n’aurait pas été de refus non plus.

    « Tu sais je suis une adepte des sales journées, peut-être que je pourrais t’aider à la surmonter » L’aider ? Il y avait fort peu de chances. Tout d’abord parce que Timothy n’était pas du genre à s’avouer à lui-même (et donc encore moins à quelqu’un d’autre) qu’il pouvait avoir besoin d’une quelconque aide, et aussi parce que rien de ce que tenterait Dana n’y changerait quoi que ce soit. « Crois moi, là, tu t’attèles à une tâche beaucoup trop difficile pour toi » Le mince sourire qu’il ajouta à sa réponse était lui destiné à lui faire comprendre que c’était sympa d’essayer, mais mieux valait ne pas insister sur ce sujet là.

Sa cigarette étant finalement arrivée au bout, il écrasa d’un geste presque machinal son mégot contre le ciment de la marche sur laquelle il s’était assis, avant de finalement se lever pour aller le balancer dans le cendrier qui trônait seul sur la table de la terrasse. Et comme souvent lorsqu’il se servait de sa main gauche, il ne put s’empêcher un bref regard sur celui parmi ses tatouages qui signifiait le plus de choses pour lui ; La feuille de vigne ornant l’espace entre le pouce et l’index de sa main droite. Plus encore que les autres qu’il possédait, celui-ci avait une valeur particulière à ses yeux puisque c’était Sara, sa femme, qui en avait dessiné le motif, s’amusant d’ailleurs même à dire à l’époque que de toute évidence ses toiles de peinture ne lui suffisaient plus puisqu’elle se mettait même à dessiner sur lui xD Mais là n’était pas le sujet. Bien qu’en fin de compte Sara vagabonde fréquemment dans les pensées du jeune homme sans qu’il n’y ait de vrai rapport, autre que celui qu’elle lui manquait toujours affreusement malgré les mois et les années qui passaient l’air de rien.
Se tournant à nouveau vers sa sœur, il posa quelques instants les yeux sur elle sans rien trouver de plus à dire ; Il était clair qu’il y avait un vrai problème de communication entre ces deux là, mais les mauvaises langues diraient aussi que Tim avaient peut-être un problème de communication avec à peu près tout le monde. Finalement ce fut une nouvelle fois Dana qui brisa le court silence qui venait de s’installer.

    « On peut peut-être trouver un compromis. J’appelle le traiteur et on se fait livrer un bon plat … Il n’y aura pas à mettre la table comme ça ! » Ou comment vouloir à tout prix se débarrasser d’une corvée l’air de rien. Cela dit la solution convenait en fin de compte autant à elle qu’à son frère, pour la simple et bonne raison que l’idée de ne pas avoir à cuisiner lui allait tout à fait. « Si tu veux … Mais j’ai pas très faim de toute façon »

Tout en disant cela il s’était laissé tomber sur une des chaises qui entouraient la table de la terrasse, avant de reposer ses yeux sur sa sœur. Il était déterminé à ne pas en rajouter une couche et à laisser – une fois de plus – couler la chose, mais à vrai dire la désinvolture dont faisait preuve Dana commençait sérieusement à lui courir sur le haricot. Mais que pouvait-il y faire, dire quelque chose ? Comme si elle allait l’écouter, rien que de lui demander de mettre la table relevait presque du crime de lèse majesté, alors lui reprocher son comportement parfois, il faut le dire, complètement immature … C’était la troisième guerre mondiale qui s’engagerait. Et Tim n’avait pas tourné le dos à une carrière militaire au grand damne de son père pour provoquer une guerre nucléaire chez lui ensuite.

    « N’empêche, trois assiettes … J’te demandais pas la lune » Voilà, il avait fallut qu’il l’ouvre, forcément. Mais quitte à faire sa mauvaise tête autant que ce soit jusqu’au bout, il n’avait pas hérité du « caractère Goodwin » pour rien … Seule Nancy semblait avoir été à peu près épargnée à ce niveau là, et encore pas totalement, parce que la candeur de la jeune femme ne faisait pas d’elle une cruche pour autant.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Mar 1 Juin - 5:00


Prendre sur elle, faire un effort, était chose rare avec Dana. Aujourd’hui était donc bien une journée hors du commun. Elle avait eu la chance, elle, de passer une journée plutôt agréable. Ainsi elle sortit rejoindre Timothy dehors. Evidemment elle craignait de se faire rejeter, il s’était isolé en sortant et voilà qu’il allait voir réapparaitre la tête blondinette de Dana… Peut être que ce n’était pas ce qu’il souhaitait le plus à cet instant. Peut être qu’il souhaitait simplement un peu de calme et de solitude. C’était une chose que souvent souhaitait Dana. Elle appréciait de se retrouvait seule. Oui, Dana n’était pas le genre de gosse extraverti, qui ne réussissait à vivre qu’avec la présence d’autrui et une esplanade de fête. Dana aimait se consacrer à sa musique. Elle passait un temps fou enfermé dans sa chambre sans parler à personne. Elle n’était pas du genre, comme toutes les adolescentes, à passer des heures à trainer sur le net à la recherche de je-ne-sais-quoi. Elle n’avait pas à 18 ans, vécu les même choses que les autres filles de son âge. Elle était bien plus mature. Elle était une solitaire. Tout comme son frère. Mais alors que Dana était aujourd’hui en grande forme, ce n’était pas le cas de mr Goodwin.
    TIM - Timothy Goodwin il est fatigué … Et franchement parfois tu l’aides pas.
Dana ne répondit pas, elle prenait encore sur elle, tant bien que mal. Mais pourtant elle avait plutôt l’impression que là c’était Tim qui ne faisait aucun effort, pour rétablir le calme. « Crois moi, là, tu t’attèles à une tâche beaucoup trop difficile pour toi » voilà la réponse de Tim face aux efforts de Dana. Quoi? Mais pour qui la prenait-elle? Comme ci, elle n'était pas une fille qui relevait des défis... Elle soupira. Cela commençait à l'échauffer. La conversation n’était pas très naturelle. Elle se forcait un peu à aller de l’avant. Mais de longs silences marquaient leur discussion, enfin si l’on pouvait nommer cela, une discussion. Car il n’y avait aucune chose à répondre aux réponses de Tim. Il semblait cloturer le dialogue chaque fois. Les deux frères et sœurs avaient du mal à communiquer. Ils osaient cependant se regarder. Mais il y avait un manque véritable de compréhension.
    DANA – Aucunes tâches n’est trop difficile pour moi tu sais.
Elle ajouta à cela, un petit sourire. Rarement elle avait vu son frère ainsi. Elle ne comprenait pas à vrai dire. D’ordinaire c’était elle, l’ado un peu rebelle, ou plutôt insociable et insatisfaite. L’attitude de Tim n’était pas celle qu’il avait d’habitude. Il semblait énervé, agacé et nostalgique. Elle voulait l’aider oui. Mais c’était un refus qui sembla catégorique. Tim venait de prononcer la phrase de trop.
    TIM - N’empêche, trois assiettes … J’te demandais pas la lune
Elle avait proposé un compromis, qu’il venait sauvagement de refuser à sa manière. Ce « Si tu veux … Mais j’ai pas très faim de toute façon » . Tim c’était levé. Il était aller plus loin, sur une des chaises de la terasse. Il refusait le dialogue ? Que souhaitait-il bon sang ? Dana fronça les sourcils. Elle n’appreciait guère quand son frère était comme ça. Elle le preferait tout gentil.Tim pouvait parraitre si innofensif parfois. Cela l'arrangeait. Mais aujourd’hui était en tout cas, un jour sans. Et Dana en avait assez. Il l'a provoquait. Et là, elle ne pouvait plus être gentille. Si jusque là elle avait réussit. S'en était vraiment trop. Tim cherchait la dispute, il allait l'avoir. Dana se leva d'un bond. Comment osait-il lui dire qu'il ne lui demandait pas la lune? Alors que lui, cela lui semblait la lune d'être un minima aimable.
    DANA – Tu me demandes pas lune… Ah non ça c’est sur… Mais par contre de supporter des sauts d’humeur, de supporter des ordes à gogo. Et je tente de faire quoi là ? Tu crois que je venu ici simplement pour prendre encore de la place sur ton espace de vie ? Pour t’empêcher de t’étaler dehors sur une marche d’escalier ? Franchement Tim, tu trouves que je passe ma vie à te pourrir la vie ?
Elle marqua une pause… Dana souffrait elle aussi de cette situation. Même si, la plupart du temps elle paraissait détaché de tout ça, de sa famille etc. Ce n’était pas tout à fait le cas, ce qui la rendait irritable c’était justement de tout devoir à sa frère. D’un seul coup, Dana explosa, s’en était trop. Elle voulait bien faire des efforts, mais ce n’était pas pour entendre son frère lui dire ça. Avec Dana, tout était excessif. Et sa réaction là, l’était encore. Un mot, une phrase, pouvait être de trop, et la faire partir dans d’immenses incertitudes.
    DANA – T’as qu’à me mettre à la porte ! Tu veux que je fasses mes affaires c’est ça ?
Le pire est qu'elle était tout à fait serieuse. Elle était prête à s'en aller de suite. A monter dans sa chambre prendre son ordinateur portable, son violon, et quelques vetements et s'en aller. Ou irait-elle? Ca c'était autre chose... Dana n'avait nulle part où aller.En fait, elle n'avait personne sur qui compter... A part son frère Tim et sa soeur Nancy.

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Ven 4 Juin - 3:09

    « Aucune tâche n’est trop difficile pour moi tu sais … » Elle ne doutait vraiment de rien, c’était le moins que l’on puisse dire. Mais n’étant déjà elle pas quelqu’un qui se confiait beaucoup, tout du moins pas à sa famille, elle pouvait comprendre que Tim n’en ai également aucune envie. « Alors disons que j’ai peut-être simplement pas envie d’en discuter »

Il avait conscience de la rembarrer de façon un peu rude, et d’accorder assez peu de crédits à l’effort qu’elle avait fait pour venir jusqu’ici. Si tenté bien sûr que l’on considère comme un véritable effort le fait d’avoir pris conscience d’avoir peut-être un peu abusé juste avant. Quoi qu’il en soit il ne la rembarrait pas vraiment parce que c’était elle, il en aurait fait autant avec quelqu’un d’autre, et même il aurait sans aucun doute été beaucoup plus direct avec quelqu’un d’autre que l’une ou l’autre de ses sœurs. Mais ça Dana ne s’en doutait sans doute pas un instant, et Tim voyait bien dans sa façon de le regarder qu’elle était déçue et même un peu vexée par la façon dont il avait répondu à ses maigres tentatives d’enterrer la hache de guerre, provisoirement tout du moins. En fait il craignait même de l’avoir involontairement complètement déterré en rajoutant un dernier commentaire sur le fait que Dana cherchait vraiment toutes les excuses possible pour ne pas avoir à faire ce que son frère lui avait demandé et pour avoir quoi qu’il arrive le dernier mot.
Ouais, de toute évidence il venait d’ajouter au vase la goutte d’eau qui allait finalement le faire déborder. Pourtant Tim n’avait lui en fin de compte aucunement l’intention d’avoir dépassé les bornes, il n’avait comme il venait de le dire pas demandé un effort surhumain à sa sœur, et jusqu’à preuve du contraire elle était encore capable d’aller jusqu’à la cuisine et d’ouvrir un placard. Et si elle avait été un peu moins de mauvaise fois et surtout un peu moins égoïste elle n’aurait pas vu le moindre de mal dans cette demande qui n’avait rien de bien méchant. Mais non, de toute évidence elle s’obstinait à croire qu’elle pouvait espérer de son frère et de sa sœur qu’ils fassent toujours tout pour elle, pendant qu’elle continuerait à se comporter comme une enfant. Une enfant qui à l’instant même avait l’air décidée à faire un caprice pour montrer qu’elle n’était pas d’accord avec le fait de devoir, pour une fois, aider un peu à la maison.

    « Tu me demandes pas la lune … Ah non ça c’est sur … Mais par contre de supporter tes sauts d’humeur, de supporter des ordres à gogo. Et je tente de faire quoi là ? Tu crois que je suis venue ici simplement pour prendre encore de la place dans ton espace de vie ? Pour t’empêcher de t’étaler dehors sur une marche d’escalier ? Franchement Tim, tu trouves que je passe ma vie à te pourrir la vie ? » Il n’y avait aucun doute sur le fait que la réaction de Dana paraissait à son frère totalement disproportionnée, et cela avait le don de l’énerver, pour de bon. Tout comme le fait qu’elle lui mette tout sur le dos en essayant de le faire passer pour le méchant frère tyrannique, ça c’était la goutte d’eau qui avait fait déborder son vase à lui. « Je passe mon temps à te donner des ordres, t’es bien sûre de ça ? Pour ça faudrait que j’te vois un peu plus que quand tu viens pour me demander ce qu’on mange ou bien de l’argent pour te payer un taxi ! Nancy et moi on est pas là uniquement pour faire le ménage et préparer à manger dans cette baraque et y serait peut-être temps que tu t’en rendes compte ! »

Comment la conversation avait-elle pu dévier à ce point là à cause d’une simple pile d’assiettes ? C’était à n’y rien comprendre, et en plus de ça cela confirmait l’impression que Tim avait qu’il aurait du rester coucher ce matin, plutôt que de se lever tout en pressentant qu’il allait le regretter. Maintenant il se retrouvait face à Dana avec seule la table de la terrasse pour leur séparer, à se demander si elle faisait véritablement exprès de ne prendre en considération que ses propres émotions sans penser aux autres, ou bien si c’était simplement un manque chronique de conscience des autres … Quelque part il espérait que ce soit la seconde solution, mais à vrai dire il ne savait plus trop quoi penser, et la façon dont était en train de lui parler Dana lui mettait les idées sans dessus-dessous.
Pourtant Tim n’était pas quelqu’un qui s’énervait et haussait le ton facilement, avec les années il avait appris à contrôler son impulsivité et était même maintenant devenu maitre dans l’art de garder son calme même lorsque cela bouillonnait à l’intérieur. Mais là Dana en faisait un peu trop, il avait beau avoir de la patience celle-ci avait tout de même des limites et il n’avait pas l’intention de laisser sa sœur lui parler comme ça. Il avait peut-être toujours ressenti de la culpabilité du fait de l’avoir privé de ses parents, mais en aucun cas cela ne serait éternellement une raison suffisante à ce que la demoiselle se permette de penser qu’elle pouvait attendre de lui tout et n’importe quoi. Il y avait une différence entre être compréhensif et être pris pour un imbécile, et de toute évidence Dana venait de franchir cette limite et de passer du mauvais côté de la ligne.

    « T’as qu’à me mettre à la porte ! Tu veux que je fasse me affaires c’est ça ? » Le sentiment de déjà-vu qui venait de se mêler à sa colère laissant à Tim un goût assez amer, ce qui toute fois ne l’empêcha pas de répondre. « Essaye pas de retourner la situation Dana, j’te mettrai jamais à la porte et tu le sais très bien ! Cela dit si tu te sens aussi mal ici et que tu penses trouver mieux ailleurs j’te retiens pas prisonnière ! »


Flash-Back
Citation :
    « Tant que tu vivras dans cette maison tu agiras comme j’ai décidé ! Et si tu t’entêtes dans tes choix alors tu te débrouilleras tout seul, parce qu’il est hors de question que ta mère et moi acceptions ces conneries ! » Comment son père pouvait-il lui parler de cette façon, pourquoi s’entêtait-il autant à lui mettre des bâtons dans les roues ? « Parfait, dans ce cas là t’inquiètes pas il reste que deux mois avant la fin du lycée, et après tu seras enfin débarrassé de ton fils et de ses "conneries" ! »

Comme tout ado Timothy espérait de ses parents qu’ils le soutiennent dans ses idées et l’aident à faire ce qu’il souhaitait. Mais non, de toute évidence la conception de son père à lui était beaucoup moins ouverte d’esprit et beaucoup plus bornée. A vrai dire Tim savait très bien que son père lui en voudrait sans doute toute sa vie pour ne pas vouloir perpétrer la sorte de tradition familiale qui voulait qu’on soit dans la Marine de père en fils chez les Goodwin. Sa mère quant à elle ne contredisait en général jamais son mari en sa présence, mais Tim pouvait compter sur elle, il le savait. A vrai dire elle estimait avoir déjà bien assez à s’inquiéter avec son mari dans la Marine sans que s’on fils ne s’y engage également, surtout avec les conflits qui s’amorçaient à l’époque en Europe de l’Est, et alors que la guerre du Golfe venait tout juste de se terminer.

    « Y serait temps que tu grandisses un peu et que tu comprennes que dans la vie on fait rarement ce qu’on veut » Facile à dire, lui avait toujours voulu rentrer dans la Marine, alors il avait eut ce qu’il voulait. Et pour Tim il n’était pas question que lui ne fasse pas ce qui lui plaisait sous le simple prétexte que son père ne considérait pas ça comme digne d’intérêt. « C’est en raisonnant comme toi qu’on rate sa vie, tu en as conscience ? C’que t’en penses je m’en contre-fiche, et si tu veux tout savoir j’ai autant hâte que toi de débarrasser le plancher de la maison parce que j’en ai ma claque de vivre avec un tyran égoïste ! »

VLAN ! Tim ne l’avait même pas vu arriver. Son père venait de le gifler, chose qu’il n’avait jamais faite auparavant, et qu’il n’avait plus jamais refaite par la suite non plus. Sur le coup Tim avait été surtout sonné par la gifle en elle-même, qui lui avait laissé une douleur cuisante sur la joue, ainsi que par la réaction de son père qui prouvait qu’il n’avait aucune envie de s’encombrer du point de vue de son fils. Mais lorsqu’il y repensait maintenant, Tim se disait que cette gifle représentait surtout l’incapacité que son père et lui avaient toujours eut à communiquer autrement que par le conflit. Après cette soirée Tim avait d’ailleurs déserté quasi-complètement la maison, passant le plus clair de ses journées et même souvent de ses nuits chez Gabriel ou bien chez sa copine de l’époque. Et entre son père et lui cela avait été véritablement le début de la fin.
Fin du Flash-Back

    « Tu peux pas d’un côté te comporter comme une adulte responsable, et de l’autre continuer à agir à la maison comme si tu avais six ans, c’est pas aussi simple. » Non, vraiment Tim n’avait pas l’impression qu’il lui en demandait des tonnes en attendant d’elle qu’elle participe un peu à la vie de la maison. Il ne pensait pas non plus être aussi restrictif que son père avait au début tenté – sans grand succès il faut l’avouer – de l’être avec lui ; Il n’avait pas rechigné un seul instant lorsqu’elle s’était décidée pour le conservatoire, et il la laissait sortir autant qu’elle le voulait dans la mesure où elle savait rester raisonnable. « Alors non effectivement, quand je te demande de réaliser que ta sœur et moi sommes pas là simplement pour jouer le personnel de maison, je pense pas te demander la lune. »

Il avait réussi tant bien que mal à retrouver un ton un peu plus posé, mais cela dit il ne savait pas vraiment si cela suffirait à calmer un peu les ardeurs de Dana. Quoi qu’il en soit elle ne devrait pas s’attendre cette fois-ci à ce qu’il lui donne raison et abandonne la partie en décrétant qu’elle avait gagné, il ne fallait pas non plus le prendre pour un imbécile.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Mer 23 Juin - 1:25


    TIMOTHY - Alors disons que j’ai peut-être simplement pas envie d’en discuter.
    DANA – Franchement qu’est ce que je fais là ? A côté de toi alors que tu ne veux même pas parler avec moi ? Je ferrais mieux de te laisser tranquille c’est ça ? Reste seul Tim alors… si c’est ce que tu veux… mais ne fait pas ton malheureux, car pourtant tu avais quelqu’un qui voulait bien t’aider…
Dana ne voulait pas admettre sa part de responsabilité dans la dispute qui éclatait. Qu’avait-elle fait après tout ? Tim dès son arrivée dans la maison était de mauvaise humeur, elle avait juste l’impression qu’il lâchait ses nerfs sur elle. Elle était un bon bouc émissaire. Il voulait maintenant tout lui remettre sur le dos. C’était un grand n’importe quoi. Il voulait lui faire croire qu’elle ne faisait jamais rien et aucun effort. Mais alors que faisait-elle là, dehors à continuer de parler avec lui ? Tim l’exaspérait, il voulait toujours avoir raison. Dana était de plus en plus énervée. Evidemment qu’elle s’emportait vite, que ces propos dépassaient sa pensée. Bien sur qu’elle était beaucoup trop intuitive. Elle n’acceptait pas elle non plus qu’on ne soit pas d’accord avec elle. Elle n’aimait pas qu’on la contredise. Dana haussa le ton, elle parla d’une manière beaucoup plus rapide. Tim se croyait exemplaire. Elle se sentait agressée, comme si elle était une moins que rien et lui était parfait. Elle avait la sensation que son métier lui montait à la tête. Il se prenait pour Dieu ou quoi?
    TIMOTHY - Je passe mon temps à te donner des ordres, t’es bien sûre de ça ? Pour ça faudrait que j’te vois un peu plus que quand tu viens pour me demander ce qu’on mange ou bien de l’argent pour te payer un taxi ! Nancy et moi on est pas là uniquement pour faire le ménage et préparer à manger dans cette baraque et y serait peut-être temps que tu t’en rendes compte !
    DANA – N’importe quoi, mais n’importe quoi là. Tu dis vraiment n’importe quoi Tim. Tu trouves qu’on se voit pas assez ? Mais franchement, tu pourrais au moins t’avouer la vérité. Qu’est ce qu’on ferrait à passer plus de temps ensemble ? Aujourd’hui notamment, j’esssaie de parler avec toi et c’est un profond echec. Tu n’a pas envie de me parler ou tu n’as rien à me dire… Je prefere rester enfermer dans ma chambre que de subir un immense silence entre nous…
Ils étaient frère et sœur, ils auraient du bien s’entendre. Ils s’aimaient pourtant, mais peut être y avait-il bien trop de blessures dans cette famille pour vraiment se livrer à un immense amour entre frère et sœurs. Ou peut être que Tim et Dana se ressemblait plus qu’ils ne le croyaient. Il n’y avait pas tant de disputes entre Tim et Nancy ou Dana et Nancy. Elle ne comprenait pas la réaction de son frère . Il lui reprochait des tas de choses, pourquoi aujourd’hui ? Elle n’avait rien fait du tout pourtant… Dana se sentait agressé, et toujours dans cette situation, elle retroquait et attaquait à son tour. Elle était blessée, elle avait l’impression que Tim ne voulait plus d’elle. Elle avait l’impression d’être un poids pour lui. Peut être qu’il essayait de lui faire comprendre qu’il était tant qu’elle parte. En fait, tout passait par la tête de Dana. Elle craignait encore une fois de se sentir abandonnée.
    TIMOTHY - Essaye pas de retourner la situation Dana, j’te mettrai jamais à la porte et tu le sais très bien ! Cela dit si tu te sens aussi mal ici et que tu penses trouver mieux ailleurs j’te retiens pas prisonnière !
    DANA – C’est toi qui tente de retourner la situation là. C’est toi qui à commencé. Tu veux rester dans ton coin, du coup tu me rembarres dès que je dis quelque chose. Ca a débuté comme ça Tim, souviens toi ! Je voulais juste venir parler un peu avec toi. Tu m’avais pas l’air bien aujourd’hui. Mais ça je suppose que tu t’en rend même pas compte. Toi ce que tu vois c’est le négatif, tout est toujours de ma faute de toute façon… Je commence à être habitué. Alors oui, j’ai l’impression que tu serais plus tranquille sans moi.

C’était parti, Tim commençait à l’enchainer. Dana n’était pas à court d’arguments, mais elle en avait assez. Elle n’était pas venu là pour entendre toutes les reproches du monde. Elle était impatiente que Nancy rentre, elle aurait su atténuer le conflit. Elle leva les yeux au ciel. Dana commençait à être arrogante. Elle se ferma à Tim. Elle n’avait plus le courage de débattre pour rien. Elle savait qu’il resterait sur sa position, c’était donc inute de gacher de l’energie la dedans. Dana l’écouta, elle hochait la tête. Comme pour l’enerver davantage.
    TIMOTHY - Tu peux pas d’un côté te comporter comme une adulte responsable, et de l’autre continuer à agir à la maison comme si tu avais six ans, c’est pas aussi simple.
    TIMOTHY - Alors non effectivement, quand je te demande de réaliser que ta sœur et moi sommes pas là simplement pour jouer le personnel de maison, je pense pas te demander la lune.
    DANA – Et blablabla et blablabla…
    DANA - Je vais être mature Tim… Je vais te laisser tout seul dehors. Tu as gagné, c’est bon ! Je m’avoue vaincu !
Dana avait les larmes aux yeux. Elle ne voulait que Tim voit sa faiblesse. Elle le regarda droit dans les yeux en prononçant ses quelques phrases. Elle posa sa main sur son coeur. Dana hocha la tête, disant non de la tête. Elle le regarda un peu de haut, elle venait de se lever. Elle se retourna et partit en courant, elle claqua la porte fenêtre. Dana monta dans sa chambre. Elle alla le plus vite possible se refugier dans son monde, sa chambre. Elle se jeta sur son lit, soupira un grand coup. Une larme coulait le long de sa joue. Elle l'essuya au plus vite... Tim l'avait pourtant fortement touchée... Elle ne savait pas ce qui allait se passer maintenant? Allait-il s'en vouloir? Allait-il venir la voir?

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Jeu 24 Juin - 12:39

Ce que semblait avoir du mal à comprendre Dana c’était que ce qui empêchait Tim de vouloir se confier à elle ce n’était rien d’autre que le comportement qu’elle avait avec lui habituellement. Il avait toujours cette impression que lorsque Dana était à la maison elle voyait le fait de devoir s’acclimater à sa famille comme une corvée dont elle se serait bien passée. Elle lui donnait toujours l’impression d’être stupide, pas assez bien ou trop vieux pour comprendre … Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait eut pour seule réponse à une de ses questions un simple « laisse tomber » ou même simplement un roulement d’œil synonyme d’exactement la même chose. Et le pire là dedans - quoi que Tim ne savait pas vraiment si il devait considérer cela comme une aggravation ou comme une circonstance atténuante – c’était que Dana ne semblait pas s’en rendre compte, et agissait ainsi sans se douter un instant que cela puisse être déjà un problème. La façon dont elle venait de lui répondre en était justement la preuve, pour elle Tim ne faisait aucuns efforts mais elle semblait ne pas avoir du tout conscience du fait que s’il ne faisait plus maintenant c’était parce qu’il en avait fait par le passé et qu’elle s’était comporté de façon à lui montrer, involontairement ou non, qu’elle n’était pas du tout réceptive et qu’il ferait tout aussi bien de ne rien faire du tout et de la laisser dans son coin.

    « N’importe quoi, mais n’importe quoi là. Tu dis vraiment n’importe quoi Tim. Tu trouves qu’on se voit pas assez ? Mais franchement tu pourrais au moins t’avouer la vérité. Qu’est-ce qu’on ferait à passer du temps ensemble ? Aujourd’hui notamment, j’essaie de parler avec toi et c’est un profond échec. Tu n’as pas envie de me parler ou tu n’as rien à me dire … Je préfère rester enfermée dans ma chambre que de subir un immense silence entre nous … » Et de toute évidence elle ne prenait aucune part de responsabilité dans cette affaire, hors de question de se remettre en cause, il fallait forcément que ce soit l’entière responsabilité de Timothy. « T’as jamais pris en considération mes efforts non plus Dana … En fait je crois que tu les as même jamais remarqués »

Sa voix ne laissait même plus paraitre un quelconque ton de reproches. Mais c’était bien connu, l’énervement de Tim retombait aussi vite qu’il arrivait en général, car notre pasteur n’était pas homme à s’emporter pour un rien et à aimer crier pour se faire entendre et avoir raison. Il avait appris avec les années, et particulièrement depuis qu’il avait emménagé à New Heaven, à se montrer plus mesuré dans ses paroles tout comme dans ses pensées, et heureusement pour Dana l’époque où il aurait pu lui répondre avec beaucoup plus de méchanceté et beaucoup moins de patience qu’il ne le faisait maintenant de façon générale était révolue … La seule époque où elle aurait pu en faire les frais se situait avant ses dix ans, c'est-à-dire à une époque lointaine où Tim avait encore un minimum d’autorité sur elle et où elle n’en faisait pas uniquement à sa tête.
Ah cette époque, elle était bien loin désormais. Parce qu’il fut un temps où Dana aurait accepté sans faire d’histoire de mettre la table si Tim ou Nancy le lui avait demandé, un temps où elle considérait encore sa sœur comme des personnes de confiance et pas uniquement comme bon pour ramener l’argent qui servait à payer son conservatoire. Parfois le pasteur se demandait quand au juste les choses avaient changé, pour devenir ce qu’elles étaient maintenant entre lui et sa sœur …

    « C’est toi qui tente de retourner la situation là. C’est toi qui as commencé. Tu veux rester dans ton coin, du coup tu me rembarres dès que je dis quelque chose. Ça a débuté comme ça Tim, souviens-toi ! Je voulais juste venir parler un peu avec toi. Tu m’avais pas l’air bien aujourd’hui. Mais ça je suppose que tu t’en rends même pas compte. Toi ce que tu vois c’est le négatif, tout est toujours de ma faute de toute façon … Je commence à être habituée. Alors oui, j’ai l’impression que tu serais plus tranquille sans moi. » Dana se posait en victime comme si Tim était du genre à lui faire la morale et à lui reprocher des choses à longueur de journées, et après elle voulait faire croire qu’elle n’en rajoutait pas une couche et que tout ça était entièrement la faute de Tim. Il avait beau se savoir une part de responsabilité là-dedans il la trouvait quand même un peu injuste. « Et puisque j’te semblais pas dans mon assiette il t’ai pas venu à l’idée que j’te demande de m’aider un peu parce que j’étais fatigué ? Pourquoi tu te mets dans la tête que si je te demande quelque chose c’est forcément pour t’embêter et te contrarier ? »

C’était à croire que pour Dana, ce qui sortait de la bouche de Tim n’était jamais dit innocemment et avait toujours un reproche quelconque en guise de double sens. Elle le pensait hypocrite à ce point là ? Si tel était le cas alors Tim se demandait vraiment d’où une telle impression pouvait lui venir, ce n’était pas parce qu’il n’était pas expansif que cela signifiait forcément qu’il cachait quelque chose, surtout à ses sœurs. D’ailleurs Dana n’était pas elle non plus la plus loquace des personnes qui soit, et elle aussi avait ses jours où il ne valait mieux pas venir lui parler si l’on avait pas envie de se faire jeter. Elle reprochait à Tim que cela soit arrivé ce soir pour lui, mais les soirs où c’était elle et qu’il préférait ne pas insister après avoir reçu une réponse cinglante il ne venait pas l’agresser pour lui dire qu’elle était toujours après lui. Il avait passé l’âge de ce genre de choses et préférait la laisser râler dans son coin plutôt que de lui jeter à la figure le nombre de fois où elle lui avait dit d’aller voir ailleurs, de façon plus ou moins sous-entendue.
Mais peu importe, de toute évidence il était beaucoup plus simple pour Dana de faire la sourde oreille et d’éviter le reste de la conversation plutôt que de voir en face le fait que son frère avait des reproches à lui faire et qu’il s’était tut sans doute un peu trop longtemps. Alors c’était comme ça, son frère ne pourrait jamais rien lui dire qui lui déplaise sans qu’elle ne décide de ne pas l’écouter jusqu’au bout ? A croire que la situation qui s’était installée ces derniers temps lui plaisait, puisqu’elle ne semblait pas décidée à y trouver une solution …

    « Et blablabla et blablabla … Je vais être mature Tim, je vais te laisser tout seul dehors. Tu as gagné, c’est bon ! Je m’avoue vaincue ! » Non, elle choisissait seulement la facilité, chose que Tim avait sans doute lui aussi trop fait. Et voilà où ils en étaient maintenant. « C’était pas censé être une bataille … » Mais déjà partie, en claquant la porte fenêtre pour faire preuve de son mécontentement, Dana n’avait sans aucun doute pas entendu ce qu’avait murmuré son frère.

{ … }
La soirée était déjà bien avancée. Tim n’avait rien mangée et Nancy, qui était rentrée à peine une demi-heure après que Dana soit montée, n’avait pas plus faim que lui. Il n’avait pas fallut longtemps à la jeune femme pour comprendre qu’il s’était passé quelque chose pendant son absence et que de toute évidence ni Timothy ni Dana ne s’étaient pour le moment décidés à signer l’armistice. Cependant, fatiguée de sa journée et n’ayant sans doute pas le courage de jouer une nouvelle fois les médiatrice entre son frère et sa sœur, Nancy avait squatté le salon avec Tim une petite demi-heure avant de finalement rejoindre sa chambre. Notre pasteur lui, était resté encore pas loin de deux heures tout seul dans le salon, à la même place où se trouvait Dana lorsqu’il était rentré en fin d’après-midi. Il avait attrapé son carnet à dessins et ses crayons restés dans un coin, et tenté de fignoler un portait qu’il avait commencé plusieurs jours auparavant, celui d’une simple inconnue qu’il avait croisé au parc la semaine précédente et qui avait retenu son attention. Cependant il n’était pas vraiment concentré sur son dessin, et perdu dans ses pensées il n’arrivait pas à crayonner plus de quelques secondes avant que son esprit n’aille vagabonder ailleurs.
Il venait d’en revenir à la question qu’il se posait tout à l’heure à savoir quand au juste les choses avaient-elles à ce point changé entre Dana et lui pour qu’ils en viennent à se comporter presque comme deux étrangers qui habiteraient la même maison simplement pour une question de pratique ou de logistique. Cela dit il s’agissait surtout d’une question rhétorique, Tim savait très bien à quel moment les choses avaient changé … Et là dedans il ne pouvait pas nier la majeure part de responsabilité qui lui incombait. Après la mort de Sara il y avait eut cette période, de plusieurs mois, où il n’avait plus fait d’efforts sur rien et s’était refermé telle une huître ; Dana avait alors quatorze ans tout juste. Le temps qu’il en prenne conscience et qu’il se secoue un peu elle en avait déjà seize, et il était trop tard. Les choses depuis étaient allées en empirant et ce qui était sans doute au début une fêlure s’était transformée pratiquement en gouffre, sans que ni l’un ni l’autre ne sache vraiment quoi faire ou quoi dire pour réussir à faire marcher arrière et tenter de changer les choses …

Peut-être était-ce parce qu’il se sentait fautif par rapport à cela que Tim s’était engagé dans les escaliers qui menaient à l’étage, après avoir définitivement abandonné son dessin sur la table basse du salon. Arrivé en haut de l’escalier il avait eut un moment d’hésitation, est-ce qu’en faisant cet effort là il n’allait pas juste donner à sa sœur l’occasion de s’énerver à nouveau ? Il était trop tard pour qu’il s’énerve sur qui que ce soit d’ailleurs, et il fut même tenté de reculer en se donnant comme fausse excuse le fait qu’il était déjà tard et que Dana devait dormir. Manque de chance – ou non – pour lui, la raie de lumière qui filtrait sous la porte de la chambre de sa sœur lui indiquait le contraire, et il n’avait alors plus d’autre excuse que celle de sa lâcheté pour ne pas aller frapper à sa porte.
Craindre le fait de frapper à la porte de sa propre sœur, il était décidément tombé bien bas. Quoi qu’il en soit, prenant son courage à deux mains et surtout ravalant une nouvelle fois sa fierté, il avait traversé le couloir et s’était arrêté devant la porte de la chambre de Dana, devant laquelle il était resté plusieurs secondes sans bouger avant de finalement frapper.

    « Dana c’est moi … J’peux entrer ? » Il osait espérer que les trois heures et demie (il venait de jeter un coup d’œil à sa montre) qui s’étaient écoulées depuis leur altercation sur la terrasse aurait laissé le temps à sa sœur de retrouver un peu de calme. Il ne venait pas là pour se faire agresser et pour se manger encore une fois des reproches, et si c’était ce que Dana avait l’intention de lui répondre alors qu’elle ne compte pas sur son frère pour rester l’écouter, ni pour faire le prochain pas.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Mar 29 Juin - 6:17

Evidemment que la situation n’avait rien pour plaire à Dana. Mais que pouvait-elle faire de plus ? Tim croyait quoi ? Qu’elle aimait les conflits ? Loin de là, en fait… Si Dana réagissait ainsi c’était justement pour se protéger, elle ne supportait pas d’entendre des reproches de la bouche de son frère, mais de la bouche de quiconque aussi. Elle avait toujours l’impression qu’il s’agissait d’un moyen de se débarrasser d’elle. Voilà le véritable problème Dana craignait de ne plus être aimé, elle craignait d’être encore seule. Comme lorsqu’elle était ado, et qu’elle allait en internat la semaine. Elle se sentait profondément seule. Dana avait vécu bien plus là bas, que ce qu’elle laissait paraitre. C’était à partir de là, qu’elle avait commencé à se méfier des autres, à ne faire plus confiance à personnes. Elle avait été déçue, en amour mais aussi en amitié. Dana avait grandit bien plus vite qu’elle n’aurait du, elle s’était alors enfermé dans les études, dans sa passion le violon, dans tout ce qui pouvait lui permettre de s’enfermer dans une bulle, une bulle où elle seule pouvait entrer, une bulle où elle était tranquille, où elle ne pensait plus à rien. Le but de cela n’était pas de s’exclure de la vie sociale en générale. Non, Dana était assez intelligente pour avoir des amis (enfin de faux amis), sortir, faire la fête, vivre sa vie. Mais quelque chose s’était éteint. Elle n’avait plus foie en les autres. Les seuls personnes à qui elle tenait encore c’était justement Tim et Nancy, voilà pourquoi elle avait un comportement si singulier avec eux. Ce n’était pas que Dana voulait être exécrable. Mais c’est qu’à force de jouer un rôle, à force de s’enfermer dans sa chambre, elle n’arrivait plus à savoir ce qui était faire pour l’embêter et ce qui était normal. Quand Tim ou Nancy lui demandait de l’aide, Dana croyait immédiatement à une reproche. Elle n’y voyait pas là une simple requête. Voilà pourquoi une discussion ne pouvait jamais aboutir à un calme plat chez les Goodwin.
    TIMOTHY - T’as jamais pris en considération mes efforts non plus Dana … En fait je crois que tu les as même jamais remarqués
    DANA – Tes efforts Tim je les vois, tu m’acceptes dans ta maison, tu me donnes de l’argent quand j’en ai besoin, tu me payes mon conservatoire. Je ne dois tout, je sais… C’est ça que tu veux entendre ?
Dana n’en finissait plus de se protéger, sans se rendre compte que son frère était loin de lui vouloir du mal… Dana passait beaucoup de temps à râler. Elle n’était pas bien dans sa peau. Elle était une charmante jeune femme, belle, blonde, intelligente et pourtant il lui manquait sans cesse quelque chose. Dana voulait la gloire, elle était avide de réussir par elle-même. Devoir tant à Timothy lui posait réellement problème. Mais que faire ? Elle n’avait pas d’autre choix pour le moment que de subir cela.
    TIMOTHY - Et puisque j’te semblais pas dans mon assiette il t’ai pas venu à l’idée que j’te demande de m’aider un peu parce que j’étais fatigué ? Pourquoi tu te mets dans la tête que si je te demande quelque chose c’est forcément pour t’embêter et te contrarier ?
Il venait de mettre un point d’honneur sur le problème. Mais c’était trop tard. Pourquoi fallait-il que la vérité, que la discussion arrive à son apogée après un long moment d’énervement de la part des deux interlocuteurs ? Maintenant, elle n’avait plus le courage de débattre, mais cette phrase résonna dans sa tête. « Pourquoi tu te mets dans la tête que si je te demande quelque chose c’est forcément pour t’embêter et te contrarier ? » . Dana avait l’impression que son frère et elle était deux êtres totalement différent, mais peut être qu’elle se trompait sur ce point. Elle qui avait la sensation que Tim ne la comprenait pas se trompait sans doute aussi. Tim avait compris que Dana se refermait pour cette raison. Mais était-elle prête à se rendre compte que Tim n’était justement pas là pour l’embêter ? Elle n’avait pas eu dans son enfance ou son adolescence cette figure dominante du père, celle de l’autorité. C’était donc sur Tim qu’une telle responsabilité était retombé. Mais l’avait-il vraiment assumé ? Aujourd’hui Dana avait l’impression qu’il représentait cette autorité, voilà pourquoi elle se mettait en colère contre lui. Pour s’émanciper, ne fallait-il pas rejeter cette autorité dominante ? Tim était loin de donner à tout va des ordres à Dana, alors dès qu’il lui demandait quelque chose elle l’interprétait mal… Tout devenait bataille dans la famille Goodwin, mais ce n’en était pas une, c’est justement ce que venait de dire Timothy, lorsque Dana partit sans se retourner : « C’était pas censé être une bataille … » Malheureusement déjà la porte claqua, une phrase encore qui ne serait pas entendue et resterait sans fin.
◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊
La voilà retourner à son point de départ, sa fameuse chambre. La chambre de Dana lui ressemblait, à la fois désordonné et classieuse. Elle avait du style, une assez grande chambre, avec un assez grand lit, un ensemble un peu vintage qu’elle entretenait. Dana n’était pas comme son amie Karen, elle ne roulait pas sur l’or, alors elle faisait don de beaucoup d’imagination. Elle aimait farfouiller, trouver des choses avec de la vie, des objets, des vêtements avec une signification. Cette chambre finissait donc par elle riche en histoire. Mais Dana en avait aussi vécu des choses ici. Que de fous rires avec Karen, de moments intimes avec des petits amis de passage, des répétions à n’en plus finir pour le conservatoire, des visionnages jusqu’à pas d’heure de Dvd de musique. Rien n’arrêtait Dana face à la culture. Elle voulait être quelqu’un et elle allait le devenir ! Une autre porte claqua, celle de la fameuse chambre. Elle se jeta sur son lit, essuya une larme, avant qu’une deuxième n’apparaisse sur sa joue. Dana souffla un bon coup, elle ne supportait pas de pleurer. Elle l’avait trop fait à l’annonce du décès de ses parents. Elle savait que ce n’était rien, elle ne voulait pas pleurer pour rien désormais. Elle s’était promis après l’internat, de ne plus pleurer pour un garçon, voilà pourquoi elle n’arrivait à n’en aimer aucun… Dana retenu son souffle, elle se leva d’un coup de son lit. Il fallait qu’elle s’occupe. Elle n’allait pas s’apitoyer sur son sort.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊
    TIMOTHY - Dana c’est moi … J’peux entrer ?
Un peu plus de trois heures c'étaient déjà écoulés depuis la dispute. Dana ne pouvait pas dire que cela était passé rapidement. Elle avait faim, mais n'osait pas descendre. Elle avait finit par manger une simple barre de céréales qui trainait dans sa chambre. Mais le principal pour elle était là, elle n’avait pas céder, elle n’était pas descendu pour dire bonjour à sa sœur. Elle n’était pas prête à affronter le regard de son frère. Elle avait bien trop peur qu’ils se disputent de nouveau, qu’elle se sente encore blessée, et pire encore qu’elle se mette à pleurer devant lui. Dana donnait l’impression d’être une jeune femme forte, plus forte que tout et que tous. Mais au fond était-ce vraiment le cas ? Son frère était juste derrière la porte. Son coeur palpita plus rapidement que la normale. Cela faisait quelques heures que Dana lisait, enfin essayait de lire. Elle était assise à son bureau. Elle se leva et tira la chaise. D'une petite voix, elle finit par répondre à Timothy.
    DANA - Euh oui... Entre...
Elle était debout, l'attendait, elle craignait déjà ce qui allait se passer. La poignée descendit, et Tim apparut sur le pied de la porte. En fait, elle était contente qu'il soit venu. Cela prouvait à Dana qu'il s'interessait à elle. Peut être même qu'il s'inquiétait pour elle. Finalement, elle ne demandait pas beaucoup plus que de l'attention. Un léger sourire apparut au coin de sa lèvre droite...

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Jeu 1 Juil - 5:17

Le pasteur avait beau tourner et retourner le problème dans tous les sens, il n’arrivait pas à comprendre pourquoi Dana se montrait parfois aussi odieuse avec lui. Certes elle ne s’en rendait peut-être pas forcément compte, mais ce n’était tout de même pas une excuse suffisante, elle devait forcément avoir quelque chose à lui reprocher … Mais qu’était-il supposé faire avec ça ? Il ne pouvait pas régler la question – si tenté qu’il y ai quelque chose qu’il puisse faire – si elle ne lui disait pas clairement ce qu’elle lui reprochait et pourquoi elle n’arrivait pas à faire autre chose que se braquer lorsqu’il s’adressait à elle. Le pire aurait donc été qu’elle lui reproche quelque chose que Tim ne pouvait pas changer, qu’elle le blâme pour quelque chose qu’il était déjà trop tard pour rattraper, car dans ce cas là il se heurterait à un véritable mur et ne saurait plus vraiment quoi faire par rapport à la situation … Ce qui était certain en tous les cas c’était que l’état actuel des choses ne lui convenait pas du tout, sa relation avec Dana ne lui convenait plus du tout.
S’il avait laissé passé autant de temps avant de se décider à monter, c’était avant tout parce qu’il savait que y aller tout de suite et tenter de reprendre la « discussion » qu’ils avaient entamé avant et qui s’était terminée par un claquement de porte – chose devenue beaucoup trop habituelle au goût du pasteur – serait un profond échec. Tout ce qu’il risquait c’était que Dana n’est pas décoléré et qu’elle se remette à nouveau à lui crier dessus comme si il était le seul responsable de tout ce qui pouvait aller de travers en ce moment. Le pire c’est qu’il la savait à côté de la place, la dernière chose qu’elle lui avait dite en était la preuve. Ses paroles, « Tes efforts Tim je les vois, tu m’acceptes dans ta maison, tu me donnes de l’argent quand j’en ai besoin, tu me payes mon conservatoire. Je te dois tout, je sais … C’est ça que tu veux entendre ? », il les avait entendu raisonner dans son esprit plusieurs fois et il en était quelque part toujours un peu blessé. Si elle pensait réellement que c’était ça qu’il souhaitait entendre de deux choses l’une, soit elle le connaissait vraiment très mal, soit elle n’avait vraiment rien compris … Et à bien y réfléchir c’était sans doute les deux à la fois. Qu’elle ne retienne que le matériel donnait vraiment l’impression à Tim qu’elle ne se souciait en revanche pas du tout de lui, et qu’il était pour elle beaucoup plus un moyen d’arriver à ses fins qu’une personne en qui elle avait confiance et à qui elle tenait un minimum. Et si c’était ça ? Et si elle se désintéressait tout simplement de lui, pas besoin de chercher en vain la raison majeure pour laquelle elle lui en voulait, elle n’en avait peut-être tout simplement rien à faire et attendait seulement avec impatience le moment où elle pourrait enfin s’en aller.

Il fallait comprendre un peu Tim, aussi pathétique cela puisse paraitre pour certains, ses deux sœurs étaient tout ce qui lui restait désormais, et la simple idée que l’une d’elles se soit mis dans l’idée de disparaitre de sa vie dès que possible parce qu’elle se souciait autant de lui que d’un paquet de linge sale avait tendance à presque le tétaniser. On comprenait mieux maintenant pourquoi il avait marqué une longue hésitation avant de finalement se décider à frapper à la porte de la chambre de Dana. Il voulait s’expliquer, tenter de comprendre ce qui clochait et ce qu’elle lui reprochait au juste, mais en même temps il craignait les réponses qu’elle pourrait possiblement lui donner … La seule chose dont il était certain c’était qu’il ne faisait pas l’effort de venir pour que la discussion ne s’envenime à nouveau comme tout à l’heure, et si Dana avait seulement envie de crier ou même de passer ses nerfs sur lui alors la discussion tournerait très vite court et il ne faudrait pas compter sur Tim pour faire le prochain pas. Il avait certes envie de trouver un moyen pour que les choses changent, mais il n’était pas près pour autant à se laisser marcher sur les pieds par sa sœur sans rien dire, il ne pensait pas en demander trop en souhaitant simplement qu’elle arrête de le prendre pour le méchant et de faire comme si toute tentative de communication qu’il entreprenait avec elle était forcément à ses yeux une attaque ou bien un reproche implicite.

    « Heu oui … entre … » Il s’apprêtait à faire demi-tour et à retourner dans sa chambre. Il faut dire que les deux secondes à peine qu’elle avait mis à lui répondre avaient semblé à Tim être une éternité.

Mais maintenant qu’elle l’avait invité à entrer il ne pouvait plus changer d’avis, reculer et faire demi-tour. Aussi avait-il doucement appuyé sur la poignée de la porte et était finalement rentré dans la pièce, où Dana avait posé les yeux dès qu’il était apparu dans son champ de vision. Timothy ne mettait que rarement – pour ne pas dire quasiment jamais – les pieds dans la chambre de la demoiselle, tout comme dans celle de Nancy, et inversement il était exceptionnel qu’elles entrent dans la sienne. C’était vraiment la seule pièce de la maison où ils avaient l’assurance d’être tranquille et de pouvoir garder un peu d’intimité, et autant dire qu’ils y tenaient tous les trois beaucoup. Il n’était déjà pas tous les jours aisé pour trois frère et sœurs de cohabiter sous le même toit, d’autant plus que leurs différences d’âge n’étaient pas pour aider, alors il y avait certaines règles comme ça qu’ils respectaient les uns et les autres sans avoir à rechigner.
Le minuscule sourire de Dana, ou tout du moins c’était à cela que cela ressemblait, ne fut malheureusement pas suffisant à Tim pour savoir si oui ou non une trêve était envisageable pour ce qui restait de la soirée. A vrai dire il ne savait pas vraiment par où commencer, il ne savait pas quoi dire pour être certain qu’elle ne se braquerait pas dès sa première phrase, et il avait résolument beaucoup moins de détermination que lorsqu’il avait monté les escaliers. Il savait qu’il ne devait cette fois-ci pas manquer de tact, mais il savait aussi que cela ne serait pas forcément suffisant face à Dana, parce qu’il avait tellement cette impression qu’elle se sentait agressée pour un rien qu’il ne savait plus comment s’adresser à elle pour qu’elle ne le prenne pas tout de suite mal.

    « Je … J’viens pas pour m’engueuler, là honnêtement j’ai eut ma dose pour la soirée alors … » Au moins c’était clair, si elle comptait crier elle le ferait seule, Tim lui n’avait vraiment plus aucune envie de se battre avec elle. Ce soir surtout, mais de façon générale également. D’ailleurs l’air un peu abattu qu’il avait malgré lui en était la preuve, il n’aurait pas le courage de mener une nouvelle joute verbale avec Dana ce soir. « Qu’est-ce que t’attends de moi Dana ? »

Lui qui cherchait comment se dépêtrer entre toutes ses questions dans l’espoir de poser une question intelligente, le voilà qui demandait sans réfléchir la première chose qui lui était passée par la tête … En plus il le savait, c’était le genre de question vague que Dana avait tellement de chances de mal comprendre, de prendre de travers ou de considérer comme un nouveau reproche. Toujours adossé à la porte de la chambre de la jeune femme et n’osant pas faire un pas de plus vers l’intérieur, il avait secoué la tête de gauche à droite d’un air un peu désemparé avant d’ajouter autre chose, de façon à couper l’herbe sous le pied de Dana si jamais elle avait l’intention de se braquer déjà une première fois.

    « J’veux dire … Qu’est-ce j’ai fait pour que tu m’en veuille autant ? Je comprend pas … » Enfin, lui avait une réponse toute trouvée à la question, mais il redoutait véritablement plus que toute autre chose que ce soit cette réponse là que sa sœur finisse par lui donner.

Car LA raison par excellence pour laquelle Timothy savait être totalement fautif c’était bien entendu la mort de leurs parents. Ni Nancy ni Dana ne lui avaient jamais dit en face à face qu’elles le blâmaient pour ce qui était arrivé à leurs parents 17 ans plus tôt, pourtant Timothy avait toujours redouté qu’elles ne finissent par lui balancer ça à la figure en grandissant. S’il n’y avait pas de photos Dana ne sauraient même pas à quoi ressemblaient leurs parents, parce qu’elle était bien trop jeune lorsqu’ils étaient décédé ; Tout ce qu’elle savait d’eux c’était ce que Nancy et Tim avaient bien voulu lui raconté, et cela n’était pas grand-chose finalement, surtout de la part de Tim qui évitait le sujet avec soin depuis toujours. Quant à Nancy, Timothy ne se souvenait que trop bien du mal qu’elle avait eut à gérer la chose, la mort de ses parents, voir son frère en prison … Elle n’était qu’une ado encore à l’époque et Tm était conscient qu’on lui avait demandé d’être beaucoup plus mature et adulte qu’elle n’aurait du l’être à l’âge qu’elle avait.
Alors sans aucun doute possible, c’était sans doute le reproche possible qui effrayait le plus Timothy, parce qu’il y avait pensé et repensé pendant des années et qu’il avait toujours craint qu’un jour l’une des deux ne finisse par lui rebalancer au visage ce qui, il le savait, n’était en fait que la stricte vérité … Mais entre savoir la vérité et se l’entendre reprocher par les personnes qui comptaient le plus pour lui, cela faisait une sacré différence …

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Ven 9 Juil - 5:39

Dana, seule dans sa chambre, avait eu le temps de réfléchir sur cette altercation. Dana et Tim ne s’entendaient pas à merveille, c’était le moins qu’on puisse dire. Dana craignait pour son avenir. Si cela continuait, ne devrait-elle pas plutôt partir ? Elle pourrait obtenir des bourses, elle pourrait travailler, choisir un petit job après la faculté… Vite les rêves d’émancipation de Dana retombèrent, elle se rendait bien compte que si elle faisait ce choix, elle ne s’en sortirait pas. Où bien elle devrait choisir entre l’université et le conservatoire, tellement ce dernier lui prenait du temps. Ainsi Dana ne pouvait quitter le domicile familial. Il lui offrait bien trop davantage matériels. Elle se rendait bien compte qu’elle devait énormément à Timothy et Nancy. Son frère et sa sœur lui avait tout donnés et enseignés après la mort de leurs parents. Tim avait du se battre pour la garde de sa petite sœur. La petite blondinette n’avait que trois ans quand ses parents perdirent la vie dans un accident de voiture. Dana n’avait aucuns souvenirs clairs d’eux, de cette période qui devait être heureuse. Dana avait grandi, elle cherchait ses racines. Dana, un jour, avait retrouvé de vieilles photographies de ses parents. La ressemblance avec sa mère était frappante. Elle regrettait de l’avoir découvert ainsi, par elle-même, et non pas par les paroles qu’auraient pu tenir Nancy et Tim. Si Dana entretenait ses cheveux longs c’était d’ailleurs pour cette raison, sa mère avait cette même sublime crinière blonde. En fait, elle était reconnaissante envers son frère pour beaucoup de choses, mais il était vrai aussi qu’elle avait de la rencoeur pour d’autres. Les disputes n’étaient peut être pas du uniquement à l’égoisme de Dana et à la mauvaise humeur de Tim. Il y avait peut être un fond plus profond à cette histoire…

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊
Timothy osait à peine franchir le pas de la porte. Sa gène était palpable. Dana se plaça debout face à lui, le regardant de ses jolis yeux bleus. Elle n’était pas plus à l’aise que lui, mais de laissa rien paraitre, pouvant même paraitre hautaine. Une conversation entre deux solitaires n’est jamais facile, surtout en pensant à tous les non-dits présents dans cette famille. Les Goodwin paraissent pourtant si unis en apparence… Finalement ces deux là avaient, au fond d’eux-mêmes, le même désir, celui d’être une famille véritablement unie et proche, malgré l’absence de membres très importants à la fratrie, les deux parents. Mais ils étaient bien trop fiers pour se l’avouer. Et surtout après des années à vivre ainsi, qu’est ce qui pourrait vraiment les faire changer ? Est-ce que l’un ou l’autre pourrait admettre sa part de responsabilité ?
    TIMOTHY - Je … J’viens pas pour m’engueuler, là honnêtement j’ai eut ma dose pour la soirée alors …
    DANA – Tu peux t’assoir si tu veux…
Elle lui indiqua deux endroits de la main, sa chaise de bureau et un bord de son lit, lui laissant ainsi le choix. Elle était prête à discuter plus calmement avec lui. Il avait fait un effort en venant frapper à sa porte, elle pouvait bien en faire un pour être un minimum aimable. Et oui, quitte à en surprendre plus d’un, Dana pouvait faire des efforts pour quelqu’un d’autre que pour elle-même. La jeune virtuose avait envie, mine de rien, que la situation s’améliore. Elle n’était pas sans cœur… Et ces événements la touchaient elle aussi. Elle n'aurait pas fait le premier pas, comme l'avait ainsi fait Tim en venait la voir dans sa chambre... Elle lui en était reconnaissante. Cependant Tim semblait vouloir attaquer rapidement le sujet de discorde. Déjà il l'interrogeait. Dana ne pouvait qu'être un petit peu sur la défensive, vu comment la conversation avait tounée au vinaigre quelques heures auparavant.
    TIMOTHY - Qu’est-ce que t’attends de moi Dana ?
    DANA - Quoi?? Bah... Rien, rien, j'attends absolument rien!
Elle tentait de répondre ce qu’il fallait… Elle s’était promis de faire en sorte que cette discussion ne dégénère pas. Elle n’allait pas quand même pas lui dire tout ce qu’elle aurait aimé qu’il change, la liste aurait pu être très diverses : « - que tu me masses les pieds tous les soirs au lit – que tu me parles enfin de ma mère – que tu me racontes davantage de choses sur ton passé – que tu me dises tous les secrets des habitants de New Heaven, tu dois en entendre des confessions, je pourrais les faire chanter – que tu m’embettes plus à me dire de mettre la table – que tu viennes quelques fois me voir jouer au conservatoire – qu’il y ai quelques photos de Maman & Papa dans la maison – que tu me racontes ton adolescence avec notre père […] ». Dana attendait finalement beaucoup de son frère. Mais tout se mélangeait dans sa tête. Il y avait des faits pourtant plus importants que d’autres. Mais elle n’osait pas les dire de peur de vexer encore une fois Tim. Dana grimaca en entendant son frère perseverer encore une fois, la questionnant.
    TIMOTHY - J’veux dire … Qu’est-ce j’ai fait pour que tu m’en veuille autant ? Je comprend pas …
    DANA - Tu comprend pas ou quoi? Nan, je t'en veux pas... Enfin de quoi je t'en voudrais?
Il était vrai que Dana ne comprenait pas tout à fait... Alors elle reponsait la question à Tim. La balle était de nouveau dans le camp de son frère. Elle n'avait pas l'impression d'être mauvaise, de faire la tête à tout va... Ca aurait été ça pour elle, lui en vouloir. Elle lui en aurait vraiment fait bavé. Mais là, ce n'était pas le cas. D'ailleurs quand il était rentré tout à l'heure, elle lui avait dit bonjour, lui avait proposé à manger... Elle était cordiale avec lui...

____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Jeu 12 Aoû - 18:39

Timothy se souvenait encore très clairement de cette période où il avait du batailler pour récupérer la garde de ses deux sœurs. Enfin, celle de Dana surtout, puisque à sa sortie de prison Nancy avait déjà presque dix huit ans et était en âge de prendre elle-même ce genre de décisions et de savoir si elle préférait 1) rester chez ses grands-parents 2) vivre seule 3) retourner avec son frère. Finalement elle avait décidé de retourner avec son frère, au grand damne des grands-parents qui du coup étaient bien décidé à ne rien lâcher en ce qui concernait Dana. La vérité était que les grands-parents paternels des enfants Goodwin rendaient Timothy entièrement responsables de ce qui était arrivé à leurs parents et ne lui avaient jamais pardonné. De ce fait cela avait déjà été tout une galère pour réussir à voir ses sœurs de temps en temps lorsqu’il était en prison, et même lorsqu’il leur écrivait il avait toujours cette crainte que les grands-parents ne filtrent le courrier et ne laissent ensuite croire aux deux fillettes que leur frère ne leur donnait jamais de nouvelles. On imaginait donc bien que par la suite lorsqu’il avait voulu récupérer Dana, Timothy s’était heurté à un refus catégorique du couple Goodwin qui comptait bien le punir encore un peu pour ce qui était arrivé en le privant du peu de famille qui lui restait. Heureusement pour lui, Tim n’avait plus rien qui l’empêchait de récupérer Dana, après une première année assez « houleuse » il avait passé le reste de sa peine à étudier avec l’appui du pasteur du pénitencier de Norfolk et un boulot l’attendait à sa sortie de prison toujours grâce à l’aide du même homme. Elliot Benfield, c’était son nom, et Timothy savait qu’il lui devait beaucoup, aussi avait-il été peiné d’apprendre son décès l’an dernier, d’une crise cardiaque.
Quoi qu’il en soit, Tim ne s’imaginait pas encore à l’époque où il avait récupéré Dana des difficultés qu’il aurait par la suite à communiquer avec elle. Non pas que si il l’avait su il y aurait réfléchi à deux fois, car rien n’aurait put le faire renoncer à la garde de sa sœur, mais il est clair qu’il ne s’imaginait pas que les choses seraient aussi difficiles pour eux deux. Tout comme il ne s’imaginait pas non plus devenir veuf à a peine trente ans … C’était le genre de choses que l’on ne prévoyait pas à l’avance.

Cela ne changeait rien en tous les cas au fait que pour le moment, Timothy en était réduit à ne plus savoir quoi dire ou quoi faire pour ne pas braquer automatiquement Dana. Voilà pourquoi à cet instant il ne disait rien, au moins là il était sûr de ne pas faire de bourde, bien que si c’était pour ne rien dire du tout on pouvait se demander alors quel intérêt il avait à venir se trainer aux pieds de sa sœur au lieu de la laisser comprendre dans son coin qu’elle n’était pas la seule dans cette maison qui avait parfois envie de dire « stop, foutez-moi un peu la paix ».

    « Tu peux t’assoir si tu veux … » En disant cela elle lui avait désigné tour à tour la chaise de son bureau ainsi que le bord de son lit, sur lequel elle était elle-même assise en tailleur. Déjà assez mal à l’aise comme ça par rapport à la situation – être obligé de marcher sur des œufs ainsi pour ne pas laisser la conversation dégénérer était déjà un effort – il préféra de ce fait garder une certaine distance de « sécurité » vis-à-vis de sa sœur, et de ce fait il opta pour la chaise vide. Puis, se retrouvant à nouveau en face à face avec sa sœur, il n’y alla pas par quatre chemins pour lui faire comprendre ce qu’il voulait, tout en prenant soin tout de même de ne pas employer un ton qu’elle pourrait juger agressif. Et effectivement Dana n’eut pas l’air de se sentir profondément agressée, à vrai dire elle semblait même ne pas comprendre où il voulait en venir. « Quoi ?? Bah … Rien, rien, j’attends absolument rien ! »

Timothy du prendre sur lui-même pour camoufler l’air désespéré que cette réponse lui inspirait. Cela dit il ne pu pas faire disparaitre totalement la déception qui avait furtivement traversé son regard. Voilà qu’il se heurtait à un mur, celui de l’ignorance plus ou moins délibérée de Dana quant au fait que la façon dont elle se comportait avec lui n’était en rien la relation normale qu’on pouvait imaginer entre un frère et une sœur. Certes, la différence d’âge pour le moins importante qui les séparait n’était pas pour aider, mais leurs dix-sept ans d’écart n’étaient pas suffisants à justifier la distance – non, le fossé – qui s’était creusé entre eux ces dernières années. A croire qu’il était le seul à avoir l’impression que quelque chose clochait. Néanmoins, ne voulant pas paraitre exaspéré pour ne pas vexer automatiquement Dana, il tenta à la place de préciser un peu sa pensée, et en abordant le fait qu’elle lui en veuille il ne pouvait pas être plus clair, du moins à son sens. Si avec ça elle ne comprenait pas qu’il ne comptait pas supporter cette situation sans rien faire indéfiniment alors il n’y avait plus aucun espoir qu’elle comprenne quoi que ce soit … Et ce serait une constatation assez décevante, cela va sans dire.

    « Tu comprends pas quoi ? Nan, je t’en veux pas … Enfin, de quoi je t’en voudrais ? » Cette fois-ci, elle ne pouvait assurément pas passer à côté du regard mi-déçu, mi-interloqué de son frère. Sérieusement, elle trouvait qu’il n’y avait aucun problème ? « Alors la façon dont tu agis avec moi … tu trouves ça normal ? Y’a rien qui te choque ou qui te dérange là-dedans ? »

Cela semblait somme toute assez difficile à croire, car vue la fréquence de leurs disputes si Dana estimait qu’il n’y avait aucun problème c’était que la situation ne la gênait pas tant que ça … Et donc qu’elle était complètement masochiste. Ou bien qu’elle se foutait de son frère autant que d’un paquet de linge sale, ce qui n’était pas beaucoup mieux, nous sommes d’accord.
Plus les années avaient passé plus Timothy avait eut du mal à cerner sa plus jeune sœur. Avec Nancy c’était plus facile, ils avaient tous les deux le même genre de caractère et étaient la plupart du temps sur la même longueur d’ondes, mais avec Dana les choses étaient tout de suite beaucoup plus compliquées … Plus le temps passait et plus le pasteur avait l’impression que sa sœur se désintéressait de lui, de Nancy, et de tout ce qui en fait se rapportait de près ou de loin à leur foyer … Comme si pour elle au fil du temps être une Goodwin était une sorte de tare dont elle aurait bien aimé pouvoir se débarrasser un jour. Et ça c’était pour lui très douloureux à admettre, dans le sens où ses deux sœurs étaient en fait tout ce qui lui restait …

    « Sérieusement Dana, je peux pas changer les choses tout seul, pas si tu m’aides pas … Et si tu t’en fou libre à toi, mais n’essaye pas de me rendre responsable de ça parce que pour être totalement honnête la situation me convient plus du tout, et j’ai bien l’intention de faire changer les choses. » Il n’était en rien agressif, il s’exprimait d’une façon totalement calme et posée, mais cependant cela ne l’empêchait pas d’être parfaitement sérieux lorsqu’il s’exprimait. « T’es la seule à pouvoir décider si les choses doivent changer en bien ou en mal … Même si dans la catégorie drames et conflits familiaux j’ai largement eut ma dose, ça je te le cache pas. »

Ah ça, entre ses relations avec son père, le décès de ses parents, les difficultés à récupérer ses sœurs, les conflits avec ses grands-parents, et la mort de Sara, Timothy avait eut de quoi faire pour s’occuper depuis son adolescence. Dans les films le narrateur vous aurait baratiné comme quoi c’était ce genre d’épreuves qui rendaient plus fort et blabla, blablabla … Foutaises. En réalité tout cela n’avait réussi qu’à faire perdre à Timothy par petits morceaux la majeure partie de la joie de vivre qu’il possédait étant enfant. Autrefois il était presque fatiguant tant sa bonne humeur et son enthousiasme étaient présents, alors qu’aujourd’hui quelque chose s’était définitivement éteint chez lui, et ne se rallumerait sans doute jamais. Enfin, après tout être Pasteur c’était aider les autres, mais cela ne voulait en aucun cas dire s’aider soi-même … « Fais c’que j’dis, fais pas c’que j’fais » voilà quel pourrait être l’adage de ce bon vieux Tim.

HJ ; sorry c'est pas tip-top =/

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Mar 17 Aoû - 23:35


Dana n’a pas toujours vécue avec son frère. Le problème vient peut être de là. Après la mort de ses parents et l’emprisonnement de son frère, Dana n’avait pas d’autres choix que de vivre chez ses grands parents ou d’être en internat. Les premières années après la mort de ses parents elle fut donc élevée par ses grands parents mais le grand père de Dana tomba malade. Dès son entrée dans des classes plus grandes, elle entra donc en internat la semaine. Cependant on ne peut pas dire que Dana était très proche de cette famille de substitution. Heureusement qu’elle avait sa sœur près d’elle. Ses grands parents avaient une façon de voir différente d’elle. Dana n’était pas une enfant gâtée, comme elle l’aurait tant espéré. Voilà peut être pourquoi, elle se consacra à fond à ses études. L’enfance de Dana n’avait rien de merveilleux, elle due faire face à la mort bien trop tôt, elle due grandir bien trop vite. Elle ne fut pas une enfant choyée. Elle regrettait de ne pas voir son frère souvent, elle recevait une carte d’anniversaire de sa part à chacun de ses anniversaires, mais cela ne remplaçait pas sa présence. Dana garda d’ailleurs toutes ses cartes, si elle les cherchait, elle les retrouverait toute dans un de ses tiroirs de bureau. Ces attentions, voilà ce qui était pour elle représentatif de l’amour. Dana n’avait pas l’exemple type de la famille parfaite, de l’amour exemplaire. On peut dire que c’était un manque, et d’ailleurs c’est une chose qui se répercute encore dans sa vie de tous les jours. Dana n’arrive pas à croire en l’amour d’un homme. On ne peut pas dire que dans sa vie, la figure paternel fut quelqu’un de constant… Dana n’a aucun espoir dans sa relation avec un homme, elle n’éspere plus rien d’eux. Tout l’inverse de sa sœur Nancy, qui elle, s’accroche à chacune de ses rencontres, espère toujours rencontrer le prince charmant.

Mais pourtant son frère, Tim, s’est battu pour elle. Il essaya et donna toute son energie pour récupérer sa garde. C’est ainsi que sa vie changea du jour au lendemain. Elle n’eut plus de contact avec ses grands-parents, elle passait ses week end chez son frère désormais. Son grand père mourut l’année suivante son départ. La famille Goodwin fut donc réunit une dernière fois à l’enterrement de celui-ci. Dana garda quelques nouvelles de sa grand-mère, mais rien de très assidu… Au début tout ne se passait pas si mal. Dana était heureuse de retrouver son frère. La gamine qu’elle était se plaisait à avoir tant de liberté. Son frère lui offrait tout ce qu’elle désirait, tout ce qu’elle n’avait jamais eut. Les week end étaient toujours bien trop courts… Après des années de séparation, le frère et la sœur étaient plus proches que jamais. Mais malheureusement cela s’estompa avec le deux et avec l’entrée de Dana dans l’adolescence. La famille Goodwin à nouveau réunie, emménagea à New Heaven et les soucis commencèrent.

Dana commençait à subir aussi le regard des autres. A New Heaven, la population était bien diverses. Elle fit son entrée au lycée grâce à une bourse. Alors que la plupart avait une famille bien grande et bien riche. Elle était la plus douée de sa classe, la première, cela faisait la fierté de Tim et Nancy. Mais d’un autre côté, Dana commença à s’enfermer dans sa bulle. Elle se consacra davantage à son passion du violon. Les critiques des autres s’accentuaient, tout le monde commençait à savoir que sa sœur était une prof de mathématique coincée et son frère le pasteur de la ville. Le mythe de la parfaite intello naissait ainsi. Dès lors, Dana commença à se révolter contre ce frère qui l’avait emmené ici.

Aujourd’hui, à dix huit ans, rien n’avait bien changé. Le frère et la sœur n’arrivaient pas à communiquer. Ainsi après une énième dispute, c’est Tim qui fit le premier pas. Il monta au premier étage et osa franchir le pas de la chambre de sa sœur. Dana accepta cette entrée. Elle aussi en avait assez de cette vie faite de dispute et d’ignorance. Elle l’invita à s’assoir, il s’assit donc à sa chaise de bureau. Dana quand à elle était assise en tailleur sur le bord de son lit, elle regardait Tim. Elle se justifiait, prenait sur elle pour éviter la dispute. Elle feignait de n’avoir rien à lui reprocher. En fait, si elle devait tout énumérer, la liste serait bien longue. Elle regrettait entre autre que Tim soit si gentil homme, si parfait aux yeux des autres, qu’il l’ait abandonné durant sa tendre enfance, qu’il ne lui parle jamais de ses parents.
    TIMOTHY – Alors la façon dont tu agis avec moi … tu trouves ça normal ? Y’a rien qui te choque ou qui te dérange là-dedans ?
Tim n’était pas dupe, il savait bien que si Dana était comme cela, c’est qu’elle avait beaucoup à lui reprocher, malgré qu’elle ne veille pas lui dire. En fait, Dana avait du cœur, sans doute que si elle lui disait tout cela, il serait aussi attristé, elle ne voulait pas lui faire de mal. Elle profitait simplement de l’aide matérielle de son frère et cela lui convenait. Elle se refermait sur elle-même, et c’était bien difficile d’en sortir désormais. Dana savait bien que Tim n’avait personne d’autres qu’elle et Nancy. Mais il avait du mal à faire part de ses émotions, un truc de famille sans doute. Elle aurait aimé entendre de la bouche de son frère, qu’il l’aimait, qu’il était fière de qui elle était devenue, mais cela ne venait pas, n’était jamais venu. Dana avait l’impression de manquer d’amour. Evidemment elle savait qu’il l’aimait, mais elle aurait eu envie de l’entendre. Tout cela est assez contradictoire, mais bon… Dana était une jeune fille qui avait finalement du mal à savoir ce qu’elle voulait vraiment dans sa vie personnelle. Elle s’était pas exemple fâchée avec Karen, sa meilleure amie, elle lui manquait, mais Dana n’arrivait pas à lui pardonner, à passer à autre chose pour qu’elle retrouve cette amie qui lui était si fidèle. Dana avait du mal à s’ouvrir aux autres et ce même à son frère. Elle l'écouta néanmoins attentivement.
    TIMOTHY - Sérieusement Dana, je peux pas changer les choses tout seul, pas si tu m’aides pas … Et si tu t’en fou libre à toi, mais n’essaye pas de me rendre responsable de ça parce que pour être totalement honnête la situation me convient plus du tout, et j’ai bien l’intention de faire changer les choses. T’es la seule à pouvoir décider si les choses doivent changer en bien ou en mal … Même si dans la catégorie drames et conflits familiaux j’ai largement eut ma dose, ça je te le cache pas.
    DANA – Ecoute j’aimerai bien que tout change Tim, mais tu ne crois pas que c’est un peu trop tard pour cela ? Tu penses qu’on peut devenir des frères et sœurs fusionnels en un claquement de doigt, que l’on va être sur la même longueur d’onde d’un seul coup ? Moi j’ai du mal à penser que l’on peut représenter la famille idéale que tu te donnes tant de mal à faire croire aux autres…
Dana marqua une pause. Elle fit la mou, elle regarda Tim plus franchement. Elle avait du mal à lui dire cela en le regardant dans les yeux. Elle était assise, elle était pensive. Tim était là, attendait quelque chose d'elle. Il semblait sincère, mais c'était si rare qu'ils se retrouvent ainsi à parler, qu'elle ne se sentait pas à l'aise. Dana baissa à nouveau la tête pour continuer ce qu'elle avait à dire. Elle espérait de pas être brutale...
    DANA - Il y en aurait bien des choses à changer... Tu veux savoir ce que je veux? J'aimerai avoir eu des parents, une vraie famille, des souvenirs heureux, une personne qui vienne à chaque fois que je voyage pour une représentation de violon, j'aimerai de plus me sentir seule. Tu vois, il y en a des choses que j'aimerai, mais pourtant je fais sans...



____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Dim 29 Aoû - 22:42

La première intervention de Timothy semblait avoir fait réagir sa sœur, mais cependant celle-ci demeura silencieuse et laissa ainsi le champ libre à son frère pour continuer ce qu’il avait à dire. D’ordinaire Timothy savait trouver les mots, mais pas lorsqu’il s’agissait de membres de sa famille ; Que ce soit avec ses sœurs, ses parents, ou ses grands-parents il avait toujours eut du mal à dire et à faire comprendre ce qu’il pensait ou ce qu’il ressentait. Il n’était pas quelqu’un de sentimental par nature et avait beaucoup trop tendance à refouler ses sentiments et à les ignorer pour éviter qu’ils ne lui prennent trop d’énergie. Son aversion pour les conflits, née sans nul doute des conflits répétés avec sa famille étant ado, l’avait poussé de trop nombreuses fois à laisser Dana avoir le dernier mot, parce qu’il préférait perdre la face devant elle plutôt que de risquer la voir s’éloigner plus que ce n’était déjà le cas. Seulement à force de fuir les conflits, il avait de toute évidence laissé croire à sa sœur qu’elle pouvait au gré de ses désirs passer ses nerfs sur lui tout en sachant qu’il y avait de grandes chances pour qu’il la laisse plus ou moins faire. Il n’avait pas su trouver cet équilibre dont il rêvait lui-même de la part de son père lorsqu’il avait l’âge de Dana ; A l’instar d’un père trop strict il était devenu lui trop mou, et bien qu’il ait déjà compris cette erreur depuis longtemps il se demandait maintenant si il y avait un moyen de rattraper le coup … Mais il n’y croyait pas trop, Dana était quasiment une adulte désormais, il était trop tard pour que les choses changent.
Mais pourtant les choses ne pouvaient pas rester comme elles l’étaient actuellement, et elle ne le resterait pas ça Timothy pouvait en donner sa parole. Il était arrivé à ses propres limites, il avait de trop nombreuses fois laissé coulé, il arrivait un moment où il n’avait plus la patience nécessaire. Patience qu’il avait longtemps eut mais qui s’était effilochée au fil des années.

    « Écoute j’aimerai bien que tout change Tim, mais tu ne crois pas que c’est un peu tard pour cela ? Tu penses qu’on peut devenir des frères et sœurs fusionnels en un claquement de doigts, que l’on va être sur la même longueur d’onde d’un seul coup ? Moi j’ai du mal à penser que l’on peut représenter la famille idéale que tu te donnes tant de mal à faire croire aux autres … » Une chose était certaine, si Dana avait eut pour intention de blesser son frère elle venait de réussir. D’ailleurs, Timothy avait pour ainsi dire un peu de mal à le cacher. Pourtant, après quelques secondes de silence il reprit enfin la parole, d’une voix qu’il essayait de garder neutre. « C’est pas c’que j’te demande Dana … Tout ce que je voudrai que tu réalises, c’est que t’es pas la seule ici à avoir tes mauvais jours, et que Nancy et moi aussi on a nos propres problèmes … Simplement on t’en rend pas injustement responsable comme toi tu veux le faire avec nous. Parce que c’est tellement plus facile de tout nous mettre sur le dos plutôt que de te remettre toi-même en question de temps en temps. »

A nouveau il manquait de diplomatie, pas dans son ton qu’il gardait relativement calme, mais dans ses propos. Mais qu’espérait Dana au juste ? Qu’elle pourrait lui dire n’importe quoi et espérer qu’il encaisserait tout sans rien dire et sans que cela ne lui fasse rien ? Il serait peut-être temps qu’elle réalise qu’il n’était pas fait de pierre ou de glace et que quand elle dépassait les limites il ne restait pas de marbre à l’intérieur … Certes il ne se plaignait jamais, et il n’avait pas son pareil pour donner le change et faire croire qu’il n’avait jamais réellement de problème, mais ce n’était pas la réalité pour autant. Cela dit ce n’était pas quelque chose que Dana semblait avoir réalisé … Que son frère n’était pas superman, tout comme Nancy n’était pas superwoman, et qu’à eux aussi il leur arrivait d’être fatigué, d’avoir le cafard ou simplement d’avoir besoin d’une pause, sans que pour autant ils n’en veuillent à la terre entière et ne le fasse payer à leur entourage.
Le temps avait fini par l’user et maintenant il était fatigué, fatigué de donner change, de faire des efforts, d’avoir l’impression de ne pas être assez bien pour sa précieuse petite sœur, et de faire comme si rien ne clochait alors qu’il en arrivait certains matins à se lever en se demandant « pourquoi faire ? »

    « Il y en aurait bien des choses à changer … Tu veux savoir ce que je veux ? J’aimerai avoir eut des parents, une vraie famille, des souvenirs heureux, une personne qui vienne à chaque fois que je voyage pour une représentation de violon, j’aimerai ne plus me sentir seule. Tu vois, il y a des choses que j’aimerai, mais pourtant je fais sans … » Timothy n’avait d’abord rien répondu. Pendant plusieurs secondes il avait simplement regardé Dana sans ciller, sans rien dire, en essayant déjà de ne pas céder à ses émotions malgré la boule qu’il avait en travers de la gorge. Au final, prenant une respiration, c’est d’une voix beaucoup plus froide qu’auparavant, plus froide que la façon dont il s’adressait à elle en général, qu’il lui répondit enfin « C’est des choses que j’aimerai aussi … Tu vois, pour une fois on a quelque chose en commun. » Alors qu’elle avait à peine osé lever les yeux vers lui en lui répondant, lui la regardait fixement, comme pour donner plus de dureté à ses paroles.

Secouant légèrement la tête, ayant du mal à contenir sa déception à l’égard de la conversation, il se résigna finalement à ne pas insister. Est-ce que c’était avec ce genre de réponses qu’elle espérait lui faire croire qu’elle était prête à faire des efforts ? Si tel était le cas elle était complètement à côté de la plaque, et Timothy n’avait plus assez de courage pour tenter de lui faire comprendre quoi ce que soit. Cette fois-ci c’était elle qui avait réussi à le braquer et non le contraire, mais elle ne l’avait pas vexé, à vrai dire elle lui avait surtout fait du mal en lui faisant comprendre que peu importe les efforts qu’il était prêt à faire les choses ne changeraient pas. Parce qu’elle n’avait pas envie qu’elles changent ? Peut-être, tout du moins c’était l’impression qu’elle donnait à son frère.
Se levant et quittant la chaise que lui avait laissé Dana un peu plus tôt, il avait rejoint la porte de la chambre sans jeter un autre regard à sa sœur, et sans rien dire de plus. Mais une fois la main sur la poignée, prêt à sortir, il se rétracta et fit demi-tour pour faire à nouveau face à Dana. Mais cette fois-ci ce n’était plus avec froideur qu’il la regardait, il avait surtout du mal à garder la tête froide et cette fois-ci c’était lui qui osait à peine croiser le regard de sa sœur … Sans doute parce ses yeux à lui le brûlaient et étaient devenus humides de larmes qu’il ne laisserait couler sous aucun prétexte.

    « Mais quoi, tu penses que c’est facile pour moi ? De vous regarder toi et Nancy tous les jours en sachant que si vous avez été privé de parents c’est entièrement de ma faute ? Pourquoi crois-tu que j’arrive pas à parler d’eux hein ? Pourquoi ?? Comment je pourrais réussir à parler d’eux sans avoir le poids de ma conscience qui m’écrase ?! » C’était plus du désespoir que de la colère, même si le moins que l’on puisse dire c’est que Timothy avait momentanément perdu son calme. Calme qu’il tâcha de retrouver un minimum, marquant une pause de plusieurs secondes, avant d’ajouter d’une voix à moitié étouffée « Alors désolé, tu as raison tu n’as jamais eut de parents et c’est uniquement de ma faute. Et crois-moi je donnerai n’importe quoi pour revenir en arrière, pour pas avoir à me regarder dans un miroir chaque jour en me rappelant que c’est moi qui les ai tué, et pour que tu puisses avoir une « vraie famille » comme tu dis … Seulement me le faire payer en enfonçant le clou comme tu le fais ça les fera pas revenir, tout ce que tu y gagneras c’est de te priver du peu de famille qu’il te reste. »

Ce n’était en rien une menace, mais il était clair qu’il arriverait un moment où si elle continuait à se foutre de lui ainsi – parce que c’était ce qu’elle faisait selon lui – il laisserait tout simplement tomber pour de bon. Seulement si elle en arrivait à faire fuir Timothy elle aurait intérêt à être sûre de ce qu’elle faisait, parce qu’il ne reviendrait pas au prétexte d’une simple excuse de sa part.
Soupirant à nouveau, il n’était pas certain d’attendre réellement une réponse de la part de sa sœur. Il n’était surtout pas certain de vouloir entendre la réponse, il se montrait lâche mais tant pis, il avait eut assez d’émotions fortes pour la journée, et savait qu’une nuit de sommeil – plusieurs même – ne suffirait pas à ramener le calme dans son esprit. D’un air qui voulait dire « peu importe » il lui avait à nouveau tourné le dos et la main serrée de toute ses forces sur la poignée de la porte il s’apprêtait finalement à sortir et à laisser là Dana et ses innombrables reproches.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Amanda Seyfried
★ MESSAGES : 830
★ ARRIVE DEPUIS LE : 17/03/2010

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Dim 5 Sep - 23:30

Dana était bien trop réaliste. Elle était loin d’idéaliser la vie comme pouvait le faire Nancy en croyant éperdument au prince charmant malgré ses ultimes défaites avec les hommes. Sans doute que Nancy rêvait encore d’une vie idyllique dans la grande maison de New Heaven. Mais la plus jeune blonde de la famille Goodwin ne pouvait croire que les choses allaient s’arranger d’un claquement de doigt avec son frère. Depuis déjà plusieurs années, leur relation était compliquée. Tim paraissait attendre beaucoup de Dana et elle n’arrivait pas à le satisfaire, ou peut être n’avait-elle tout simplement pas envie. Rien n’y faisait, pas même le chantage ne marchait entre ce frère et cette sœur. Tim avait bien essayer de marchander une mise de table contre un trajet en taxi jusqu’au conservatoire. Mais cela n’avait engendrer qu’un braquage psychologique de la part de Dana. Elle ne supportait pas les ordres et surtout pas ceux donné par sa propre famille. Tim et Nancy jouait à la perfection leur rôle d’adulte responsable et bien vu aux yeux de la population de New Heaven et tout cela l’a dégoutait. Elle savait d’où venait Timothy et elle avait l’impression qu’il ne cessait de jouer un rôle, qu’il n’était pas véritablement lui-même. Quant à Nancy, elle était terrassante de banalité. A croire que Dana avait la grosse tête à se croire mieux que tout le monde…

Bref, Dana avait cru bon d’avouer à son frère son opinion. N’était-il pas venu ici pour cela ? Il était entré pour une conversation. Il allait l’avoir finalement. Malheureusement, cela ne sembla pas le réjouir. De toute façon, c’est toujours comme ça, elle n’arrivait pas à parler avec Tim, ils ne se comprenaient pas. Elle ne voulait pourtant pas le blesser, non, elle venait simplement de donner son point de vue. Il fallait bien croire, qu’elle n’aurait pas du.
    TIMOTHY - C’est pas c’que j’te demande Dana … Tout ce que je voudrai que tu réalises, c’est que t’es pas la seule ici à avoir tes mauvais jours, et que Nancy et moi aussi on a nos propres problèmes … Simplement on t’en rend pas injustement responsable comme toi tu veux le faire avec nous. Parce que c’est tellement plus facile de tout nous mettre sur le dos plutôt que de te remettre toi-même en question de temps en temps.
    DANA – Bien sur, bien sur… De toute façon, vous deux, vous n’êtes jamais responsables de quoi que se soit. C’est tellement plus facile de me demander à moi de me remettre en question plutôt que vous et la façon dont vous voyez les choses. Nous n’avons pas le même regard sur cette maison je crois Tim. Ca, je le sais bien que vous avez vos mauvais jours, surtout toi, tu rentres quasiment tous les jours avec une gueule de déterré. Tu ne sembles jamais vraiment ravi, quoi qu’il arrive. Et tu crois que je m’aperçois de rien ? Oh c’est vrai, c’est uniquement ma faute si cette maison ne tourne pas rond.
Comme d’habitude, elle semblait obligé de répondre à l’attaque. Car oui, elle voyait la réflexion et le reproche de Tim, comme une entière attaque. Elle n’avait pas la sensation d’avoir été méchante, ou blessante. Timothy avait insisté pour qu’elle parle, là voilà qui c’était lancée. Mais elle n’arrivait pas pleinement à assumer, jamais elle ne lui avait dit cela. Elle n’arrivait pas à le regarder dans les yeux. C’était une situation délicate. Dana avait ouvert son cœur. Elle ne voulait pas, encore une fois, blesser Tim. Mais pourtant elle semblait l’avoir fait. Elle n’avait été que franche, pour une fois, ce n’était pas pour en faire baver son frère. C’était uniquement pour faire avancer les choses. Pour, peut être, débloquer la situation…
    TIMOTHY - C’est des choses que j’aimerai aussi … Tu vois, pour une fois on a quelque chose en commun.
Dana ne savait pas trop comment réagir face à cette phrase de la part de Tim. A chaque fois qu’elle levait la tête, elle voyait le regard triste de Tim, il la regardait, contrairement à elle, dans les yeux. Comme s’il voulait percevoir chaque millimètre d’émotion et de pensée de sa part. Dana se sentait épiée, comme si elle était une inconnue pour son propre frère. Cela lui donnait l’impression qu’il voulait connaitre chacun de ses ressentis. Tim semblait à la fois agacé et déçu. Qu’attendait-il après tout ? Simplement que Dana s’accorde à eux pour les tâches ménagères ? Si t’elle était le cas, alors oui, Dana était à côté de la plaque. Elle attendait bien plus de cette conversation. La jeune blondinette espérait peut être que Tim allait se livrer davantage. Mais son cœur de pierre semblait prendre le dessus. Dana n’arrivait donc pas à en savoir plus ? Tim se leva. Dana resta étonnée. Déjà ? Ces deux là, n’étaient décidément pas sur la même longueur d’ondes. Il se dirigea donc vers la porte sans un mot. Dana pensait donc que cela n’avait avancé à rien. Elle tourna la tête, encore une fois elle avait fait des efforts pou rien. Mais à ce moment là aussi, que le cerveau de Tim sembla décider autrement. Il laissa éclater son ressenti et cela ressemblait à de la colère. Cette fois, sa voix était différente, il ne la regardait pas, comme s’il devenait peu à peu, beaucoup moins sur de lui.
    TIMOTHY - Mais quoi, tu penses que c’est facile pour moi ? De vous regarder toi et Nancy tous les jours en sachant que si vous avez été privé de parents c’est entièrement de ma faute ? Pourquoi crois-tu que j’arrive pas à parler d’eux hein ? Pourquoi ?? Comment je pourrais réussir à parler d’eux sans avoir le poids de ma conscience qui m’écrase ?! Alors désolé, tu as raison tu n’as jamais eut de parents et c’est uniquement de ma faute. Et crois-moi je donnerai n’importe quoi pour revenir en arrière, pour pas avoir à me regarder dans un miroir chaque jour en me rappelant que c’est moi qui les ai tué, et pour que tu puisses avoir une « vraie famille » comme tu dis … Seulement me le faire payer en enfonçant le clou comme tu le fais ça les fera pas revenir, tout ce que tu y gagneras c’est de te priver du peu de famille qu’il te reste.
La voix de Tim était changeante, un coup, il se laissait emporter par la colère, et d’un autre, il se laissait aller à employer un ton plus triste, plus solennel. Dana préférait se dernier. Mais elle se sentait, cette fois, véritablement agressée. Cependant Tim avait explosé. Peut être que justement Dana attendait ses paroles depuis déjà longtemps. Elle n’avait jamais eu d’explication quand au fait que Tim ne lui parle jamais de leurs parents. Elle les avaient cette fois. Tim croulait sous la culpabilité. C’est pour cette raison qu’il essayait de tout faire, pour que matériellement Dana et Nancy ne manque de rien. Dana avait une partie des réponses qu’elle attendait sous les yeux. Mais d’un autre, le ton de Tim et le fait qu’il ne cesse de l’enfoncer et de lui faire des reproches sur son caractère l’énervait à son tour. Tim était mal dans sa peau et elle avait la simple impression qu’il se montait la tête. Dana savait que Tim avait tout fait pour elle, en tout cas, qu’il avait essayer de bien faire. C’est pour cette raison que jamais elle ne lui avait rien dit sur la mort de leur parent. Elle savait bien que c’était une dure épreuve que leur avait réservé la vie. Elle ne pouvait pas en vouloir à son frère. Elle ne lui en voulait pas d’ailleurs. Et cela lui faisait mal que Timothy croit le contraire.
    DANA - Tu es vraiment pitoyable Tim… Je ne t’es jamais rien reproché, tu culpabilises tout seul. Et après c’est toi qui me crie dessus, parce que tu crois que tout nos problèmes viennent de là. Tu ne trompes vraiment. Je suis assez intelligente pour savoir que la mort de nos parents étaient un accident. Tu n’as jamais voulu ça… Je le sais bien. Tu n’as pas passé un cap, que moi j’ai réussi à passer. Tu n’es pas responsable de tout. D’ailleurs, tu as été un bon frère, (elle leva tout de même les yeux en disant cela, mais Tim ne pu l’apercevoir, il avait le dos tourné) tu es là pour nous. On manque de parents, voilà tout, mais autrement nous ne manquons de pas grand-chose. Je remarque sans cesse des efforts pour cela. Je ne comprends pas comment tu peux me dires que je ne cesse d’enfoncer le clou à ce propos, jamais je ne vous parle de nos parents. Et dieu sait, que j’aimerai. Je respectes malheureusement votre silence là-dessus. Ils me manquent c’est évident. Mais sans doute moins qu’ils ne te manquent à toi. J’ai toujours vécu sans eux, comparé à vous. Moi ce qu’il me manque, c’est l’affection d’un père et d’une mère, les récits de jeunesse et d’expérience…. Voilà… Tout est dit je crois Tim. Nos espérances ne sont peut être pas les mêmes… Car j’ai pu voir que notre état d’esprit est loin d’être semblable. Je te rend uniquement responsable de tes non actes, et non de tes actes justement. Je regrette que nos dialogues ne soient pas parsemés de rires, de joies mais aussi de tristesse. Je regrette de n’avoir pas une âme charitable et un soutien dès que je vais mal. J’aurais aimé pouvoir faire revivre mes parents dans mon esprit par des histoires que toi et Nancy doivent pourtant avoir en tête. J’avais des espérances en étant adolescente, j’étais en âge d’entendre tout cela. Mais rien n’est venu de ta part.
Elle prit une mine faire dépitée, elle l’était d’ailleurs. Son ton allait en descendant. Si elle avait commencé à parler en étant énervée, petit à petit, son agacement se transformait en déception. Dana était simplement triste de tout cela. Même si comme Tim, elle essayait toujours de cacher ses sentiments. Ils avaient plus de points communs qu’ils ne voulaient se l’avouer. Elle avait réussit à dire cela, alors qu’il avait le dos tourné. C’était le moment où jamais de lui dire ce qu’elle avait en tête. Au moins, cette fois, il saurait. Il saurait pourquoi Dana était Dana. Elle n’était pas décidée à changer son caractère de cochon. Mais peut être maintenant Timothy comprendrait le pourquoi du comment.


____________

    (c) permanentjoy Les êtres humains sont divisés en deux : esprit et corps. L’esprit est attiré par de nobles aspirations comme la poésie et la philosophie. Tandis que le corps se tape tout le côté amusant. WOODY ALLEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.

★ NOM DE L'AVATAR : Heath Ledger
★ MESSAGES : 1114
★ ARRIVE DEPUIS LE : 06/02/2010
★ AGE : 27

MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana Dim 19 Sep - 12:32

C’est fou comme il avait l’impression que sa sœur extrapolait la moindre de ses paroles, comme si elle tenait absolument à le faire passer pour le grand fautif de cette histoire. Certes il n’était pas blanc comme neige, mais si elle s’imaginait qu’il était le seul responsable et qu’elle n’avait absolument rien à se reprocher alors qu’est-ce qu’il pouvait bien faire ? Tant qu’elle n’aurait pas réalisé par elle-même que son frère n’était pas le seul à cause de qui la situation devenait étouffante entre eux, elle n’était pas en droit d’espérer que les choses s’arrangent. Tout d’abord parce que ce ne serait évidemment pas le cas, et ensuite parce que clairement, tant que Dana n’était pas décidée à reconnaitre ses torts dans toute cette histoire, il était clair que Timothy ne serait lui plus décidé à faire d’efforts. Il voulait bien admettre qu’il avait une grande part de responsabilité dans tout ceci, qu’il n’avait pas toujours fait les choses comme il l’aurait fallut et qu’il avait commis de nombreuses erreurs … Il avait essayé de s’occuper de ses sœurs du mieux qu’il avait pu, il avait essayé avec l’aide de Nancy d’élever Dana d’une manière que leurs parents auraient approuvé, mais cela n’avait malheureusement pas été d’une très grande réussite. De toute évidence il n’était pas doué pour ce genre de choses, au point qu’il lui était déjà arrivé de se dire qu’au fond, le fait que lui et Sara n’aient pas pu avoir d’enfants était peut-être un signe … Comment se serait-il débrouiller avec son propre enfant, si il n’avait même pas été capable de s’occuper convenablement de sa sœur ?

    « Bien sur, bien sur … De toute façon, vous deux, vous n’êtes jamais responsables de quoi que ce soit. C’est tellement plus facile de me demander à moi de me remettre en question plutôt que vous et la façon dont vous voyez les choses. Nous n’avons pas le même regard sur cette maison je crois Tim. Ca je le sais bien que vous avez vos mauvais jours, surtout toi, tu rentres quasiment tous les jours avec une gueule de déterré. Tu ne sembles jamais vraiment ravi, quoi qu’il arrive. Et tu crois que je m’aperçois de rien ? Oh c’est vrai, c’est uniquement de ma faute si cette maison ne tourne pas rond. » D’un air un peu exaspéré il fallait bien l’avouer, Timothy secoua la tête quelques instants, un sourire amer sur le visage. Il ne trouvait rien de concert à répondre à cela, une fois de plus Dana ne faisait que réinterpréter ce qu’il disait, il avait vraiment l’impression de parler à quelqu’un d’à moitié sourd, qui bizarrement n’entendait que ce qui l’arrangeait. « C’est en aucun cas ce que j’ai dit, entre te rendre responsable de tout ce qui ne tourne pas rond et te faire remarquer que tu y as une part de responsabilité y’a une très grande différence … T’espères pas non plus que je vais en prendre toute la responsabilité ? Que ça te plaise ou non la situation tu l’as créé autant que moi, mais la seule différence c’est que moi j’ai envie que ça change. Si toi de ton côté t’en as pas envie, tu peux t’en prendre qu’à toi-même, et à personne d’autre. »

Était-ce si difficile pour elle d’admettre que si son frère était en tort, elle n’était pas blanche comme neige pour autant ? Elle passait son temps à critiquer le fait que Timothy et Nancy essaye de donner une bonne image d’eux en dehors de la maison, mais n’était-ce pas elle qui les snobait à longueur de temps et leur donnait l’impression de ne pas être assez bien pour elle ? Elle rêvait d’avoir une vie différente, une vie à mille lieux de celle qu’elle avait en ce moment, mais peut-être serait-il temps pour elle de grandir et de réaliser qu’on a rarement la vie dont on rêve … Le mieux que l’on puisse faire c’est d’apprendre à se contenter de ce que l’on a, plutôt que de rêver à ce que l’on aura jamais.
Dana ne le regardait même plus dans les yeux. Parce qu’elle n’osait pas, ou parce qu’elle jugeait que cela n’en valait pas la peine ? Timothy en tout cas avait l’impression qu’elle n’écoutait ce qu’il lui disait que d’une oreille sélective, en ne se préoccupant que du faut qu’il lui fasse des reproches sans tenir compte du fait qu’il avait envie de faire bouger les choses. Il ne comprenait pas qu’elle n’ait pas cette même envie elle aussi, à croire qu’il était le seul à ressentir à quel point l’ambiance était devenue pesante et parfois presque irrespirable dans cette maison. Cette ambiance lourde, plus la tonne de souvenirs de son mariage passé qui regorgeaient ici, on comprenait pourquoi Timothy passait de plus en plus de temps à la chapelle, et de moins en moins de temps chez lui.

Il avait été sur le point d’abandonner là les explications, enfin, si tenté qu’on puisse appeler ce dialogue de sourds une explication. Il était venu dans l’espoir que Dana ait envie de changer les choses autant que lui, mais il s’était de toute évidence trompé sur toute la ligne. Au lieu de ça elle lui reprochait des choses qu’il n’était pas en mesure de changer, comme pour essayer de lui faire comprendre que ses efforts étaient inutiles et que rien ne servait d’essayer de changer les choses. Mais continuer à supporter l’état actuel des choses Timothy ne pouvait plus, il ne s’en sentait plus capable et n’arrivait plus à s’imaginer sur le long terme passer son temps à plier sous le caractère de sa sœur en attendant le jour où cela ne lui suffirait plus, et où elle déciderai de quitter la maison pour aller enfin s’établir là où on la comprendrait un peu mieux. Qu’elle croyait.
Finalement, s’il avait fini par lui balancer ce qu’il avait réellement sur le cœur c’était surtout parce qu’il avait l’impression qu’elle ne réalisait pas que son comportement envers lui donnait réellement l’impression qu’elle le prenait pour plus stupide qu’il ne l’était. Qu’elle le toisait en se demandant comment elle, miss perfection, pouvait avoir hérité d’un frère aussi peu à la hauteur vis-à-vis de ce qu’elle attendait de lui.

    « Tu es vraiment pitoyable Tim … » Et elle voulait faire croire que son but n’était pas d’enfoncer le clou ? On pourra permettre à Tim d’en douter fortement. « Je ne t’ai jamais rien reproché, tu culpabilises tout seul. Et après c’est toi qui me crie dessus, parce que tu crois que tous nos problèmes viennent de là. Tu te trompes vraiment. Je suis assez intelligente pour savoir que la mort de nos parents était un accident. Tu n’as jamais voulu ça … Je le sais bien. D’ailleurs, tu as été un bon frère, tu es là pour nous. » C’était bien là le problème il « avait été » un bon frère, mais de toute évidence elle considérait que ce n’était plus le cas maintenant. « On manque de parents, voilà tout, mais en dehors de ça nous ne manquons de pas grand-chose. Je remarque sans cesse des efforts pour cela. Je ne comprends pas comment tu peux dire que je ne cesse d’enfoncer le clou à ce propos, jamais je ne vous parle de nos parents. Et dieu sait, que j’aimerai. Je respecte malheureusement votre silence là-dessus. Ils me manquent c’est évident. Mais sans doute moins qu’ils ne te manquent à toi. J’ai toujours vécu sans eux, comparé à vous. Moi ce qui me manque, c’est l’affection d’un père et d’une mère, les récits de jeunesse et d’expériences … Voilà … Tout est dit je crois Tim. Nos espérances ne sont peut-être pas les mêmes … Car j’ai pu voir que notre état d’esprit était loin d’être semblable. Je te rends uniquement responsable de tes non-actes, et non de tes actes justement. Je regrette que nos dialogues ne soient pas parsemés de rires, de joies mais aussi de tristesses. Je regrette de n’avoir pas une âme charitable et un soutien dès que je vais mal. J’aurai aimé pouvoir faire revivre mes parents dans mon esprit par des histoires que toi et Nancy devez pourtant avoir en tête. J’avais des espérances en tant qu’adolescente, j’étais en âge d’entendre tout cela. Mais rien n’est venu de ta part. »

Pendant tout le temps où elle avait parlé Timothy avait délibérément continué à lui tourner le dos. Sans rire, elle n’avait quasiment pas levé les yeux vers lui lorsqu’il s’était adressé à elle, alors en fin de compte il ne faisait que lui rendre la monnaie de sa pièce. Et puis en fin de compte, au fur et à mesure qu’elle avait parlé le visage de Tim était passé par tellement d’émotions et d’expressions différentes qu’il valait mieux pour elle qu’il ne l’ait pas regardé en face … Sinon il doutait qu’elle soit allé jusqu’au bout de son raisonnement. Tout ce qu’elle lui avait dit s’était mélangé au fur et à mesure dans son esprit, et c’est donc ce par quoi elle avait terminé qui le fit réagir en premier, bien qu’il y ait en fait des tas de choses qu’elle aurait mérité d’entendre après la tirade qu’elle venait de lui sortir.
Aussi, alors qu’il s’apprêtait à quitter la chambre il fit finalement volte-face pour lui répondre, et mettre les points sur les « i » vis-à-vis de choses qu’elle lui reprochait et qu’il estimait être vraiment mal placées de sa part.

    « L’adolescence … Oh, tu parles de cette période où tu t’es exilée de ton propre chef dans un internat ? Comment tu peux oser me reprocher de n’avoir pas répondu à tes attentes à cette époque là alors que tu venais de me faire savoir que tu préférais vivre en pensionnant plutôt qu’avec moi, tu penses vraiment que c’est le genre de trucs qui m’a persuadé que t’espérais quelque chose de ma part ? Parce que si c’est le cas excuse moi de te dire que t’aurai pas pu t’y prendre plus mal. » Parce que si Timothy l’avait laissé faire à ce sujet, c’est qu’il pensait que Dana avait de bonnes raisons de vouloir aller en internat … Mais pour autant la chose ne lui avait pas plus, parce qu’il avait vraiment eut l’impression que c’était la maison et plus particulièrement lui qu’elle avait cherché à fuir. « T’as envie que quelqu’un soit là quand tu vas pas bien ? Mais j’demande que ça moi … C’est quand la dernière fois que tu m’as laissé entendre que ça n’allait pas bien ? Rafraichis-moi la mémoire parce que j’avoue que ça fait tellement longtemps que j’ai du mal à m’en rappeler … » Ironie quand tu nous tiens.

Dana n’était pas quelqu’un qui se confiant facilement, ça c’était quelque chose que son frère et elle avaient tous les deux en communs. Cela dit Timothy acceptait très mal le fait qu’elle lui reproche de ne pas être là pour elle lorsqu’elle pouvait en avoir besoin. Parce qu’en réalité, elle n’était pas du genre à le laisser entendre lorsqu’elle n’allait pas bien justement, elle gardait tout pour elle et passait son temps enfermée dans sa chambre lorsqu’elle était à la maison. Qu’était-il supposé faire ? La supplier de se confier à lui ? Pour se faire jeter et accuser le regard méprisant qu’elle lui adresserait même peut-être, s’il avait le malheur de se mêler de ses affaires ? Merci bien. Lui ne se confiait pas non plus certes, mais il n’avait pas le culot de reprocher à Dana ou Nancy de ne pas l’écouter ou de ne pas se soucier de lui ; Il choisissait de tout garder pour lui et il en assumait les conséquences jusqu’au bout.

    « Mais d’accord, j’ai compris. Je suis un abominable tyran, qui te rend la vie impossible en te demandant de participer un peu plus à la vie de la famille, plutôt que de la regarder comme un fardeau dont tu espères te débarrasser un jour … Soit, fais comme tu le sens, j’te demanderai plus rien du tout. Mais c’est à double sens, faudra plus rien me demander en échange … Si c’est ton choix d’essayer de me pousser à bout, t’as réussi. Maintenant va falloir que tu te débrouilles avec ce que ça implique. »

Il avait le ton dur de ses mauvais jours. Un ton rempli de rancœur et de déceptions. Et sans un mot de plus, après avoir enfin quitté sa sœur des yeux, il lui avait cette fois-ci pour de bon tourné le dos et avait ouvert la porte de la chambre. Refermant la porte sans la claquer, simplement parce qu’il ne souhaitait pas réveiller Nancy, il n’avait pas jeté un seul autre regard vers Dana et avait quitté la pièce, pour regarder sa chambre. Elle voulait qu’il lui foute la paix et qu’il la laisse tranquille non ? Et bien elle venait de gagner, il allait la laisser tranquille … pour de bon.
N’allez pas vous imaginer que la discussion qui venait de se passer ne chamboulait pas notre pasteur, à vrai dire il aurait espérer ne pas en arriver là, mais il ne voyait plus quoi faire d’autre. Il ne savait pas vraiment si ce qu’il venait de faire allait secouer sa sœur et lui faire comprendre le malaise qu’il était nécessaire de régler, ou bien si au contraire il allait après ça la voir s’éloigner définitivement … A vrai dire il préférait ne pas penser à la seconde option, et n’avait plus qu’à prier pour que ce soit la première qui prenne le dessus. Mais inutile de dire en tout cas que si les choses devaient évoluer, ce ne serait cette fois-ci pas Timothy qui ferait le premier pas, il était temps selon lui que Dana réalise que le comportement qu’elle avait avec lui n’était plus celui qu’il attendait d’elle. Il n’avait pas pour but de la faire obéir au doigt et à l’œil, si c’était ainsi qu’elle concevait la chose elle était carrément à côté de la plaque, mais il était nécessaire qu’elle réalise par elle-même que son frère n’était pas là pour simplement lui offrir un toit et lui donner de l’argent quand elle en avait besoin. Il était aussi là en temps que personne, une personne qui pour une fois espérait avoir un peu de reconnaissance, plutôt que l’impression que sa sœur avait honte de lui et essayait à tout prix de prouver au monde entier qu’elle n’avait rien de commun avec lui et Nancy.
sujet terminé.

____________

I've got a really bad disease, it's got me begging on my hands and knees. So take me to the emergency 'cause something seems to be missing. Somebody take the pain away, it's like an ulcer bleeding in my brain. So send me to the pharmacy, so I can lose my memory. I'm elated, medicated, Lord knows I tried to find a way to run away ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana

Revenir en haut Aller en bas

La ministre à Ministry lane c'est moi! - Tim & Dana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • Homes Sweet Homes • :: Ministry Lane :: Goodwin's home-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit