AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
New Heaven ? Pff c'est comme si j'y étais né à présent !

★ NOM DE L'AVATAR : Kristen Stewart
★ MESSAGES : 376
★ ARRIVE DEPUIS LE : 26/07/2009

MessageSujet: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Jeu 29 Oct - 12:57


    Tout en griffonnant tout ce qui lui passait par la tête sur son cours d’histoire, la jeune Coben lâcha un profond soupir. Ce cours était interminable, les secondes semblables à de longues minutes et ces dernières à des heures entières. Elle se faisait royalement ch*er, il fallait dire ce qu’il en était. Et pourtant elle avait pour habitude de trouver le temps long, de s’ennuyer en étant en classe. Ca se produisait même quotidiennement à vrai dire. Mais jamais elle n’avait trouvé cette vieille madame Lawrence si barbante. Parlez-lui d’Histoire et d’époques révolues ; cette mégère vous fera part de sa propre expérience sans vraiment faire attention ! Heureusement pour Ellie, la sonnerie se fit entendre, annonçant par la même occasion la fin de sa journée. Elle allait pouvoir souffler un peu et vaquer à ses occupations. Si elle faisait acte de présence, c’était par simple obligation, bien qu’il n’était pas rare qu’elle parte en balade au lieu d’étudier. Enfin jusqu’à ce que son cher père ne la croise dans un couloir en sortant de la salle des professeurs, ou qu’un surveillant ne la repère. La brunette rangea ses affaires, et glissa le tout dans son sac à dos, pour finir par se lever et sortir de la salle.

    Ellie s’empressa donc de regagner la cours d’entrée du bâtiment principal. Plus vite elle sortait d’ici, et mieux elle se portait. Ne lui demandez pas pourquoi, elle n’en avait pas la moindre idée, c’était comme ça et ça l’avait toujours été, qu’importe l’établissement dans lequel elle était scolarisée. Certains étaient allergiques aux pollens, ou encore aux piqûres d’insectes et j’en passe… Elle, les études étaient l’un des points noirs de sa vie. Cette sensation d’enfermement, elle ne la supportait pas et elle avait besoin d’espace, d’un peu d’air. Une fois à l’extérieur, elle se stoppa, et s’assit sur les marches des escaliers. Là, elle sortit de la poche de sa fine veste en cuire un petit paquet rouge, renfermant ses cigarettes. Elle en fit sortir l’une d’elle d’une simple secousse et plaça le petit tube de papier entre ses lèvres roses. Approchant le briquet de l’extrémité du cylindre, elle inspira longuement avant d’expirer tout doucement la fumée. Certains prétendaient avoir besoin d’une bonne bouffée d’oxygène, et elle, elle désirait sa dose de nicotine. Elle balada son regard un peu partout autour d’elle, observant les nombreux élèves qui tout comme elle terminaient leur journée, et quittaient avec joie l’établissement, pensant qu’ils avaient désormais bien mieux à faire que de traîner ici. Machinalement elle tira à nouveau sur sa cigarette, et effaça doucement son air pensif de ses traits fins et angélique. Elle laisser s'échapper d’entre ses lèvres presque closes un filet de fumée, puis releva la tête à l’entente d’un klaxon.

    Devant elle, s’était avancée une belle et grosse voiture –Ellie n’y connaissant rien, impossible de citer le modèle…- bien tape à l’œil… Une de ces automobiles que l’on remarque sans difficulté, qu’il attire les regards. Alors si en plus de ça on klaxonnait, inutile de préciser que la moitié des étudiants la fixait. Elle esquissa un semblant de sourire, tout en faisant tomber la cendre de sa cigarette au sol, d’un léger tapotement, alors que la vitre électrique s’abaissait côté passager.

    « Tu sais qu’on ne klaxonne pas une demoiselle ?
    - Qu’est-ce qui te fais croire que je te klaxonne toi ? »
    -venait de répliquer une voix masculine. Pas n’importe laquelle d’ailleurs, puisqu’il s’agissait d’Aaron W. Standford. Ellie tira une nouvelle fois sur sa cigarette, détournant le regard, plus pour dissimuler sa surprise face à cette répartie, et un soupçon de déception.
    « Oh… Dans ce cas, tu ne vois pas d’inconvénients à ce que je te laisse. »
    Après lui avoir adressé un léger sourire, qui sonnait faux, elle s’empara de son sac à dos, et entreprit alors de longer le trottoir. Mais comme elle s’en doutait, la voiture ne resta pas très longtemps à l’arrêt, et lui emboîta pour ainsi dire le pas. Ils se cherchaient sans cesse, elle commençait à en avoir l’habitude !
    « Roh ça va… Je plaisante ! Mademoiselle Coben aurait-elle besoin d’un chauffeur ?
    - Non merci…
    - Ne sois pas idiote… Monte, je te ramène.
    - Ca va aller, t’en fais pas pour moi… »
    -La belle se montrait bien têtue. Tel était son caractère, et ça n’était pas inconnu à Aaron. Il insista, et elle lui répondit, se stoppant dans sa marche, qu’il n’avait qu’à raccompagner le pote qu’il avait précédemment klaxonné. Aaron lui décrocha un sourire, un de ceux qu’elle avait envie de lui faire avaler tant il pouvait s’avérer être craquant, et si assuré. Elle leva les yeux au ciel, soupira doucement et finit par jeter ce qui restait de sa cigarette au sol. Puis, après avoir glissé entre ses lèvres un bonbon à la pêche, elle lui céda, et ouvrit la portière, pour s’installer à ses côtés.
    « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Mer 11 Nov - 9:26


    @ Lily
    « - Je vais t’inviter à sortir.
    - T’as aucune chance.
    »
    [ Virgin Suicides ]

    Au volant de sa magnifique voiture fraîchement payé par son cher et ô combien « aimant » de père, des lunettes payées à un prix exorbitant sur le nez, une cigarette à peine posée sur les lèvres desquelles se dégageait une fumée légèrement grisâtre, il y avait fort à parier, rien qu’en regardant les regards posés sur cette automobile que le propriétaire n’était autre qu’une personne relativement connue en ville, mieux encore, cette personne, que tout le monde connaissait, était principalement connu pour être d’une certaine beauté, et surtout d’une certaine arrogance sans faille, une arrogance déroutante, déstabilisante, ce genre d’arrogance, qui, en plus de vous faire sortir de vos gonds, vous faisait perdre tout vos moyens, empêchant ainsi toutes réponses pour clouer le bec à cet être ô combien prétentieux. Son nom ? Il n’y avait qu’à demander aux jeunes filles qui, assises sur un banc face à la voiture, ne pouvaient s’empêcher de glousser quelques paroles telles que « Nan je rêve ! » ou encore « Et dire qu’il vient la chercher elle ! » là-dessus, aucun doute sur l’identité de la personne, son prénom ? Aaron Willem pour être précis, son nom ? Standford, un nom fort connu en ville étant donné le rang qu’avait la famille, mais un nom également connu dans la mauvaise pente, celle qu’avaient simultanément prit l’aîné de la famille, à savoir Aaron ainsi que le plus jeune de cette si… « parfaite » ? Famille, et là je parle bien du plus jeune Loukas, aussi « discret » qu’une taupe, il était l’opposé total de son frère, il détestait son monde alors qu’Aaron profitait de chaque instant comme-ci celui-ci serait le dernier qu’il viendrait à vivre dans sa si triste vie de pauvre fils de bonne famille. Il était parfois dur d’être riche !

    Soupirant, c’est dans un geste élégant qu’il retira sa cigarette des lèvres avant de poser son avant bras entier sur la portière de la voiture à la fenêtre ouverte, lâchant de nouveau une fumée grise de ses narines cette fois, c’est d’un mouvement d’index qu’il tapota sur la dite « Danger pour la santé » afin de faire tomber la cendre sur le sol.
    Une musique en fond sonore, Aaron jeta un rapide coup d’œil à l’horloge numérique de la radio qui, à cet instant même passait une chanson, mouvementée, c’est le cas de le dire, elle avait cependant eu le don de le faire bouger, certes pas lui entièrement, simplement sa main posée sur le volant, ou du moins, son pouce posé sur les « manches » du volant. Son regard tourné vers le banc des demoiselles toujours assises à contempler la voiture et surtout à maudire la chanceuse qui monterait dans sa voiture, c’est dans un simple sourire qu’Aaron se fit remarquer et ne manqua d’ailleurs pas d’entendre un
    « Et dire qu’ils sont amis ! » suivit d’un « Je vois vraiment pas ce qu’il lui trouve ! » accentué le tout d’un nouveau sourire du jeune homme, sourire mélangeant moquerie et insulte à leurs égards, il posa de nouveau l’objet certain des causes de sa mort entre ses lèvres avant de finir par détourner son regard en direction de l’entrée du lycée.
    Celui-ci n’avait d’ailleurs aucunement changé, toujours le même, toujours le même depuis qu’il l’avait quitté il y a de cela presque 5années, les couleurs étaient pareils, l’entrée également, les jardins aussi, les voitures, positionnées de la même manière qu’il l’avait connu, ah le lycée ! Cette époque qu’il avait ô combien apprécié, cette époque à laquelle, il avait apporté un bon nombre de misère à son père ainsi qu’à son frère qui, à présent vivait sur ses traces, chaque jour devant aller dans les mêmes endroits que son si « parfait » grand frère, comprenez donc la certaine amertume qu’il mettait dans ses gestes quand il venait ici.

    Après un long silence, entre lui qui ne parlait pas et la musique arrêtée, la sonnerie vint alors à retentir, celle-ci aussi n’avait absolument pas changer depuis qu’il était parti pour l’Université dans laquelle aujourd’hui notre adorable – ironiquement parlant – jeune homme prenait des cours de droit dans le seul et unique but de poursuivre les traces de son père en modifiant certaines choses et surtout, en espérant un jour pouvoir le dépasser, être plus puissant que lui, plus connu que lui et pourquoi pas, l’anéantir comme il l’avait toujours voulu ? Rivalité ? Le mot était encore bien faible pour qualifier la relation qu’il entretenait avec son père, certes Aaron aspirait à devenir comme son père, mais ceci dans l’unique but de dépasser le maître, d’être plus fort qu’il ne le serait jamais ! Enfin, cessons de parler de cet homme et intéressons nous plutôt à la créature qui sortait à l’instant même du lycée.

    Dans son look très… rock n’ roll, elle fut celle qui marqua son attention comme à chaque fois. Un sourire venant alors se dessiner sur ses lèvres, Aaron jeta finalement ce qui lui restait de cigarette avant de finir par poser ses mains au centre du volant, son regard ne quittant pas la jeune femme, c’est en se pinçant les lèvres qui appuya au centre et déclencha ainsi un bruit venant de la voiture qui ne manqua d’ailleurs pas du tout de faire lever les regards en direction de la pauvre jeune fille nouvellement élue dans la famille des Ainsworth
    , « Qu’est-ce qui te fais croire que je te klaxonne toi ? » Lui avait-il dit alors qu’elle s’approchait de la voiture. Comme à chaque fois, un jeu s’installait entre eux, un jeu relativement amusant étant donné qu’ils prenaient chacun un plaisir à entrer dedans. Ses lunettes toujours posées sur le nez, Aaron se contenta simplement d’un vague haussement d’épaule comme pour lui montrer qu’elle n’était en rien le centre du monde, son centre du monde. Evidement, à cette phrase je me contenterai de dire « Blague » étant donné le lien relativement ambigu qui les unissait. Mais, sans plus attendre, Ellie, de son prénom qui ne pouvait empêcher une augmentation du rythme cardiaque du conducteur entreprit alors de rentrer seule, à sa guise, du moins, voilà ce qu’il aurait fait si jamais elle s’était retrouvée avec une bande de copine, hélas, la jeune femme ne semblait pas être l’une des élèves les plus appréciées dans son lycée et pire même, certaines des filles présentes sur les lieux ne pouvaient s’empêcher de la maudire ce qui ne manqua pas d’atterrir devant les yeux du jeune Standford, mettant le contact, il n’allait tout de même pas la laisser là, seule, alors qu’il venait de se taper deux heures à l’attendre devant le lycée étant donné qu’il ne savait absolument pas quand elle finissait les cours, la prochaine fois, il enverra un petit message avec son téléphone ! « Roh ça va… Je plaisante ! Mademoiselle Coben aurait-elle besoin d’un chauffeur ? » Vint-il alors à lui dire alors que la voiture roulait lentement au rythme de sa marche, la vitre ouverte côté passager, c’est d’un regard mi-route, mi-sur elle qu’il vint alors faire des excuses, à sa manière. Et en guise de réponse, il n’eut le droit qu’à un simple « Non merci… ». En temps normal, il aurait bien évidement arrêté, il serait même carrément parti mais là, avec elle, il ne pouvait pas, il n’en avait absolument pas envie! Son sourire s’effaçant lentement de son visage, c’est après avoir prit une profonde inspiration qu’il reprit la parole « Ne sois pas idiote… Monte, je te ramène. » Après tout, attendre deux heures dans l’unique but de rentrer bredouille, non merci ! « Ca va aller, t’en fais pas pour moi… » Insista-t-elle, car oui, Ellie était l’une des rares femmes à lui tenir tête, l’une des rares femmes à ne pas céder à ses avances ou du moins, à ne pas lâcher le bout avant un certain moment.

    Son regard détourné de la jeune femme, Aaron posa son pied sur la pédale, faisant ainsi rugir son moteur comme pour lui montrer que l’abandonner ne le dérangerait aucunement, il ne put s’empêcher de lancer un dernier regard en sa direction, sans retirer pour autant ses lunettes, il lui lança un sourire, l’un des nombreux sourires qui ne donnent qu’une seule et unique envie, celui de vous coller un poing dans la figure, celui qui aspire à vous le faire ravaler mais également celui du vainqueur étant donné qu’elle vint tout juste à céder !
    « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » Vint-elle alors à lui avouer avec une certaine difficulté et surtout une certain odeur de pêche se dégageant de ses lèvres. « J’adore quand tu dis ça. » Murmura-t-il alors d’une voix des plus sensuelles du monde, son regard dirigé encore et toujours en direction de la jeune femme, sincère ? Joueur ? Taquin ? Même lui ignorait jusqu’au sentiment qu’il devait y dégager, avec Ellie tout était différent, rien ne rimait comme il l’espérait, rien n’était contrôlé comme il aimait, tout n’était que surprise et danger. Son pied posé sur l’accélérateur, Aaron ne put s’empêcher d’appuyé dessus histoire de faire monter la vitesse et ainsi éloigner de sa vue les bâtiments scolaires dans lesquelles il y avait passé 3ans de sa pauvre et minable vie ! « Alors mademoiselle Coben, ta journée a-t-elle été à la hauteur de tes espérances ? » Sans poser son regard sur la route, Aaron posa sa main contre ses lunettes noires et immenses avant de venir les enlever et les balancer sans précautions aucunes sur la plage avant. « Mais avant de répondre, j’aurai aimé savoir, as-tu faim ? Non pas que mon ventre hurle famine, bien que j’ai dû attendre deux longues heures devant ton lycée avant que tu n’arrives mais, un estomac comme le tiens doit aimer être plein ? » Et voilà une façon plus ou moins direct de proposer à une jeune femme d’aller prendre un truc avec soit. Technique de drague ? Absolument pas, jamais ! Pourquoi ? Ellie n’était qu’une amie, c’est tout ! Rien de plus !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
New Heaven ? Pff c'est comme si j'y étais né à présent !

★ NOM DE L'AVATAR : Kristen Stewart
★ MESSAGES : 376
★ ARRIVE DEPUIS LE : 26/07/2009

MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Dim 22 Nov - 6:28


    « Les êtres sont régis par des rapports de séduction. »
    [Emanuel Ungaro]


    Beaucoup d’étudiants avaient immédiatement jugé Ellie, dès son arrivée dans l’établissement. Montrée du doigt non seulement comme étant une petite nouvelle, elle l’était davantage de part ses liens de parentés avec le professeur d’art dramatique : Lance Ainsworth. Fille illégitime d’un enseignant, la jeune femme avait par avance grillé la moindre chance de se faire ne serait-ce qu’un ami au sein de sa classe. Fort heureusement pour elle, l’espoir demeurait à une tout autre échelle, celle de l’établissement tout entier. Avec le temps elle avait finit par sympathiser avec quelques élèves, appartenant tous à la gent masculine. Non pas qu’elle avait laissé de côté les nanas, mais simplement que le feeling passait plutôt bien avec ces messieurs et que les demoiselles ne le supportaient pas. Au départ cette distance et cette impression d’être montrée du doigt l’avait insupporté, la menant parfois à péter les plombs et partir en plein milieu d’un cours, ressentant l’irrémédiable envie, si ce n’est besoin, de se griller une cigarette pour se détendre et s’apaiser. Au fil des jours, puis des semaines, elle apprit de nouveau à s’en moquer, comme elle l’avait toujours fait à chaque changement d’établissement, lorsqu’elle était encore en foyer et qu’elle s’efforçait de mettre le bazar pour ne pas être placée en famille d’accueil, après un peu moins d’un trimestre de cours. Au final, elle avait atterri chez Lance, et aurait encore préféré le foyer à ces regards persécuteurs et dérangeants. Là encore, du simple fait que cette magnifique voiture se stoppe vers elle, et qu’elle s’adresse au conducteur, allait provoquer une tornade de commérage, une cascade de critiques, un torrent de méchancetés à son égard. Les filles allaient s’en donner à cœur joie, appréciant le temps passé à casser du sucre sur le dos de la « Demie Ainsworth ». Elle entendait déjà les murmures sur son passage, car dès demain le fait qu’on soit venu la récupérer à la sortie du lycée allait se trimballer de bouches à oreilles, le long des couloirs…

    Mais Ellie s’en fichait pas mal… Elle n’y portait plus la moindre attention, car au volant de cette voiture se trouvait Aaron, et qu’il avait le don de la rassurer par sa simple présence. Il lui insufflait un peu d’assurance, et de bien être sans même s’en rendre compte, sans avoir à lever le petit doigt. C’était ainsi, ça se faisait naturellement, elle se sentait en confiance et parvenait à l’extérioriser. Tout tournait autour du jeu entre eux, se cherchant et se provoquant sans cesse. Comme là, avec cette histoire de klaxonne, et cette feinte d’en avoir été vexée. Ce qu’il était bon d’être une fille, pour user et abuser de son sale caractère, de s’affirmer face à ces hommes un brin trop arrogant et sûr d’eux par moment ! Ellie faisait mine de lui tenir tête, mais finit bien par céder. Ce n’était pas faute d’essayer, de lutter même ! Il atteignait très souvent son objectif, remportait la partie avec une certaine facilité lorsque l’enjeu était moindre. Pour le coup, elle y gagnait aussi, puisqu’il lui épargnait ainsi un horrible et interminable trajet en bus. Elle avait craqué et était monté en voiture, sous les regards étonnés et amplis de jalousie de quelques miss encore devant l’entrée de l’établissement. Cependant, Ellie ne pu s’empêcher de lui faire comprendre qu’il pouvait s’abstenir de tout commentaire, qu’elle pouvait accepter cette faiblesse dans le silence. Mais non, c’était apparemment trop lui demander, puisqu’il ajouta adoré lorsqu’elle reconnaissait ses défaites. L’intonation qu’il avait emprunté pour lâcher ces quelques mots l’avait comme qui dirait déstabilisé. Elle en avait pourtant l’habitude, Aaron était du genre taquin, aimant jouer de ses charmes, et surjouer de ses atouts. Ellie s’empressa de se reprendre :

    « C’est bon, ne t’emballes pas, c’est pas comme si c’était devenu une évidence, une habitude… ! » A peine eu-t-elle terminé sa phrase qu’Aaron la ponctua en appuyant sur la pédale de l’accélérateur, les faisait démarrer au quart de tour, sous le ronronnement puissant du moteur. Pas de quoi passer inaperçu, pas de quoi s’en aller avec toute la discrétion du monde, mais un son qu’Ellie traduisait avec plaisir par un « Parle-moi si tu veux, t’façon je ne t’entend pas et je suis déjà loin ! » Elle laissa glisser son sac à ses pieds, et appuya son coude contre la portière de façon à se tourner légèrement et poser son regard sur le jeune homme. Ce dernier était concentré sur la route, Ellie appréciant l’air sérieux que pouvait parfois prendre les traits fins de son visage. Du moins, il était sérieux et concentré au début, car très vite il détourna le regard de la route, retirant ses lunettes, dévoilant son regard clair. Plus d’une demoiselle complètement flippée par la vitesse l’aurait très vite rappelé à l’ordre en lui ordonnant de regarder droit devant lui. Ellie, elle, ne disait rien. Pour dire à quel point elle lui faisait confiance ! Il l’interrogea sur sa journée mais ne lui laissa pas le temps de répondre, la devançant par une seconde question. Elle allait cette fois-ci lui répondre, mais les mots ne franchirent pas le seuil de ses lèvres. Oh non ! Son cerveau venait d’analyser ce qu’il venait de dire, et il y avait eu un petit bug. Elle fronça légèrement les sourcils, avant de reprendre :
    « Attends… Tu viens bien de dire que tu avais attendu deux heures ? » Elle n’avait même pas retenu la réflexion sur son estomac, mais seulement la durée durant laquelle il était resté dans sa voiture, ne sachant pas à quel heure elle terminait. « Deux heures ?! » Ellie était lancée, et rien n’allait pouvoir la stopper. Elle avait trouvé en ce tout petit aveu un moyen de le taquiner jusqu’à le rendre fou. Sans l’avouer haut et fort, elle y voyait la preuve qu’elle comptait un peu pour lui, qu’elle avait de l’importance aux yeux de quelqu’un, et non pas parce qu’il s’agissait là d’un devoir, comme aurait pu l’avoir un membre de sa pseudo famille. Elle comptait pour quelqu’un qui n’avait pas le moindre lien avec elle, qui ne lui devait rien… Et ce semblant de sincérité, cette certitude, lui réchauffait quelque peu le cœur.
    « Je suis ok pour aller manger quelque chose en ta compagnie ! …Non mais… Deux heures ?! » -ajouta-t-elle pour elle-même, tout en posant son regard sur la route. Un léger sourire apparut aux coins de ses lèvres, qu’elle tenta de dissimuler, tandis qu’elle passait une main dans ses cheveux noirs corbeau, d’un geste lasse.
    « Pour ce qui est de ma journée… Normal. J’ai fait semblant de travailler pour avoir la paix, la routine. Et toi ? » Ils roulèrent un petit moment, du moins c’est l’impression qu’eu Ellie, dû à la vitesse du véhicule. Très vite ils arrivèrent dans le centre de la ville, et Aaron se gara en face d’un petit café restaurant. Ellie descendit de voiture, s’empara de son sac dans lequel elle récupéra seulement son portefeuille, ne voulant pas s’encombrer inutilement de ses cours, et claqua la portière. Elle contourna la voiture, et rejoignit le jeune homme, le poussant presque dans le petit établissement. « Dis… -Elle attendit qu’il se retourne et lança accompagné d’un large sourire : C’est vrai que tu m’as attendu durant deux longues heures ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Mar 22 Déc - 8:21


    @ Lily
    « - Je vais t’inviter à sortir.
    - T’as aucune chance.
    »
    [ Virgin Suicides ]

    Le lycée, cette époque quasiment préhistorienne à présent pour le jeune homme, ne lui manquait absolument pas. Certes, se fut dans cet établissement, le même qu'elle fréquentait à présent qu'il commis les pires idioties qu'un jeune homme de 16ans puissent faire, entre fumer dans les couloirs, taguer les casiers de ses camarades et se faire voir dans les toilettes pour femmes en charmante compagnie d'une surveillante du lycée, oh que oui il en avait avait des misères dans ce lycée qu'il quitta au bout de trois ans pour se rendre en faculté de droit dans l'unique but de devenir comme son père ou du moins, de le surpasser je dirai même! Venir chercher Ellie n'avait absolument pas été une contrainte pour lui, imprévisible, il lui arrivait souvent de faire ce genre d'arrivée remarquée et surtout inattendue. Non pas qu'il en faisait quotidiennement, se fut d'ailleurs la première fois qu'il en fit une à Ellie, qu'il préférait prévenir à l'avance afin qu'elle puisse avoir une excellente excuse dans l'unique but de s'éloigner de sa nouvelle famille dans laquelle elle semblait d'ailleurs avoir énormément de difficultés à s'intégrer. Chose qu'Aaron semblait parfaitement comprendre, lui-même se sentant différent dans sa propre famille, ils avaient beau ne pas avoir les mêmes histoires et autres difficultés, ils semblaient pourtant se comprendre comme personne n'avait jamais réussi à les comprendre. Le moindre regard échangé, et tous deux savaient à quel humeur se vouer durant leurs « rendez-vous »? Pouvions-nous appeler ce genre de chose des rendez-vous? Ellie et Aaron étaient deux amis, deux personnes se connaissant incroyablement bien, deux personnes qui ne pouvaient s'empêcher de se comprendre, « Si cette Ellie est ton amie, alors pourquoi me regardes-tu avec cette noirceur? Je vois même ta mâchoire se serrer. » Lui avait alors lancé son frère quand ils vinrent à parler – ou du moins à se disputer – à son sujet qui d'ailleurs, était assez récurant entre eux deux.
    A la différence de son aîné, Loukas était dans le même lycée que la jeune femme, il était donc normal qu'ils se croisent plusieurs fois dans la même journée, tandis qu'Aaron, ce n'était que quelques fois dans la semaine. Ne pouvant constamment être présent en ville, étant donné qu'il étudiait à la faculté, ce qui par moment le dérangeait et d'autant plus lorsque, claquant la porte d'entrée de leur somptueuse maison il entendait un
    « Elle portait un jean, une paire de converse noir et un t-shirt des rolling stones, le tout agrémenté d'une veste de cuir noir et ses cheveux attachés en une queue de cheval mal faite! » venant directement du salon où son frère était avec dans ses mains une cigarette ou quelque chose y ressemblant presque. Pathétique! Mais il réussissait cependant à l'énerver au plus haut point. Ellie n'était qu'une amie! En était-il vraiment sûr?

    Se contentant d'à peine un simple rictus sur son visage, Ellie avait parfaitement compris qu'il ne viendrait pas répondre à ses excuses pour la simple et bonne raison qu'il se fichait éperdument de ses explications étant donné qu'il avait, une fois de plus, remporté la petite bataille qu'ils aiment se porter l'un à l'autre. Bien évidement, il ne gagnait pas tout le temps, laissant Ellie profiter une fois de temps à autre d'une douce victoire, mais que cela se sache, le reste du temps, il n'était que le vainqueur. Son regard convainquant, son visage abominablement hypnotisant, le jeune homme n'avait que physiquement les atouts pour constamment remporter la partie, bien qu'il use plus régulièrement de sa ruse, seul son physique pouvait l'aider à avoir ce qu'il désirait, et croyez moi, il le savait parfaitement! Regardez le nombre incroyable de femmes passer entre les draps des lits qu'il partageait avec elles. Son pied appuyant sur l'accélérateur, il fit en sorte de ne pas répondre à la jeune femme, le ronronnement du moteur suffisant en guise de réponse.
    S'éloignant alors du lycée, Aaron jeta un dernier coup d'œil dans le rétroviseur, caché derrière ses lunettes, personnes ne put remarquer que son regard se dirigeait lentement mais sûrement sur la silhouette et son frère qui traversait la route afin de prendre à son tour la belle voiture que lui avait offert son tendre père. Acheter l'amour de ses fils, voilà l'unique chose qu'il était capable de faire pour conserver ses deux, enfants, chez lui. C'est d'ailleurs toujours à regret que le jeune homme rentrait chez lui après des bonnes vacances bien méritées chez sa mère à New-York, du moins, avant qu'il ne rencontre Ellie, en effet, depuis leurs rencontres c'est presque avec une impatience digne d'un enfant âgé d'à peine quelques années que le jeune homme s'empressait de retourner dans la petite ville de New Heaven, celle même ville qui l'avait vu grandir, et devenir l'homme ô combien redoutable qu'il était à présent.

    Tout se déroulait relativement bien, Aaron au volant de son magnifique petit bolide, Ellie assise sur le siège passager, un léger silence s'installant entre eux, elle vint cependant à le briser, l'intonation de sa voix allant avec sa surprise, il ne fallut pas longtemps pour que le jeune homme ne finisse par regretter ses dernières paroles, lâchant un sourire nerveux, il se passa la langue sur ses lèvres avant de finir par les les coincer entre ses dents. Avalant sa salive, il ne tarda pas à hausser vaguement des épaules. Attendre la jeune femme était une chose courante non? Du moins, cela aurait pu l'être si toutefois il ne l'avait pas attendu durant deux longues heures, en effet, ces 120minutes passées à l'attendre, marquait bien plus qu'une quelconque amitié entre eux deux, Aaron n'aurait jamais fait une telle chose pour l'une de ses amies, cela voulait-il donc vraiment dire qu'elle comptait plus à ses yeux qu'il ne l'avait hurlé à l'une de ses amies il y a encore quelques jours?
    « Elle n'est qu'une amie! » Lui avait-il alors hurlé alors qu'elle essayait de lui faire avouer un attachement certain à guise de « Vous êtes proches toi et la nouvelle des Ainsworth, c'est étonnant de voir que tu n'as pas fait comme avec les autres... comme avec moi. » Car, chose à savoir, la grande partie des amies d'Aaron étaient passées entre les bras de ce Casanova des temps modernes, toutes, sauf Ellie, la seule qu'il s'efforçait de ne pas séduire comme il le faisait avec les autres. Pourquoi? Simplement parce qu'il ne voulait pas faire d'elle l'une de ses nombreuses conquêtes, non, il ne voulait pas faire d'elle « une parmi tant d'autres. » Ellie était particulière, Ellie était différente, Ellie était anticonformiste, comme lui mais surtout, à cet instant, Ellie était chiante! Lui rappelant encore une fois qu'il l'avait attendu pendant deux heures, Aaron balança sa tête dans sa direction avant de lui lancer un regard menaçant si jamais elle venait à répéter une nouvelle ces quelques mots.
    De nouveau le silence s'installa et tel un taureau, le jeune fit ronronner le moteur de plus belle, sans lâcher les moindres mots, du moins, jusqu'à ce qu'elle ne finisse par lui retourner la question, souriant alors, il ne tarda pas à lui répondre
    « J'ai, comme d'habitude, passer ma journée assit sur des bancs, attendant que le temps passe et j'ai fait l'erreur de te dire que je t'avais attendu pendant deux heures. » Voilà qui était dit. Se moquant alors de son propre comportement, il tourna son regard perçant en direction de la jeune femme avant de lui accorder cet espèce de sensation qui faisait qu'elle pouvait se sentir comme la plus belle des femmes à ses yeux, l'unique femme qu'il se promettait de regarder avec ce regard. A quoi jouait-il? Tentait-il de la séduire? Lui-même en ignorait jusqu'aux réponses. L'unique chose l'intéressant était elle et ses cheveux noirs corbeaux, elle et sa dégaine de rebelle, elle et son caractère particulier, elle et rien qu'elle.

    Finalement, les deux jeunes gens ne tardèrent pas à arriver à destination, arrêtant alors le moteur, il jeta un dernier regard sur la silhouette d'Ellie qui sortait de la voiture avant de secouer la tête afin de revenir à la réalité, passant une main dans ses cheveux elle termina sa course sur son visage qu'il frotta avant de sortir à son tour du véhicule. La porte claqua et aussi rapidement qu'il ne le faut pour s'en rendre compte, il sentit une certaine pression sur son dos qui le poussait à l'intérieur de l'établissement pour un goûter digne de ce nom, goûter qu'il paiera bien évidemment, comme tout gentleman qui se respecte, il refusait constamment qu'elle pait quelque chose, allant même jusqu'à lui arracher son porte-monnaie ou les billets de ses mains, Aaron aimait lui faire plaisir, voir cette gêne dans son visage quand, pensant qu'elle allait payer, elle se permettait elle-même de prendre une tonne de nourriture dans son assiette, il aimait voir son sourire et la rougeur s'afficher sur son teint blafard quand il demandait l'addition. Toutes ses petites attentions, allait-il lui même se perdre dans ses propres sentiments?
    A peine venait-il de mettre un pied à l'intérieur de l'établissement qu'il entendit de nouveau la voix de sa partenaire derrière lui. Se stoppant tel un piquet, sa mâchoire vint alors à se serrer laissant apparaître les traits tendus sur son visage. Prenant une profonde inspiration, il fit un rapide demi-tour et se retrouva juste face à son « amie », relativement proche, il pouvait presque sentir sa poitrine toucher son torse, son coeur s'accélérant alors, il baissa légèrement la tête dans sa direction, la regardant durant quelques secondes qui lui parurent des heures, il relâcha sa mâchoire laissant apparaître un fin sourire.
    « Tu sais quoi? » Lâcha-t-il alors en brisant à contre coeur ce silence installer entre eux, il lâcha de nouveau un sourire plus large, son regard plongé dans le sien, il lui laissa quelques instants avant de venir lentement placer son bras autour de son coup et de se placer à ses côtés la poussant alors quelque peu pour qu'elle avance, ce n'est pas les regardes des autres qui allaient changer quelque chose à son attitude, comme à chaque fois qu'ils étaient ensemble, tous les regards étaient posés sur eux, voir « demi-Ainsworth » et le jeune Standford passer quelques moments ensemble semblaient choquer la grande partie des habitants, pourquoi? Pourquoi fallait-il constamment qu'ils soient sous les projecteurs des autres? Enfin, sans y prêter attention, c'est en la poussant pour aller s'asseoir à une table collée à la vitrine qu'il reprit « Oses redire ne serait-ce une dernière fois que je t'ai attendu pendant deux heures et je te garanti qu'en plus de payer ta consommation, tu paieras la mienne et tu connais mes goûts, et en plus, tu auras le privilège de goûter à la marche à pied d'un bout à l'autre de la ville pour rentrer chez toi. » Voilà une menace comme il en existait peu, l'une de celle qu'il ne prenait pas au sérieux mais qu'il était tout de même capable de faire exécuter.

    Enfin ils finirent par s'asseoir à la fameuse table, collée à la vitrine, en plus des personnes présentent dans le petit café, même le monde extérieur pouvait les voir, et bien tant pis!
    Face à Ellie, son regard n'était tourné que sur elle, les personnes l'entourant l'importait trop peu, il lui avait qu'elle à cet instant.
    « Et chez les Ainsworth? » Comme à chaque fois, Aaron ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour son bien-être, connaissant les Ainsworth, il connaissait bien mieux Ellie, assez pour savoir que malgré les nombreux sourires qu'elle affichait sur son visage quand ils étaient ensemble, elle n'était pas si, heureuse et joyeuse qu'il ne paressait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
New Heaven ? Pff c'est comme si j'y étais né à présent !

★ NOM DE L'AVATAR : Kristen Stewart
★ MESSAGES : 376
★ ARRIVE DEPUIS LE : 26/07/2009

MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Dim 17 Jan - 9:03

    Ellie se rendait en cours car elle y était contrainte… Depuis le décès de sa mère, elle avait littéralement décroché, se moquant bien des études et du diplôme qu’il y avait à la clé. L’école était pour elle une perte de temps, jugeant la vie trop courte pour être gaspillée en passant des heures entières dans ces salles de classe. Pourtant elle était bien obligée de s’y rendre, étant encore sous la responsabilité de son père. Et puis les matières étaient si barbantes ! Prenons les maths par exemple ! Savoir que la fonction exponentielle était dérivable sur IR, et que (exp(x))’= exp(x) allait lui servir à quoi dans sa vie future ? A rien ! En faisant ses courses elle n’allait pas chercher à savoir si la note qu’allait lui tendre la caissière était une suite ou encore une fonction établie par récurrence… Bref, tout ça pour dire que rien ne semblait réellement l’intéresser. Quoiqu’une matière restait tout de même appréciée, ce qui se révélait être un exploit pour la jeune femme. L’art de la comédie, le théâtre, habitait l’adolescente et ce depuis des années. Elle était une grande passionnée et usait de ses talents au quotidien. Un simple rictus en guise de sourire le matin en était la preuve, lorsqu’elle entrait dans la cuisine de la demeure des Ainsworth. Manque de bol pour elle, au sein de l’établissement le professeur qui enseignait cette matière n’était autre que son père. A croire que le mauvais sort s’acharnait sur elle, et qu’on avait décidé de l’emm*rder jusqu’au bout ! Alors quitter cet enfer était un réel soulagement. Elle se sentait libre une fois avoir franchie le seuil des grandes et lourdes portes d’entrée.

    Enfin ça n’était pas pour ça qu’elle en devenait moins chiante ! La brunette avait un sacré tempérament et s’il y avait bien quelque chose qu’elle appréciait particulièrement c’état embêter son petit monde, taquiner à tort à et travers. Quand sa victime était Aaron, c’était encore plus amusant. Elle adorait user et jouer de mots, lancer des vannes plus que de raison, s’emparer de ce qu’il pouvait dire, aussi anodin et innocent que cela puisse être pour le détourner et en faire une affaire d’état. Comme à cet instant même, alors qu’il avouait l’avoir attendu durant deux longues heures. Impossible que cela passe entre les filets de la belle. Elle passa directement en mode chieuse, et entama le processus qui n’avait pour but que de pousser le jeune homme à bout. « J'ai, comme d'habitude, passer ma journée assit sur des bancs, attendant que le temps passe et j'ai fait l'erreur de te dire que je t'avais attendu pendant deux heures. » Wow… Dit comme ça c’était comme s’il n’avait pas de vie le pauvre petit… Un peu plus et Ellie sautait de joie en hurlant qu’elle adorait les cours et envisageait même de devenir un grand chirurgien réputé dans le seul et unique but de passer encore un paquet d’années à traîner dans des amphithéâtres bondés d’étudiants. Le regard qu’il lui adressa la clame quelque peu, déstabilisée par ce petit quelque chose, qui auparavant déjà l’avait déjà troublé. Il avait une façon de la fixer qui, si elle s’était amusée à soutenir son regard, aurait fait monté le rouge à ses joues.

    Ils arrivèrent finalement à destination, et l’estomac d’Ellie en était plus que ravi. Il allait commencer à grogner si elle le faisait encore attendre, et passer pour une affamée ne faisait pas parti de ses objectifs de la journée. Elle aurait eu droit à une petite réflexion de la part du jeune homme, d’où son empressement pour quitter l’habitacle de l’automobile. Elle se dépêcha pour refermer la portière, sans pour autant en oublier son portefeuille, qu’elle glissa dans la poche arrière de son jeans. Aaron ayant pour habitude de le lui piquer, il n’allait pas oser s’aventurer par ici, n’est-ce pas ? ^^ Bien décidée à manger, elle le poussa à l’intérieur de petit café, balançant à nouveau sa petite réplique, motivée pour lui faire péter une durite. Allez donc savoir pourquoi elle aimait tant l’embêter… Elle-même avait bien du mal à se l’expliquer. Sans doute parce que lorsqu’il était agacé, son visage s’imprégnait de cet air terriblement sexy. Oui, Ellie en venait à avoir de telles pensées. Elle ne le niait pas, Aaron avait plus que du charme, et il suffisait de voir le tas de conquêtes qu’il avait à son actif pour le démontrer. Les demoiselles défilaient devant lui, passant dans son lit aussi vite qu’elle était capable de commander un soda et un hot dog.

    Aaron se stoppa net, et finit par se retourner rapidement, se retrouvant face à elle. Ellie manqua même de lui rentrer dedans, oup’s ! Elle releva le regard, et le plongea dans le sien, après avoir eu le plaisir de remarquer ses traits quelque peu tendus. Ca marchait, et bon dieu qu’il était attirant ainsi irrité. Elle était si proche de lui, qu’une grande inspiration, emplissant ses poumons d’air, aurait suffit pour que sa poitrine vienne toucher son torse. Sa petite mine ne dura pas longtemps puisqu’elle fut chassée par un léger sourire ; certes tout aussi craquant, mais la charmant d’une autre manière.

    « Non… Mais je vais vite le savoir… » - répondit-elle à sa question, alors qu’il venait passer son bras sur son épaule, se plaçant à ses côtés. Il la guida jusqu’à une table, alors que de nombreux regards les épiaient, et commença alors à la menacer. Oh ! Elle vint placer sa main devant sa bouche, cette dernière légèrement ouverte, comme subjugué par la surprise. Mais quelle menace ! Elle n’allait pas le supporter ! Ellie feinta d’être choquée par une attitude de sa part. « Redire quoi ? Que tu m’as attendu pendant 2 heures ? Tu m’as vraiment attendu pendant deux heures ? Non parce que… Si c’est le cas, je t’admire pour cette patience… Moi je ne sais pas si j’en aurais été capable ! Je serais même arrivé en retard ! Deux heures ?! C’est fou quand même ! » Oui, là elle le cherchait vraiment… Mais allait-il vraiment mettre à exécution ses menaces ? Elle en doutait. Elle pouvait toujours lui promettre de se rattraper pour qu’il la raccompagne chez elle en voiture.

    Ils finirent par s’installer, et Aaron entama un semblant de réelle conversation. A sa question, elle détourna le regard. Elle préférait sans le moindre doute leur petite joute verbale. Parler des Ainsworth était loin d’être plaisant, le sujet étant plus que délicat. Mais l’attention qu’il y portait la touchait. Il se souciait d’elle, de comment cela pouvait se passer pour elle quand il n’était pas dans les parages.

    « C’est… Comme d’habitude. Appelle le vilain petit canard et je réponds présente ! Enfin je l’ai cherché ce rôle, et il me convient parfaitement. Ce n’est pas ma famille… » Au moins cela avait le mérite d’être clair. Sa mère lui manquait, sa vie lui manquait, et ce léger sourire qui pouvait orner ses lèvres n’avait qu’un seul destinataire, et il s’agissait bel et bien d’Aaron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Mer 10 Mar - 12:01


    @ Lily
    « - Je vais t’inviter à sortir.
    - T’as aucune chance.
    »
    [Virgin Suicides ]
    Aussi étonnant que cela puisse paraître, Aaron aimait la compagnie de la jeune femme, lui qui pourtant les multipliait sans n'avoir jamais aucune attache avait cependant fini par passer plus de temps avec une femme qu'il n'avait lui-même imaginé, Ellie était définitivement différente des autres personnes aussi bien masculines que féminines qu'il avait rencontré, elle avait cette pointe de tristesse dans les yeux, cette pointe de fragilité affichée perpétuellement dans son regard, une personnalité détonante et, ne le cachons pas, un physique assez avantageux, et bien oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, Aaron ne pouvait se nier la vérité, Ellie avait ce quelque chose qui faisait qu'il la regardait bien différemment des autres femmes, elle n'était pas un objet comme bon nombre l'était à ses yeux, elle n'était une fille de plus dans son tableau de chasse, non, Ellie avait réussi à cerner le jeune homme, elle avait réussi à s'attirer sa sympathie ainsi que sa confiance, Ellie était définitivement une amie, ou du moines, essayait-il de se convaincre? Pourquoi venait-il à se surprendre à penser à elle le soir, lorsqu'il était allongé de tout son être dans son immense lit, une cigarette placée entre ses lèvres, les bras placés derrière sa tête tout en fixant son plafond blanc, pourquoi venait-il à sentir cette colère s'emparant de son être lorsqu'il entendait les paroles de son frère – qui, rappelons le, était dans le même lycée que la jeune femme, il avait donc l'habitude de la croiser tout les jours, alors que lui, bien qu'elles étaient nombreuses, pour le jeune homme, les rencontres n'étaient pas suffisantes – concernant la jeune femme, puisque, tout comme son aîné, il la détaillait dans les moindres détails, réussissant même à lui dire la façon dont elle était habillée, la façon dont ses cheveux étaient coiffés, la couleur corbeau qu'ils arboraient et l'air blafard qu'elle affichait sur son visage. Dieu qu'il le détestait!

    Mais en cette fin de journée, Ellie n'était plus qu'à lui, il avait réussi à la « monopoliser » jusqu'à 19h au grand maximum, puisque, comme il aimait à lui dire
    « Les petites filles doivent rentrer avec la tombée de la nuit! » et oui, n'oublions pas que le jeune homme avait l'avantage de l'âge, plus âgé de quatre années, le jeune homme essayait le plus souvent possible de faire passer ce lien qui l'unissait à elle comme étant celui du simple grand-frère qui essayait de protéger sa « petite-soeur » bien que cela aille plus loin qu'un simple lien que l'on pourrait qualifier de fraternel, en effet, malgré les dires du jeune homme concernant sa relation avec Ellie, il ne pouvait s'empêcher de sentir cette légère pointe de jalousie à l'encontre des autres jeunes hommes qui l'entouraient lorsqu'il les voyait, car, ne le cachons à personne, Ellie en attirait des regards, pas uniquement pour son physique qui certes était avantageux mais encore et surtout pour son histoire, en effet, Ellie n'était autre que la fille illégitime des Ainsworth, et ça, on ne peut pas dire qu'Aaron ne fut pas l'un des premier en courant, en effet, avant même que la jeune fille n'arrive en ville, elle semblait déjà avoir été répertorié comme étant la fausse Ainsworth ou encore la batarde, et ça, Aaron l'avait entendu à de très nombreuses reprises, notamment de la part des « vieilles » femmes de la ville, elles qui aimaient les ragots en avait eu un servit sur un plateau d'argent. Ellie était une attraction, Ellie était le phénomène de foire de la ville, Ellie se devait d'avoir une personne sur qui compter et cette personne, Aaron s'était imposé pour l'être, au moment où il l'avait vu il sut qu'un lien allait les unir, dés le départ l'alchimie sembla s'effectuer entre eux. Différents mais ô combien similaires, tout les deux s'était trouvés et étaient devenus bien plus proches que certaines personnes qui se côtoient depuis de très nombreuses années. Un lien les unissait, certaines personnes leurs prêtaient une relation amoureuse cachée, chose qui le faisait énormément rire et surtout chose qui l'amusait! D'autres en revanche, assimilait le jeune homme comme un simple profiteur, et Ellie d'une autre « traînée » qui serait dans le lit du jeune homme.

    Enfin, la jeune fille qu'elle était s'amusa particulièrement à le taquiner quant à l'attente dont il fit preuve devant son lycée. Deux heures durant, ne sachant pas l'heure à laquelle elle finirait et lui ne désirant plus aller en cours pour les trois heures qui lui restait, il préféra passer du temps en compagnie de son « amie » qu'il n'avait pas revu depuis un trop long instant à son goût. Du moins, jusqu'à ce qu'elle vienne retenir les deux heures qu'il passa à l'attendre, au départ amusé, il finit néanmoins par serrer la mâchoire lorsqu'elle vint rajouter une couche de plus, non pas qu'elle venait à l'énerver, disons plutôt que le fait d'attendre la jeune femme marquait grandement l'importance qu'elle avait à ses yeux et ça, il se refusait de l'avouer, certes Ellie était importante à ses yeux mais, importante comme... une amie? Se tentant très souvent de se convaincre lui-même de la véritable nature de leur relation, lui-même à vrai dire ignorait réellement leur relation, tantôt amicale, tantôt bien plus proche que cela, il n'y avait qu'à regarder la façon dont il la regardait par moment et vous vous doutiez parfaitement qu'il y avait bien plus qu'une banale histoire d'amitié entre eux.
    « Comme quoi je fais bien plus d'efforts pour toi que tu n'en fais pour moi. » Lâcha-t-il sur le ton de la moquerie, c'est drôle mais, au fur et à mesure que leur relation prenait de l'importance, le jeune homme ne cachait plus sa préférence ou du moins, le faisait-il inconsciemment, ne mesurant pas les mots qu'il employait, il ne réalisait que trop tard qu'il se dévoilait au fur et à mesure, alors qu'il ne le désirait peut-être pas, peur de lui faire du mal? C'est principalement pour cette raison que le jeune homme refusait catégoriquement d'ouvrir son coeur de pierre à l'amour, se connaissant comme personne, il savait parfaitement qu'il faisait bien plus de mal aux personnes qui l'entouraient que l'inverse. « D'où le fait que tu me paieras mon café ma belle! » Le tout agrémenté d'un simple clin d'oeil qui en faisait fondre plus d'une. Ah, les surnoms, n'oublions pas que le jeune homme les multipliait tous autant qu'il soit. Ellie en était d'ailleurs la principale intéressée, tous aussi divers et variés soient-ils ils montraient, une fois de plus l'importance qu'elle avait pour lui.

    Leurs commandes une fois arrivées, ils semblèrent reprendre un semblant de véritable conversation. S'intéressant à sa vie, Aaron aimait l'entendre se plaindre des Ainsworth, il aimait l'entendre se plaindre de la Terre entière, l'entendre râler pour une infime raison le faisait rire, bien qu'elle ait tout les droits en ce qui concernait sa toute nouvelle famille. Aaron aimait la sentir plus ou moins bien intégré dans sa nouvelle demeure même si elle ne pouvait s'empêcher de détester sa famille. Aaron la comprenait ou faisait en sorte de la comprendre, ne la jugeant jamais pour ce qu'elle faisait, il savait que la ville entière le faisait déjà, n'allait-il pas à son tour se mettre à la juger, elle n'en avait absolument pas besoin.
    « Tu es différente de ce milieu de vie. » Lâcha-t-il comme un murmure à peine audible, chose qui était bien vraie, même lui l'était lorsqu'il revenait de New York où il allait voir sa mère, cette ville ressemblait étonnement aux petites bourgades pour personnes aisées. « Quoi que tu fasses, tes gestes seront épiés. » Renchérit-il. Lui cacher la vérité? Absolument pas, Aaron n'était pas du genre à rassurer les autres, ou du moins, il avait une manière bien particulière de le faire, et c'est pour cette manière qu'il était différent. « Il faut que tu saches une chose Ellie, - marquant une pause, Aaron s'empara de sa tasse qu'il porta à sa bouche, buvant une gorge, il la reposa tout aussi rapidement, son regard posé sur celle-ci il reprit – quoi que tu fasses, tu ne seras jamais acceptée dans cette ville. » La vérité, certes elle était dure à entendre, lui-même s'en rendait compte mais pourquoi lui cacher? Enfin, à peine avant de lui laisser le temps de répondre, Aaron releva le regard en direction de la jeune femme, un sourire en coin, « Mais après tout, ce n'est que bonne chose. Tu es libre de faire tes propres choix, pas comme certains contraints de suivre le chemin de leur père dans l'unique but de les dépasser. » Voilà qui redonnait une couche de joie dans cette bien triste conversation, en effet, selon le jeune homme, de part le fait qu'elle ne serait très certainement jamais acceptée dans cette ville Ellie pouvait faire ses propres choix et voguer à sa guise, ou du moins, elle n'avait absolument pas à se soucier du regard des autres, lui en revanche, l'histoire était tout autre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
New Heaven ? Pff c'est comme si j'y étais né à présent !

★ NOM DE L'AVATAR : Kristen Stewart
★ MESSAGES : 376
★ ARRIVE DEPUIS LE : 26/07/2009

MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron Dim 11 Avr - 5:38

    L'embêter ? Le taquiner ? Jouer avec ses nerfs ? Ellie adorait ça ! Elle ne pouvait d'ailleurs pas s'en empêcher ! Un rien l'entrainait dans ce petit jeu, qu'elle percevait pour sa part comme une porte de sortie, afin de s'évader de ce monde mauvais, hypocrite et faux. Jouer de cette manière lui faisait un bien fou, et il n'y avait qu'avec lui qu'elle parvenait à le faire. Aaron était le seul en lequel elle avait suffisamment confiance, et de ce fait il était le seul à pouvoir recevoir un tel sourire de sa part, quelques légers éclats de rire et une attitude calme, posée, non agressive. Car le reste de la planète pouvait bien aller se faire voir ! Ellie se montrait parfois infecte envers ceux qui l'entourait, refusant catégoriquement de les accepter en tant que proches, famille, amis... Elle n'avait plus besoin de personne, puisqu'on lui avait retiré l'être qui avait toujours veillé sur elle. La maladie n'était pas suffisante pour expliquer cette perte, et le choc qu'avait entraîné ce décès avait nommé comme responsable et coupable le moindre individu pouvant croiser le chemin de la jeune femme. C'était comme ça, Ellie avait eu besoin de déverser sa colère sur quelque chose, quelqu'un. Se montrer si dure, si méchante et abjecte lui permettait aussi de chasser bien loin toute part de pitié. En face d'Aaron, elle ne ressentait rien de tout ça, elle ne percevait pas ce sentiment dans ses yeux. Il ne la dévisageait pas lui, il la regardait simplement, et parfois même d'une façon bien particulière, dont elle était particulièrement accroc sans pouvoir l'expliquer. Il était difficile de mettre des mots sur leur relation. Ils se disaient amis, mais Ellie ne parvenait pas à s'avouer, ne serait-ce qu'à demi-mot, qu'elle ressentait bien plus... C'est dans ses bras qu'elle aurait voulu trouver réconfort et courage pour affronter ses soucis et le reste du monde. C'est dans son regard qu'elle aurait voulu se perdre à jamais. Mais ça, elle s'efforçait de le taire, au nom de leur amitié. Si elle prenait le risque de perdre son ami, qu'adviendrait-il d'elle ? Elle finirait complètement isolée, virant folle dans cette bulle vitreuse et démunie de charme sans lui. Que ferait-elle sans celui qui la traitait normalement, comme la femme qu'elle était, sans chichi et manières, sans chercher à la prendre avec des pincettes ? Elle serait probablement perdue...

    Plus le temps passait, plus ils se rapprochaient. Ellie n'avait absolument rien contre ça, au contraire même. Cependant, elle faisait attention, et notait de plus en plus souvent les petites réflexions d'Aaron. Elle tentait de se persuader que ça ne signifiait rien, qu'elle déraillait, mais l'idée qu'il puisse se dévoiler davantage à elle, et d'une telle façon lui plaisait tellement qu'elle demeurait en son esprit, sans que l'adolescente ne parvienne à la chasser. Il faisait des efforts pour elle... Plus qu'elle d'après lui. Cela voulait-il dire qu'il tenait davantage à elle. Si c'était le cas, Ellie s'en voyait réellement touchée. Ou alors il n'avait pas conscience de l'importance qu'il avait pour elle. Il voulait qu'elle lui paie son café ? Elle en était ravie, elle qui bataillait sans arrêt pour régler la note, toujours stopper par le jeune homme. Niveau carrure elle était bien loin de lui faire concurrence, alors forcément, il lui suffisait de s'y opposer et de passer devant elle pour la devancer. Mais si cette fois il le lui imposait, elle n'allait pas râler ! Elle en était même contente !
    Une fois installés et servis, ils entamèrent un semblant de conversation, bien plus sérieux. Comme à son habitude, il prenait de ses nouvelles, sur son quotidien, sa vie au sein de la famille Ainsworth. Et comme à chaque fois elle s'en plaignait. Elle devait le soûler à la longue d'ailleurs, donc elle ne s'éternisait plus là dessus. Se contentant d'un : « Je ne les aime pas » ou encore « Ce sont des nazes », elle cherchait très souvent à changer de sujet. Là, pas de bol, ce fut plus délicat, puisqu'il avait reprit la parole. Et tout ce qu'il lui disait ne faisait pas plaisir... Mais elle lui en était reconnaissante. Au moins, il était franc lui... Il ne dissimulait pas ce qui semblait évident, ne faisait pas semblant. Chez les Ainsworth, Lancelot semblait convaincu de son intégration, il faisait tout pour qu'elle se fasse une place dans cette nouvelle ville, cette nouvelle vie... Mais il fallait qu'il ouvre les yeux le petit père, elle n'était pas comme les autres, et ici on refusait les différences, on les montrait du doigts, on appuyait dessus et on s'efforçait de les faire disparaître. Dans ce mal, Aaron parvenait à rester positif, mettant en avant une pseudo liberté... M'ouais... Ellie grimaça légèrement, jusqu'à ce qu'il fasse un énorme sous-entendu par rapport à sa propre situation.

    « Les dépasser et devenir bien meilleur non ? J'en connais un qui peut suivre son propre chemin, et qui n'a pas à s'en faire. Il sera meilleur, le meilleur de tous... » -lança-t-elle l'air de rien, feintant de parler d'un inconnu, avant de baisser son regard et de porter son attention sur son sa boisson. Elle sentait son regard posé sur elle, et aussitôt elle le chercha et le soutint.
    « Quoi ? J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? » -demanda-t-elle, un peu gênée... Il avait le don de la faire ainsi douter, en un simple regard. Mais dieu qu'il était bon de se sentir observée par ses yeux clairs !

    Par contre, il n'était pas le seul à la fixer, et Ellie commençait par s'en sentir grandement agacée. Un homme, installé au comptoir, les épiait. Elle n'appréciait vraiment pas de ce sentir observée par un inconnu, qui échangeait par intermittence quelques bribes de phrases avec une serveuse. A tous les coups il parlait d'eux, et ça, Ellie ne le supportait plus. A force d'ignorer les gens, on finit par ne plus encaisser cette indifférence. Elle le fusilla du regard, et finit par reporter son attention sur Aaron. Elle ne se sentait pas très bien, son appétit venait d'être carrément coupé, et elle avait besoin d'air.

    « Aaron, ça t'embêterait si... Enfin... On peut sortir ? » Elle se sentait de plus en plus mal, et savait très bien que d'un instant à l'autre elle pouvait s'énerver et insulter ce mec. Ca n'était pas une chose à faire, et de ce fait elle suppliait le jeune homme du regard, qui lui ne semblait pas comprendre ce qui se passait. Sans plus attendre, et ayant la désagréable impression qu'à ce regard indiscret s'en ajoutait de nombreux autres, elle tapa sa main contre la table, y écrasant un billet largement suffisant pour la note, puis s'empara de la main d'Aaron pour l'entraîner dehors avec elle. Elle la lâcha seulement quand elle dû s'avancer à toute allure vers la voiture, demandant à ce qu'il l'ouvre, qu'il se dépêche. Le pauvre ne devait pas vraiment comprendre ce qui se passait, mais les mots qu'il avait eu à son égard, lui rappelant alors sa place, sa situation, et cette belle démonstration, l'avaient fait se sentir si mal qu'elle voulait partir, s'évader, s'échapper... Elle s'empressa de monter en voiture, attendant qu'il monte à son tour, et une fois le jeune homme derrière son volant, elle se tourna vers lui, se mordant la lèvre inférieure.
    « J'suis désolée... -commença-t-elle par dire, rapidement. - Je... Emmène-moi loin, où tu voudras mais loin... S'il te plait... Un endroit désert, un endroit où je ne serais rien d'autre qu'Ellie... »
    Sa voix tremblait, sonnant comme une supplication. Elle ne voulait pas craquer devant lui, bien qu'elle semblait littéralement péter un boulon. Elle lui demandait de lui épargner une crise de nerfs, et même de larmes. Elle voulait qu'il lui offre une bouffée d'oxgène.
    « S'il te plait... Aaron... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron

Revenir en haut Aller en bas

« Ne me regarde pas comme ça… T’as gagné, c’est bon ! » ||| Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highway to Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Ledford High School :: Cour, Parkings et Parc-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit