AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Les bizutages ? C'est moi qui les fait maintenant !

★ NOM DE L'AVATAR : Amber Heard
★ MESSAGES : 235
★ ARRIVE DEPUIS LE : 27/10/2009
★ AGE : 32

MessageSujet: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Mar 2 Mar - 11:18

&
J'ai peur de partir loin de toi...
Pourtant un jour il faudra bien partir...






Un mois... Un mois que Sawyer courait dans tous les sens, perdant la tête mais se sentait heureuse comme jamais elle ne l'avait été avant. Elle avait ce sourire constant sur son visage, sourire qu'elle avait eu du mal à retrouver après le décès de la mère de son fiancé. Elle s'était attachée à elle, elle avait été d'une certaine manière la figure maternelle que Sawyer avait perdu bien trop tôt. Noah s'était accroché, il était incroyablement fort et Sawyer se sentait misérable parfois à côté de lui. Elle l'avait vu craquer dans la voiture avant de rentrer dans l'hôpital, elle l'avait serré dans ses bras, l'avait réconforté du mieux qu'elle pouvait et pendant tout le temps qu'elle était à ses côtés elle lui avait tenu la main si fort qu'elle lui faisait parfois mal mais elle s'en fichait, Noah comptait plus que tout au monde. Bowen avait été là aussi mais Sawyer fuyait son regard, se concentrant sur son fiancé et uniquement son fiancé.

Avant qu'ils n'apprennent l'embolie cérébrale de la mère de Noah ils étaient en train de fêter d'une certaine manière leur futur mariage. Sawyer voulait prendre son temps, elle voulait peut-être réfléchir plus mais quand elle avait vu la mère de Noah allongée dans ce lit elle avait compris qu'elle serait peut-être bientôt dans le même état. La voir allongée comme cela et se sentant impuissante malgré son statut d'infirmière elle comprit que l'homme avec qui elle voulait être et avec qui elle voulait passer le reste de sa vie était Noah. Elle l'aime de tout son coeur et il sait pour sa maladie, il sait que leur histoire est vouée à une fin douloureuse et Sawyer veut profiter de chaque seconde qui lui reste à passer sur cette terre. Et elle veut les passer avec Noah. Quand ils étaient revenus chez eux elle s'était assise face à Noah et lui avait sérieusement fait part de son désir.

[FlashBack-On]
- Mon amour j'ai quelque chose à te demander, dit la jeune femme soudain très sérieuse.
- Oui je t'écoute Saw'
- J'aimerai qu'on se marie. Je sais que c'est prévu mais j'aimerai qu'on le fasse très prochainement. Je t'aime, tu es l'homme de ma vie et je ne me vois pas passer le reste de ma vie avec quelqu'un d'autre. Je sais que je ne serai pas longtemps sur cette terre et je veux pouvoir profiter de chaque seconde que Dieu fait avec toi.


Sawyer n'avait pas laissé beaucoup de chances à Noah de refuser et de repousser. Ce soir-là elle s'était montrée entreprenante, elle avait pris des décisions et elle ne regrettait pas une seule seconde son choix car Noah avait fini par dire oui.
[FlashBack-Off]

Depuis ce jour-là Sawyer passait son temps entre le travail, la maison, le traiteur, le fleuriste, la couturière et tout le reste. Elle avait toujours rêvé d'un mariage grandiose, pas forcément par la taille mais par les souvenirs qu'il créerait dans les mémoires et dans leurs mémoires à eux. Elle voulait que tout soit parfait alors elle n'écoutait pas sa fatigue, elle faisait abstraction de son corps qui était épuisé et qui commençait à tirer la corde. Sawyer avait besoin de ça pour se changer les idées, oublier le décès de la mère de Noah, Bowen et le fait que sa propre mère ne la verrait pas en robe blanche. Elle s'était pourtant faite à cette idée mais maintenant que la date du mariage approchait à grand pas elle ressentait ce vide de plus en plus. Noah la comprenait et s'investissait assez dans les préparatifs avec elle. Une nouvelle fois il lui confirmait qu'il était le mari idéal et qu'elle avait eu raison de presser les choses. D'une certaine manière ça l'aidait peut-être à faire son deuil, à ne pas trop se focaliser sur sa douleur.

Ce matin elle avait eu rendez-vous avec la couturière qui avait été adorable de l'aider à faire sa robe. Elle l'avait dessinée en quelques heures, elle savait ce qu'elle voulait et comme c'était quelque chose de très simple elle pouvait la faire faire rapidement. Elle voulait une robe blanche mais pas trop de détails, pas trop de fioritures, pas trop de traine alors elle faisait simple. Elle avait fait un premier essai et elle était très heureuse. S'était rhabillée de sa robe en coton marron et de ses bottes en cuir à talons elle avait ce sourire resplendissant sur son visage qui faisait pourtant fatigué mais qu'elle maquillait pour que personne et surtout pas Noah ne s'en rende compte. Il était 14.30 et elle avait eu tout juste temps d'avaler une soupe à emporter et une petite douceur que déjà elle remontait dans son 4x4 pour rejoindre St Madelaine Chapel, un endroit sublime où Noah et elle avait décidé de convoler. Ils étaient croyants mais pas extrémistes mais Sawyer avait eu envie de s'unir devant Dieu et d'une certaine manière devant leurs mères respectives. Noah avait suivi son idée et aujourd'hui ils avaient leur dernier rendez-vous avec le pasteur. Ils avaient fait toutes les formalités sur l'engagement, le soutien mutuel et tout le tralala, maintenant ils devaient mettre en place leurs voeux, l'ordre de la cérémonie et la décoration de l'église.

- Désolée mon amour je suis en retard, dit Sawyer se pressant vers Noah et déposant un baiser sur la commissure de ses lèvres. Les essayages pour la robe ont pris du temps et j'ai discuté avec Sidney que j'ai croisé avant d'aller acheter un bout. Elle a été adorable avec moi compte tenu du fait que son mariage a été endeuillé. Je dois la revoir un midi pour déjeuner, elle veut me donner des conseils sur comment faire fondre son mari avec un seul regard, ajouta la jeune femme avec un petit sourire. Et toi comment va Bow ? demanda la jeune femme sans ressentir cette sensation bizarre. Depuis quelques temps elle pensait de moins en moins au meilleur ami de son fiancé et c'était une bonne chose. Il serait le témoin de Noah et elle ne voulait pas faire souffrir son futur mari. Passant son bras dans celui de Noah la jeune femme se dirigea vers la chapelle avec le sourire quand elle sentit sa tête lui tourner et dû s'arrêter une demie-seconde. Difficile de ne pas attirer l'attention de Noah. Elle tenta de reprendre ses esprits et eut un sourire qui sonnait faux. J'ai mangé un bout pourtant, une soupe poireau-pomme de terre et un donuts. J'ai même pris un soda ce matin avec la couturière, dit la jeune femme tentant de dédramatiser. Elle savait qu'elle ne faisait pas attention à elle ces derniers temps et son corps commençait à lui dire de s'arrêter et de calmer le jeu. Elle n'avait pas fait de crises depuis plus d'un mois et pensait que la maladie reculait mais sa main à présent crispée prouvait le contraire. Elle refusait d'inquiéter Noah pour une fausse alerte, elle avait lancé des analyses à l'hôpital et elle aurait les résultats le lendemain. Et si elle avait laisser la maladie l'atteindre ? Et si elle perdait Noah à cause de ça ? Et s'il refusait de se marier pour la protéger ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Mar 9 Mar - 19:28


    « Noah ? » Elle avait frappée à la porte du bureau si discrètement qu’il ne l’avait pas entendu, aussi avait-elle passé sa tête par la porte pour l’avertir de sa présence. Reena ne s’était pas attendu à le voir ici, il avait été très fort depuis la mort de sa mère, après les trois jours accordés pour ce genre de drame, il était revenu au travail résolu à travailler, portant à bras le corps son chagrin pour continuer d’avancer. Reena s’était rendu à l’enterrement, souhaitant rendre hommage à cette dame qu’elle avait côtoyée toute son enfance et son adolescence. La mère de Noah avait toujours été un modèle pour la jeune assistante du procureur, elle avait fait ce qu’elle devait faire pour permettre à son fils de dépassé sa condition sociale, quitte a payé de sa personne. Une vraie maman. « Noah ? » Lorsqu’il releva le visage elle vit qu’il s’était endormit sur son dossier au pli que lui avait laissé sa chemise sur la joue. « Tu as dormi là ? » Demanda t-elle en fronçant les sourcils.
    « Sawyer est de garde… Et avec les préparatifs du mariage j’ai peu de temps a consacré à l’affaire Perkins, je lisais ton rapport quand je me suis endormi » Il souriait, ses yeux étaient encore embrumés par le sommeil, il avait cette mine enfantine que Reena n’avait plus vu depuis des années sur son visage. Elle sourit attendrit, s’approcha du bureau et posa le gobelet de café qu’elle était allé chercher comme chaque matin depuis son arrivé ici. Un double latte pour elle, un triple expresso pour lui. Comme à chaque fois qu’il parlait du mariage une boule se forma dans sa gorge et elle déglutit difficilement après avoir avalé un peu de café pour se donner une contenance. Soudainement elle rougit lorsque Noah, impudique et passablement endormit, entreprit d’enlever sa chemise de la veille pour passer la propre qu’il rangeait toujours dans un tiroir de son bureau en cas d’accident de café ou d’endormissement sur un dossier. Elle tâcha de ne pas détaillé son torse dont elle connaissait très bien les stigmates.
    « Tu ne devais pas aller à l’Eglise aujourd’hui ? » Questionna t-elle à brûle pour point en détournant les yeux de sa silhouette. Gênée. C’est ce moment que choisit Bowen pour débarquer dans le bureau avec une boite de donuts !
    « Petit déjeuner ! » Claironna t-il en ouvrant la porte à toute volée. Ses yeux balayèrent la scène rapidement : Noah torse nue boutonnant sa chemise et Reena rougissante les bras croisés sur la poitrine. « Ah bah on s’embête pas ici… Tu m’engages ? » Plaisanta t-il en déposant une bise légère sur la joue de Reena. « Un Donut’s jolies jambes ? »
    « La ferme Bow ! »
    Lança Noah machinalement.
    « La demoiselle a cependant raison, tu devrais aller à Confess’ je sens que tu as plein de trucs à raconter au curé. »
    « La ferme Bow ! »
    Il se servit dans la boite que lui tendait son ami, et la bouche pleine de sucre entreprit de fermer les derniers boutons de sa chemise afin de masquer les cicatrices stigmates d’un passé que Reena par sa seule présence lui rappelait sans cesse. Il tendit à Reena le dossier qu’elle mettrait sous clé dans le coffre de son bureau. « On peut compter sur toi dans trois semaines Reena ? » Demanda t-il en s’interrogeant sur sa présence à son mariage. Son mariage. Il avait rêvé d’épouser Sawyer depuis l’instant où il l’avait rencontré, mais depuis la mort de sa mère tout cela lui paraissait bien flou. Presque irréelle. Choc post-traumatique avait tranché le médecin lorsqu’il s’était rendu en consultation après trois nuits sans sommeil. A bout de force, il s’était endormit dans son fauteuil ici même, où Sawyer l’avait retrouvé en pleine nuit morte d’inquiétude. Cet unique soir il avait pleuré devant elle, la mort de sa mère. Depuis solide il encaissait à sa manière le décès de la personne la plus importante dans sa vie.
    « Bien sur qu’elle vient ! » Répondit Bow à sa place, sourire charmeur aux lèvres. « J’ai besoin d’une cavalière ! »
    « La ferme Bow ! »
    En répliquant il eut l’impression qu’une boule de chagrin s’était logé dans son ventre lorsqu’il vit le regard qu’échangèrent ses deux meilleurs amis. De la jalousie ?

    […]

    « Vous êtes sur de vouloir la vendre ? C’est un très beau modèle vous savez » C’était du jamais vu, un concessionnaire qui tentait de faire revenir son client sur sa décision… Où allait le monde ?
    « Je sais. Je vais me marier. » Peut être qu’à force de le répéter il se ferrait à l’idée … Peut être.
    « Une si belle Lamborghini. Je ne suis pas sur de trouver un client ici. » Soupira d’envie le vendeur en caressant la carrosserie du bout des doigts.
    « J’en doute. Il y aura bien un adolescent dans le coin pour fêter ces seize ans cette semaine. » Commenta Noah avec un sourire doux.
    « Madame n’aime pas les sportives ? » Demanda le concessionnaire en l’entraînant enfin jusqu'à son bureau.
    « Oh si elle l’adore… Mais je pense qu’un 4x4 ou une berline serait plus approprié. »
    « Ah un petit premier en route ? »
    Un voile de tristesse passa sur les yeux de Noah alors qu’il signait le contrat de vente.
    « J’aimerais tellement… »

    […]

    Il poireautait devant le parvis de la petite Chapelle en pariant avec Bow, via téléphone sur le nombre de minutes de retard qu’aurait Sawyer, un petit jeu qui avait commencé il y a plus d’un an lorsqu’il avait invité Sawyer a dîner et qu’elle avait eut plus de une de retard suite à une urgence. Cette fois pas d’urgence, sauf si une urgence essayage de robe était considéré comme tel. Il blaguait avec son futur témoin au sujet des joies du mariage lorsque le 4x4 de Sawyer déboula au coin de la rue.

    « T’avais dis une heure, tout ce que je vois c’est que ca fait quinze minutes, or une heure c’est plus de trente minutes ! » Plaida Bow qui avait parié pour une heure quinze.
    « Je te signal Bow qu’une heure c’est de 0 minutes à 60 ! J’ai gagné ! Je te laisse y’a une belle blonde qui s’avance, surtout ne le dit pas à Sawyer ! » En riant il raccrocha. Elle s’avança en s’excusant pour l’embrasser sur le coin des lèvres. « Mieux que ça ! » La ramenant à lui il lui donna un vrai baiser. « Maintenant déballe l’excuse adorable qui va faire que je vais tout de suite te pardonner ! » Lança t-il goguenard. « Sidney ? Je croyais que madame le Maire travaillait, comme toi d’ailleurs ! Y’a toujours que moi qui bosse dans ce pays. Bow ? Ca va il veut me montrer la maison ce soir, il a terminé le salon, il veut que je passe, j’irais après t’avoir raccompagné à la maison future Madame Berlington. Il faut que tu te reposes ma petite femme. »

    Elle vacilla à l’instant où il prononça ses mots. Passant une main dans son dos il la soutint aussitôt, par réflexe et habitude. Elle n’avait pas eut de crise depuis la mort de sa mère à l’hôpital. Elle s’épuisait à organiser le mariage de ses rêves et, s’il l’aidait de son mieux, Noah ne pouvait pas la seconder dans tout, depuis la mort de son client Finn Perkins il croulait sous les affaires en attente tandis que son aide était requit sur le dossier.

    « Sawyer ! » La gronda t-il. S’il avait sentit sa mains se crisper sur son bras, il ne le laissa pas paraitre. « Asseyions nous, le prêtre n’est pas encore là ! » Il l’aida à s’asseoir sur une des marches de l’église et pêcha au fond de son cartable de cuir une Donut’s qu’il avait gardé en guise de quatre heure. « Mange ! » Lui ordonna t-il en enserrant sa taille de ses bras, se glissant derrière elle sur la marche pour qu’elle s’appuie contre son dos et profite du délicat soleil de mars qui dardait ses rayons de soleil sur eux en cette belle journée. « Mon amour, on était d’accord, j’accepte que l’on se marie au plus tôt, mais tu ne dois pas négliger ta santé, à quoi me sert-il de t’épouser si je te perds le jour suivant ? » L’angoisse de la perdre était de plus en plus forte chaque jour… Il s’inquiétait de finir veuf tôt car elle tachait de mener une vie normale. « Tu devrais peut être prendre un congé jusqu’au mariage ? » Glissa t-il alors.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les bizutages ? C'est moi qui les fait maintenant !

★ NOM DE L'AVATAR : Amber Heard
★ MESSAGES : 235
★ ARRIVE DEPUIS LE : 27/10/2009
★ AGE : 32

MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Mar 9 Mar - 23:36

- FLASHBACK - ON

- Sawyer est-ce que je raccourci la robe un peu ou est-ce que je laisse comme ça ? demanda la couturière lors du premier essayage il y a deux semaines. La robe n'était pas finie, il manquait encore des détails pour le buste mais l'idée générale était là.
- Je pense que je vais laisser comme ça, c'est suffisamment long mais pas trop, je ne veux pas marcher dessus. Sawyer se regarda dans le grand miroir et sentit son coeur se serrer, c'était la première fois qu'elle se voyait dans cette robe. La couturière qui était une jeune femme d'environ 27 ans avec une énorme diamant au doigt, signe qu'elle aussi avait gouté aux joies du mariage la regarda avec douceur.
- Tu es sure que tu vas bien ? interrogea la jeune femme soudain inquiète du regard voilé de Sawyer. Elles avaient vraiment sympathisé ces derniers temps et Sawyer voyait en elle une confidente. Elles se connaissaient de vue déjà avant mais ce mariage les avait rapprochées.
- J'ai peur, terriblement peur, finit par lâcher la jolie blondinette la voix brisée par un sanglot.
- Oh calme-toi ma belle, viens t'asseoir et dis-moi ce qui te fait peur. Ca sera le plus beau jour de ta vie, Noah est fou de toi, ça se voit dans son regard et dans ses gestes.
- Je suis malade, très malade. Je vais bien pour l'instant mais un jour tout se bousculera et je mourrai comme sa mère et ça lui brisera le coeur, dit la jeune femme ravalant un nouveau sanglot. Elle s'était sentie proche de la jeune femme, elle avait besoin d'en parler à quelqu'un et c'était sorti. Son pire cauchemar était de laisser Noah seul avec sa douleur, veuf et sans enfant, c'était inconcevable pour la jeune femme, elle serait presque capable de penser à ne pas se marier et à laisser partir Noah pour qu'il souffre moins et qu'il rencontre quelqu'un d'autre.
- Je ne le savais pas ma belle...
- Personne ne le sait à part Noah et je refuse que Bow son meilleur ami ne le sache pourtant je devrai lui dire, il est notre meilleur ami à tous les deux, notre confident mais j'ai peur.
- Je pense que si Noah a accepté de t'épouser c'est parce qu'il t'aime et il ne voit pas ta possible fin. Il prend soin de toi et je te le répète il a cette petite flamme dans les yeux quand il te regarde, je n'ai jamais vu ça chez aucun homme avant.
- Merci, répondit simplement Sawyer à la jeune femme, la serrant dans ses bras. Elle n'avait pas dit grand chose mais l'infirmière se sentait déjà mieux, comme si elle avait besoin d'un regard extérieur sur ce qui se passe dans son coeur et dans son couple.

- FLASHBACK - OFF

Quand la mère de Noah était décédée la jeune femme avait sentit le monde de son futur mari s'effondrer, elle l'avait senti se fissurer, elle l'avait senti perdre pied même s'il donnait l'impression que tout allait bien et qu'il tenait le coup. Combien de fois Sawyer avait retrouvé son fiancé assis dans le salon endormi, combien de fois elle l'avait senti se raidir quand elle se lovait contre lui dans le lit. Quelque chose s'était brisé en lui mais elle ne parvenait pas à le faire se sentir de nouveau complètement vivant. Bow et elle arrivaient à le faire sourire même rire parfois mais quand ils étaient tous les deux ce voile qu'il avait dans le regard ressurgissait. La jeune femme se disait que peut-être elle avait un peu trop précipité leurs futures noces, elle l'avait peut-être un peu trop bousculé alors qu'il était encore en plein deuil. Noah lui-même l'avait rassurée en lui disant combien il l'aimait, combien il tenait à elle. Elle ne lui avait pas parlé de ses inquiétudes, ne voulant pas lui faire plus de mal, elle s'était contentée de l'écouter, de le soutenir et quand il lui avait fait une belle déclaration un soir avant d'aller se coucher elle avait compris qu'il ne se forçait pas, qu'elle ne le forçait pas. Ce genre de mots ne sortent pas sur commande, c'était instinctif, passionné et sincère et c'était ce qui avait conforté la jeune femme qui était encore chamboulée de son rendez-vous pour sa robe.

Avoir un enfant. C'était le rêve de toute femme qui se respecte, toute femme avec un tant soit peu d'instinct maternel. Sawyer était encore jeune, 25 ans c'est jeune pour fonder une famille, mais quand on a trouvé le bon pourquoi attendre ? Chaque chose en son temps dirait sa mère, trouver le bon, l'unique, celui avec qui on vieillira et ensuite fonder une belle et grande famille. Sauf que chez Sawyer il y avait un couac non négligeable: sa maladie qui est génétique et se transmet de mère en fille. Elle avait plus de 80% de chances de transmettre sa maladie à son enfant et refusait pour l'instant une maternité. Pourtant elle s'imaginait le ventre arrondi, Noah papa était un de ses plus beaux rêves mais pour l'instant elle se concentrait sur le mariage. L'adoption pourquoi pas, il faudrait qu'elle en parle au moment voulu avec son futur mari mais pour l'instant elle était plus occupée à finaliser les derniers points de l'église.

Rendant son baiser à son beau gosse de fiancé la jeune femme enroula ses bras autour de son cou. Il était empli de petite attention, des petits gestes anodins mais tellement doux, agréables qui donnaient le sourire à la jeune femme. Même si je t'annonçais que j'étais en train d'enterrer ma vie de jeune fille tu me pardonnerais ? Il était grand, fort et intense ce café que j'ai bu, dit la blondinette en rigolant. Elle adorait le taquiner sur ce fameux enterrement de vie de jeune fille. Elle avait prévu quelque chose en effet mais rien d'extravagant, juste un repas entre filles, des anecdotes drôles mais Sawyer ne voulait pas le stéréotype du strip-teaser, c'était trop cliché selon elle et elle préférait nettement quelque chose de calme mais dont elle se souviendra. Je ne peux pas te garder avec moi à la maison au lieu que tu files me faire des infidélités avec ton meilleur ami ? Parce que j'ai acheté un petit ensemble de lingerie il y a deux jours et j'aurai aimé que tu y jettes un coup d'oeil, je crois que le soutien-gorge est trop grand, ajouta la jeune femme avec un sourire coquin sur le visage. Noah ne résistait jamais à ce genre d'invitations. Mais si tu dois aussi bosser dans ce cas je garde mon achat pour ce soir et je te fais à manger et promis je gouterai avant de te servir pour ne pas t'intoxiquer, signe on ne peut plus clair montrant les incroyables talents culinaires de la jeune femme que Noah ne cessait de taquiner sur ce point.

Le malaise de la jeune femme était anodin, c'était comme si elle était en hypoglycémie mais ce n'était pas le cas, elle avait mangé et elle ne risquait rien sur ce point. Non c'était simplement un malaise synonyme de sa fatigue, de son épuisement moral et physique. Comme elle avait énormément douté ces derniers temps elle s'était contractée pour rien et du coup son corps le lui faisait payer au centuple en la faisant vaciller dans les bras de son fiancé. Elle se sentait ridicule, elle n'arrivait toujours pas à accepter le fait qu'elle avait des moments de faiblesse devant Noah. Il connaissait sa maladie mais elle refusait qu'il s'inquiète pour elle, il avait déjà bien assez à se préoccuper. Grignotant un bout du donut's que son homme venait de lui donner elle s'appuya contre lui, posa sa tête contre celle du jeune homme et frotta délicatement son nez sur la joue de Noah. Je suis désolée mon amour. J'ai fait attention, enfin non je n'ai pas écouté mon corps, avoua-t-elle finalement dans un murmure. Son coeur se serra quand Noah parla de sa possible mort le lendemain de leur mariage et elle décida d'utiliser l'humour. Je ne compte pas partir de suite, tu vas m'avoir sur le dos pendant de longues années encore et peut-être même plus encore et je compte bien te laisser des souvenirs comme un enfant, finit-elle par ajouter avec un sourire sincère. Elle se sentait bien dans les bras de son fiancé, il était le seul à l'apaiser et à la rendre plus sereine. On va faire un deal, en fonction de mes résultats d'analyses que j'aurai demain je déciderai si je m'arrête ou pas ? J'aime mon travail mais toi je t'aime plus et je refuse de te faire souffrir plus encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Lun 22 Mar - 3:45


    « Je ne peux pas entrer et les entendre me dire que je dois débrancher ma mère … Je ne peux pas Sawyer. »

    Le front posé sur le cuir du volant il était incapable de faire un mouvement de plus, incapable d’affronter une mort qu’il savait inévitable. Incapable de prendre la décision de faire à jamais basculer sa vie. Il ne pouvait se résoudre à quitter cette voiture, à se laisser rattraper par le temps. Il savait ce qui était en train de se passer au cœur de cet hôpital. Il savait ce qui se tramait derrière ses portes vitrées. Il n’était pas suffisamment fort pour affronter cela. Il n’était pas préparé, c’était trop tôt. Beaucoup trop tôt. Il ne pouvait pas, incapable de gérer cette mort qu’il sentait partout en dehors de l’habitacle sécurisant de la Lamborghini. Sa mère, c’était sa mère qui se mourait à l’intérieur de cette résidence médicalisée de luxe. Comment pouvait-il être préparé à cela ?

    « Je sais Noah… Je sais » Le corps de Sawyer s’était doucement lové contre le sien, elle l’encerclait de ses bras, son visage reposant sur son omoplate, présente sans être envahissante, sécurisante sans être étouffante. Là comme toujours. A nouveau des larmes lui échappèrent, l’émotion et la tristesse l’envahissaient déjà, il se sentait plus démunit qu’un enfant, propulsé à l’âge où l’on était le plus vulnérable. Il fallait qu’il y aille. Il fallait qu’il bouge avant qu’il ne soit trop tard. Qu’il dise adieu à sa mère.
    « Tu resteras avec moi n’est-ce pas ? » Questionna t-il à voix si basse qu’il douta qu’elle l’eut étendu.
    « Pour le meilleur et pour le pire, dans la peine ou dans la maladie, jusqu’à ce que la mort nous sépare. » Murmura t-elle doucement en déposant ses lèvres sur sa joue.

    La mort une présence qui hantait Noah depuis qu’il avait apprit qu’il était condamné à la perdre.

    […]

    Doucement il déplaça les mèches de cheveux qui gênaient ses yeux. Elle semblait si sereine, si paisible. Il effleura du bout de ses doigts les paupières closes de celle qu’il aimerait toujours, dans cette vie comme dans une autre. Elle était si belle. Il se pencha délicatement et posa ses lèvres sur son front, un baiser d’une douceur infinie et un geste d’une tristesse qui déchira le cœur de Sawyer. Les yeux d’ordinaires si claires de Noah étaient voilés par le chagrin, il ne pleurait pas, il semblait incapable de pleurer, car son chagrin dépassait cette réaction purement physique. Il n’avait pas de larmes mais son âme saignait, son cœur se brisait et l’écho de sa souffrance semblait emplir toute la pièce. Etouffant manteau qui oppressait le cœur de la jeune femme. Les lèvres de Noah s’égarèrent un long moment sur le front de sa mère et lorsqu’il se redressa il n’était plus le même, comme barricader au fond de lui-même, inaccessible dans sa forteresse de souffrance.

    « Au revoir Maman » Chuchota t-il tout bas, avant de signifier d’un signe de tête au médecin qu’il était prêt. La doctoresse essuya les larmes qui avaient franchis les barrières de ses yeux avant de s’exécuter, jamais elle n’avait assisté à une scène plus déchirante. Sa main trembla très légèrement lorsqu’elle la tendit pour arrêter l’assistance respiratoire.
    « Attendez. » Sawyer s’était approché et avait repoussé sa main. « Je vais le faire. » Les yeux de Noah se rivèrent dans les siens, et il lui sembla un instant retrouvé l’homme qu’elle aimait dans ce regard avant qu’un étranger ravagé ne le remplace. La médecin hocha la tête et s’effaça, quittant la pièce les laissant seuls. Sawyer passa ses doigts sous ses yeux pour effacer les traces de son chagrin. Ses doigts effleurèrent la main de celle qui aurait du être sa belle mère avant d’appuyer sur le bouton.

    Un râle déchirant brisa le silence lorsque le bip de machines se fut tu. Le râle d’une mourante, Noah vacilla lorsqu’un bip strident succéda à la dernière respiration de sa mère. Sawyer ne fut pas assez rapide pour le rattraper. Il avait déjà quitté la chambre, incapable de rester une seconde de plus dans cette chambre, d’affronter la réalité qui venait de le rattraper. Il avait besoin de temps. D’être seul.

    « Je veillerais sur lui je vous le promets…Continuez votre route Hélène, je prendrais soin de lui. » Chuchota t-elle doucement en fermant les yeux de sa belle mère. « Je vous le promet… » Elle se saisit de l’éponge imbibé d’eau poser sur le chevet et nettoya tendrement le visage de cette femme qui lui avait offert l’homme qui partageait sa vie. « Occupons nous un peu de vous… Qu’il soit fière de nous deux… »

    […]

    La tête lui tournait, son être semblait se déchiré de l’intérieur. Et il y avait ce vide dans son cœur, se trou béant dans sa poitrine. Tout ce qu’il voulait, tout ce qu’il était semblait avoir disparu. Son cœur lui donnait l’impression de s’être arrêté de battre. Il voulait qu’on lui dise que ceci n’était qu’une plaisanterie, une farce. Que tout allait redevenir comme avant. Mais il savait avec déchirante certitude que rien de tout cela n’était une blague, personne n’aurait osé lui faire cela. C’était trop cruel. Ses jambes se dérobèrent soudainement sous lui, il s’écroula, chancelant contre le mur, son dos longeant le béton il glissa au sol, haletant, le souffle court. Il nicha son visage entre ses genoux, luttant contre la nausée qui lui soulevait le cœur, lutant contre les larmes qui débordaient des ses yeux. Luttant simplement pour ne pas perdre la tête et se laisser submerger par la peine. Il était perdu dans le noir. Il s’éloignait lentement du reste du monde, emporté par la douleur. Il était un naufragé en pleine tempête. Seul…

    Et puis soudainement il fut là. Il sentit sa présence auprès de lui sans même l’avoir entendu arriver, sans même ouvrir les yeux il su qu’il n’était plus seul. Il ne disait rien, il ne le touchait même pas. Il était là. Et cela suffisait. Noah n’était plus seul. Il ne s’éloignait plus. Assit l’un à côté de l’autre dans ce couloir aseptisé ils étaient silencieux. Noah se redressa lentement, laissant sa tête s’adosser au mur, les yeux clos assit tout près de son meilleur ami il prononça ses premiers mots.

    « Je l’ai laissé partir. » Murmura t-il doucement. Depuis combien de temps ils étaient assis l’un à côté de l’autre en silence il n’aurait su le dire. Mais il était là. Un petit miracle en soit. Comment avait-il su ? Comment avait-il fait pour être là aussi vite ? Qui l’avait prévenu ?
    « Je sais mon vieux… Je sais… Mais tu n’es pas seul. Tu as toujours fait partit de ma famille Noah. Nous formons une famille… N’oublie pas. »
    « Sawyer ? »
    « Elle va bien. Elle prie pour ta mère… »
    Répondit Bow sachant qu’il ne voulait pas savoir si c’était elle qui l’avait appelé, ni quand, il savait que c’était elle. Il voulait juste être sur qu’elle allait bien. « Elle s’inquiète pour toi. Et moi aussi. Tu sais que quoi que… »
    « Je sais »
    Le coupa doucement Noah. « Je ne sais pas comment surmonter ça Bow… »
    « On trouvera mon frère, tous ensemble… »


    […]

    « Des examens ? Tu as fais un check up ? Pourquoi ne pas m’en avoir parlé ? » Demanda t-il soudainement inquiet à l’idée qu’elle lui ait caché l’aggravation de son état de santé. Il avait été absent ces derniers temps, il avait passé beaucoup de temps au bureau depuis qu’ils avaient lancés les préparatifs du mariage, il s’impliquait au maximum mais il n’était pas assez présent il le savait. Mais il s’était comme éteint depuis la mort de sa mère, il pensait sans cesse au fatal destin qui l’attenait irrévocablement au bout de cette épreuve. La mort de celle qu’il aimait. « Je sais que je n’ai pas été très présent ces derniers temps… Depuis la mort de ma mère je n’arrête pas de penser à nous Sawyer … Je suis terrifier à l’idée de te perdre, de ne pas être là quand tu auras besoin de moi… L’affaire Perkins me tient éloigné de la maison et tu dois gérer le mariage seule… Résultat ta santé se dégrade car je ne suis pas là pour te soutenir… Et si je prenais un congé moi aussi ? Le temps que l’on se marie ? Que l’on se consacre à nous pour une fois… La vie est courte et je veux savourer chaque instant de la mienne avec toi… Et … » Son téléphone le coupa et il jeta un regard surpris au téléphone. « Bow. Je croyais pourtant lui avoir dit, je ne te partagerais pas avec un autre homme. » Se moqua t-il en riant. « Allo ? » Il avait tout de même finit par décrocher. « Qu’est ce qui t’arrives mon vieux, tu es perdu sans moi ? » Il eut un silence puis Noah ajouta. « Comment ça tu es en train de dépanner notre pasteur ? Tu te moques de moi ? » Et finalement Noah éclata de rire. « Très bien Dieu amène donc le pasteur à ses moutons, on vous attends. Et puisque tu seras là, tape toi l’incruste. Je veux être sur que tu as bien comprit en quoi consistait ton devoir de témoin ! On ira manger un morceau après. Les donuts de ce matin n’ont pas suffit je le crains… c’est toi qui paye cette fois alors n’essaye même pas de me faire le coup du portefeuille que tu aurais oublié ! » Il se tourna vers Sawyer et l’embrassa. « Bow se prend pour Dieu, rien de nouveau en sommes. Figures toi qu’il a repêché notre pasteur en rade devant la maison. Il l’amène ici. Alors que penses-tu de ma proposition ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les bizutages ? C'est moi qui les fait maintenant !

★ NOM DE L'AVATAR : Amber Heard
★ MESSAGES : 235
★ ARRIVE DEPUIS LE : 27/10/2009
★ AGE : 32

MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Dim 9 Mai - 8:30

FlashBack - On

- Qu'est-ce qui va se passer maintenant ? demanda Sawyer resserrant son gilet sur elle, prise d'un frisson soudain.

- Maintenant il va falloir être forte Mademoiselle Daniels, répondit le docteur raccompagnant la jeune femme vers la porte. Je suis là si vous avez besoin de parler. Vous devriez essayer de retrouver votre fiancé, il avait l'air assez bouleversé.

- Il vient de perdre sa mère c'est légitime. Merci Docteur, Sawyer sortit du bureau et rangea les papiers dans son sac. Cela faisait quelques heures que la mère de Noah était décédée mais déjà il fallait tout arranger pour l'enterrement, faire en sorte que tout se passe bien. Sawyer contenait sa peine, elle le faisait pour Noah, il avait besoin qu'elle soit forte, qu'elle gère tout ça car à ce moment précis elle bénissait le ciel d'avoir appelé Bow et de le savoir près de son amour. Les semaines qui viendraient seraient difficiles aussi bien pour Noah que pour Sawyer qui s'entendait à merveille avec Hélène, elle avait un peu remplacé sa mère perdue trop tôt et puis elle avait un point commun indéniable: Noah, elles l'aimaient toutes les deux d'un amour inconditionnel et ne voulaient que son bien.

FlashBack - Off

Quand on aime il faut savoir faire des sacrifices et accepter de mettre de côté sa peine pour soutenir celui ou celle qui souffre plus que nous. Noah souffre beaucoup plus que Sawyer, elle a déjà connu la perte d'un être cher qu'est sa mère. Perdre sa mère est quelque chose d'atroce, de douloureux, d'inconcevable et ce quel que soit notre âge, Sawyer avait à peine 16 ans à l'époque et Noah a aujourd'hui 24 ans mais elle sait que c'est tout aussi difficile pour le jeune homme qui était très proche de la femme qui lui a donné la vie, qui l'a chéri, qui lui a donné de l'amour et une bonne éducation. Hélène était peut-être morte mais Sawyer ferait tout pour que Noah ne l'oublie pas. Ca serait forcément douloureux au début, il aurait du mal mais il relèverait la tête, il apprendrait à vivre avec, à repenser à sa mère avec un sourire, à revoir les moments heureux entre eux et non plus sa maladie, sa chute et sa mort. Ca serait long, douloureux et pénible mais quand on aime on ne compte pas, il n'y aurait pas de barrières entre eux, pas de non dits, plus de non dits surtout.

Depuis que la mère de Noah était décédée elle avait comme perdu son fiancé en même temps. Elle ne pouvait décemment pas lui en vouloir mais il n'avait craqué qu'une fois face à elle et au fond d'elle-même Sawyer savait que ce n'était pas assez, qu'il gardait bien trop en lui pour être heureux. Il feintait ce bonheur et ça effrayait la jeune femme car elle se disait qu'un jour il partirait quand il se rendrait compte qu'en fait il n'était pas si heureux que ça. Cette Reena qui était arrivée de nulle part, qui avait un passé commun avec son fiancé l'inquiétait et elle sentait qu'il fallait qu'elle fasse à attention car elle avait beau être amoureuse elle n'était ni aveugle ni dupe et elle voyait bien le regard de la blonde sur son fiancé et elle voyait aussi le regard de Noah sur Reena même si ce n'était pas aussi évident que pour l'assistante du procureur. Il y avait comme un goût d'inachevé entre eux et ça effrayé Sawyer qui avait peur que ça ne dérape entre eux et qu'elle perde Noah à tout jamais. Reena devait lui rappeler son passé, sa mère quand elle était encore en bonne santé, chose que Sawyer n'a jamais connu ni jamais vécu avec Noah. Cette femme avait un avantage sur elle et construisait inconsciemment des doutes dans l'esprit de l'infirmière.

Cependant en dépit de tous ces doutes fusionnant dans l'esprit de la belle blonde qu'est Sawyer il y a une chose qui parvient à la rassurer: le regard de Noah sur elle, son regard et son sourire quand il la voit. Bien évidemment il y aussi la jolie bague qu'elle porte à son annulaire gauche mais ce n'est que matériel, ça ne fait pas tout, pas tout pour Sawyer en tout cas. Elle a nettement et grandement négligé sa santé récemment et quand Noah lui suggéra de prendre un congé pour le mariage elle fronça des sourcils. Elle n'était pas du genre à se laisser abattre par si peu mais voir l'inquiétude dans les yeux de son fiancé lui fit mal au coeur et elle comprit qu'il fallait peut-être qu'elle lève le pied. Le deal qu'elle avait fait avec elle-même et Noah à l'instant ferait peut-être mieux passer la pilule.

- Je fais un check-up à peu près tous les mois pour être sûre que tout va bien et que la maladie ne prend pas de l'ampleur. Ce mois-ci je l'ai avancé car j'étais anormalement fatiguée, ne t'inquiète pas mon amour, je vais bien, tenta maladroitement Sawyer qui ne voulait pas inquiéter son fiancé outre-mesure. Elle comprenait qu'il soit préoccupé par le futur du couple et donc par la santé de la belle plante qui lui servait de fiancée. Ah non ! cria presque Sawyer à la suggestion de Noah. Je refuse que tu prennes un congé jusqu'au mariage. Ton travail c'est ta seule échappatoire mon ange, je le sais, je le comprends et je l'approuve. Tu ne peux pas t'arrêter car il y a cette affaire Perkins et des gens comptent sur toi. Délicatement Sawyer se pencha vers le jeune homme et l'embrassa avec délicatesse, lui offrant le sucre qu'elle avait sur ses lèvres du donut's. Se détachant de lui pour qu'il réponde au téléphone elle l'écouta tranquillement un sourire se dessinant sur ses lèvres. Oh maintenant Bow se prend pour Dieu. Hâte de voir ça tiens, lança Sawyer quand son homme raccrocha. Je pensais à ça, tenta la jeune femme avec un sourire timide, peut-être que je pourrais me renseigner sur comment avoir un garçon... La jeune femme laissa un blanc pour donner le temps à Noah d'assimiler ce qu'elle voulait dire. En effet elle venait de faire allusion à la possibilité de mettre un enfant en route. Enfin pas tout de suite... Après le mariage, je ne veux pas qu'on précipite les choses mais... s'interrompant soudain, ayant l'air assez inquiète maintenant qu'elle avait dit son envie profonde. Elle savait que Noah voulait un enfant, qu'il était déçu au fond de ne pas en avoir et Sawyer voulait aussi mais elle savait qu'il y avait un risque si elle avait une fille, pas si elle avait un garçon et elle avait appris que dans la famille de sa mère elle était la seule fille alors que sa tante n'avait eu que des garçons. Il y avait des chances pour qu'elle aussi ait un garçon. Mais ce qu'elle redoutait le plus à présent c'était la réaction de Noah...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Dim 23 Mai - 6:12

    F.L.A.S.H . B.A.C.K

    L’orage grondait au dehors, la nuit le protégeait encore de cette journée qui s’annonçait. Sawyer dormait sereinement à ses côtés. Elle semblait si paisible. Si belle. Il sourit. Sa lente et profonde respiration soulevait régulièrement le tissu de la chemise de son fiancé sur sa poitrine. Il aimait qu’elle porte ses chemises, elle lui allait si bien. Il était étrange pour lui de revenir ici, avec elle. New York, ils étaient rentrés le temps de terminer les préparatifs de l’enterrement, rester dans les Hampton aurait été plus simple mais Noah avait besoin de changer d’air. Il ne pouvait pas rester dans cet hôpital ou dans cette ville. Sa mère serait enterrée là bas. Loin de l’agitation New Yorkaise qu’elle avait connu toute sa vie, son fils souhaitait qu’elle repose dans un lieu paisible et magnifique, à son image. Personne ne connaissait l’ampleur des sacrifices que cette femme avait fait pour son fils toute sa vie. Il voulait qu’elle repose loin de tout cela. Il voulait qu’elle soit en paix, loin de cet univers qui ne leurs correspondaient plus ni à l’un ni à l’autre. Retrouver cette ville, cet appartement avec les deux personnes les plus importantes dans sa vie était une étrange sensation. Il savait qu’il leur mentait à tout les deux depuis des années, sur l’origine des cicatrices dans son dos et sur son torse, sur la manière dont il avait payé ses études. Sa mère avait occulté cette partie de sa vie en déclarant sa sénilité précoce, elle était plus heureuse ainsi. Elle avait oublié une partie des sacrifices qu’elle avait fais pour son fils. Lui seuls savait a quel point cette femme était une mère modèle, une véritable mère. Il remit doucement en place une mèche de cheveux qui barrait le front de sa compagne. Elle remua dans son sommeil mais ne se réveilla pas. Il l’embrassa délicatement, déposant ses lèvres sur son épaule dénudée et la recouvrit avant de quitter le lit. Ils s’étaient installés dans la chambre qui avait été autrefois celle de sa mère. Bow leur laissant le lit deux places pour prendre la chambre plus petite au lit plus étroit qui avait été la chambre de Noah lorsqu’ils s’étaient installés dans cet appartement sur Central Park. Il referma la porte délicatement pour ne pas la réveiller et eut la surprise de trouver Bowen installé au comptoir de la cuisine, dégustant un verre de jus d’orange après avoir, semblait-il, passé une heure à s’entrainer. Noah termina d’enfiler son tee-shirt par-dessus son caleçon et contourna le comptoir pour se préparer un café dans la cuisine.

    « Déjà debout ? » Demanda Bow en approchant de Noah la panière de croissants qu’il était allé chercher après son jogging. « Tu as dormis au moins ? »
    « Un peu. »
    Répondit Noah sur le même ton, en lançant la machine à café.
    « Sawyer ? »
    « Elle dort. Il n’est pas encore l’heure de se lever, elle a besoin de repos. »
    « Il y a quelque chose n’est ce pas... »
    « Elle est juste fatiguée. »
    Eluda Noah en cherchant les tasses dans un placard.
    « Toi tu es fatigué Noah, elle est épuisée. »
    « Elle doit se reposer… C’est tout. »
    « Noah… »
    Bowen avait contourné le comptoir pour venir prendre son meilleur ami par le bras et le forcer à le regarder. « Si Sawyer était malade, tu me le dirais ? »
    « Bien sur »
    Mentit Noah avec aplomb en se demandant pour la énième fois pourquoi Sawyer ne souhaitait pas que Bowen soit au courant, cela aurait été tellement plus facile pour tout le monde.
    « Elle n’est pas … enceinte ? »
    « Non… Tu sais bien que je ne veux pas d’enfants. »
    Souffla t-il mal à l’aise en se détournant. Ce mensonge là, était surement le plus pénible de tous. « J’irais la réveillé dans une heure… je vais aller courir… ensuite on prendra la route… »
    « Va. Je reste là. »


    F.L.A.S.H . B.A.C.K

    « Je ne veux pas te perdre mon ange, j’ai peur qu’il t’arrive quelque chose si tu ne te ménage pas un peu plus… La mort de Perkins nous a tous beaucoup secoué. Que Sidney soit accusé d’avoir quelque chose à voir la dedans à été une épreuve, jusqu'à ce qu’elle soit déchargée de tout soupçons… Je n’ai pas eut une place facile la dedans, avocat des Ainsworth et chargé des relations dans cette enquête… si je t’ai donné l’impression de fuir la maison, j’en suis désolé. Mais ce qui est mon échappatoire mon amour, c’est toi. Rien ni personne d’autre. Mon travail me permet de m’occuper l’esprit quand mes pensées deviennent trop sombres. Personne n’est irremplaçable Sawyer, sauf toi pour moi. Tu as besoin de repos mon amour. » Il lui rendit son baiser avec douceur, promenant sa langue sur ses lèvres, y récupérant avec gourmandise les perles de sucres sur sa bouche. Le coup de téléphone de Bowern vint interrompre leur petite conversation. Comme toujours son meilleur ami c’était transformé en l’homme qui tombait à pic. Sauvant leur pasteur de sa panne de moteur. « Tu auras moins hâte de le voir quand tu verras comment il se comporte dans une église, Bow n’est pas vraiment ce que l’on peut appeler un croyant… » Il allait continuer sa phrase lorsqu’il prit conscience de ce que Sawyer était en train de dire. Ils avaient décidés de se marier rapidement pour ne plus être séparer, ils avaient prit conscience de la brièveté de la vie, mais à cela Noah n’était pas préparer. Un enfant, elle lui était en train de lui dire qu’elle voulait se renseigner sur le moyen d’avoir un enfant. « Je… » Soudainement il la souleva de terre et la fit tournoyer dans les airs, fou de joie. Heureux pour la première fois depuis quelques semaines. Un garçon, elle parlait d’avoir un petit garçon. Elle et lui, lui et elle, eux. « Oui… Bien sur que oui… Oh Sawyer ! Bien sur que je veux un enfant de toi… Du moment qu’il a tes yeux. » Murmura t-il en effleurant son visage de sa bouche. « Pourquoi ? Pourquoi as-tu changés d’avis… Tu sais que je ne désire rien d’autre qu’être ton mari et d’élever nos enfants… Mais… Tu as toujours été opposé à l’idée… Qu’est ce qui t’as fais changés d’avis ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les bizutages ? C'est moi qui les fait maintenant !

★ NOM DE L'AVATAR : Amber Heard
★ MESSAGES : 235
★ ARRIVE DEPUIS LE : 27/10/2009
★ AGE : 32

MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Dim 23 Mai - 8:45

FlashBack - On

- Et si tu me disais ce qui ne va pas Saw' ! dit le jeune homme venant se mettre aux côtés de la blondinette qui était en train de préparer du thé et quelques biscuits.

- De quoi tu parles ? Je vais très bien, tout va très bien ! répondit la jeune femme cachant maladroitement son mal-être.

- Tu peux mentir à la terre entière mais certainement pas à moi ma belle, je ne suis pas dupe et je vois bien que quelque chose ne va pas, répondit le jeune homme en retour, sachant parfaitement que Sawyer n'était pas très douée pour mentir effrontément.

- Mais tout va bien je te rassure. Je dors bien, je mange bien, je bois beaucoup d'eau, je fais du sport alors cesse de t'inquiéter pour rien, s'énerva à moitié Sawyer qui sentait l'inquisition du jeune homme la peser et son mensonge aller encore et toujours plus loin.

- Et ce malaise que tu as fait la semaine dernière ? Tu crois que je suis stupide ? Je tiens à toi Sawyer, plus que tu ne l'imagines et je sens que quelque chose te fait du mal, beaucoup de mal...

- Bow... murmura Sawyer un sanglot dans la voix. Ne dit pas ça s'il te plaît... Je... Je suis un peu anémiée, j'ai enchaîné des gardes à l'hôpital pour que nos emplois du temps entre Noah et moi coïncident, mentit la jeune femme une nouvelle fois. Elle ne parvenait pas à dire la vérité à son ami, ne voulant pas l'alarmer et surtout voir de la pitié dans son regard. Elle avait toujours plus ou moins mené une vie normale, ne s'encombrant pas de la pitié des gens alors ce n'est pas aujourd'hui qu'elle commencerait. Elle tenait énormément à Bow mais elle avait mis de côté ses sentiments pour lui parce que Noah est plus important, il la rendra heureuse même si Bow en est lui aussi capable mais d'une façon différente.

- Tu me le dirais si tu étais malade ? Tu ne me cacherais pas quelque chose d'aussi important ? demanda Bow la voix cassée.

- Non Bow je ne te le cacherais pas. Bon on se le boit ce thé ? demanda la jeune femme tentant de changer de sujet et de détendre l'atmosphère mais elle n'eut le temps de rien faire que Bow était venu l'enlacer avec force, son visage dans le cou de la belle. Sawyer n'eut de choix que de se laisser faire, retenant ses larmes et surtout l'envie de tout lui dire. Elle ne pouvait pas, ça restait coincé...

FlashBack - Off

- Je ne compte pas aller où que ce soit dans les prochaines années, ton lit est confortable, tes bras aussi je dois bien avouer et, le plus important, tu me rends heureuse comme jamais. J'ai connu quelques hommes avant toi mais aucun n'avait jamais fait passer mon bonheur avant le sien, tu m'as donné en quelques mois ce que jamais personne ne m'a donné en une vie, répondit Sawyer caressant du bout des doigts le visage de Noah. Elle le laissa l'embrasser, répondant à son baiser avant de faire un petit sourire tendre. Ces derniers temps ça n'a pas été facile, ni pour toi ni pour moi. On a laissé nos emplois respectifs prendre le dessus mettant notre couple entre parenthèse. Me retrouver avec toi le soir seule, dans notre lit ou devant la télé me manque terriblement mais je sais qu'une fois tout ces soucis réglés on pourra profiter de notre mariage, de l'un et de l'autre... Crois-moi que j'attends ce moment avec impatience mon amour, dit la jolie blondinette avant d'éclater de rire aux propos de Noah sur Bow et son manque de catholicisme. Elle n'en doutait pas une seule seconde et ça ne
l'étonnait qu'à moitié en fait. Tu m'aurais dit que Bow était un enfant de coeur j'aurai eu du mal à te croire mais je pense que pour toi et surtout pour moi il se tiendra bien. C'est ça où je lui coupe les bijoux de famille donc il n'aura pas vraiment le choix.

Avoir un enfant était formellement hors de question pour la jolie Sawyer. Elle connaissait les risques que ça entraînait pour ce futur bébé. Elle ne voulait pas ruiner la vie d'une petite fille. Faire ce régime pour avoir un petit garçon serait très certainement contraignant sans avoir la chance que ça marche à 100% mais elle voulait y croire. Elle voulait donner un enfant de l'amour à Noah, elle voulait qu'il considère enfin sa vie comme comblée et Sawyer savait que cet enfant serait la cerise sur le gâteau, le bonheur final. Angoissant un peu de la réaction de son compagnon la jeune femme se tordait les doigts mais rapidement elle le vit et le sentit la soulever et tourner en la portant. Elle se serra à son fiancé et un large sourire apparut sur son visage. Elle l'écouta et son sourire s'étendit un peu plus sur son visage angélique. Elle serra un peu plus son amoureux avant de prendre la parole.

- Un petit garçon avec mes yeux et ta beauté, notre fils sera un canon ! répondit la jeune femme avec un petit sourire malicieux. J'ai toujours voulu un enfant, j'avais renoncé à en avoir biologiquement parce qu'une fille hériterait de mes gènes et tu verrais en elle ce qui va me tuer. Je refuse d'imposer ça à qui que ce soit et surtout pas à toi mais j'ai entendu parlé de ces régimes spéciaux pour avoir un petit garçon et j'aimerais essayer car je veux que tu sois papa. Je... La mort de ta mère m'a fait changer d'avis. J'ai vu à quel point cette femme était formidable, à quel point elle t'avait bien élevé, combien elle
comptait pour toi. J'aimerais tellement faire une bonne mère comme elle, rendre heureux un enfant et toi. Tu ferais un papa formidable et je sais que ta mère serait fière de toi et puis je lui ai en quelque sorte promis que je te donnerai un enfant et je ne reviens jamais sur mes paroles...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah] Dim 8 Aoû - 0:36

    « Quelques hommes ? Je veux leurs numéros de sécurité sociale et leurs noms. » Annonça t-il en souriant alors qu’il blottissait son visage dans le cou de la femme dont il allait devenir le mari. Il rougissait comme un adolescent alors qu’elle énonçait ce qu’elle pensait de lui, d’eux, de ce qu’il lui apportait. Elle était heureuse et cet aveu valait bien tout l’argent du monde. Il l’embrassait délicatement, veillant à faire passer tout l’amour et la tendresse qu’il éprouvait à son égard dans son baiser. Ils étaient bien là, dans les bras l’un de l’autre, a planifié le reste de leur vie avec la certitude qu’ils seraient éternels. Pourtant une ombre planait sur leur couple. Une ombre qui étendait chaque jour un peu plus son emprise sur Sawyer. La mort les séparerait un jour, c’était inévitable. Ils le savaient, et pourtant ils avaient choisis de ne pas gâcher une seconde de leur existence à penser à ce tragique destin qui attendait leur couple. Ils s’aimaient et c’était cela qui comptait au présent. Pourtant, ses dernières semaines la mort, Noah y avait pensé bien plus souvent que d’ordinaire. Le décès prématuré de sa mère avait changé quelque chose en lui. Il se posait des questions, une part de lui semblait être morte avec sa mère, qu’en serait-il lorsque se serait au tour de Sawyer de le quitter ? Survivrait-il à la perte de celle qu’il considérait comme son grand amour ? Lorsqu’elle n’était pas auprès de lui elle lui manquait terriblement. Quand serait-il quand elle cesserait de fouler ce monde ? Arriverait-il a dépasser son chagrin lié à cette perte ? « Tu crois tout ce que je dis, je suis sure que je serais arrivé a te persuader que Bow est un ange…. Mais je me chargerais de le menacer, des mots comme couper les bijoux de famille ne devraient jamais avoir à sortir d’une bouche aussi … tentante. » Souffla t-il en récupérant cette bouche justement.

    Un enfant d’elle. Il en avait rêvé des mois plus tôt lorsqu’il ne savait pas encore ce qui rongeait lentement le corps de son aimée. Il en avait rêvé puis il avait abandonné ce rêve lorsque la jeune femme lui avait fait part de sa volonté de ne jamais engendrer une petite fille qui porterait avec une chance sur deux la maladie qui lui ôterait sa mère bien trop tôt. Il n’avait jamais insisté, il lui était déjà inconcevable d’imaginer la perdre, alors comment lui imposer l’idée qu’elle laisserait son mari avec une enfant qu’il verrait mourir aussi du même mal. Pourtant l’idée dormait encore en lui, légitime, il était amoureux d’elle comme il n’avait aimé qu’une fois dans sa vie, elle était tout pour lui, avoir un enfant de cette femme aurait été le plus beau cadeau que lui aurait offert la vie. Il était amoureux d’elle. Il était fou d’elle. Et fou de joie de la révélation qu’elle venait de lui faire. Elle avait pourtant sembler angoisser par sa réaction après lui avoir fait part de son idée. Il restait une chance sur deux pour que cet enfant soit une fille. Un risque qu’il était prêt à courir. Un enfant. Qu’ils élèveraient à deux aussi longtemps que possible. Etre parent. Avec elle. Le plus cadeau qu’aurait pu lui offrir la vie.

    « Un canon ? Tu plaisantes j’espère, il sera plus que ça ! Un demi dieu rien de moins, si en plus il chope l’humour de Bow en grandissant nous allons devoir mettre un distributeur de ticket devant la maison. » Il souriait heureux, pourtant il s’inquiétait intérieurement, elle était épuisée ses derniers temps, le mariage, le travail, une grossesse serait peut être trop éprouvante pour elle, il ne voulait pas qu’elle brûle la chandelle par les deux bouts simplement pour exhausser le vœu de paternité que son compagnon avait formulé un jour. Elle parlait d’une promesse qu’elle avait fait à sa mère, et l’envie qu’elle avait toujours eut en son cœur d’avoir un enfant, de faire de lui un père, elle parlait de son désir de devenir une bonne mère. Il frotta tendrement son nez contre le sien, égarant l’une de ses mains dans sa toison de boucle blonde. « Tu seras une mère formidable… Lancelot m’a parlé du spécialiste en fertilité que Sidney et lui sont allés consultés … Je pourrais, nous prendre rendez-vous qu’en penses tu ? Pour avoir son avis, ses conseils… Biologiquement parlant il serait peut être nous assurer d’avoir un fils et s’assurer que la grossesse ne t’éprouves pas trop. Je ne veux pas d’un enfant si cela signifie de raccourcir ta vie d’une dizaine d’année. J’ai bien trop besoin de toi pour te perdre. Je ne veux pas que tu te sacrifies pour mon désir d’enfant mon amour… »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah]

Revenir en haut Aller en bas

Et si je n'arrivais pas à le garder toute la vie ? [Noah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Madelaine Street :: St Madelaine Chapel-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit